Archives de catégorie : En images

billet principalement ou exclusivement appuyé sur l’illustration.

La figure du Cyborg – Donna Haraway (part1)

Du Cyborg à l’espèce de l’accompagnment

Donna Haraway, biologiste, philosophe/historienne des sciences et féministe américaine, a intervenue mercredi dernier à Paris dans le cycle de conférences : « Selon Bruno Latour ». Latour a proposé ce cycle de rencontres avec ses homologues sur la question de l’articulation et de la composition de deux éléments du débat publique : l’éloquence et la composition. Ces débats, organisés dans le but d’avancer le projet de l’enseignement des « arts politiques » à Sciences-Po Paris, ont permis de redécouvrir l’actualité des travaux d’Haraway et leur application à l’engagement politique.

L’usage des figures est un des éléments essentiel du style d’ Haraway qu’elle estime avoir hérité en grande partie de sa conscience sacramentale. Selon l’historienne ‘la figure’ est une logique polyvalente, puisqu’elle véhicule les aspirations collectives, rassemble, reflète les espoirs d’un peuple et elle peut également offrir les possibilités d’exaucement, de damnation et d’inclusion sociale. De plus, la scientifique s’inspire du changement dans la pensée littéraire et  philosophique occidentale confondant la figure avec son référent, contrairement à la réflexion classique. Ainsi, la figure employée dans son contexte historique chez Haraway devient un outil puissant pour démonter les mythes collectifs et se mobiliser contre la politique de violence.

Cependant, la confusion figure/référent, ce qui fait la puissance de cet outil en est également son point faible. L’article culte d’ Haraway, le Manifeste Cyborg (1985) est indéniablement la raison de sa renommée mondiale, mais comme elle nous a expliqué lors de la conférence à Beaubourg, le sens historique et politique de son cyborg est souvent oublié au profit des récits de la Science Fiction (SF).

Ainsi, il me semble important de replacer les figures Harawayiennes dans leur contexte et leur spécificité historique afin de mieux comprendre la puissance de cet outil, son rôle politique mais aussi son détournement par l’industrie des loisirs.

Pourquoi le Manifeste Cyborg en 1985 ?

Le terme ‘Cyborg’ date de 1960 et il s’agit d’une contraction de l’anglais cybernetic organism (organisme cybernétique). Le premier mot cyb fait explicitement référence à la théorie des systèmes artificiels et naturels de Norbert Weiner, établie en 1948. Le deuxième, quant à lui, laisse penser qu’il s’agit d’une créature organique, constituée en partie de chair et d’organes vivants1.  Le terme « cyborg » a été proposé au départ lors d’une conférence d’ U.S.A.F aviation et médicine,  par l’ingénieur M, E. Clynes et le psychiatre N, S. Kline à propos d’un humain « amélioré ».  La proposition avançait l’amélioration de l’humain grâce aux machines afin de survivre aux conditions périlleuses de la conquête spatiale et de l’adaptation aux environnements  extraterrestres. Ainsi, avant l’envoi des astronautes les tous premiers cyborgs étaient les rats de labo et ensuite les chimpanzés.

En 1961, le premier chimpanzé cyborg, substitut de l’homme dans la course spatiale, est envoyé dans l’espace. Ce  cyborg, sous contrôle télémétrique s’appelle HAM (Holoman Aeromedical Facility). D’après Haraway HAM, né du programme spatial ‘man-for-space-project’, devient  la première figure de la guerre froide et de la conquête spatiale. Ainsi, c’est dans ce contexte historico-politique de la guerre froide et de la course spatiale que l’historienne s’appuie sur la figure du  cyborg  pour dénoncer la politique gouvernementale de Regan et de prédire l’avenir du féminisme social dans le Manifeste Cyborg (1985).

Lors de sa présentation à Paris Haraway nous a repassé l’image d’HAM pour bien situer l’importance et la spécificité historique du cyborg, un aspect important régissant  toute la généalogie de ses figures.

HAM, le premier chimpanzé Cyborg.

