Archives par mot-clé : Photo

Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse

Je reproduis ci-dessous mon article paru dans le numéro 31 d’Etudes photographiques (printemps 2014), afin de permettre sa discussion.

Fig.1. "LOL", photographie numérique, coll. part.

Les pratiques de présentation de soi des adolescents sur Facebook sont souvent décrites comme narcissiques et impudiques1. Une telle approche repose sur des analyses quantitatives ou sémiotiques des contenus visuels qui négligent les usages et le contexte de réception des images. Si le partage des photographies personnelles contrariait la sociabilité, les membres de Facebook éviteraient cet usage. Or, en 2013, la plate-forme a revendiqué l’hébergement de 250 milliards d’images2.

Pour analyser les pratiques visuelles de manière plus ouverte, on a retenu ici une méthode ethnographique, basée sur l’observation en contexte de comportements réels de jeunes adultes (18-25 ans), lors d’un moment particulier de la vie sociale : celui des préalables à la rencontre amoureuse3.

A la recherche de la cible

Sur les 26 millions d’utilisateurs actifs de Facebook en France, la majorité d’inscrits ont entre 17 et 35 ans4. Les jeunes adultes ont un usage sentimental développé de Facebook5. Ils ont souvent commencé tôt à étendre leur réseau amical grâce à la plate-forme. Certains y sont inscrits depuis au moins quatre ans. Si la pratique du site ne garantit pas une connaissance approfondie de ses fonctionnalités, elle favorise un comportement utilitaire. Les habitués y recourent à chaque nouvelle rencontre ou pour s’insérer dans un nouveau réseau. L’habitude de tisser des liens par connaissances interposées depuis le collège garantit une aisance vis-à-vis du dispositif et un sentiment de confiance dans la sociabilité de la plate-forme.

« Au lycée aussi on a commencé à ajouter tout le monde parce qu’on venait tous de collèges différents. Finalement, il y avait plein de gens qu’on ne connaissait pas, et les premières semaines, (…) tout le monde s’ajoutait sur Facebook et ça permettait de dire : “Ah, tu connais machin, on a les mêmes amis en commun6” » (Lili, 18 ans).

Les soirées universitaires et les fêtes organisées entre amis augmentent les chances d’agrandir son cercle amical. Toutefois, ces activités imposent un format de rencontre souvent fugace, laissant peu de temps pour s’informer sur le nouveau contact. Le nom ou le numéro de téléphone sont des détails couramment omis lors d’une première interaction. Intentionnelle ou involontaire, cette omission ne semble pas déranger les jeunes, car ils se pensent capables de reconstituer ces informations à partir de leur réseau relationnel.

Si, pour certains, remettre la recherche détaillée du target7 (cible) à plus tard rend leur jeu de séduction plus mystérieux, pour d’autres, cette omission évite l’embarras d’un rejet.

« Comme tout le monde est sur Facebook maintenant, c’est peut-être devenu une mode et puis c’est aussi une manière indirecte, sans se dire maintenant je vais t’appeler. C’est passif, sans engagement, vous voyez » (Julia, 17 ans).

Entre la première rencontre et la décision de prolonger l’échange, Facebook se présente comme un terrain de jeu permettant de maintenir ouvertes plusieurs options.

« La première étape c’est de vérifier tout ce qui est abordable sans qu’on soit ajouté à son réseau » (Gaspard, 18 ans).

Pouvoir interroger son propre réseau relationnel sans être vu est un des ressorts de l’interface qui permet de se lancer discrètement dans la collecte d’informations sur sa cible8. Les photographies taguées (celles qui affichent le nom de la personne) constituent un objectif prioritaire. Elles permettent de remonter la piste des amis communs, dont les profils peuvent être exploités comme sources d’informations complémentaires, et servent de porte d’entrée pour accéder à la cible. A ce stade, c’est l’accessibilité du profil qui l’emporte sur son contenu, car sa consultation dépend de son paramétrage de confidentialité.

Fig.2. Photo de profil et photo de couverture sur la page de profil/ journal, Facebook, 2013.

D’une manière générale, les contacts sur Facebook s’accordent un accès complet et une visibilité réciproque de leurs activités – privilège refusé aux inconnus qui n’accèdent qu’à quelques rubriques publiques : le nom, la photographie de profil9 et celle de la couverture10 du compte (voir fig. 2). Cette visibilité en clair-obscur – claire pour les amis, obscure pour les autres – est perçue comme une mesure de la personnalité11.

« L’absence des photos, ça m’est arrivé récemment, et ça m’a fait réfléchir un peu et je me suis dit, “Tiens, j’aimerais bien faire ça aussi !” parce que c’est vrai, au final on étale beaucoup notre vie et je me suis dit ce n’est pas plus mal que ça. Mais au début, c’est vrai je me suis dit, “Ah ! Il n’y a rien !” » (Julia, 17 ans).

Si, pour certains, l’accès limité aux photographies provoque un étonnement qui les interpelle sur leur propre présentation, pour d’autres, un profil vide d’images suscite la méfiance.

« Si je tombe sur un profil sans aucune photo, je pense que j’attendrai que cette personne me parle en premier, qu’elle vienne me parler » (Pénélope, 20 ans).

« Généralement, quand c’est un truc un peu humoristique, souvent on se dit, oui, celui là, il est tellement moche qu’il ne s’assume pas en photo (rires) ; c’est très courant ça, et généralement chez des gens qui n’ont vraiment pas confiance. Moi, j’ai un de mes meilleurs amis qui fait ça de temps en temps. Souvent, les trucs humoristiques, je connais cette personne et je sais qu’elle n’a vraiment pas confiance en elle, et que physiquement elle se sent vraiment moche, alors que c’est un garçon adorable et qu’il n’est pas moche ! » (Nathalie, 19 ans).

Fig.3. Album de photos de profil. Facebook, 2013.

Ces réactions de surprise ou de scepticisme devant un profil sans iconographie accessible ou avec une visibilité limitée peuvent s’expliquer par la logique du don au sein des communautés en réseau. Dans ce contexte, la page du profil fait fonction de lieu de réception, censé accueillir ses visiteurs12. Sur le réseau numérique, partager son image relève du respect des règles tacites auxquelles tous les membres sont soumis. En outre, la réciprocité de l’échange limite les comportements abusifs13. Lors de cette phase préliminaire, une visibilité plus ou moins grande de l’iconographie est lue comme une indication sur la personnalité de la cible. Un corpus représentatif est perçu comme le signe d’une personnalité avenante. L’absence d’images suscite en revanche la suspicion, en suggérant un comportement dissimulateur.

Fig.4. Photographie du groupe d'amis du lycée, choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2012.

« Souvent les profils sont assez fermés maintenant, mais, il y a ce nouveau truc, la photo de couverture, qui n’existait pas à l’époque. Donc tu découvres vachement de choses sur les gens avec ça, parce que les gens ne se rendent pas compte forcément, ils savent que c’est public. Si, par exemple, sur la photo de couverture ou de profil tu vois que la personne est avec pleins d’amis, à une soirée ou un truc comme ça, généralement on se dit que cette personne est populaire, il veut se montrer, par exemple mon ami Jessy (voir fig. 3) » (Nathalie, 19 ans).

« Je pense que c’est ça la plus important, ce sont des amis. Donc, je vois ça via ses photos de profil, et puis je vais aller voir ses autres photos, si je vois qu’elle est toujours avec le même groupe d’amis, ça veut dire qu’elle est avec un groupe d’amis soudé et ils se marrent, j’aime bien cette personne, je me suis dit ça quand j’ai rencontré Mathilde qui a un vrai groupe soudé du lycée (voir fig. 4). Moi, je les ai tous rencontrés et je suis content de les avoir rencontré via Mathilde. Maintenant j’en fais partie ! (voir fig. 5) » (Arthur, 19 ans).

Fig.5. Photo de profil, facebook, 2013.
Fig.5. Photographie choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2013.

Lorsque qu’un entourage amical accompagne les portraits de la cible, cette information confirme un haut degré de sociabilité. L’importance accordée au groupe d’amis s’inscrit dans une logique adolescente qui veut que faire partie d’un groupe, c’est aussi montrer qu’on en fait partie14. La visibilité du cercle social est perçue comme le signe d’une personnalité avenante, riche en capital social (voir fig. 4). Le témoignage visuel d’une amitié étendue inspire confiance et séduit le récepteur désireux d’agrandir son propre réseau. L’étape suivante sera alors la demande de contact, qui permet en cas d’acceptation d’accéder à l’ensemble de l’information du profil.

Une herméneutique du profil

Accéder au profil de la cible permet d’abord de s’informer de sa disponibilité sentimentale et son inscription sociale, dans la perspective d’entamer une discussion. Dans ce contexte hyperesthésique, tout élément est susceptible d’être scruté comme un indice que le visiteur croit savoir interpréter grâce à sa propre pratique de Facebook15.

Les informations signalétiques une fois survolées, l’attention s’oriente vers la localisation pour estimer la proximité géographique, puis le lycée pour retrouver des connaissances communes. Même si le statut relationnel figure dans cette rubrique, cette information est plutôt recherchée ailleurs, souvent dans l’iconographie.

« Déjà tu vérifies dans les photos s’il y a la même fille qui apparait, qui like ses photos… » (Agathe, 25 ans).

L’examen des photographies reprend. Toutes les images, celles postées par le titulaire du compte aussi bien que celles rajoutées par son entourage sont passées au crible. Une évaluation de la fréquence de mise en ligne permet de déterminer si la cible se sert régulièrement de Facebook.

La valeur informationnelle l’emporte sur la qualité esthétique des images. Les photographies de voyage ou d’activités loisir sont consultées afin de reconnaître les goûts, les pratiques et les préférences culturelles de la cible. Les échanges qui découlent de ces publications servent à vérifier les informations visuelles et à mesurer le poids social de la cible au sein de son cercle amical.

« On essaie de voir quel genre de personne c’est, et avec les photos, on peut voir s’il fait des voyages par exemple, savoir quel type d’amis il a. Pas voir où il habite, mais s’il a des activités, il doit y avoir des photos avec un petit peu du sport, souvent pour les mecs c’est ça ou de la musique. Dès fois il y a pas mal de personnes qui mettent des bandes de son, des musiques qu’ils écoutent » (Julia, 17 ans).

