Parution "Mythologies du portable"

978-2-84670-284-8Mythologie du Portable, ed.Le Cavalier Bleu, sortie le 28 janvier 2010 est le récent ouvrage de Laurence Allard, dédié à l’usage du téléphone portable.  En s’inspirant des démarches de Roland Barthes, Patrice Flichy et Donna Haraway, Allard retrace l’histoire du mobile en tant qu’un outil d’individuation. Elle nous révèle également  le rôle du portable et ses usages dans les pays émergents, “la nouvelle géographie”, très peu connue de l’Occident.

Consultez le premier chapitre du livre ici

Plan et liens du livre ici

Et l’entretien avec l’auteur:

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=faf-MXq3V4Y&feature=player_embedded[/youtube]

Facebook Profile Pictures, the Ultimate Public Profile Database?

Die falsche Tote, SUDDEUTSCHE ZEITUNG
Die falsche Tote, SUDDEUTSCHE ZEITUNG

In his week’s issue of  The Courrier International N°1007 , French edition, I finally came across the actual portrait of Neda SOLTANI, a 32 year old English Literature teacher, who got accidently mediatised as Neda Agha-SOLTAN.

According to the article “La femme de la photo” by David Schraven in the Courrier, originally published as Das zweite Leben der Neda Soltani (The Second Life of Neda Soltani) in the Suddeutsche Zeitung on 5th February 2010, the visual identity mix up started from Facebook.

Following the massive diffusion of Neda Agha-Soltan’s murder video on YouTube, Web users, bloggers and visual platform users wanted to see what “Iran’s Angel” really looked like. Between the night of 20 and 21st June, an anonymous Facebook user (most probably Amy L.Beam) searched for Neda’s profile  on Facebook and accidently diffused SOLTANI’s profile picture on the Web as Agha-Soltan’s visual identity.

Soon after groups and public pages were created on Facebook, bloggers, European and American T.V channels also started diffusing portraits of Neda found on the web, among which was Soltani’s headscarf Facebook profile picture.

SOLTANI's Facebook Fan Page
SOLTANI's Facebook Fan Page

Although most blogs that I had consulted in 2009  illustrated their posts with the original Twitpic screen capture of a blood smeared face of Neda, protestors paraded preferably with her portrait “en vie”, unknowingly mourning Soltani!

Neda Soltani's Facebook Profile Picture held by protestors in Maubourg. Source Flickr
Neda Soltani's Facebook Profile Picture held by protestors in Maubourg. Source Flickr

Following this unexpected publicity, Soltani’s Facebook account received hundreds of friend requests and her friends in Teheran believed her to be deceased. Even after the official release of Neda’Agha- Soltan’s photographs by her parents (23 June, 2009), Soltani’s photos continued circultaing the web.

In an attempt to stop the mistaken identity, Soltani deleted her Facebook profile picture but by then it was too late.  In her interview with Schraven, Soltani currently in Germany as a political asylum seeker, expressed her sorrow for having lost her identity. Although her friends and official Media like the BBC mentioned the identity mix up in the portraits associated to Neda Agha-Soltan, accroding to Schavren other media sources (Speigel Online, The New York Times) continue to diffuse the living Neda’s Facebook profile picture.

Neda Soltani’s case is a solid example of how people continue to believe in the power of profile pictures posted online to be true or socially validated visual representation of themselves. Although this practice was instored since the use of the portrait on Personal Home Pages as a visual element of self-presentation (1994), the blurring between the personal and the public visual representation on Internet has been made visible especially on Social Network Sites. A right click, a screen cature and the Facebook or any other digitized photograph on the Internet is in the public domain.

In Soltani’s case neither Facebook, nor the Internet as a public domain are at fault, but the way people and communities make use of them!