La remise en contexte historique du cyborg n’est pas sans cause. Suite à l’usage de cette figure dans les récits SF  elle est vite devenue synonyme de robot dans l’esprit du grand public. Ainsi, dans la notion de cyborg actuelle, il n’est plus question d’un simple échange entre l’homme et la machine mais plutôt d’une hybridation, de mélange intime entre humain et robot. Cette hybridation se manifeste dans deux types de cyborgs cinématographiques : le « cyborg  machine » –  Terminator (James Cameron, 1984)- un robot androïde et le « cyborg humain »  RoboCop (Paul Verhoeven, 1987) un organisme humain réparé et augmenté.

Terminator T800,archétype du cyborg machine et RoboCop, archétype du cyborg humain

De plus les trames narratives de ces deux se sont développés de manière très différente. Prenons l’exemple du  cyborg machine  Il s’agit d’un descendant des robots extraterrestres pacifiques et obéissants comme Gort l’accompagnant de Klaatu, dans le film culte de Robert Wise, “Le jour où la terre s’arrêta” 1951. Voir également la séance d’André Gunthert ‘La Mutation des soucoupes volontes’, 10 juin 2010.

Gort et Klaatu déscendent de la soucoupe volante.''Le jour où la terre s'arrêta", Robert Wise 1951.

Cependant, la notion du cyborg machine  actuelle n’est plus celle d’un compagnon mais d’un messager de la punition, venu soit du futur ou de l’espace pour châtier l’humanité. Ainsi,  cette figure  est présentée comme une machine indépendante, capable de redresser l’humanité. Donc, le cyborg machine détourne complètement la notion du cyborg Harawyien. Ce dernier, à l’inverse du  robot cinématographique,  incarne  le projet d’armement et  le système d’armes augmenté faisant parti du projet de la guerre froide.

Mais la photo d’HAM ne figure pas sur la couverture d’ouvrage « Simians, Cyborgs and Women» d’Haraway.

La deuxième figure de la généalogie du Cyborg Harawayien est une peinture intitulée tout simplement « Cyborg » de Lynn Randolph.  Randolph, une jeune étudiante chinoise à MIT à cette époque , s’est inspirée du Manifeste Cyborg. De plus, son tableau représente également son engagement politique et son soutien aux émeutes  à Tiananmen Square, Beijing.Voir l’article “Living Images: Conversations with Lynn Randolph”.

"Cyborg" Lynn Randolph 1989
"Cyborg" Lynn Randolph 1989

Le Cyborg de Randolph représente une jeune femme métisse, couronnée par l’esprit d’un tigre. Le corps de cette femme est relié au clavier d’ordinateur qui produit des équations cosmologiques et astronomiques affichées au troisième plan. Selon Haraway la peinture démontre la conjoncture spécifique de l’animal, l’humain et l’ordinateur, des éléments constituant le cœur de cette figure.

Dans le cadre de la science fiction, la représentation de Randolph est plus proche du « Cyborg Humain » cinématographique. Mais à l’inverse de son détournement hollywoodien, le Cyborg d’Haraway et d’Randolph est une figure puissante concrétisant les enjeux de la convergence de l’humain, de la nature et de la technologie.

A suivre avec la transition du cyborg vers l’espèce de l’accompagnement !

  1. HEUDIN, J-C, Robots & Avatars. Le rêve de Pygmalion,Odile Jacob, Paris, 2009). []

La photo et le capital social, quel lien?

Avec le nombre croissant de photos au sein des réseaux sociaux sur Internet on peut se demander si la photo personnelle influe sur le capital social des utilisateurs de ces sites. A l’inverse du capital culturel et économique, le capital social est fortement lié au développement des liens au sein d’un réseau. Cependant le capital social ne doit pas être confondu avec ses manifestations, par exemple l’engagement civique est une manifestation du capital social, et non le capital en soi. Pour étudier ce phénomène social, je me suis intéressée à Facebook  qui héberge 10 milliards de photos partagées par ses utilisateurs.

Afin de tester mon hypothèse de l’influence de la photo personnelle sur le capital social, j’ai mis en place deux corpus d’images. Le premier,  le corpus principal  constitue de photos d’utilisateurs de Facebook France que j’ai interviewé entre 2009 – 2010. Il s’agit d’utilisateurs entre 14 et 26 ans qui ont des profils en accès fermé. Le deuxième  est le corpus test. Il s’agit d’un échantillon pris au hasard sur le site. Donc ce dernier est constitué de photos qui proviennent des profils en accès libre.

Pourquoi mettre en place deux corpus avec des profils différents?