Fig.6. Album des photos de couverture, Facebook, 2013.

Comment s’effectue cette lecture active des images ? Il n’y a pas une seule réponse à cette question ni aucune grille de lecture fixe, car ce sont les usages qui déterminent cette démarche interprétative. Les visiteurs mobilisent leur culture visuelle et s’appuient sur leurs propres pratiques du site.

« Tu as ceux qui font assez attention à leur vie privée et ils ne mettent aucune photo d’eux ni rien, ils mettent des photos des choses qu’ils aiment. Mon cousin Martin, par exemple, il a l’affiche de Pink Floyd en tant que photo de couverture (voir fig. 2), et puis ma correspondante mexicaine, elle adore Paris (voir fig. 6). Donc ça permet de voir le groupe préféré de la personne, si elle aime la nature, si elle aime plutôt, je sais pas, une bande dessinée, un film quelconque, une photo ancienne, ça peut dire vachement sur la personne, sans qu’elle se rende compte, moi je trouve. Donc, en tant que fille tordue, j’analyse, il y a des interprétations » (Nathalie, 19 ans).

L’information recherchée porte sur le comportement de la personne, sur ce qu’elle aime ou sur le genre de musique qu’elle apprécie, afin d’avoir des sujets de conversation pour la prise de contact. Les interprétations restent très subjectives. En l’absence d’une formation à l’image, ce sont souvent les observations de l’entourage – un cousin, une correspondante, un ami –, qui apprennent à constituer une grille d’interprétation personnelle.

La croyance dans le caractère révélateur de la personnalité de la photographie renvoie à la capacité de l’enregistrement de capter aussi bien le signal que le bruit, l’information volontaire que l’information involontaire, par définition plus sincère, puisque moins contrôlée16.

De même que, au cours d’une conversation en face-à-face, la lecture des comportements se fonde sur l’ensemble des expressions directes et indirectes17, l’interprète du profil Facebook pense que le bruit photographique est susceptible de révéler les intentions véritables des sujets observés.

Mais si les utilisateurs de la plate-forme alimentent leur grille d’interprétation à partir de leur propre pratique, cet auto-apprentissage les sensibilise également aux limites de leur méthode interprétative.

« Si cette personne met seulement des photos qu’elle veut montrer pour nous donner l’impression, par exemple si elle poste 50 photos et qu’il y en a 48 qui sont de la même soirée, je vois 50 photos où je la vois sortir et si je ne fais pas le lien que c’est la même soirée, je dirai qu’elle est une super fêtard. On peut faire des erreurs. Ce n’est pas une science exacte ! » (Marco, 19 ans).

Même si les photographies partagées sur le profil démultiplient les contextes sociaux d’interaction de la cible, leur contenu doit être considéré attentivement ainsi que le nombre et la fréquence des commentaires qui les accompagnent.

« Il est important de voir la personne en interaction, ça peut être un critère de voir si quelqu’un est apprécié. Si c’est avéré qu’il n’a pas un réseau d’amis très développé et que personne ne réagit à ses photos ou qu’elles sont juste de lui et aucune avec d’autres, cela m’aurait un peu refroidie ! » (Agathe, 25 ans).

L’accès au profil complet confronte l’enquêteur à la tâche de vérifier un maximum d’informations. Si les photographies sont préférées pour aller plus vite à l’essentiel, leur interprétation constitue un travail conséquent de vérification et de contre-vérification. Cette lecture détaillée indique également le niveau d’investissement de ces jeunes adultes, dont l’intérêt croissant pour leur cible s’accompagne de l’envie d’écarter les doutes et d’éviter de se laisser tromper par une présentation trompeuse18.

Du décryptage à la conversation

La conscience des limites de leur propre lecture motive ces jeunes adultes à appeler leurs amis en renfort. Pendant cette phase de tâtonnement, seuls les amis les plus proches sont considérés comme dignes de confiance. La discrétion est prioritaire pour éviter les moqueries de son réseau amical.

« On en a parlé, avec mes amis filles, généralement, mes meilleures amis, mais généralement, c’est entre filles » (Nathalie, 19 ans).

Le décryptage se prolonge principalement sur les photographies déjà sélectionnées par l’intéressé qui cherche un deuxième avis. L’intelligence collective enrichit ou corrige l’interprétation. Le partage des avis à un moment où la situation sentimentale est encore évolutive, constitue un moment de détente et d’apprentissage. Elargir l’enquête permet également de dédramatiser les incertitudes.

Fig.7. Album de photos de profil, Facebook, 2013.

« On regardait les photos de cette fille et Margot, ma pote, elle m’a appris à faire toute une synthèse par rapport aux nombres de photos sur lesquelles on voyait où cette nana sortait, le nombre de photos où elle était avec ses potes, où elle était bien habillée ou elle était habillée bof . Avec toutes ces informations, Margot m’a dit qu’elle n’avait pas l’air cool. En fait, oui, elle avait raison ! On peut vraiment connaître quelqu’un, si on a un esprit de synthèse vraiment synthétique (rires) » (Pierre, 17 ans).

Fig.8. Photo de profil, Facebook, 2013.

Plus les recherches se prolongent, plus les affinités apparaissent, et avec elles l’envie d’impressionner la cible ou de se lier avec elle.

« On a rigolé en regardant ses photos, celle du profil en premier (fig. 7) les ensuite, celles sur lesquelles il a été tagué19. On a passé un bon moment ensemble. Sur une photo de profil on dirait qu’il avait l’air d’avoir 12 ans (fig. 8) » (Nathalie, 19 ans).

Même dans le cas où l’analyse en compagnie d’un proche n’ajoute rien aux interprétations existantes, cette solidarité rassure et apaise les jeunes pendant cette période d’incertitude. Celle-ci prend fin avec le premier échange de correspondance, bref et discret, avec la cible. Outre la référence à la soirée ou aux amis communs, le message doit être rédigé sur un ton humoristique, avec des smileys, pour s’assurer d’un ton léger et éviter d’être pris pour un stalker20. Une fois la conversation lancée, celle-ci met fin à l’herméneutique du profil. Ce sont alors le ton et la fréquence des messages échangés qui renseignent sur l’intensité de l’investissement de l’interlocuteur.

« Au début c’était assez rapide, on se parlait beaucoup, beaucoup, beaucoup et puis là, c’est plus espacé dans le temps. On se parle tous les jours, mais avant c’était toutes les demi-heures, toutes les heures. Et là, on se découvre et en même temps on fait le plan de se voir. C’est plus long, je trouve, que par rapport à la découverte, cette période actuelle. » (Pénélope, 20 ans).

Pendant les échanges conversationnels, la lecture utilitaire des photographies se transforme dans un usage de divertissement actif. L’analyse du profil cède la place au jeu de séduction où la photographie personnelle n’est plus lue comme un indice mais utilisée comme une proposition d’interaction ludique, directe et exclusive. Le réseau social sert donc à la fois comme un filtre permettant de tester le niveau de complicité avec une relation potentielle et un terrain de jeu pour la prolonger.

« Il m’a envoyée cette photo (voir fig. 1) par la messagerie lors d’une conversation. Ce n’était pas le soir même de notre rencontre, mais quand il a commencé à m’intéresser. Je la trouvais drôle cette photo, et c’était une des seules où on le voyait en entier ! Je l’ai envoyée à Candice pour lui demander son avis sur la question, ça l’a fait rire aussi et elle m’a répondu qu’il était bien foutu et pas mal ! On fait souvent ça pour rigoler et pour avoir un avis extérieur ! » (Nathalie, 19 ans).

L’enquête préalable des jeunes adultes sur Facebook sert  à mieux se renseigner sur la cible avant de s’engager. Les images publiées sont mobilisées comme source d’informations non seulement du point de vue de leur contenu, mais aussi en vérifiant leur nombre, leur fréquence ou leur sociabilité conversationnelle. La croyance dans le caractère révélateur de la photographie est rapidement remise en question par les limites de l’exercice interprétatif et la nécessité d’un travail d’enquête.

De la valeur informationnelle des images partagées en réseau découle la reconnaissance de leur valeur transactionnelle. L’échange de photographies au sein d’un réseau installe un comportement de réciprocité, transformant chaque publication visuelle en proposition d’interaction, activée ou non selon les motivations des participants. Plutôt que le développement d’un narcissisme collectif21, l’analyse des usages démontre l’existence d’une démarche pragmatique de collecte et de mise en relation d’informations dans un but social, constitutive d’une nouvelle culture de la conversation visuelle – un constat que l’on peut étendre largement au-delà du cadre de l’interaction amoureuse.

NB. Les illustrations 2 à 8 sont des copies d’écran réalisées le 11 septembre 2013, publiées avec l’accord des titulaires des comptes.

Citation: Fatima Aziz, « Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse », Etudes photographiques, n° 31, printemps 2014, p.72-85.

  1. Voir par exemple : David Houghton et al., « Tagger’s Delight ? Disclosure and liking behaviour in Facebook. The effects of sahring photographs amongst multiple known social circles », University of Birmingham, 2013 (http://epapers.bham.ac.uk/1723/1/2013-03_D_Houghton.pdf) []
  2. « More than 250 billion photos have been uploaded to Facebook, and more than 350 million photos are uploaded every day on average », A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013, p. 6 (en ligne : https://fbcdn-dragon-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn 1/851575_520797877991079_393255490_n.pdf) []
  3. Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’une cinquantaine d’étudiants en médecine et d’autres filières, résidant en Ile-de-France. Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des étudiants entre 18 et 25 ans, issus de milieux sociaux contrastés. Les interactions quotidiennes des utilisateurs avec leurs amis, en face-à-face et sur Facebook, ont été observées pendant 3 mois (les prénoms ont été modifiés) []
  4. Marian Moreau, «Facebook compte 26 millions d’utilisateurs en France», FrenchWeb, 5 septembre, 2013 (http://frenchweb.fr/facebook-compte-26-millions-dutilisateurs-en-france/125450) []
  5. Pascal Lardellier, Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin, Paris, 2012. []
  6. Les verbatim sont extraits de l’enquête. []
  7. Mot anglais, terme employé par les interviewés pour désigner la cible de leur recherche sur Facebook []
  8. danah boyd et Nicole Ellison, « Social network sites : Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, vol.13, n°1, 2007 []
  9. La photo visible à côté du nom du titulaire d’un compte Facebook. Cette image accompagne le nom d’un utilisateur Facebook à chaque interaction sur le site []
  10. La photo de couverture est l’image de grande taille qui s’affiche uniquement en-tête de la page de profil/ journal Facebook []
  11. Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai sur la cartographie du web 2.0 », Réseaux, 152, p 93-137, Paris, Lavoisier, 2008 []
  12. Sur Facebook, depuis le lancement du site, l’accès à la photographie de profil active est publique par défaut, car elle remplit une fonction de discrimination des patronymes homonymes []
  13. Antonio. A. Casilli, Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ?, Editions du Seuil, Paris, 2010 []
  14. Dominique Pasquier, Culture Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005 []
  15. Carlo Ginzburg, Mythes, Emblèmes, Traces, Morphologie et Histoire, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1989 []
  16. André Gunthert, « Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la lune ?) », Atelier des icônes, Culture Visuelle, 14 novembre, 2009 (http://culturevisuelle.org/icones/124) []
  17. Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne ((traduit de l’américain par Alain Accardo), Les Editions de Minuit, Paris, 1973) []
  18. Judith Donath, « Signals in social supernets », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 1, 2007 (http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html). []
  19. Identifier un utilisateur Facebook sur une image par le biais de son nom []
  20. Dans le contexte des réseaux sociaux, ce terme désigne un internaute qui traque avec insistance toute activité numérique de la personne suivie []
  21. Zizi Papacharissi, « Look at us. Collective Narcissism in College Student Facebook Photo Galleries », The Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, 2010. []

