Les images d'actualité sur les réseaux:le séisme japonais

Ce matin, comme d’autres internautes j’ai appris la triste nouvelle du séisme japonais à travers mes navigateurs. Ma prise de conscience de l’événement a commencé par une image de la Une de Yahoo qui montrait des voitures à flot dans un déluge. D’habitude je ne prête pas attention au flash en image de Yahoo qui est souvent consacré  aux célébrités, mais dans ce cas, j’étais sûre qu’il s’agissait d’une photo d’actualité1. C’est à partir de cette photo/capture d’écran de la Une  que ma simple visualisation s’est transformée dans une quête d’informations sur la toile.

Capture d'écran, une des premières images du séisme à circuler sur le web par exemple BroadSheet. Les méta données associées à cette images sont les suivantes: A screen grab taken from news footage by the Japanese Government broadcast NHK, on March 11, 2011. Photo credit AFP/Getty Images)

L’efficacité du hashtag

En me connectant simultanément sur Twitter et Google Actualités, j’ai pu localiser la catastrophe. Effectivement les mots-clés tendances sur Twitter #prayforjapan, #tsunami, #japon et #Tokyo Disneyland, ont signalé immédiatement les régions affectées et ont affiné considérablement ma recherche. En plus de signaler d’autres pays touchés, les tweetos affichaient également des images partagées via TwitPic.

L’intégration du lien vers l’image dans les tweetos est une fonctionnalité efficace car elle amène directement sur le compte TwitPic du titulaire et  donne accès à un corpus d’images regroupées sous le même hashtag. Depuis 2008, le TwitPic Image Share permet  le partage des images sur Twitter et propose sur son propre site une recherche de contenu visuel  à partir des mots-clés & hashtags associés aux photos/vidéos.

Corpus d'images proposé par TwitPic Image Share à partir d'une recherche du hashtag #prayforjapan

Dans le cas du séisme du 11 mars, un exemple des tweetos  affichant des TwitPics étaient le hashtag #Tokyo Disneyland  avec  des photographies partagées par @mrdaps concernant les dégâts du Disneyland Tokyo.

Une des photographies du corpus #Tokyo Disneyland partagée sur twitter via TwitPic. compte @mrdaps

La réutilisation & circulation des images TwitPic

Quant à la recherche des articles sur Google Actualités j’ai repéré dans quelques articles de blogs privés et des sites de presse la réutilisation des photos Twitpic comme les images les plus récentes du séisme. Par exemple l’article “Latest pictures of Japan’s 8.8 magnitude earthquake” sur le site International Business Times est illustré avec des photographies  provenant de TwitPic (7 sur 8 images sont créditées “Twitter Users”). Curieusement, la réutilisation de ces images amènent à leur léger changement  éditorial, par exemple la légende du départ est effacée ou modifiée.

La reprise de la TwitPic partagée sous le hastage #Tokyo Disneyland sur Twitter.

En comparaison avec des premières images partagées en temps réel via Twitpic des sites de presse comme la BBC, la Washington Post, Rue 89 et Libération ont tous proposé des extraits du JT japonais (rediffusé par des chaînes américaines), des diaporamas ou bien des photos en  grand format, très nettes.

Faute de comprendre le japonais, je n’ai pas cherché les tweetos nippons, par contre on peut retrouver les extraits du JT japonais  partagés sur Ustream.

Et Flickr?

En m’interrogeant sur ma propre démarche, je me suis demandé si Twitter et sa fonctionnalité de fournir l’information en temps réel n’avait pas remplacé la proposition iconographique de Flickr?

La recherche sur Flickr se fait également par mots-clés et les tags les plus utilisés, mais le site ne propose pas de recherche de contenu partagé en temps réel  ou des tags  tendances. Mais en effectuant une recherche par les tags : japan, earthquake j’ai découvert des séries de photos consacrées au séisme, de belles images en grand format que j’avais déjà vu sur les sites de presse plus tard dans la journée d’aujourd’hui. En voici quelques exemples:

Un échantillion de photos réutilisées dans les diaporamas proposés par la BBC & la Washington Post.Les tags associés sont Japan & Quake. http://www.flickr.com/photos/egbok/

Suite à cette observation, j’estime que Twitter ou Twitpic n’ont pas remplacé Flickr, c’est l’usage des ces outils qui leur attribue un statut différent. A plusieurs reprise la presse s’est servie des photos Flickr, voir l’article sur ARHV “Tous journalistes?” Les attentats de Londres ou l’intrusion des amateurs. Alors, ce serait peut-être notre manière de rechercher l’image sur le web qui a changé car ce sont des outils proposant  les moyens plus efficaces comme les #hashtags et  les flux de mots-clés tendances qui s’avèrent être le premier choix.

Dans le contexte de la catastrophe, l’avatar peut-il se détourner en image?

En plus du partage des tweetos comme soutien aux victimes du séisme, plusieurs groupes et pages Facebook ont été crées aujourd’hui sur le réseau social. Les membres de ces groupes et communautés partagent des liens, des images,  commentent et participent, mais aucun de ces membres, ni sur Facebook, ni sur Twitter n’a pas pensé à afficher et/ou  à diffuser leur soutien auprès des victimes à travers leur avatar.

