(CR) Mutation des industries culturelles à l'ère numérique

Séminaire : Mutation des industries culturelles à l’ère du numérique

Objectif : « Si le web g énère une émulsion et une innovation dasn la création, celles-ci passent-elles l’étape du marché, ou bien la consommation de masse reste-t-ell hiérarchisée comme dans l’ère pré-numérique ?

Il s’agit d’un compte-rendu très bref. Tout commentaire et notes supplémentaires sont bienvenues!


Le monde de la critique amateur sur le site AlloCiné

par  Dominique PASQUIER et Valérie BEAUDOUIN

Période de terrain : 1 ans, 2011

Interrogation principale porte sur l’hiérarchie des pratiques
>L’analyse du back office du site par Dominique Pasquier</A>

Méthode : entretien avec les distributeurs, le community manager du site AlloCiné

Constat 1.

Les critiques d’amateurs recherchées par les entreprise d’opining mining, sentiment analysis[1] et marketing. Il y a une prédominance des travaux marketing  et sentiment analysis qui s’intéressent aux effets sur le box office et les enjeux commerciaux.

L’étude du buzz ( de la bouche à l’oreille numérique) se fait en amont pour mesurer l’effet prédictif, le succès du produit. Ils partent du constat que plus il y aura de bruit, le film rencontrera plus de succès.

La période pré-sortie du film est cruciale, il faut avoir une masse critique, car le volume de critique est indicatif de la valeur et de la valence (puissance atractive).

Mais, les travaux marketing ne prennent en compte que l’opinion formelle, les clics et les notations. Ils calculent la moyenne de l’opinion libre.

Il y a donc une simplification du succès du produit.

De plus, il n’y a aucune prise en compte de l’amplitude des divergences notés par les amateurs et les professionnels.

Il est effectivement très difficile d’isoler la part de critique amateur, il y a le discours médiatique du film, les blogs et puis la critique des amateurs, mais tout cela est très imbriqué.

Constat 2.

Beaucoup de travaux sur la consommation et la concentration de l’attention. L’idée principale c’est que plus il y aura des participants, plus il y aura envie de participer, de faire partie des choses. Cet un unviers où les fils se rejoignent.

Mais concentration de l’attention est une vieille notion et elle n’est pas introduite par internet.

Référence aux travaux de Michel Gensollen

Michel Gensollen et Jérôme Perani, 2002,« Les économies d’échelle dans l’industrie des médias », Revue d’Economie Industrielle, n°100, pp. 119-135.

On peut aussi se référer à l’article de Micheal H. Goldhaber, « The Attention Economy  and the Net », FirstMonday

Constat 3. Le biais postif, ce qui aide à maintenir une position dans le classement.

La critique amateur se voit adresser les mêmes reproches que la critique professionnelle. Plus la critique est sévère, plus elle reconnue par les autres.

La critique faite par les amateurs  substitue à la critique traditionnelle, mais elle reste assez proche de l’ancien système: promotion des biens culturels.

L’analyse du site AlloCiné par Valérie Beaudouin

Aspiration du site: différents espaces

Recherches sur les profils et les motivations des contributeurs

Au cours de leur aspiration, AlloCiné a supprimé la fonctionnalité du profil, il existe uniquement des fiches des inscrits, donc l’accès aux critiques d’amateurs a été encore plus difficile.

Le public peut être divisé en novices et les habitués

Référence à l’article de Laurence Allard, 2002,“Cinéphiles à vos clviers! Réception, public et cinéma” Persée.

AlloCiné favorise un point de vue individuel, argumenté. 50 % des critiques portent sur une analyse formelle, esthétique et technique du film.

L’interdiscussion entre les amateurs n’est pas encouragé par le site; Il y a même une mise en invisibilité progressive des amateurs.

La critique experte vs émotion et la recommendation.

Il y a une compétition pour la visibilité par les membres du club 300 pour avoir des avantages (Club 300, comité des blogueurs qui font la promotion, sous forme de critique.

Les Allocinéens vs les amateurs collectifs qui sont peu visble sur le site.

La critique ni des Allocinéens et ni des amateurs ne porte pas sur la réception.

Les amateurs se lisent entre eux. Il y a un entre soi qui se construit autour des films.

Les critiques des amateurs se situent par rapport aux autres amateurs et la critique presse.

La motivation des amateurs à participer c’est d’apprendre les codes d’écriture. Il y a une vrai diversité des pratiques de rédaction.

Pour résumer le public des amateurs :

Habitués vs novices

Gnere noble vs les dominé

Argumentations vs recommendation, émotion

Conclusion:

Il est important pour les études des pratiques numérique de voir ce qui se passe dans le back office afin de saisir la réalité des faits.

La rentabilisation, la professionnalistaion des critiques d’amateurs (le club 300) contredit la thèse de la participation sur internet, surtout les travaux dans la lignée d’Henry Jenkins. La réalité commerciale façonne la participation. Ce sont les données utilisable comme les clics, les notations qui sont plus exploités que les critiques.

La masse critique est importante pour vendre. Dans ce cas de figure, AlloCiné est un vivier de travailleurs gratuits.


[1] Opinion mining ou sentiment analysis sont deux termes équivalents pour désigner des technlogies d’analyse automatique des discours, écrits ou parlés, afin d’en extraire des informations subjectives comme des jugements, des évaluations ou des émotions. Il s’agit d’une branche du Natural Language Processing (NLP) et plus précisément du « text mining »

Bernard Normier, « Opininon mining ou ‘sentiment analysis’, Où en est-on ? ».Disponible sur https://www.slideshare.net/bnc77510/normier-prezreputation-day2012-ssh