Look back, un cadeau visuel inutile

Batman slaps Robin, Facebook

Après le partage du calcul de son temps perdu sur Facebook1, les clips Look back emplissent ma timeline depuis hier matin. Lancée pour marquer les 10 ans de Facebook, Look back2est une application qui génère automatiquement un clip de 62 secondes, créé à partir des contenus les mieux préférés sur le compte des utilisateurs. Ce montage constitué des statuts et des photos partagés est accompagné d’une musique sympathique et se déroule en trois parties. La reconstitution chronologique débute par vos premiers pas, la date d’inscription (approximative) et les premières photos qui s’enchaînent sur vos publications préférées et se termine par les photos que vous avez partagées. Chaque montage publié par un ami de son réseau invite à ses récepteurs à consulter leur propre clip (fig.1).

Fig.1. 'Find your movie here', Facebook, timeline, cope d'écran du 6/2/2014

Autant impressionnée par les premiers clips de mes contacts, j’étais vite déçue par le mien. L’absence des statuts, des commentaires et des photos que j’aurais voulu voir défilées a rendu cette expérience passive et fade, au point qu’au bout de 4 consultations des clips leur itération était devenue pénible. D’ailleurs, une réception mitigée de ces montages s’est manifestée rapidement sous forme de mèmes, commentaires et parodies.

Fig.2.Mèmes, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Si certains de mes amis Facebook apprécient la mélodie du clip, les autres (la majorité) trouvent le montage puéril (fig.3) et critiquent sa viralité intrusive.

Fig.4. 'Ennuyée' Statut, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14
Fig.3 'ennuyé', Statut publié en réaction aux publications de Look back Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Certain contacts ont même renoncé à l’idée de consulter et de partager leur clip de peur d’être déçu du contenu (fig.4). De manière générale, la déception des utilisateurs semble provenir moins du contenu de la proposition visuelle déjà vue, que d’un manque de contrôle sur leur contenu et sa visibilité.

Fig.4. 'Animal Planet', statut publié en réaction à la consultation de Look back, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

De toute façon,  24 heures après le lancement du service l’équipe technique Facebook rassure ceux qui se sont plaints d’avoir revu trop de photos de leur ex, d’un éventuel rajout de l’option « éditer ».

Mais que pouvons-nous retenir de cette réception mitigée du service Look back? Et encore, qu’est-ce qu’elle peut nous renseigner sur les usages des images sur le réseau?

De point de vue technologique, le projet Look back mérite d’être apprécié aussi bien pour la qualité et la rapidité des clips que pour l’envergure du service disponible sur un clique aux 1,23 milliards utilisateurs. Par rapport à la rétrospective statique (voir fig.5) offerte en 2013, à l’occasion de 9 ans de Facebook, ce montage visuel est dynamique. Il faut rappeler qu’il s’agit bien d’un diaporama et non pas d’une vidéo, ce qui laisse se demander pourquoi les vidéos ne font pas parties de Look back?

Fig.5. Review, 2013, Facebook, Fatima Aziz, copie d'écran du 6/2/14

Même si le nombre de vidéos personnelles publiées sur Facebook reste faible par rapport aux photos (250 milliards de photos en 20133 ), la vidéo devient une forme signifiante de voeux4 surtout avec des applications comme Flipagram5.

Néanmoins, de point de vue des usages, la conception de Look back pose certains problèmes.

L’absence de l’option éditer le clip révèle encore le non-respect de la privacy des utilisateurs. Certes, au nom de la standardisation, l’algorithme derrière le service ne peut pas prendre en compte les aléas de la vie personnelle. La mort, la rupture, la divorce, ce sont bien des événements qui se concrétisent sous forme des publications qui bousculent ponctuellement la timeline des utilisateurs Facebook. L’entassement du contenu partagé et l’éventuel enterrement des contextes sensibles peut procurer un sentiment de quasi invisibilité et une maîtrise de ces informations. Or,  Look back s’avère être un rappel amer de l’étendue de la visibilité qui peut être conférée à ces contextes douleurs.

Ensuite, la réalisation de ce montage est un parfait exemple de décontextualisation des photos. L’effacement des commentaires et du contexte de partage, deux facteurs essentiels à la réception des images, l’absence de ces facteurs participe d’une part à l’énervement. D’autre part, la réinsertion des photographies personnelles dans un nouveau contexte général, dans ce cas anniversaire de Facebook, contribue à l’indifférence à ces clips. Ce désintérêt renforce l’hypothèse d’une pratique utilitaire des images par les utilisateurs Facebook.

De plus, la conception du clip, musique sentimentale ajoutée au défilé chronologique des photos relève bien des occasions de grandes transitions dans la vie, par exemple ce type de diaporama est susceptible d’être visionné au pot d’adieu du lycée, aux réunions des classes ou bien aux services commémoratifs (voir l’appel d’un père adressé à Facebook pour accéder au clip de son fils décédé).

Avec l’effacement du contexte d’interprétation et la dépersonnalisation du contenu visuel, comment peut-on réagir au Look back, de soi ou celui de ses amis, si ce n’est qu’avec insensibilité.

  1. Application lancée par le magazine TIME []
  2. L’application s’intitule ‘Retour en arrière’ dans sa version française []
  3. A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013 []
  4. André GUNTHERT, « Facebook, nouveaux rituels de voeux », Atelier des icônes, 21 décembre, 2013. http://culturevisuelle.org/icones/2892 []
  5. application mobile, permet de créer des diaporama à partir des photos en y associant un morceau de musique disponible dans le répertoire []

La salle de soutenance ou l'opacité de la photo

Ce billet est une note, un exercice réflexif sur mes usages visuels sur Facebook.

Le 30 septembre, j’ai assisté à la soutenance de thèse d’un ami de Télécom ParisTech. Avant de prendre le métro, j’ai hâtivement publié comme statut Facebook: ‘cet apresmidi soutenance de thèse sur les fanfictions! #viedethesard’ (fig.1). A ce moment, il ne m’a pas semblé  important de signaler mon ami dans le statut, car dans la foulée des actions il était évident pour moi de qui je parlais.

Fig.1. Statut Facebook 30/9/13 (copie d'écran)

Une fois arrivée et installée dans la salle de soutenance, la consultation involontaire de ma timeline Facebook m’a révélé qu’en l’espace d’une demie heure ce statut avait déjà reçu 4 likes. Le retard imprévu du jury m’a permis de poursuivre mes activités sur Facebook. Ainsi, pour garder une trace de la journée, j’ai pris la salle de soutenance en photo avec mon téléphone portable. Sans signaler mon ami dans la photo  je l’ai publiée immédiatement sur ma timeline, accompagnée de la légende: ‘la salle de soutenance avant la bataille :-)Télécom ParisTech'(fig.2).

Fig.2 Photo de la salle publiée sur la timeline 30/9/13 (copie d'écran)

Une dernière consultation de mon compte avant le commencement de la défense m’a révélé que cette photo avait reçue 3 likes et deux commentaires qui me souhaitaient bon courage. A la lecture de ces commentaires ma première réaction  était celle d’étonnement. Je me suis demandée comment mes contacts N.R: « Best of luck, comrade! Go get ’em!’ et M.S : « good luck Fatima 🙂 », elles ont pu comprendre que c’était le jour de ma soutenance! N’avaient-elles pas vu la photo que je venais de publier?

En attribuant l’incompréhension de ces deux commentatrices à leur manque de suivi régulier de ma timeline et non pas à l’ambiguïté de ma légende et de ma photo qui me semblait assez représentative de ce que je vivais à ce moment là, j’ai voulu aussitôt rectifier ce malentendu. J’ai répondu donc en précisant qu’il s’agissait bien de la soutenance d’un collègue et non pas de la mienne. Ensuite, S.M, aussi une thésarde, a suivi l’échange en publiant à la minute: ‘good luck to him, then! ;)’. Le commentateur suivant, George SaintPeter, lui s’est trompé en me souhaitant bonne chance, alors que la dernière amie, D.C.M a pris le soin de souhaiter bon courage à nous deux (fig.3).

Fig.3. Commentaires de la photo de la salle, 30/9/13 (copie d'écran)

A la suite de cette courte expérience que comprenons-nous des usages d’images sur Facebook et de ses utilisateurs?

L’utilisateur d’un réseau social est aussi éditeur

L’acte de publier sur Facebook transformerait ses utilisateurs en éditeur. André Gunthert a récemment proposé cette idée lors de l’émission de France Culture sur ‘La photo à l’ère numérique’. Je tente ici de prolonger cette réflexion à partir de mon expérience.

En quoi un utilisateur Facebook devient-il éditeur des publications de sa timeline?