Dans mon étude de cas sur Facebook, le corpus principal permet à la fois l’accès à la photo et au contexte social de son usage grâce à l’entretien ( le discours des utilisateurs). Alors que, le deuxième corpus aide à vérifier, selon l’invariable du sexe, les points communs et récurrents dans  des cultures différentes. De plus, le recoupement culturel et la comparaison entre les profils en accès fermé avec ceux en accès libre permettent d’aborder la question de l’influence du contenu visuel sur le capital social dans son contexte culturel. La comparaison de  profils fermés et de profils en accès libre peut aussi éclairer la problématique de l’exhibition de soi au sein de Facebook, un thème qui est en cours d’étude par le projet ‘SocioGeek’ mis en place par l’équipe de Dominique Cardon.

L’organisation du corpus principal

Comme dans cette étude de cas ce sont les entretiens qui m’amènent vers mon objet visuel,  l’organisation du corpus principal se fait autour de logiques sociales. Ainsi, au lieu de créer une catégorie d’images à partir d’une grille spécifique basée sur le comptage des personnes et des objets je laisse les interviewés m’indiquer les images préférées ou gênantes.

J’ai réalisé 14 entretiens semi-directifs: 7 filles / femmes et 7 / hommes entre 14 et 26 ans. Les principales questions posées étaient au sujet de la découverte du dispositif, la mise et le retrait de la photo de profil et la présentation de soi et de son entourage par la photo. Les principaux thèmes lié à la présentation de soi à travers les photos évoqués par les interviewés étaient :

1). La connaissance des centres d’intérêt de l’autre

2). Le jugement moral

3). La peur du jugement physique et

4). Le flicage affectif.

Je développerai  seulement le thème « la peur du jugement physique » évoqué par les interviewés.

L’intérêt de parler de ce thème en particulier est que les photos jugées inappropriées pour  être affichées sont vite supprimées soit lors de l’entretien soit après, ce qui rend la tâche du chercheur encore plus difficile au niveau de la restitution du contenu visuel.

Analyse du corpus principal – la peur du jugement physique

Le discours d’utilisateurs Facebook

Au sujet de la photo personnelle sur Facebook j’ai posé deux séries de questions aux interviewés. La première était quelles sont les raisons de la mise, du retrait et de la suppression du tag d’une photo. La deuxième série de question était quelles sont les inquiétudes que les photos de soi peuvent susciter et quelles mesures pouvaient-ils prendre ?

Voici un extrait du corpus principal lié au thème de la peur du jugement physique. Les photos qui constituent cette sélection ont été montrées par les interviewés. D’après les enquêtés ces photos pouvaient provoquer des jugements physique par  le réseau d’amis.

"Photo de soi nulle" - extrait du corpus principal

Cependant, au premier regard, ces photos ne troublent pas l’observateur. Si un chercheur les regarde en absence de la personne concernée, il peut être facilement amené à projeter les stéréotypes sans chercher à comprendre la logique derrière le retrait ou la suppression de la photo. En fait, c’est dans le contexte du réseau de liens forts et faibles, popularisé par Facebook que l’on peut comprendre cette logique.

(i) Soirée avec amis

(i) Pour la première photo, la fille à gauche est l’enquêtée. Il s’agit d’une photo de soirée mise en ligne par son amie qui l’a identifiée. L’interviewée a supprimé le tag pour réduire la visibilité de cette photo au sein de son réseau Facebook, elle m’a expliqué qu’elle se trouvait moche. Pour elle c’est une habitude de supprimer le tag quand la photo mise par quelqu’un d’autre ne lui convient pas. Je lui demande si c’était par rapport aux autres sur la photo, elle hésite, répond non mais se contredit. Je la cite, « Non même si j’étais seule je l’aurais supprimé, par contre si tout le monde sur la photo se montre moche et c’est fait exprès je laisse le tag, quand on fait tous des grimaces ou si on est tous bourrés sur une photo je laisse ».

(ii) Sortie avec des amis du lycée

(ii) L’interviewée de la deuxième photo par contre n’a pas supprimé le tag. Elle ne s’apprécie pas non plus, car il s’agit d’une photo prise sur le fait. Pour elle, les photos prises à l’imprévue sont souvent les plus gênantes, mais elle ne supprime pas le tag en préférant  assumer ses photos.