Biblio tools – Mendeley Pdf annotations

The Internet helps create powerful information networks between computers and academic use of the Internet to create  networks between universities and research centers dates back to 1974 with  JANET. With the invention of the worldwideweb, Lee offered a pragmatic information space’ where networking was enabled via  sharing  documented, linked and universally accessible information. Today, this information space- the ‘web’, deeply rooted in the academic sharing tradition initiated by Anglo-Saxon universities, has become a vast depository of all kinds of documents: academic, administrative, personal; displayed in various formats: text, image or audiovisual. Moreover, the Portable Document Format (Pdf), in use since 1995 has facilitated scientific scholarship’s visibility and accessibility on the web (more than 10% of documents, mostly  academic, are shared online in the Pdf version).

However, the sprawling of information on the web requires filtering, aggregation and bookmarking, for its efficient reuse. For useful suggestions on different digital  research tools check this wiki and  post.

Among current popular reference database software available to researchers for organizing and managing citations are EndNote (commercial), Mendeley (Free) and RefWorks (commercial).  A  brief study of these three software, based on online  reviews highlights the efficiency of  a tool on the basis of following critera:

  • grab online references
  • provide web accessibility from any computer
  • customizable organisation of sources, i.e. assigning tags, folders
  • search option – internal browser for search by tag, inside text search
  • syndicates from online databases and other library softwares and
  • provide a backup.

Mendeley – the reusable Pdf

Mendeley – a desktop and cross platform application, 0.95 beta version,  fulfills the critera of a  free  and reliable refrence database. Moreover it provides an efficient use of Pdf documents by allowing highlights and annotations to be added for personal note taking. Interestingly the annotated Pdf files can also be shared under the “export annotation” option.

copie d'écran - Mendeley - Pdf annotation
copie d'écran - Mendeley - Pdf annotation

Download here. Takes 16 Mo on Hard disk



Outils biblio- Mendeley annoter les Pdfs

For English translation click here

L’Internet permet la création de puissants réseaux d’information. L’usage de cette infrastructure fiable par les universités et les centres de recherche remonte aux années 70, JANET en est un des premiers exemples. Avec l’invention du worldwideweb, Burners Lee a réussi de populariser le  réseau Internet en créant ‘un espace d’information’ qui s’est construit grâce au partage de l’information documentée, liée et universallement accessible. Depuis, cet espace d’information – le web- continue à s’agrandir et il est devenu un répertoire universel de diverses types de documents: académiques, administratifs et personnels qui s’affichent sous des formats différents: texte, image, audio et vidéo. De plus, l’usage  répandu depuis 1995 de Portable Document Format (Pdf), a facilité la visibilité et l’accessibilité de la publication scientifique sur le web.

L’usage efficace de l’information circulée et hebergée sur le web  nécessite le travail du  tri, du regroupement et  de l’ ajout de cette information à une base bibliographique facilement consultable.  Des outils numériques et leur emploi pour faciliter cette tâche peuvent être consultés sur ce wiki et ce billet.

Pour organiser et créer sa propre biblio, une vue d’ensemble rapide des logiciels de création de base de données bibliographiques comme EndNotes (commercial), Mendeley (gratuit) et RefWorks(commercial) permet d’établir quelques critères essentielles à considérer lors d’un choix d’un logiciel biblio:

  • la saisie des références en ligne
  • l’accès au logiciel depuis Internet
  • l’organisation personnalisée des références sous tags et dossiers
  • options de recherche interne au logiciel – navigateur interne, recherche par mot et recherche plein texte
  • la sync des références depuis bases de données et logiciels externes
  • la sauvegrade en ligne des références biblio
  • compatibilité avec l’OS Mac/Windows

Mendeley – le pdf modifiable

Le logiciel gratuit de Mendeley, version 0.95 en béta, est une application bureaucratique et multiplatforme. Mendeley, compatible avec Mac et Windows, remplie suffisamment les critères d’un logiciel biblio fiable. Il permet d’étabilir un réseau de recherche en ligne et de partager les références biblio facilement via Internet. De plus, son système de gestion de Pdf est très efficace et permet l’ajout des notes exportables dans le Pdf.

copie d'écran - Mendeley - Pdf annotation
copie d'écran - Mendeley - Pdf annotation

Télécharger ici. Prend 16 Mo sur le disque dur

Le début : 0.1

For the English version click here

Omni_Jan1991-221x300Repenser quelques démarches pour une biblio au sujet d’Internet

Etablir une bibliographie est la première étape préscrite pour entammer une recherche académique et pour cela il est conseillié de commencer par une consultation étendue des catalogues et des bases de données bibliographiques. Les ressources académiques en ligne comme Sudoc, Biblio SHS, le catalogue général  Bnf opale et les signets de la Bnf, sont de points de départ essentiels. Ces bases de données fournissent accès à des références académiques répertoriées par domaine scientifique et ainsi, facilitent à délimiter le sujet de recherche.

