Les cinq mythes de la photo de profil

L’article  « Montre moi ton avatar, je te dirai qui tu es » publié dans Libération.fr du 14 juin, avance cinq mythes de l’avatar des sites de réseau social.  La journaliste, Marie Piquemal interroge la possibilité de connaître la personnalité et le psyché des utilisateurs Facebook et Twitter seulement à partir de leur choix d’avatar.  Cette approche physionomique de l’avatar me semble poser quelques problèmes.

Examinons d’abord la question et sa démarche. La quête de déduire le psyché d’un individu est une pratique controversée de la Physionomie qui s’est servit du portrait pour étudier les traits physiques1. Le déplacement de cette méthode physionomique du portrait vers l’avatar semble suggérer qu’il n’y aurait aucune différence entre ces deux objets. De plus, le fait d’admettre aveuglement que l’avatar est pareil que le portrait ignore non seulement l’originalité de l’avatar, mais exclut toute  investigation future des caractéristiques et des usages de ce mode de représentation dans son contexte numérique.

Le deuxième mythe développé dans l’article présente l’avatar comme un portrait capable de livrer l’identité des utilisateurs de réseaux sociaux. Cet argument s’appuie sur le fait que la capacité d’un avatar à identifier son utilisateur serait corollaire à la quantité d’éléments fournis sur la page de profil. En comparant les pages de profil Facebook et Twitter, la journaliste avance que les avatars Facebook seraient plus proches de l’identité civique de leurs utilisateurs car ils  fournissent leur nom, prénom et date de naissance. En revanche, sur Twitter le manque d’éléments personnels d’utilisateurs rendrait leurs avatars plus fantaisistes.

Cette comparaison d’éléments de la page de profil reste superficielle car elle ne prend pas en compte les paramètres techniques qui peuvent également influer la représentation des internautes. Prenons le cas du nom d’utilisateur qui en est un bon exemple. Dans l’environnement numérique l’usage du patronyme n’a jamais été une option à cause de son homonymie. De ce fait l’adresse mail, le mot de passe et le nom de compte tous doivent impérativement être composés de caractères alphanumériques. En 2004, Facebook a été le premier site de réseau social à offrir la possibilité (technique) aux utilisateurs de se représenter par leur nom propre2. Cependant, même si l’usage du nom propre est déterminé par l’architecture technique de Facebook, le site ne peut pas vérifier l’authenticité de cet élément. En 2009, Twitter a tenté de mettre en place un système de vérification de l’identité de ses utilisateurs, mais ce service de compte vérifié a été abandonné au bout de 6 mois3. Ainsi, la prise en compte des possibilités techniques aussi bien que leurs usages indiquent que la vérification de l’identité soit par le nom d’usager soit par l’avatar reste toujours un défi.

Le troisième mythe de l’avatar comme signe identitaire se base sur sa comparaison aux vêtements. En s’appuyant sur les propos de Thibaut Thomas, l’article explique que le changement de l’avatar serait semblable au changement d’habits. Comme le code vestimentaire est adapté selon le public dans les interactions face à face, de la même manière le changement de l’avatar indiquerait l’anticipation de l’audience en ligne. Or les recherches en Computer Mediated Communication suggèrent que l’environnement numérique diffère de l’interaction du monde physique surtout par son absence de contexte et un éclatement de public qui peut être aussi bien invisible que inconnu4. Donc, le changement d’avatar ne relèverait pas d’une anticipation de l’audience mais plutôt de sa gestion. Le renouvellement de l’avatar serait alors un signe de gérer au mieux possible l’image de soi que les utilisateurs aimeraient projeter sur leur audience.

Le quatrième mythe lié à l’avatar serait son pouvoir de raconter des histoires. Selon le psychologue Yann Leroux cité dans l’article, les utilisateurs de réseaux sociaux raconteraient leur vie, voire leur identité à travers l’avatar.  Pourtant, la multiplicité d’avatars en réponse à l’éclatement d’audience suggère que les utilisateurs de Facebook et Twitter préfèrent plutôt projeter des facettes de soi au lieu de livrer leur identité idem.

Le cinquième mythe de l’avatar avance que sa valeur iconique dépend de son contenu. Pourtant une simple comparaison entre le nom d’utilisateur qui accompagne toujours l’avatar, indique que ce dernier n’a qu’une fonction signalétique et décorative.  C’est- à-dire que l’avatar marque les interactions et guide le regard des utilisateurs. Donc, le contenu d’avatar n’aurait pas de valeur iconique en soi. Cependant, l’analyse des usages d’avatar dans des événements spécifiques comme la photo polémique de l’ambassadeur tunisien ou le séisme japonais du mars 2011,  montrent que ce sont les différentes utilisations de l’avatar qui lui attribuent une valeur iconographique.

Au fait l’avatar ne serait qu’un point d’entrée pour comprendre les différentes manières de gestion de soi à travers ses rôles culturels dans un site de réseau social.

Merci à Vincent Glad pour le signalement de l’article!

  1. Hélène Samson, « Autour du portrait d’identité », Intermédialités n°8, 2006, p 72 []
  2. André Gunthert, « Usages de l’image sur Facebook » ARHV, 2008 []
  3. Twitter a mis en place le système de compte vérifié suite au vol des comptes d’Obama et des célébrités []
  4. danah boyd, Jeffrey Heer. « Profiles as Conversation: Networked Identity Performance on Friendster » 2006 []

8 réflexions sur « Les cinq mythes de la photo de profil »

  1. @Fatima
    Je ne dit pas que les utilisateurs « parviennent » à anticiper un public, je prétend juste qu’ils « tentent » de le faire. A ce titre, peut être que les changements de photos de profils proviennent justement d’une tentative répétée de se représenter un public mouvant aux contextes effondrés ?