(iii) Fin des cours, sortie et déguisement avec des copains de classe

(iii) La troisième photo est considérée comme je cite : « débile » par l’interviewé que l’on voit  au centre de la photo avec un chapeau cloche rouge. Je le cite, “Je suis  moche avec un gros nez et ridicule mais puisque tous mes amis sont aussi déguisés je ne supprime pas le tag ».

(iv) Essai portait dans le photomaton avec un ami

(iv) La dernière photo provient d’ une série de portraits photomaton. L’interviewé a décidé de retirer de la série ses deux premiers portraits car il trouvait l’image pas du tout à son avantage et la pose loin d’être “cool”.

Donc on peut dire que la principale raison de retrait de photos pour les garçons et les filles est liée au souci de ne pas présenter une image de soi qui est parfaite à leurs yeux. Alors on peut se demander quelle image peut plaire aux utilisateurs Facebook. Certes, faire parler les interviewés à propos de leurs photos préférée aide à replacer dans son contexte la prise de vue, mais cela ne suffit pas. C’est en regardant les photos préférées et en les comparant avec celles qui ont étaient retirées qu’on peut comprendre le non-dit.

Voici un échantillon de photos préférées des interviewés.

Sur le plan esthétique ces photos n’affichent pas des décors fabuleux, elles n’ont pas une qualité supérieure aux photos retirées. Il y a même des photos avec des poses qualifiées jusque la par les interviewés de débile et des effets de retouche visible. Ainsi, la comparaison des photos préférées avec celles jugées nulles encourage à se demander si la peur du jugement physique est vraiment liée a la question du corps ? Comme cet échantillon des photos préférées  le montre, je crois qu’il s’agit plus d’une question d’appartenance à un groupe d’amis, à un certain look, à une activité de loisir ou profession qu’à une peur d’être jugé.

Comparaison entre le corpus principal et le corpus test (échantillon aléatoire)

Pour vérifier cette hypothèse, la comparaison d’ un extrait d’images préférées avec les éléments du corpus test. s’impose.  Ce deuxième corpus sert à tester aléatoirement la notion de la photo de soi préférée au sein d’un réseau d’ami, une notion facile à montrer, mais  difficile à exprimer à l’oral par les utilisateurs Facebook.  Le  corpus  test constitue  de photos aspirées des comptes Facebook américains en accès libre.

En conclusion, la comparaison de ces photos avec celles du corpus principal montre que les images préférées pour les hommes et les femmes ne sont pas forcément celles qui les rendre plus beau ou belles selon leur jugement, mais celles qui les montrent dans un contexte de sociabilité mis en scène. Les photos préférées des enquêtés et  celles du corpus test  servent à projeter une image de soi souriante, drôle, entourée d’amis, active et mise en scène. Bref,  il n’est plus question d’une  mise en scène de soi axée sur le physique, mais sur la sociabilité. Donc, un manque de drôlerie s’avèrerait moins bénéfique pour la construction du capital social, que une photo de soi moins flatteuse.

Présentation dans le cadre de “L’atelier de “Méthodes et Terrains en Sociologie de la Culture” MeSoCult

Le mythe d'habiter le Cyberespace

Le mythe de vivre dans le Cyberespace s’est construit sur le principe d’une “conscience désincarnée”1 et a été introduit en 1982 par la littérature de science-fiction cyberpunk2. La définition du Cyberespace proposé par Gibson :

Une hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par de dizaines de millions d’opérateurs, dans tous les pays, par des enfants à qui des concepts mathématiques sont ainsi enseignées…Une représenation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain.”

a vite gagné du terrain avec la communauté scientifique, notamment les ingénieurs de la Réalité Virtuelle, sur les ressemblances architecturales3.

A l’inverse de la communauté scientifique qui cherchait un terme pour définir le lieu d’échange des données informationnelles, Hollywood s’est servi du mythe d’un Cyberespace habitable pour raconter cette fiction populaire en images. Les réalisations précédentes hollywoodiennes avaient déjà traité la technologie futuriste dans les films comme: Star Wars (George Lucas, 1977); Blade Runner (Ridley Scot, 1982); Terminator (James Cameron, 1984); Robocop (Paul Verhoven, 1987) dont les sujets principaux étaient les machines et les vaiseaux futuristes, les androïdes et les cyborgs.