Dans mon cas j’ai pris et publié la photo de la salle de soutenance comme document qui attesterait ma présence à tel endroit et à telle heure. En tant que productrice de la photo, présente sur scène, la signification de ce que je voyais et de ce que je voulais montrer à mon réseau Facebook était évidente pour moi. Alors que je pensais montrer la salle, les commentaires de mes contacts indiquent que eux, ils voyaient plutôt l’événement: la soutenance. Puisque la légende ne précisait pas qui soutenait, les commentateurs ont pensé que c’était bien évidemment moi.

Un tel usage documentaire de la photo dans ce cas montre d’abord la croyance dans la notion du « ça-a-été » de la Photographie1 et dans l’instantanéité de Facebook. Puisque j’étais sur place, puisque j’allais assister à une soutenance dans cette salle pour moi il était évident que quand je publierai cette photo sa signification serait transparente de suite car elle montrerait ma réalité telle que je la voyais. Je pensais pouvoir transmettre l’information telle que je voulais par l’image sans préciser ni par tag, ni par la légende le protagoniste du jour.

Certes à l’ère du numérique la photo devient fluide et facile à intégrer dans nos échanges quotidiens mais cette intégration ne garantie pas une compréhension instantanée de nos échanges. Au contraire, l’assimilation de l’image au texte et son articulation dans nos conversations en réseau nécessite un apprentissage et des ajustements, qui sont des opérations importantes à construire la signification de nos interactions publiques.

  1. Roland Barthes, La chambre claire. Notes sur la photographie, Cahiers du Cinéma, Gallimard Seuil, 1980,p.120 []

(CR)Tagger's delight?

La photographie personnelle et la divulgation des informations, l’association répétitive de ces deux activités est-elle en train de devenir une norme de la recherche sur l’intimité et le maintien des liens sur internet?

Ce billet propose un compte-rendu commenté (questions en gris que je me suis posées pendant la lecture) de l’article:

Tagger’s delight? Disclosure and liking behaviour in Facebook : the effects of sharing photographs amongst multiple known social circles.

Ensuite, je soumets deux suggestions méthodologiques.

Tagger’s delight ? est un article récent, publié en mars 2013, dans les discussion paper series de Birmingham Business School. L’objectif principal de cette étude est de comprendre comment le partage quotidien des informations banales, à l’intention de tout le réseau, peut interférer avec les différents liens et (comment savoir) quand il faut partager ou retentir les informations. Dans son titre courant, l’article propose une étude sur ‘les effets du partage des informations sur les liens personnels au sein de Facebook’ p.11, mais dans son résumé, p.2 cette analyse se réduit seulement à l’influence des photographies et du like sur la qualité des relations.

Mais : Les mises à jour du statut, les commentaires, les pokes, le téléchargement des vidéos, toutes ces publications sont également des informations divulgées sur Facebook.

Q.1.Pourquoi pour cette étude les photographies font l’exception par rapport aux autres contenus ?

Ce n’est qu’à la fin de la seizième page de l’article que les chercheurs expliquent leur choix des photographies comme type d’information à étudier, ‘Les photographies ont été choisies comme type d’information car elles sont (i) la fonctionnalité la plus utilisée de Facebook, (ii) elles proposent la possibilité aux utilisateurs de changer le contenu des messages (iii) et changer  également la fréquence de partage2.’

En s’appuyant sur ces trois raisons l’interrogation initiale se déplace de l’influence des informations à l’influence des photographies et leur impact sur la qualité des liens et la relation avec différents contacts du réseau.

Mais: Mettre à jour son statut, commenter, publier une video sont aussi des fonctionnalités de Facebook dont la fréquence peut être mesurer et qui permettent d’éditer le contenu.

Q.2.En quoi, la divulgation des photographies en particulier éclairera plus qu’une autre publication sur la qualité des relations ?

Q.3.Est-ce qu’un grand usage des photographies suffit comme problématique de recherche ?

Cette enquête a été menée en deux étapes sur un échantillon de 508 utilisateurs Facebook.

Dans un premier temps, 34 participants ont répondu à un questionnaire en rappelant de leur(s) dernier(s) téléchargement(s) photos sur Facebook et leur contenu. Ensuite, une analyse de contenu a été effectuée sur les réponses des enquêtés pour établir sept catégories3 de photographies partagées quotidiennement sur le réseau.

Mais : Q.4.L’enquête par questionnaire ne limite-t-elle pas les réponses des enquêtés surtout quand il s’agit de faire une reconstruction, même d’une action précise ? L’analyse de contenu sur les réponses des enquêtés suggèrerait que les chercheurs n’ont pas vu les photographies décrites.

Q.5.Peut-on faire des catégories des photographies sans les avoir vues ?

Toutes les photographies sont des images, mais toutes les images ne sont pas des photographies.

Q.6.Si les chercheurs n’ont pas vu ce que les enquêtés ont décrit comme photographie, comment peuvent-ils être sûrs qu’il s’agissait d’une image ou d’une photographie ?

Dans un deuxième temps, les effets des ces sept types de photographies sur la qualité de relation entre émetteurs et récepteurs ont été mesuré. Les partcipants (récepteurs) ont été divisé en cinq types de liens4. L’échelle de Network of Relationship Inventory (NRI) a été appliquée pour mesurer la qualité des liens. Deux variables ont été choisies de cette échelle : le soutien (soutien et conseil émotionnel) et l’intimité. Ensuite, les septs catégories du contenu photographique ont été évalué par les récepteurs pour mesurer le niveau de soutien au sein d’un réseau social. Alors que la fréquence de partage de ces photos a été évalué pour indiquer le degré d’intimité des relations.

Mais :Facebook permet de publier des photographies à des emplacements spécifiques et  l’affichage de ces photographies dépend de plusieurs facteurs, les commentaires, leur accessibilité parametrée par l’émetteur, le tag et le like. Tous ces facteurs influent aussi sur la fréquence des photos.

Q.7.Le contenu photographique standardisée et la fréquence de sa publication, ces deux varibales suffisent-elles à justifier la qualité des liens ?

Q.8.Même s’il y a un effondrement de contexte de publication des photographies, le contexte de réception ne peut-il pas être pris en compte comme une variable ?


Les résultats de cette étude révèlent que les utilisateurs âgé de plus de soixante ans dévoilent moins d’informations à travers les photos par rapport aux jeunes inscrits de Facebook. Parmi ces jeunes, les femmes partagent plus de photos que les hommes. Une haute fréquence des photos de soi, partagées même avec l’approche du plus pétit dénominateur en commun, c’est-à-dire un nivellement des informations en connaissance de l’effondrement du contexte et une audience élargie sur Facebook, risque d’être évaluée comme une baisse d’intimité et apporte moins de soutien par son réseau social.

Selon l’article de tels résultats impliquent finalement, un paramétrage encore plus rigoureux des configurations de la vie privée sur Facebook. Les pratiques des campagnes publicitaires sur Facebook sont aussi jugées nuisibles au maintien des relations, car elles demandent aux utilsateurs de se photographier avec leur produit et de partager ces photos avec leur réseau.

Enfin, comme pistes de recherches l’article suggère d’enquêter l’ensemble des effets d’un profil Facebook à différents niveuax d’une relation et de se concentrer sur le dispositif de visonnage des photos. Par exemple, les dispositifs mobiles sont plus envahissants de l’espace-temps des utilisateurs Facebook par rapport à l’ordinateur.

La conception et la méthodologie employée dans cet article posent des questions importantes sur le traitement des informations crées par les utilisateurs et l’étude des pratiques visuelles. Le manque de problématisation des usages visuels dans Facebook et la schématisation des photographies réduisent la richesse des pratiques et sabotent la compréhension de la sociabilité des internautes.

Je propose ici deux petites suggestions méthodologiques pour un meilleur traitement des comportements associés aux pratiques visuelles.

1.Entretien vs questionnaire

La standardisation des photographies/images tue leur richesse et diversité

La richesse informationnelle du contenu visuel peut être une des raisons qui peut expliquer sa préférence aux informations textuelles quand il s’agit d’étudier les sujets comme le dévoilement de soi, la gestion des son image ou bien le narcissime sur Facebook. Mais si l’analyse se focalise uniquement sur le contenu visuel, cette richesse et diversité des photos deviennent vite difficile à apprivoiser, surtout en absence des logiciels de traitement semblables à text mining.

Face au surcharge d’informations visuelles la première réaction est celle de catégoriser ce contenu, de réduire le bruit dans les photos, d’atténuer l’excès de renseignments inutiles au chercheur qui ne veut voir qu’un ordre dans le contenu qu’il a collectionné.

Cette standardisation des photographies consiste le plus souvent à les dégarnir de leur légende, leur nombre de like et de leurs commentaires. Cette uniformisation du contenu visuel resulte dans sa décontextualisation et sa transformation en stock photography, un contenu plus facile à traiter par des questionnaires et des échelles.

L’enquête par entretien sur les comportements liés aux pratiques visuelles ou autres, s’avère être un outil plus adapté car il n’impose pas une grille rigide éliminatoire à priori5. De plus, selon une approche psychosociale l’entretien permet d’interagir avec les utilisateurs et d’évaluer leurs intentions in situ, un plus pour comprendre le comportement et les usages sur internet.

2.Context is King ! Not content.

Le contexte de réception est la clé de la compréhension des comportements

Un des défis principaux de l’interaction en réseau numérique c’est l’effondrement du contexte des échanges et le risque de leur interprétation hors leur contexte d’origine. Mais si le contexte de départ est difficile à observer, la recherche peut, néanmoins se concentrer sur le contexte de réception des contenus.

L’article Tagger’s delight présente les résultats de leur enquête de point de vue des récepteurs de photographies, mais leur contexte de réception, c’est-à-dire pourquoi et comment ils ont regarder les photographies pour évaluer le soutien et l’intimité des liens, est omit de leur étude.

La compréhension des usages des photographies ne réside pas dans son contenu mais dans son contexte6 et ni l’observation des usages, ni le questionnaire sont des méthodes adaptées  pour  tester cette information.

C’est donc encore l’enquête par entretien qui peut servir à reconstituer le contexte de réception des publications, une approche longue mais nécessaire à comprendre la dynamique relationnelle des réseaux sociaux.