Cependant, pour une recherche des références bibliographiques dans les domaines récents, transdisciplinaires et qui étudient les phénomènes technologiques ou informatiques  à une vitesse d’évolution accelérée, comme l’Internet, il faut élargir ses ressources.

Le travail bibliographique a pour objectif de bien délimiter le sujet de recherche, souvent un peu vaste à son stade initial. A ce stade, ce travail s’opère par le processus de séléction des ressources pertinentes qui aident à désambiguïser les termes employés.

Je partage ici quelques éléments de mon travail bibliographique au sujet de la répresentation de soi sur internet et propose quelques éléments qui pourraient aider à repenser quelques démarches bibliographques au sujet d’Internet.

Recherche par Catalogue général Bnf et Google Scholar

Dans mon cas les termes initiaux étaient: Internet, représentation et soi. La recherche dans le catalogue générale de Bnf de ces termes, par mot ou formulée en  équation, a fourni des résultats insatisfaisants. La recherche par mot simple sous l’option “sujet” a fourni 1608 entrées pour le mot ‘Internet’, 850 pour le mot ‘représentation’ et 950 pour le mot ‘soi’. Au fait, la recherche par mot d’un terme sous l’option “sujet” affiche les résultats du mot  sous forme de tous ses aspects qui ont été défini par des cataloguers pour affiner la recherche. Parmi les aspects les plus récurrents pour mes termes sont leur aspects: social, administratif, psychologique, défense, politique, économique et artistique.  De ce fait, la  quête peut être formulée  comme : terme +son aspect. Cette modalité de quête rend la recherche dans le catalogue plus souple pour s’adapter à l’infinitude des sujets de recherche possibles.

Une étude rapide des entrées fournies par le catalogue suite à une recherche par mot simple pour les termes: Internet, représentation et soi, montrait aucun lien entre ces termes. Donc la formule ‘terme+aspect’ a été appliquée, par exemple ‘Internet+Aspect Social’. La quête formulée ainsi a fournie des résultats plus pertinents, mais la liste des ouvrages traitant le sujet proposaient également des variants pour les termes initiaux.

A la différence du catalogue Bnf, les résultats de recherche pour mes termes initiaux ont été très efficaces dans la base de Google Scholar. Scholar fonctionne comme un moteur de recherche et possède un répertoire universel des documents: thèses, articles scientifiques, ouvrages et autres.  L’indextation des sujets par mot et le classement des références par fréquence de citation ( le système de ranking) rend la recherche dans Scholar plus  productive.  En plus, avec la publication en Pdf et l’accès aux formats électroniques des ouvrages au sujet d’Internet, notamment mis en ligne par les professeurs américains, Scholar foruni également un accès direct aux ourvages téléchragables. (Je ne vais pas évoquer le polémique de Google Books car la numérisation ne s’applique plus aux ouvrages français).  Ainis, avec une interface intutive, une liste des domaines scientifiques recherchables et des critères de recherche simples, les résultats de Scholar m’ont permis d’établir plus rapidement  une liste d’auteurs traitant de mon sujet.

Néanmoins, la recherche dans ces deux systèmes a révélé des variants non negligéables des termes initiaux et cela surtout pour le terme  ‘Internet’.

Les variants – l’extension du champs lexical

Les variants indiquent un champs lexical plus étendu, qu’imaginé  au départ pour les termes choisis. Ces variants sont importants  pour accéder au maximum d’ouvrages traitant le sujet. Voici un exemple pour les termes ‘Internet’ et ‘soi’.