Dans les contextes récents comme l’affaire Boris Boillon ou l’assassinat du Ministre des Minorités au Pakistan, l’avatar a été détourné de sa fonction visuelle pour servir à des fins iconographiques sur Twitter et Facebook, voir le billet “L’avatar est-il une image?”. Comment expliquer cet absence du détournement dans le cas du séisme japonais? Plusieurs hypothèses sont possibles, peut-être il n’y a pas d’image éditée et  mise en ligne qui peut servir la cause du détournement de l’avatar, ou bien il n’est pas toujours facile de résumer une catastrophe naturelle, de la réduire à une seule figure. Que faire et comment expliquer ce phénomène du détournement? Faut-il aller mener des entretiens auprès des utilisateurs des réseaux sociaux et leur demander d’expliquer leur choix d’avatar?

Suite à cette observation, au moins  un point méthodologique semble claire: le choix de l’avatar pour le détourner en image s’opère très vite, il est influencé par un événement national  ou international. L’image choisie est souvent affichée comme soutien à un événement d’actualité. Toujours dans le contexte du détournement de l’avatar, le choix de l’image dépend aussi du corpus visuel proposé sur le web.

Cependant, dans le contexte de ce séisme le corpus visuel est présent sur la toile, mais peut-être trop vaste pour proposer une figure. Compte tenu de tous ces facteurs observables sur le web qui démontrent ses limites, mais aussi ses avantages  il devient possible d’étudier le contexte du choix des images en termes de leur circulation et leurs usages.

Mise à jour le 13/3/11

Les réactions du soutien communautaires se propagent sur Facebook et Twitter. Au cours d’une journée, plusieurs pages de soutien aux japonais ont été crée sur Facebook aussi bien que les événements web, public events, dont un particulièrement consacré au changement d’avatar: “Changer sa photo de profil pour le japon :/”. Les créateurs de l’événement précisent bien l’objectif de cet acte:

“Pensant au japonnais qui ont subi ce malheur , mettant cet photo en profil pour avoir une forte penser , et se rendre compte qu’on aurait pu être a leur place :/ TOUS POUR LE JAPON……. ♥”

Changer sa photo de profil pour le japon :/. Événement web créé le 11 mars à 13h sur Facebook. Capture d'écran le 13/3/11

Le changement de l’avatar se fait même au niveau personnel.

Changement d'avatar comme soutien aux sinistrés du séisme japonais

Que montre nous ces avatars?

L’effort du détournement est bien au cœur, mais en absence d’un consensus sur le choix d’une image de l’actualité, les membres du groupe choisissent des logos qu’on voit souvent imprimés sur les souvenirs de voyage. Même s’il est difficile de résumer une catastrophe à une image d’actualité emblématique, le logo peut répondre temporairement au besoin iconographique urgent. Certes les images construisent l’actualité, mais sur les réseaux sociaux l’appropriation des images est devenue cruciale pour participer aux événements d’actualité.

I <3 Japan. Capture d'écarn de recherche sur Google Images. 13/3/11
Souvenirs I "heart" Japan. Capture d'écran de recherche Google Images. 13/3/11

  1. Au fait il ne s’agit pas du tout d’une photo, mais d’une capture d’écran d’un JT japonais. Faute d’images, les blogs et les sites de presse illustrent leurs billet avec cette capture d’écran, que certains sites affichent sans les titres en japonais, comme Yahoo. Cette découverte est faite lors de la rédaction de ce billet []

4 réflexions sur « Les images d'actualité sur les réseaux:le séisme japonais »

  1. Just observing here, I don’t believe people realise, the scenario over in Japan is going to get much worse before it gets better – dangerous nuclear power scenario, 20% permanent loss of electric power generation too as those stations probably won’t be coming back online ever again… Japan’s going to very much feel these things and for a long time too.

  2. Un billet intéressant (mais bourré de fautes de français : c’est dommage, cela délégitime le propos…).
    Sur le fond, j’ajouterai que, lors d’événements de cette nature (catastrophes naturelles), ce sont souvent des photos vues d’avion qui vont révéler le mieux l’ampleur des dégâts – et qui seront du coup les plus spectaculaires (cf. The Big Picture). Or ce type de prise de vue ne peut évidemment pas être produite et diffusée aussi vite ni par tout un chacun.

    1. @Patrick:Tout à fait d’accord, c’est une très bonne idée, il faudrait le proposer à Flickr, mais je me demande pourquoi le site n’a pas ajouté cette fonctionnalité malgré son rôle dans les attentats de Londres.
      @L.Merzeau: En absence de photographies en grand format avec des vues spectaculaires, les premières images à circuler sont quand même des captures d’écran ou des photos prises par les témoins. Certes ce n’est qu’avec le passage du temps (vers midi dans ce cas) que les sites ont renouvelé leurs diaporamas avec des images plus spectaculaires. Mais, ce que je trouve particulièrement intéressant de point de vue de la recherche des images, c’est l’efficacité des mots-clés tendances et le #hastag.
      Merci pour le signalement des fautes de français, c’est noté et les corrections sont en cours!

  3. Il manque à Flickr une fonctionnalité permettant d’accéder immédiatement aux images les plus récentes sur un sujet quelconque. Il est nécessaire de passer par la recherche avancée pour limiter la requête aux photos postérieures à une date donnée, et de restreindre la recherche aux tags afin de minimiser le bruit lors de la réponse [comme ici avec les tags japan et earthquake]. Si Flickr développait un bouton direct du genre “Recent photos”, il pourrait “rivaliser” avec le couple twitter/twitpic en ce qui concerne la facilité d’accès aux photos d’actualités hors des circuits professionnels.

Les commentaires sont fermés.