Le début : 0.1

For the English version click here

Omni_Jan1991-221x300Repenser quelques démarches pour une biblio au sujet d’Internet

Etablir une bibliographie est la première étape préscrite pour entammer une recherche académique et pour cela il est conseillié de commencer par une consultation étendue des catalogues et des bases de données bibliographiques. Les ressources académiques en ligne comme Sudoc, Biblio SHS, le catalogue général  Bnf opale et les signets de la Bnf, sont de points de départ essentiels. Ces bases de données fournissent accès à des références académiques répertoriées par domaine scientifique et ainsi, facilitent à délimiter le sujet de recherche.

Cependant, pour une recherche des références bibliographiques dans les domaines récents, transdisciplinaires et qui étudient les phénomènes technologiques ou informatiques  à une vitesse d’évolution accelérée, comme l’Internet, il faut élargir ses ressources.

Le travail bibliographique a pour objectif de bien délimiter le sujet de recherche, souvent un peu vaste à son stade initial. A ce stade, ce travail s’opère par le processus de séléction des ressources pertinentes qui aident à désambiguïser les termes employés.

Je partage ici quelques éléments de mon travail bibliographique au sujet de la répresentation de soi sur internet et propose quelques éléments qui pourraient aider à repenser quelques démarches bibliographques au sujet d’Internet.

Recherche par Catalogue général Bnf et Google Scholar

Dans mon cas les termes initiaux étaient: Internet, représentation et soi. La recherche dans le catalogue générale de Bnf de ces termes, par mot ou formulée en  équation, a fourni des résultats insatisfaisants. La recherche par mot simple sous l’option “sujet” a fourni 1608 entrées pour le mot ‘Internet’, 850 pour le mot ‘représentation’ et 950 pour le mot ‘soi’. Au fait, la recherche par mot d’un terme sous l’option “sujet” affiche les résultats du mot  sous forme de tous ses aspects qui ont été défini par des cataloguers pour affiner la recherche. Parmi les aspects les plus récurrents pour mes termes sont leur aspects: social, administratif, psychologique, défense, politique, économique et artistique.  De ce fait, la  quête peut être formulée  comme : terme +son aspect. Cette modalité de quête rend la recherche dans le catalogue plus souple pour s’adapter à l’infinitude des sujets de recherche possibles.

Une étude rapide des entrées fournies par le catalogue suite à une recherche par mot simple pour les termes: Internet, représentation et soi, montrait aucun lien entre ces termes. Donc la formule ‘terme+aspect’ a été appliquée, par exemple ‘Internet+Aspect Social’. La quête formulée ainsi a fournie des résultats plus pertinents, mais la liste des ouvrages traitant le sujet proposaient également des variants pour les termes initiaux.

A la différence du catalogue Bnf, les résultats de recherche pour mes termes initiaux ont été très efficaces dans la base de Google Scholar. Scholar fonctionne comme un moteur de recherche et possède un répertoire universel des documents: thèses, articles scientifiques, ouvrages et autres.  L’indextation des sujets par mot et le classement des références par fréquence de citation ( le système de ranking) rend la recherche dans Scholar plus  productive.  En plus, avec la publication en Pdf et l’accès aux formats électroniques des ouvrages au sujet d’Internet, notamment mis en ligne par les professeurs américains, Scholar foruni également un accès direct aux ourvages téléchragables. (Je ne vais pas évoquer le polémique de Google Books car la numérisation ne s’applique plus aux ouvrages français).  Ainis, avec une interface intutive, une liste des domaines scientifiques recherchables et des critères de recherche simples, les résultats de Scholar m’ont permis d’établir plus rapidement  une liste d’auteurs traitant de mon sujet.

Néanmoins, la recherche dans ces deux systèmes a révélé des variants non negligéables des termes initiaux et cela surtout pour le terme  ‘Internet’.

Les variants – l’extension du champs lexical

Les variants indiquent un champs lexical plus étendu, qu’imaginé  au départ pour les termes choisis. Ces variants sont importants  pour accéder au maximum d’ouvrages traitant le sujet. Voici un exemple pour les termes ‘Internet’ et ‘soi’.