Mais c’est en jouant sur la combinaison de la fiction “conscience désincarnée” du Cyberespace avec une des technologies d’actualité des années 90, la Réalité Virtuelle, que Hollywood a popularisé le mythe d’un Cyberespace habitable, un espace où le corps obsolète est remplacé par ses représentations physiques augmentées ou ses avatars.

Prenons le cas d’un des premiers films Le Cobaye (1992) qui renforcent en image ce mythe.

Le Cobaye/ The Lawnmower Man, 1992, ( Rél: Brett Leonard)

Le scénario original du film se construit au tour de la Réalité Virtuelle (RV) et son emploi par le gouvernement américain pour améliorer l’intelligence humaine. Mais RV est présentée comme une technologie instable et dangereuse capable d’être utilisée pour la manipulation mentale. Quand le docteur Angelo, créateur du programme RV, perd son cobaye chimpanzé, il est obligé de prendre comme cobaye humain son voisin, Jobe Smith-un simple d’esprit qui est le souffre-douleur de son quartier.

Deux modes d'utilisation de RV, à domicile et au laboratoire
Photogramme, Le Cobaye. Jobe essaye la RV chez Dr. Angelo et au laboratoire.

Lors des experiences successives l’intelligence de Jobe se développe rapidement et il découvre le pouvoir de se métamorphoser dans le Cyberespace. Pour faire plaisir à sa petite amie, il lui propose de lui faire l’amour en RV. Mais l’instabilité du logiciel provoque des chocs cérébrables irréversibles sur sa petite amie. Avec RV Jobe développe des pouvoirs parapsychologiques, mais avec son équilibre mental de plus en plus pertubé et la perte de sa petite amie, il décide de se transformer dans une énergie pure afin d’habiter définitivement dans le Cyberespace.

Photogrammes. Le Cobaye. Les avatars de Jobe.
Photogrammes. Le Cobaye. Les avatars de Jobe. Cybersexe et Cyberrage.
Photogramme, Le Cobaye. L'avatar de Jobe se transforme en enérgie  pour habiter le Cyberespace
Photogramme, Le Cobaye. L’avatar de Jobe se transforme en enérgie pour habiter le Cyberespace.

Dans Le Cobaye, la fiction d’habiter le Cyberespace se réalise alors à travers une avatar numérique capable d’agir et réfléchir grâce à la technologie du présent qui permet la transformation et le stockage de la mémoire humaine comme un logiciel dans le réseau informatique. Une fois numérisée cette mémoire peut également évouler.

Alors que les courants posthumaniste, postmoderniste et les scientifiques de l’Intelligence Artificielle (A.I) renforcaient le Cyberespace de la conscience désincarnée, les mathématiciens dénoncaient fortement la comparaison entre l’intelligence humaine et des algorithmes/logiciels. Comme nous explique le Professeur Penrose, l’intelligence humaine dépend de la conscience incarnée – le corps, un élément du monde physique et que le monde algorithmique ne peut pas reproduire.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=yFbrnFzUc0U[/youtube]

Mais l’idée d’habiter le Cyberespace grâce à la conscience désincarnée, était soutenue par les postmodernistes et les psychologues cognitifs (Sherry Turkle, 1984-86; Allacquère Stone, 1991) car elle convenait à leur thèse de la crise identitaire. Cette thèse avancait que la conscience désincarnée permettait au cybernaute de se libérer de toutes traces corporelles comme le genre, la morphologie et la ressemblance physique. Ainsi, l’identité dans le Cyberespace n’était plus le fruit de la conscience humaine, mais plutôt une construction technologique.

Or, la recherche sociologique du Cyberespace invalide cette thèse et la confirme comme un beau mythe issue d’une Science Fiction, digne d’être raconter en images.

  1. William Gibson, Neuromancien,(Trad. Jean Bonnefoy), Découverte,1985. []
  2. Un sous-genre de la science fiction qui s’est créé pendant les années 1980. Ce courant se base sur une critique de l’actualité technologique de la société et la présente comme une étrange fiction. Les auteurs principaux sont William Gibson, Bruce Sterling et Neal Stephenson. Je traduis de Tim Jordan. Cyberpower: the culture and politics of cyberspace and the Internet, Routledge, 1999 []
  3. Stone, A. R. (1991). Will the real body please stand up. In M. Benedikt, Cyberspace: The First Steps. Cambridge Mass: The MIT Press. []