  1. Je traduis []
  2. Je traduis []
  3. soi, ami(e), évenement, famille, scène, objet et animal []
  4. lien de parenté, conjoint (e), ami (e) proche, collègue et connaissance []
  5. William D.Crano et Marilynn B.Brewer, Principles and Methods of Social Research, Lawrence Erlbaum Associates, London, 2002 []
  6. André Gunthert, ‘Notes sur la décontextualisation’, L’Atelier des Icônes, Culture Visuelle, 28 avril, 2013 http://culturevisuelle.org/icones/2720 []

La nuit après une rencontre

Enquête visuelle sur Facebook


(Relecture et corrections par André Gunthert)


Capture d'écran, "Clash sur Facebook" par Gonzague tv, 20/2/2012. Dailymotion
voir la vidéo, »Clash sur Facebook » ici

A la suite d’une présentation donnée le 28 février 2013, dans le séminaire Culture Visuelle d’André Gunthert, je propose ici quelques résultats d’une enquête réalisée dans le cadre de ma thèse. Je tiens à remercier les participants du séminaire pour leurs commentaires, leurs questions et leurs suggestions, dont je prends note dans ce billet. Le français n’étant pas ma langue maternelle, je m’excuse pour les fautes grammaticales dans ce texte.


L’enquête présentée ici porte sur la présentation de jeunes adultes dans le contexte d’une rencontre amoureuse sur Facebook. Le texte est organisé en trois parties.

-En premier, une comparaison entre les sites de rencontres et Facebook est proposée pour comprendre les défis que représente une rencontre sur internet.

Accéder directement à la comparaison

-Ensuite, les différentes approches choisies pour réaliser cette étude, sont discutées avec une mise au point de la méthode d’enquête visuelle.

Accéder directement aux approches

-La dernière partie est consacrée aux analyses des résultats.

Accéder aux résultats de l’enquête

Les principales interrogations de cette étude portent sur les pratiques d’interaction. Pourquoi les jeunes préfèrent Facebook aux sites de rencontre? Comment utilisent-ils leur présentation et interprètent-ils celle des autres? Quels éléments du profil sont mobilisés? Est-ce qu’il y a des éléments qui sont plus mobilisés que d’autres? En 2011, Facebook a revendiqué l’hébergement de 140 milliards d’images1. Depuis le lancement de Facebook, une nette amplification du visuel est observable dans son design2. Est-ce que cet accroissement des images a une incidence sur les échanges des inscrits?

Et finalement, que veut dire la présentation de soi sur Facebook? Le terme ‘soi’ étant un mot complexe et dont le premier sens suggère l’identité, il est important de commencer cette étude en précisant d’abord sur quelle notion d’identité s’appuie cette recherche.

L’identité personnelle, le soi raconté sur internet

Dans l’environnement numérique, l’identité des personnes est souvent définie par rapport au dispositif. L’interaction homme machine postule que l’ordinateur et l’internet ont transformé l’identité des internautes. Sherry Turkle, psychologue et sociologue des sciences techniques, avance depuis 19953, que l’usage d’internet a transformé l’identité des usagers dans une expression de soi fluide et fragmentée. D’après Turkle cette fragmentation de soi défie la notion de l’identité, au sens latin du mot, idem qui veut dire ‘même’. Selon cette approche il ne s’agirait plus du même utilisateur derrière et sur l’écran, mais d’un personnage à multiples facettes.

Avec l’émergence et l’amplification des sites de réseaux sociaux sur le web les études sur l’éclatement de l’identité ne se limitent plus à un seul champ scientifique. Chaque discipline aborde la problématique de la fragmentation identitaire avec sa propre méthode. Mais l’approche de ces recherches reste centrée sur l’influence du dispositif sur un aspect de l’identité: sa permanence et son unicité dans le temps. Autrement dit, l’idée de l’identité comme mêmeté est privilégiée aux dépens de son aspect relationnel.

La sociologie des médias aborde la notion de soi sur internet du point de vue relationnel. D’après cette approche, l’interaction dans l’environnement numérique se déroule à deux niveaux. Dans un premier temps, l’internaute interagit stratégiquement avec le dispositif pour se présenter. Ensuite il tisse des liens et interagit avec les autres utilisateurs. Une telle conception de l’identité différencie entre l’identité idem, qui relève de la sphère de mêmeté et l’identité ipse, qui relève du domaine de la personne4. De ces points de vues herméneutique et historique, l’identité d’une personne est considérée comme une narration de soi, construite en interaction avec les autres.

Le sociologue Dominique Cardon développe davantage cette approche de l’identité personnelle sur internet. Il précise que la présentation de soi se construit suite à un choix parmi les signes identitaires et de leur mise en visibilité. C’est à partir de ces processus de sélection que l’identité de soi est mise en scène sur les réseaux sociaux. Ensuite, cette représentation est davantage structurée par les espaces de visibilité qu’offrent l’architecture de ces sites relationnels5.

C’est dans cette approche relationnelle de l’identité que ma recherche s’inscrit. L’intérêt de cette notion de soi repose sur sa souplesse de mettre au centre l’internaute en interaction à la fois avec son réseau relationnel et en négociation avec les interfaces numériques.

La rencontre, un cadre particulier d’interaction

Dans toutes les interactions quotidiennes, qu’elles soient en face-à-face ou à distance, le corps est une constante, un lieu d’échange des expressions explicites et implicites communiquées entre les interlocuteurs6. Mais c’est dans le cadre de la rencontre amoureuse que le schéma corporel entre en jeu avec plus d’ingéniosité. Comment attirer l’autre vers soi, si ce n’est à travers la mise en scène corporelle? La séduction, quand elle se déploie dans le registre de l’attirance, agit à travers les apparences7. L’apparence physique aussi bien que vestimentaire s’associe aux belles manières, par exemple le timbre de la voix, la gestuelle, l’odorat, tous les atouts sont mobilisés pour cacher les défauts afin de plaire à l’autre.

Si l’attractivité relève du domaine corporel, on peut se demander comment les utilisateurs Facebook déploient leurs charmes en absence du corps dans le contexte virtuel?

1. Les sites de rencontres et Facebook : l’idéal vs l’ambigu

Les sites de rencontres, un des premiers commerces à investir dans l’économie de l’affect virtuel, peuvent apporter quelques éclairages sur les pratiques d’appariement sur internet.

Les sites de rencontres : la promesse d’un profil psychologique idéal

En France 7 millions de célibataires pratiquent les relations amoureuses assistées par ordinateur8. Les études récentes sur les pratiques des sites de rencontres revendiquent qu’il s’agit d’une activité qui passe essentiellement à travers une mise en soi textuelle et écrite9.

Pascal Lardellier remarque que depuis le tournant du Net sentimental, les sites de rencontres n’ont pas seulement augmenté en nombre, mais ces sites se sont segmentés, se sont technisés et se sont pyschologisés10. Qu’il s’agit d’un site sérieux, géo-éthnique ou libertin, la dynamique à l’œuvre dans ces différentes versions reste la même: la découverte de la perle rare est déléguée soit aux algorithmes de compatibilité, soit aux tests de personnalité.

La sociologue Eva Illouz fournit une analyse succinte des règles de l’attractivité en pratique sur ces sites. Selon Illouz, les sites de rencontres demandent une description de soi à la fois objective et idéale. Sur ces sites l’usager est amené à se focaliser sur soi, c’est-à-dire sa perception de soi-même et de son soi idéal, aussi bien que sur l’idéal de l’autre11. Autrement dit, ces sites encouragent une présentation de soi idéalisée et psychologique, construit soigneusement en répondant aux bonnes questions et en cochant les bonnes cases de test de personnalité.

Dans ce sens, la fiche descriptive des sites de rencontres ressemblerait à un portrait de soi parfait, qui renvoit à une identité idéale.

Si la séduction au sein des sites de rencontres passe à travers un soi idéalisé, peut-on s’attendre aux même règles de la présentation de soi sur Facebook? Autrement dit, en l’absence du corps, échangeons-nous des portraits pour séduire sur Facebook?

Facebook : le pari de l’ambigu

Parmi les sites de réseaux sociaux, Facebook détient un statut particulier. Depuis son lancement en 2004, Facebook propose aux inscrits de construire un réseau amical ouvert12, sans imposer sa propre notion de ce que doit être un contact. En proposant le terme d’ami aussi bien pour les liens forts que pour les liens faibles, Facebook, contrairement aux sites de son époque13 a parié sur une approche non-injonctive. Dans ce contexte, le  mot ami ne distingue plus les proches des autres connaissances, ce sont plutôt les paramètres de visibilité qui déterminent la force des liens.

Ensuite, la consultation libre des profils Facebook affirme que le site favorise les nouvelles rencontres. Le service Graph Search lancé récemment propose de nouvelles connaissances par affinités.

Plus important encore sont les outils interactifs, comme le j’aime (like en anglais), qui peut être employé de manière implicite ou explicite selon le contexte pour toute activité sur le réseau. La fonction tag, prévue initialement pour identifier les amis dans les publications, est souvent détournée pour souhaiter un anniversaire ou pour relancer une conversation. Ou bien la version mobile du poke14 utilisé pour envoyer à n’importe quel membre du réseau des messages courts, qui s’autodétruisent en dix secondes15.

Sur Facebook c’est le caractère non-spécifique de ses outils interactifs, ouverts à de multiples usages qui laisse une grande marge à leur détournement et à leur réappropriation aussi bien pour entretenir des amitiés que pour se lancer dans une nouvelle aventure. A la différence des sites de rencontres, la séduction sur Facebook s’appuierait donc sur deux éléments principaux : le réseau relationnel et une interaction stratégique.

Si le réseau des concurrents sur des sites de rencontres fait ressortir une présentation de soi idéalisée, anonyme et plutôt textuelle, sur Facebook la présentation des inscrits serait-elle plus ambiguë tout en étant ancrée dans les liens proches/faibles?

II. Approches et méthode pour un terrain hybride

Cette enquête s’inspire des approches de la microsociologie16, plus précisément d’internet ethnography17 et des études visuelles18. Mais effectuer un terrain sur Facebook présente quelques problèmes. De fait, peu de recherches ethnomethodologiques sont consacrées aux pratiques de jeunes français sur Facebook et le peu d’études19 réalisées ne s’interrogent pas sur la dimension visuelle de leurs interactions.

Quelle méthode pour une enquête visuelle ?

Le jeu-enquête Sociogeek est une des premières études qui s’est intéressée à l’influence du choix des images sur le niveau d’exhibitionnisme des internautes. Sociogeek livre d’importants résultats sur les comportements à l’œuvre dans la sociabilité et la présentation de soi, mais du point de vue méthodologique, cette démarche suscite des questions pour la recherche visuelle.

