Noir sur blanc – les avatars de Günter Wallraff

Le 25 janvier, mardi soir Arte diffusera à 20h40, le document polémique « Le racisme au quotidien », suivi du documentaire « Noir sur Blanc » de Pagonis Pagonakis et Susanne Jäger avec  Günter Wallraff, journaliste d’investigation allemand.  Un ardent croyant de l’expérience par immersion, Wallraff montre en images filmées en caméra cachée,  son expérience d’étranger dans son propre pays. Maquillé et déguisé soigneusement en Noir, ce journaliste âgé de 68 ans s’est forgé une nouvelle identité, celle d’un immigré Somalie, appelé Kwami Ogonno.

Wallraff  a également raconté son périple dans son livre « Parmi  les perdants du meilleur des mondes« , publié en allemand en 2009,  version française publiée en 2010 chez La Découverte.

Voir la transformation de Günter en Kwami

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ZFfPXqH00Kw&hd=1[/youtube]

En feuilletant le Télé Obs Paris du 22 au 28n janvier, qui a consacré un dossier au Journalisme – L’infiltration jusqu’où, le cas de Wallraff est aussi évoqué. Le Magazine fait référence à deux émissions : « Les infiltrés » sur France 2 et le documentaire Noir sur Blanc. L’édito compare les méthodes du journalisme masqué. Alors que l’under cover est un genre bien établi dans les pays Anglo-Saxons, l’Europe, surtout la loi française du 1918, révisée en 1938 a un rapport particulier au droit de l’image qui interdit la diffusion des images filmée en cachette.

Néanmoins, malgré les avis plus ou moins mitigés sur la démarche du journalisme d’investigation, l’article de Serge Raffy sur Wallraff, « L’homme invisible » amène à des constats intéressants. Raffy fait référence à la nouvelle identité de Günter  comme son « avatar basané » et à juste titre, car Wallraff est un maître de déguisement. Il y a 25 ans il s’est déguisé en Turc et à d’autres occasions il a changé son identité pour mieux gérer l’interaction pendant ses enquêtes.

Les avatars de Wallraff

Les avatars de Günter Wallraff. Capture d’écran de la couverture du livre « Parmi les perdants du meilleur des mondes », La Découverte 2010

Dans le cas de Wallraff le jeu d’identité est très intéressant, car il signale que certaines interactions ne sont possibles que par le biais d’anonymat, d’immersion et du jeu.  Au fait, le changement d’identité  chez  Wallraff ne signale pas un problème psychique chez le journaliste. Au contraire son jeu et ses avatars qui incarnent la figure de l’étranger démontrent  les problèmes  des autres. Ainsi, le jeu d’avatars de Wallraff est un dispositif intéressant non seulement pour tester le comportement envers des étrangers, mais également pour  saisir les enjeux de l’interaction sociale à travers le prisme du jeu au sens Goffamanien du terme.