    @Pier-Alexis public en réseau : type de public particulier aux réseaux sociaux en ligne, comme le dit danah boyd dans son résumé de thèse (traduit en français par Eric Bernard) :

    Les sites de réseaux sociaux peuvent être compris comme des espaces publics en réseau qui sont simultanément (1) l’espace construit par les technologies en réseau et (2) la communauté imaginée qui émerge comme résultat de l’intersection entre les gens, la technologie et la pratique. Les espaces publics en réseau connaissent certaines des pratiques existantes chez les publics sans médiation, mais leurs différences structurelles orientent souvent les pratiques de manière unique. Quatre propriétés –persistance, cherchabilité, réplicabilité, dimension – et trois dynamiques – les audiences invisibles, l’effondrement des contextes et la confusion entre public et privé – sont examinées et combinées tout au long de la discussion.

  2. @PAV:tout simplement le cadre s’établit au niveau de la visibilité, l’avatar ne s’affiche pas seulement à la page de profil, il est sur la page d’accueil,il marque toute interaction sur le site. Alors que les photos d’album se noient dans la masse.

  3. @Fatima : Ok, mais pourrais tu me définir ce que tu entends par cadre, par ce que je ne saisis pas bien, ou alors pas selon ton sens peut-être. Quant à la visualisation côte-à-côte elle est toute à fait possible dans le dispositif des bannières publicitaires qui se déclenchent grâce à une application : une grande photo type affiche (de film par exemple) qui se prolonge sur les plus petites photos à droite (l’aperçu des albums en quelque sorte) : c’est seulement en regardant toutes les images « côte-à-côte, justement, qu’on s’aperçoit qu’elles font partie d’une seule grande image.

    Mais sinon il y a autre chose que je ne comprends pas, et dont parle Thibaut Thomas : qu’est-ce qu’un public de réseau?

  4. Bonjour Fatima,
    Je suis étudiante master 2 à l’IEP de Toulouse et j’écris un mémoire de recherche sur la photo de profil chez les adolescents. Je cherche à vous contacter mais je ne trouve pas votre mail, vous avez le mien, j’espère vraiment que nous pourrons entrer en contact. Bonne journée. et merci pour cette analyse d’article presse!

  5. Mme Aziz, vous faites bien de rebondir sur cet article.
    En effet, étant de confession sémiotique, il m’était nécessairement douloureux de répondre directement à une question portant sur le psyché de l’internaute analysé à partir de son avatar.
    Pour tout vous dire, je n’ai, lors de l’interview, pas utilisé le mot avatar mais bien celui de « photo de profil », tant le terme « avatar » renvoie à une utilisation bien particulière d’image.
    Je n’ai donc pas cherché à décrire une identité, mais un mécanisme de choix de photo, dans un contexte très particulier, celui des publics en réseau, dans le cadre de la description de leurs propriétés et dynamiques. A ce titre, votre article devrait plutôt renvoyer vers la thèse de danah boyd plutôt que son article de 2006, puisque cette description est au coeur de son travail.
    Dans le cadre d’une interview pour un quotidien généraliste, il m’a semblé que l’analogie avec les vêtements, ou plutôt, la présentation de soi au sens de Goffman, était la plus productive.

    Je reformule donc ma position : « le choix de la photo de profil est le fruit d’un arbitrage à un instant donné entre, d’une part, l’injonction faite par le dispositif technologique de s’in-carner en ligne, et la perception incertaine du contexte due aux caractéristiques et dynamiques des publics en réseau d’autre part ».
    Verbeux, mais théoriquement plus éprouvé 😉

    1. @ Thibaut: Merci pour votre intervention très intéressante, effectivement les choses se précisent. Vous avez complètement raison d’évoquer la thèse de d.boyd pour votre propos. danah fournit une analyse excellente sur les différences entre les interactions face-à-face et celles qui se passent au sein des publics en réseau, surtout dans le chapitre 4 de « Taken Out of Context ». Cependant, je crois et danah le précise aussi (comme le titre de sa thèse le suggère) qu’il y aurait ‘un collapse de contexte d’interactions en ligne, car les publics sont invisibles, inconnus et éclatés’. Dans ce scénario il me semble peu probable que les utilisateurs soient capables de choisir leur photo en anticipation du public. De plus, les paramètres de confidentialités introduit par Facebook sont symptomatiques de ce manque d’anticipation.

  6. Bon article, bonne réponse Fatima! 😉 J’ai cependant une petite interrogation sur ton quatrième mythe. Yann Leroux ne déclare pas dans l’article qu’on « raconte notre vie » mais bien qu’on la « légende ». Si on prend les choses dans ce sens, « projeter de facettes de soi » n’est pas si différent de « raconter des histoires » : dans cette dernière expression on peut entendre qu’on signale notre identité accolée à une part de fantaisie. L’exemple serait les bannières de photos de profil mises côte-à-côte dont il est peut être question dans l’article. En effet dans celles-ci on ne trouve parfois aucune trace visuelle du détenteur du compte, mais un signal sur un de ses gouts ou à tout le moins une opinion (donc signal + histoire).

    1. @ PAV ce qui est à mon avis plus intéressant à voir c’est le changement de cadre et pas tant le contenu. Ce sont les différents cadres qui donnent sens à l’interaction. Une photo sans tag dans un album n’a pas autant d’importance, ni de visibilité, sauf quand celle-ci est choisie pour le cadre de l’avatar. Toutes les images n’ont pas la même valeur sur une page de profil et en plus leur visualisation ne se fait pas côte -à-côte!

Les commentaires sont fermés.