Pour mesurer le niveau d’exhibitionnisme dans vingt cadres d’échange, Sociogeek a proposé un jeu de photos choisi depuis le web. Aucun critère de sélection de ces images n’était fourni pour préciser en quoi ces photos correspondaient ou pas aux pratiques d’impudeur. Puisque les enquêtés devaient réagir à des images présélectionnées, on peut se demander s’il est facile de se projeter sur les images des autres pour parler de ses propres pratiques sur internet? Ou encore, en choisissant les images à la place des interviewés, l’équipe Sociogeek, n’a-t-elle pas imposé sa propre notion des comportements pudiques et impudiques sur leurs sujets?

Si le projet Sociogeek n’a pas intégré les usages visuels des internautes à leur jeu-enquête, nous pouvons tirer de ce choix méthodologique deux hypothèses importantes pour notre propre méthode d’enquête.

La première hypothèse est qu’il est plus facile de demander aux internautes de lire les images des autres que de parler à propos de leurs propres choix visuels, surtout quand il s’agit d’un grand échantillon. Le deuxième point est que faire parler a posteriori sur les images partagées entre amis est une tâche difficile. Il est utile d’ajouter ici quelques reflexions issues de notre premier travail de terrain sur les usages de Facebook.

Quelques leçons de la première enquête

Entre avril 2009 et juin 2010 nous avons enquêté auprès de jeunes collégiens et lycéens entre 14 et 18 ans à propos de leurs pratiques de représentation sur Facebook. Une série de questions sur la construction de leur page de profil et leur choix d’images a été posée. Seulement six jeunes étudiants, (trois filles et trois garçons) de différents établissements scolaires de la région parisienne, ont été interviewés. Lors de cette enquête, plusieurs problèmes méthodologiques et matériels ont été rencontrés.

D’abord, il a été difficile pour les adolescents de parler de leurs propres choix d’image, surtout en absence de leurs amis, qui participent à la réalisation des photographies aussi bien que leur sélection et leur publication sur Facebook.

Le deuxième problème qui a ralenti  l’accessibilité à cette tranche d’âge d’utilisateurs était une certaine diabolisation médiatique20 en 2008 de Facebook en France. Les pratiques d’adolescents en particulier ont été ciblées et décriées comme narcissiques et exhibitionnistes par un discours médiatique craintif du succès du site. Dans ce climat hostile il a non seulement été difficile de contacter les adolescents mais aussi de leur faire parler sur leurs usages.

Mise au point de la méthode pour cette enquête

Suite à ce premier essai, l’enquête s’est focalisée sur les usages de l’identité personnelle dans un contexte d’interaction spécifique: la rencontre amoureuse. Ce déplacement méthodologique de la construction de soi vers ses usages dans un cadre de communication précis permettra de saisir la dynamique et les logiques qui motivent les interactions et le choix d’images pour se présenter sur Facebook.

Au lieu de s’intéresser au contenu des  images, c’est-à-dire à ce qu’elles montrent et à leur moment de réalisation, c’est leur usage dans un contexte donné qui semble plus porteur de résultats.

Un terrain d’enquête hybride : entre les foyers étudiants et Facebook

Le public Facebook devient de plus en plus hétérogène. Sur les 26 millions d’utilisateurs actifs en France, les tranches d’âge de 13 à 17 ans et de 35 à 45 ans comptent chacune 16% du total des inscrits21. En France, la majorité des inscrits Facebook ont entre 17 et 35 ans. Le site n’est donc plus le terrain exclusif des adolescents.

Même si les adultes ont une pratique sentimentale assez développée de Facebook22, le public jeune fait partie des premiers à l’adopter, pour la majorité de cette population la pratique de Facebook commence au collège.  Il est intéressant d’observer comment ces jeunes inscrits gèrent simultanément les relations amicales et amoureuses, car à la différence des adultes, ces jeunes ne sont pas très actifs sur les sites de rencontres.

Cette enquête s’intéresse aux usages de jeunes entre 18 et 23 ans. Ce n’est pas tant l’âge de ce public qui motive cette recherche que leur étape de scolarité et leur situation sociale. Ces étudiants sont à la charnière de leur vie estudiantine. Le changement du lycée à une grande école ou à une université entraîne des changements dans leur vie sociale, souvent c’est leur domiciliation et leur réseau amical qui sont les plus affectés.

Les étudiants en médecine sont en particulier touchés par leur parcours universitaire. Beaucoup de jeunes français regagnent Paris depuis la banlieue ou la province pour tenter leur chance en première année de médecine. Pour amortir ces basculements tels l’éloignement des amis du lycée et de la famille aussi bien que le coût de la vie à Paris, la vie en communauté est privilégiée. Les foyers pour étudiants, les résidences universitaires et les colocations aident la transition de ces jeunes dans la vie adulte et ouvrent également les portes à de nouvelles rencontres.

Se situer dans son terrain

Etudiante étrangère, j’ai aussi fréquenté et vécu dans quelques foyers et résidences universitaires sur Paris. Depuis 2008, je discute avec plusieurs étudiants, la plupart en médecine, sur leurs usages des sites de réseaux sociaux.

Pour la présente enquête, j’ai parlé avec une cinquantaine d’étudiants français en médecine et d’autres filières. J’ai aussi observé leurs interactions quotidiennes avec leurs amis, en face-à-face et sur Facebook. Mais les pratiques Faceboook pour ces jeunes restent une activité dont on ne parle pas aussi facilement avec un enquêteur, surtout au sujet des rencontres.

J’ai mené des entretiens semi-directifs avec une dizaine d’étudiants entre 18 et 23 ans, 3 garçons et 7 filles. Les questions posées portaient sur leur démarche de faire des nouvelles rencontres sur Facebook.

Ma recherche ne porte pas sur les jeunes étudiants en médecine en général, ni sur l’ensemble des pratiques de la rencontre sur Facebook, mais sur les usages visuels de la présentation de soi dans un contexte d’interaction précis, celle de la rencontre amoureuse. Il s’agit d’une réflexion centrée sur le rôle des images dans la présentation et l’interprétation de l’identité personnelle des internautes.

III.Résultats de l’enquête

1. La rencontre se fait en face-à-face, mais la drague se poursuit sur Facebook

Pour toutes les personnes interrogées, la rencontre se déroule en face-à-face. La plupart ont cité les soirées universitaires comme lieu principal des rencontres. Pour ces étudiants, les journées sont remplies de cours à la fac, le matin, et les classes préparatoires, le soir. Pour certains, les cours peuvent aussi être l’occasion de faire de nouvelles connaissances. Très peu ont cité d’autres lieux de rencontre.

D’une manière générale, ce n’est qu’après une rencontre intéressante in real life (IRL), surtout les soirées et les fêtes, que la drague se poursuit sur internet. Facebook a été cité comme premier lieu de recherche pour ‘la cible’ ou « target » (terme utilisé par les enquêtés). En absence d’un compte Facebook, la recherche de la cible s’arrête sur internet. L’absence d’un compte Facebook a été signalé comme étrange et pour certains, cette absence signifierait que la cible est peu sociable.

On constate qu’avoir un profil Facebook correspond à une personnalité désirable, sociable et d’un point de vue pragmatique, cherchable. Même si l’entretien d’un réseau amical reste un usage prioritaire de Facebook pour les jeunes, cette pratique n’exclut pas le détournement des listes d’amis d’ami comme répertoire pour retrouver la personne rencontré pendant les soirées.

2. Les photographies taguées et les amis en communs, deux filtres fiables

Plusieurs possibilités de recherche se présentent, mais les jeunes préfèrent deux moyens  plus rapides présentant moins de risques: le réseau amical et les photos taguées. Pour la plupart des enquêtés, l’hôte de la soirée est un(e) ami(e) proche ce qui facilite aussi l’accès aux photographies.

Julia, 18 ans, étudiante en première année de médecine, est résidente d’un foyer pour jeunes étudiants sur Paris. Elle explique sa démarche de recherche suite à une soirée:

Les amis en commun, les photos pour voir, si on l’a pas vu avant quelque part, si non on a pas grand chose. S’il y a des photos d’un moment où on était tous ensemble, le moment quand on a rencontré cette personne, s’il y a des photos de ce moment, on peut dire, « ah là, tiens il s’appelle comme ça, on l’ajoute » et aussi par les amis en commun. Un ami d’une amie, on va sur son profil et on le cherche. Q: Donc vous ne tapez pas le nom de la personne? Non parce que en général la personne ne se présente pas, « oui, bonjour je m’appelle Un tel » avec son nom complet, « tu peux me trouver sur Facebook »!

Pendant les soirées les interactions se font rapidement, et pour conserver un air mystérieux, le nom n’est pas échangé – une des stratégies pour déclencher la recherche sur Facebook, si la personne cherchée s’y trouve. Mais même si les photographies taguées livrent le nom de la personne, comme le souligne Julia, ce sont d’autres informations qui sont recherchées, par exemple le moment des rencontres précédentes et d’autres amis en commun. La reconnaissance du target ne dépend pas seulement de ses photos, de leur valeur esthétique, ou de son nom mais plutôt de son lien par rapport au réseau amical.

Une fois le nom repéré, l’étape suivante consiste à envoyer une demande d’amitié, pour poursuivre la drague, ou à découvrir le profil de la personne, sans forcément la demander en contact.

Gaspard, 19 ans, étudiant en première année dans une école de communication parisienne, raconte la motivitation de ses copains pour chercher les profils des filles rencontrées lors d’une soirée :

….une partie de mes contacts sur Facebook sont des personnes qu’on a rencontré en soirée, des filles éventuellement qu’on a vu dans la soirée et qui peuvent nous intéresser. En rentrant chez soi on va les ajouter sur Facebook. Les garçons, c’est vrai, on le fait pour regarder les photos on se dit, « oui elle est vachement mignonne! » on va chercher des photos d’elle en maillot de bain. Je sais, j’ai plein d’amis qui font ça parfois on en sert un peu comme ça. Dans le cas général, moi j’ajoute la personne le soir meme ou le lendemain.

Les demande d’ajouts se font rapidement, le soir même, comme le dit Gaspard, ou dans un délai maximum de deux jours. Dans le cas contraire, il y a le risque d’oublier la personne.