Termes initiaux

Les variants

Internet

Cyberspace, Virtual World (Monde Virtuel),Net, City of Bits, Networked Community, Virtual Community (la communauté virtuelle), Digital realm, Online, Web

Soi

Digital agent (agent), Cyborg, Body (corps) Virtual Individual (représentation virtuelle), Avatar

(n.b.  Comme une grande partie de la litérature scientifique est en anglais, je fourni la version en français seulement quand elle a été proposée par la litérature scientifique en français. Il ne s’agit pas donc, de mes propres traductions).

Cette liste de variants comme pour  ‘Internet’, indique que le terme possède une histoire spécifique. Pour ‘Internet’  ses variants sont un résultat de son développement technologique, social, litéraire et médiatique.  Un petit zoom sur la chronologie détaillant la phase initiale du développement du terme ‘Internet’, permet de voir sa transition d’un de ses variants le  ‘Cyberspace’.

De Cyberspace à Internet

1948 Norbert Weiner publie son ouvrage « Cybernetic – control & communication in the animal and machine world » Les idées principales sont : l’efficacité de l’action nécessite une communication et les organismes biologiques et artificielles, tous les deux peuvent avoir un but. La deuxième idée s’inspire du sens étymologique grec du terme « cybernétique » qui veut dire, « l’art de diriger » ou «  prendre action afin d’atteindre un but »
1981- 82 L’écrivain anglais de science-fiction, William Gibson, combine le mot ‘cyber’ avec ‘space’ et invente le terme «Cyberspace» dans son conte « Burning Chrome » publié dans Omni (magazine sci-fi). Le Cyberspace Gibsonien veut dire, ‘un espace ou une interface  simulant la réalité virtuelle de la matrice, où on peut stocker et accéder aux données.
1984 Gibson publie son roman le plus connu « Neuromancier » où Cyberspace est décrit comme, « une hallucination consensuelle »
1990 L’informaticien anglais Tim Burners Lee termine son program « worldwideweb » et le délivre à NeXT !
1991 M.Bendikt édite le premier ouvrage académique dédié au Cyberspace « Cyberspace : First Steps, Cambridge Mass : MIT Press ». Cet ouvrage propose des premières analyses scientifiques de l’environnement virtuel.
1992 M. Andreesen & E.Bina développent et lancent le premier navigateur graphique « Mosaic » qui a popularisé l’usage du WorldWideWeb
1995 Le terme ‘Internet’ commence à figurer dans les publications scientifiques et surtout SHS.
1999 Cyberspace et Internet commencent à figurer indépendamment  dans les publications scientifiques.

Ce zoom sur la chronologie lexicale d’Internet permet de savoir l’importance de la Science-fiction et de la cybernétique dans sa conceptualisation. L’émergence  en 1982 des mots ‘Cyberspace’ et ‘Réalité Virtuelle’ dans la litérature sci-fi, même avant l’ usage grand public d’Internet qui s’est produit à partir de 1992, a permis de donner un nom  à l ‘idée abstraite de ce que le worldwideweb et Internet avaient à offrir.

Dans cette phase initiale, les jeux vidéos et sur ordinateur ont aussi un rôle important surtout dans la concrétisation du myth de Cyberspace. Pendant cette période initiale et commerciale, Disney a joué un rôle  pionier en réalisant la première version  destinée à  grande consommation, d’une concrétisation audio-visuelle de ce à quoi le Cyberspace  pourrait ressembler dans son film “TRON”. Il faut se rappeler que TRON a été réalisé en 1982, dix avant l’usage populaire d’Internet vers 1992.

Donc, comme ce petit zoom sur la chronologie du term ‘Internet’ et son variant  indique, la recherche sur ce sujet exige une approache interdisiplinaire qui devrait prendre en compte l’influence des domaines comme la science-fiction, les jeux vidéos et sur ordinateur. La représentation de soi sur Internet devient donc un sujet qu’on ne peut saisir que dans un contexte spécifique de la “hallucination consensuelle”.

….à suivre avec TRON ( regarder en streaming )



Une réflexion sur « Le début : 0.1 »

Les commentaires sont fermés.