Termes initiaux

Les variants

Internet

Cyberspace, Virtual World (Monde Virtuel),Net, City of Bits, Networked Community, Virtual Community (la communauté virtuelle), Digital realm, Online, Web

Soi

Digital agent (agent), Cyborg, Body (corps) Virtual Individual (représentation virtuelle), Avatar

(n.b.  Comme une grande partie de la litérature scientifique est en anglais, je fourni la version en français seulement quand elle a été proposée par la litérature scientifique en français. Il ne s’agit pas donc, de mes propres traductions).

Cette liste de variants comme pour  ‘Internet’, indique que le terme possède une histoire spécifique. Pour ‘Internet’  ses variants sont un résultat de son développement technologique, social, litéraire et médiatique.  Un petit zoom sur la chronologie détaillant la phase initiale du développement du terme ‘Internet’, permet de voir sa transition d’un de ses variants le  ‘Cyberspace’.

De Cyberspace à Internet

1948 Norbert Weiner publie son ouvrage « Cybernetic – control & communication in the animal and machine world » Les idées principales sont : l’efficacité de l’action nécessite une communication et les organismes biologiques et artificielles, tous les deux peuvent avoir un but. La deuxième idée s’inspire du sens étymologique grec du terme « cybernétique » qui veut dire, « l’art de diriger » ou «  prendre action afin d’atteindre un but »
1981- 82 L’écrivain anglais de science-fiction, William Gibson, combine le mot ‘cyber’ avec ‘space’ et invente le terme «Cyberspace» dans son conte « Burning Chrome » publié dans Omni (magazine sci-fi). Le Cyberspace Gibsonien veut dire, ‘un espace ou une interface  simulant la réalité virtuelle de la matrice, où on peut stocker et accéder aux données.
1984 Gibson publie son roman le plus connu « Neuromancier » où Cyberspace est décrit comme, « une hallucination consensuelle »
1990 L’informaticien anglais Tim Burners Lee termine son program « worldwideweb » et le délivre à NeXT !
1991 M.Bendikt édite le premier ouvrage académique dédié au Cyberspace « Cyberspace : First Steps, Cambridge Mass : MIT Press ». Cet ouvrage propose des premières analyses scientifiques de l’environnement virtuel.
1992 M. Andreesen & E.Bina développent et lancent le premier navigateur graphique « Mosaic » qui a popularisé l’usage du WorldWideWeb
1995 Le terme ‘Internet’ commence à figurer dans les publications scientifiques et surtout SHS.
1999 Cyberspace et Internet commencent à figurer indépendamment  dans les publications scientifiques.

Ce zoom sur la chronologie lexicale d’Internet permet de savoir l’importance de la Science-fiction et de la cybernétique dans sa conceptualisation. L’émergence  en 1982 des mots ‘Cyberspace’ et ‘Réalité Virtuelle’ dans la litérature sci-fi, même avant l’ usage grand public d’Internet qui s’est produit à partir de 1992, a permis de donner un nom  à l ‘idée abstraite de ce que le worldwideweb et Internet avaient à offrir.

Dans cette phase initiale, les jeux vidéos et sur ordinateur ont aussi un rôle important surtout dans la concrétisation du myth de Cyberspace. Pendant cette période initiale et commerciale, Disney a joué un rôle  pionier en réalisant la première version  destinée à  grande consommation, d’une concrétisation audio-visuelle de ce à quoi le Cyberspace  pourrait ressembler dans son film “TRON”. Il faut se rappeler que TRON a été réalisé en 1982, dix avant l’usage populaire d’Internet vers 1992.

Donc, comme ce petit zoom sur la chronologie du term ‘Internet’ et son variant  indique, la recherche sur ce sujet exige une approache interdisiplinaire qui devrait prendre en compte l’influence des domaines comme la science-fiction, les jeux vidéos et sur ordinateur. La représentation de soi sur Internet devient donc un sujet qu’on ne peut saisir que dans un contexte spécifique de la “hallucination consensuelle”.

….à suivre avec TRON ( regarder en streaming )


Carnet de recherche visuel de Fatima Aziz

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search