Après l’ajout de la cible, la drague se poursuit selon deux étapes principales. La première consiste à découvrir et à interpréter le profil. A ce stade, le profil du target est examiné, scruté dans ses moindres détails pour se renseigner sur sa personnalité, son inscription sociale, ses goûts et ses loisirs, afin de se préparer à une éventuelle discussion. La deuxième étape est celle de l’envoi du premier message pour engager rapidement la discussion, qui se fait dans un premier temps par la messagerie instantanée, puis sur mobile.

3. Le décryptage du profil Facebook, une lecture active d’un corpus d’images

A travers la dizaine d’entretiens et les discussions avec les autres jeunes, on constate qu’une fois l’accès accordé au profil, tout élément devient interprétable. Il n’existe aucun ordre particulier pendant cette première phase de la découverte, mais d’une manière générale, la rubrique des informations signalétiques est rapidement consultée en premier pour vérifier s’il s’agit d’une ancienne connaissance.

Les informations les plus regardées dans ce bref moment sont la ville et le lycée. Les amitiés du lycée comptent pour ces jeunes étudiants23 qui continuent à s’appuyer sur ce réseau, même pour faire des nouvelles rencontres. Puis ce sont les photos qui sont recherchées. La consultation ne s’effectue pas dans un ordre particulier: toutes les images sont consultées, analysées, décryptées.

Mimie, 19 ans, redoublante en première année de médecine, a rencontré son copain pendant les cours à la fac. Elle habite dans un foyer. A la différence de Julia que j’ai interviewé dans l’accueil de son foyer et Gaspard dans un café, Mimie me propose d’entrer dans sa chambre. Un tableau rempli de photos de ses amis de lycée, sa famille, ses parents est accroché à côté de son lit, même le calendrier au-dessous de son chevet est issu d’un tirage des photos de famille. Pour Mimie la photo signifie les liens proches.

Elle m’explique son mécontentement quand pendant la phase ‘recherche du target’ elle tombe sur un profil fermé ou semi-fermé, mais elle consulte quand même. Car, d’après Mimie, on tombe toujours sur deux ou trois photos qu’on peut analyser. Pour Mimie les photos portent une valeur informationnelle et elle les décrypter comme un énigme:

Si, par exemple, la photo de couverture, si la personne est avec pleins d’amis, à une soirée ou un truc comme ça, généralement on dit cette personne est populaire, il veut se montrer. Si, c’est sa photo de profil est là personne s’est prise, triste, seule avec sa webcam ou en face d’un miroir et tout ça, souvent avec mes amis on évite.

Elle continue:

Déjà souvent les profils sont assez fermés maintenant, mais, il y a ce nouveau truc, la photo de couverture, qui n’existait pas à l’époque. Donc tu découvres vachement de choses sur les gens avec ça, parce que les gens ne se rendent pas compte forcément, ils savent que c’est public, donc tu as ceux qui font assez attention à leur vie privée et ils ne mettent aucune photo d’eux ni rien, ils mettent des photos des choses qu’ils aiment donc ça permet de voir le groupe préféré de la personne, si elle aime la nature, si elle aime plutôt, sais pas une bande dessiné, un film quelconque, une photo ancienne, ça peut dire vachement sur la personne, sans qu’elle se rende compte, fin moi je trouve. Donc, en tant que fille tordue, j’analyse, il y a des interprétations.

Dans ce cas  les informations récupérées sont comme des pièces d’un puzzle que Mimie colle pour voir la personalité de sa cible et elle le fait de manière subjective. D’autres informations qu’elle décrypte portent sur les goûts, les produits culturels: la bd, un film. Je lui demande pourquoi elle n’est pas allée voir les pages de marque que la personne a ajouté à ses favoris, elle me regarde avec un air perplexe et me répond qu’elle n’a pas le temps d’aller verifier ces informations, les images même s’il y en a 500, ça va vite!

Contrairement à ce que l’on pourrait croire la pléthore de contenu visuel que les utilisateurs doivent consulter est visionnée de manière rapide et avec une certaine facilité. On pourrait s’imaginer que cette facilité à consulter un minimum de 200 images par album photo sur Facebook est dû à l’efficacité de son architecture technique, mais d’après les réponses de nos enquêtés, nous avons constaté que c’est aussi le contexte de recherche d’information qui entraîne une lecture rapide et utilitaire des images.

4. Une lecture des images toujours en contexte de leur réception

Notre enquête confirme une réception active des éléments du profil Facebook dans le contexte de la drague. C’est le cadre de la consultation des contenus partagé sur le profil qui leur attribue un sens. Autrement dit, tout contenu devient un indice et se prête à une lecture24, surtout dans un état d’hyperesthésie comme la recherche amoureuse.

Gaspard est un cas emblématique de ce type de lecture. Il m’explique à partir de quels éléments il déduit la personnalité de sa cible :

Et souvent sur Facebook ces a priori qui peuvent, ou pas, être vérifiés, si on voit que la fille elle s’expose en petit kimono et ombrelle on peut se demander, « oh là est-ce qu’elle est assez mature? Est-ce que j’ai les mêmes délires qu’elle ou pas? » Puis pareil pour les garçons, si ils se posent devant une voiture bien tunée, on se demande, ça ne m’intéresse pas, je me dis avec ce mec là je ne vais pas faire un super ami. On n’appartient pas au même monde entre guillemets. Ce n’est pas pour classifier mais il y a des choses qui sont évidents qui apparaissent au premier coup d’oeil. Je regarde des photos parce que c’est le plus facile à regarder.Q: Ce sont lesquelles? Les plus récentes, en fait. Les photos taguées. Je ne fais pas une enquête sur la personne. Je regarde que sur celle-ci,  où par exemple, elle est avec une personne que je connais je vais cliquer, je regarde le profil de cette personne aussi.

Comme le démontre le témoignage de Gaspard, les jeunes s’associent avec les personnes qui les ressemblent au niveau du goût et des pratiques culturelles. Les informations sur l’inscription sociale d’une personne peuvent être lues dans l’image mais la clé de leur interprétation se situe en dehors des photos. Comme la plupart des utilisateurs de Facebook, Gaspard est conscient des limites de sa propre interprétation et pour la rectifier, il s’appuie sur d’autres éléments par exemple, ses amis en commun. Il dit: « Je regarde la photo où elle est avec une personne que je connais, je regarde le profil de cette personne aussi ». En cas de doute, il me confirme qui si la fille l’intéresse vraiment, il peut toujours se renseigner plus sur elle auprès de leurs amis en commun, mais discrètement.

5. Le décryptage du profil s’apprend et se fait à plusieurs

En absence d’un réseau d’amis en commun, les profils sont consultés à plusieurs. Mais une telle consultation se fait en petit comité et avec les meilleurs amis.

Lilie, 19 ans, étudiante en première année de médecine, habite une résidence universitaire. Elle m’explique sa démarche de la découverte du profil, elle préfère regardrer la photo de profil en premier mais pas toute seule:

Q: Donc tu regardes les photos ensemble avec tes amis? Oui on en parle, avec mes amis filles, généralement, ou mes meilleurs amis mec, mais généralement, c’est entre filles quand on un target après une soirée, on va toutes sur le profil. Q: Ensemble? Souvent chacune de son côté et on parle par texto ou par Facebook.  D’ailleurs, on va regarder la photo de profil par exemple, voir s’il aime bien voyager, c’est cool, il a un esprit ouvert, ou s’il est avec un gros camion, tu dis, »oh laisse tomber! » Tu vois ce que je veux dire, ça transmet toujours un message.

Mais tous les jeunes ne sont pas adeptes de cette méthode.

Arthur, 19 ans, est venu de Perpignan sur Paris pour faire sa première année de médecine. Il habite chez sa mère. Arthur me confie qu’il a été initié à cette pratique par sa copine. D’après lui il faut juste un bon esprit de synthèse et on peut déduire la personnalité de quelqu’un. Il me raconte son expérience :

On regardait les photos de cette fille et Margot a réussi à faire toute une synthèse par rapport aux nombres de photos où elle sortait, le nombre de photos où elle était avec ses potes, où elle était bien habillée ou elle était habillée bof et toutes ces informations qu’elle arrivait à soutirer de ces photos elle a réussi à me dire ben elle n’a pas l’air cool. En fait, oui, on peut si on a un esprit de synthèse vraiment synthétique (rires) on peut se faire une idée, mais c’est juste une idée, parce qu’on peut finalement se tromper totalement aussi.

Mais, en tant qu’utilisateur, Arthur reconnaît la limite de cette interprétation et précise plus loin dans l’entretien que:

Si cette personne mets seulement des photos qu’elle veut montrer pour nous donner l’impression par exemple si elle poste 50 photos et il y en a 48 qui sont de la même soirée, ben je vois 50 photos où je la vois sortir et si je ne fais pas le lien que c’est la même soirée je dirai qu’elle est une super fêtard. On peut faire des erreurs. Ce n’est pas un science exacte!

Ce témoignage révèle que les inscrits Facebook  sont conscients des limites de leur méthode d’analyse. Par conséquent, ils s’appuient sur leurs propres pratiques ou celles de leur entourage. S’ils sont demandeurs d’images dans ce contexte particulier d’échange, ils sont également méfiants par rapport à leur contenu. Il se fient plus au nombre de photographies, à leur fréquence et surtout aux interactions qu’elles génèrent.

6. Une visibilité itérative des amis: preuve d’une personnalité sociable

D’une manière générale, le niveau de sociabilité du target est l’information la plus recherchée pendant la phase de découverte du profil. Les informations quantitatives passent au second plan et l’analyse des intéractions devient la mesure d’un caractère aimable. Que veut dire être sociable pour ces jeunes dans ce contexte  et comment mesurent-il la sociabilité des autres?

Arthur, conscient que sa méthode interprétative a des limites, me confie sa démarche pour repérer une personne charmante, celle avec qui il aura envie de sortir plus tard:

Après, je reste sur l’exemple des filles, il y a d’autres qui vont se prendre en photo avec des amies ou même un groupe et ça va monter une personnalité qui adore ses amis, ça va vraiment donner une image de quelqu’un qui tient des relations vraiment, de vrais relations avec ses amis et donne de l’importance à ses amis.

Plus loin dans l’entretien, il m’explique pourquoi c’est important à ses yeux que les amis soient visibles dans la photo de profil:

Oui, parce que pour moi la photo de profil c’est quand même quelque chose d’important. C’est la toute première image qu’on voit de quelqu’un et si sur cette image, en plus de la personne on voit d’autres personne, d’un ça peut être énervant, parce qu’on a toujours du mal à reconnaître qui est la personne qu’on veut voir. C’est pas vraiment énervant, mais ça montre que ses amis font partie de sa personnalité, qu’elle donne une vrai importance à ses amis et donc, ce sont des personnes que je généralement apprécie, parce que moi, mes amis se moquent de moi, parce qu’apparemment je suis très sociable. Ben en général les mecs le disent, « les amis avant les filles! » quoi! Et je pense que c’est ça la plus important, ce sont des amis. Donc, je vois ça via ses photos de profil et puis je vais aller voir ses autres photos, si je vois qu’elle est toujours avec le même groupe d’amis, ça veut dire qu’elle est avec un groupe d’amis soudé et ils se marrent, j’aime bien cette personne, je me suis dit ça quand j’ai rencontré Margot qui a un vrai groupe soudé du lycée.

La présence des amis dans la photo de profil peut compliquer l’identification de la cible, ou au contraire, rendre sa recherche plus intéressante et énigmatique. Dans la mise en page Facebook, la photo de profil détient une visibilité privilégiée, c’est le seul élement visuel qui accompagne le nom d’utilisateur dans presque chaque échange sur le site. Dans ce cas, c’est la visibilité de la photo de profil qui est détournée de son usage traditionnel: monter un portrait du titulaire de compte. Les usages actuels de la photo de profil montrent d’autres pratiques, dont celle de se montrer avec ses amis est devenue une mesure incontournable d’une personnalité sympathique et sociable.

Mais pour l’interprète du profil, une seule image ne suffit pas. Comme le précise Arthur plus tard, il va regarder d’autres photos de la personne pour vérifier si elle apparaît avec les même amis, pour être sûr de son jugement.

7. Le profil Facebook : un portrait au second degré, plus de bruit, moins de signal

Nous avons constaté que malgré une surcharge d’informations, les jeunes naviguent facilement entre la page de profil, les albums photos et leurs commentaires pour chercher et décrypter les informations qui leur sont utiles. Les jeunes se croient capables de cette lecture car ils appliquent des filtres: par exemple, il s’appuient sur leur propre expérience du site, sur celle de leur entourage, ils consultent les profils avec leurs amis proches et ils essaient de synthétiser les informations. Autrement dit, chacun mobilise sa propre culture visuelle, nourrie de ses propres expériences et celles des autres. En même temps, ils quantifient des informations dénichées du profil, c’est-à-dire compter du nombre de photos dans tel ou tel contexte, des commentaires et des ‘j’aime’ qu’elles ont suscité.

A la différence des plates-fomes de contenus telles YouTube, Instagram ou Flickr, Facebook ne quantifie que les commentaires. Sur Facebook, ce sont les récepteurs qui doivent mettre bout à bout les bribes d’informations pour reconstituer le puzzle identitaire de la personne recherchée.

Passer au crible le profil Facebook pour mieux connaître et mieux séduire le target a ses avantages.

Pendant mon enquête, j’ai interviewé quelques inscrits Facebook qui utilisent également des sites de rencontres. Agathe, 26 ans, une jeune professeur de collège, utilisatrice de Facebook et d’un site de rencontre me confie que dès qu’une possibilité de rendez-vous avec un potentiel copain se présente, elle demande d’échanger non seulement leur numéros de portable mais aussi leurs adresses Facebook. Elle m’explique que même si un coup de fil permet d’entendre la voix, le profil Facebook est encore plus révélateur de la personnalité:

On s’est ajouté en même temps sur Facebook, avant même de se rencontrer. Donc du coup j’ai pu aller sur son Facebook voir un petit peu sa représentation sociale entre guillemets, comment il se représentait sur Facebook, c’est-à-dire les photos. Quel type de personnes étaient sur ses photos, dans quel endroit. Est-ce qu’il y avait des photos de voyage. Pour un peu mieux cerner le personnage avant de le rencontrer.

Selon Agathe, le profil sur les sites de rencontres ne donne pas assez d’informations sur la personnalité des inscrits. Je lui demande comment elle peut déduire des traits de carctère sur Facebook, elle me répond:

Pour moi, c’est de les voir en interaction avec d’autres personnes. Parce qu’on général sur Facebook tu as plusieurs facettes, tu as des photos de toi, ton identité sous différentes coutures, mais tu as aussi toi et les autres ou toi, qu’est -ce que tu fais pendant tes voyages. C’est assez complet en fait pour cerner la personne c’est quand même une bonne manière de voir ce que la personne aime

Comme les jeunes enquêtés, Agathe attribue également une valeur informationnelle aux images et une variété d’images, les photos avec les amis, les photos de voyage. C’est l’inscription sociale de sa cible qu’Agathe cherche à interpréter à partir des informations qu’elle recueille surtout dans les photos. Elle procède de la même manière sur Facebook que sur les  sites de rencontres, sinon que dans ce cas, à défaut d’un corpus d’images, elle se forge une opinion de la personne à partir de sa description textuelle :

Q: Comment tu faisais la sélection, tu as dit que la photo n’était pas importante, tu te basais sur quel élément, alors? Est-ce que tu avais une stratégie? Alors je regardais la fiche descriptive, déjà, (rires) s’il y a trop de fautes d’orthographe, ça me rebute complètement. Ensuite, bien sûr le contenu, ça c’est plutôt, ça c’est le fond. Quelqu’un qui est sociable et n’est pas un ours.

Elle m’explique plus loin dans l’entretien que c’est également à partir de la façon de répondre aux questions du formulaire descriptif sur le site de rencontre, qui aide la déduction du caractère. Mais à partir de ces éléments, elle ne peut pas en juger son comportement. Quant aux photos mises sur les sites de rencontres, Agathe s’en méfie, car ces images lui semblent très mises en scène, étant donné qu’elles ont été téléchargées uniquement par le titulaire de compte. Alors que sur Facebook, il peut y avoir plus de photos partagées par la personne et aussi ses amis.

Comment expliquer cette croyance dans les images partagées sur Facebook comme révélatrices de la personnalité d’un potentiel amoureux ? Une des théories de l’enregistrement peut aider à comprendre cette confiance dans le document visuel. Selon André Gunthert, la théorie du rapport entre signal-bruit25 peut expliquer cette logique des utilisateurs Facebook.

L’enregistrement photographique ou autre prélève une coupe du réel, qui comprend par définition aussi bien du signal (information utile) que du bruit (information inutile). Gunthert explique que dans les conditions normales de réception de l’image, sa lecture se dirgie vers l’information essentielle, c’est-à-dire le signal. C’est dans des conditions particulières, quand on se croit dépourvu des faits réels, que l’on considère que l’image cacherait des informations sur lesquelles son réalisateur n’a pas eu de contrôle et qui peuvent donc révéler la vérité. Autrement dit, selon cette théorie, dans des conditions particulières, les récepteurs pensent que les informations involontaires, le bruit que comprend une image, peut être plus révélateur des vraies intentions de l’émetteur. Mais le recueil de cette information nécessite un travail interprétatif de la part du récepteur.

Sur Facebook, dans un premier temps, c’est à partir des informations implicites fournies par les photos partagées que les utilisateurs décodent la personnalité. Dans un deuxième temps, cette interprétation est vérifiée par application de différents filtres, par exemple le nombre de photos, leur fréquence etc.

Dans ce sens, la surcharge d’informations inutiles confère plus de crédibilité au profil Facebook qu’une fiche descriptive sur les sites de rencontres, qui s’avère être trop ordonnée pour être crédible.

8. La conversation sur Facebook, la clé pour avancer dans la relation in real life (IRL)

Une fois que les images sont examinées, la posture, les mises en scène décodées et interprétées, l’analyse du profil cède la place à la conversation.

D’une manière générale, d’après les interviewés, il faut engager rapidement la conversation, mais discrètement. La cible est sollicitée soit par un courrier, soit par la messagerie instantanée. A ce stade, il y a encore des ‘règles’ non écrites pour aborder et accrocher l’attention de la cible par le message écrit. Il faut faire référence à la soirée, mais pas de façon trop appuyée, il faut que le message soit court, redigé sur un ton humoristique avec des smileys pour s’assurer d’un ton léger afin de ne pas se monter comme un ‘stalker26.

Gaspard explique pourquoi pour lui c’est important de commencer la discussion :

Je sais qu’on commence à connaître quelqu’un vraiment, pour moi, quand on peut fermer les yeux et s’imaginer son visage, par exemple. Oui parce qu’avec Facebook on a le visuel mais, ils nous manque, il nous manque la gestuelle, l’odeur, le langage, la voix, c’est quelque chose de très important pour moi. Si, on parle très, très longtemps avec quelqu’un sur Facebook et qu’on ne se voit pas et quand on entend sa voix pour la première fois, on se dit mais je ne me rappelle pas d’elle. Ca peut jouer un peu.

Une fois la discussion lancée sur Facebook, la consultation du profil se réduit. Au passage on peut mettre un ‘j’aime’ sur des photos récentes, sur la photo de profil ou bien le statut Facebook. Les commentaires sont évités à ce stade car, d’après les interviewés, il ne faut pas montrer à son réseau social qu’une telle personne les intéresse. Mettre un ‘j’aime’ est moins engageant et plus implicite qu’un commentaire redigé.

Pénélope, 19 ans, étudiante en deuxième année de biochimie, a rencontré son amoureux à une soirée chez des amis. Ils se sont ajoutés sur Facebook pendant la soirée et se sont lancés rapidement dans la conversation par la messagerie instantanée. Elle m’explique son expérience de la première semaine après sa rencontre:

Q: Tu peux me décrire le rythme d’échange au début et comment tu te sentais? Au début c’était assez rapide, on se parlait beaucoup, beaucoup, beaucoup et puis là c’est plus espacé dans le temps.On se parle tous les jours mais avant c’était toutes les demies heures, toutes les heures. Q: Au début ce rythme a durée combien de temps? Une bonne semaine. Q: Il y avait beaucoup d’attente aussi pendant cette période? Surtout qu’ il fallait se découvrir et comme on venait à peine de se voir, à se rencontrer c’était vraiment la découverte et puis le jeu et les références à la soirée qu’on avait passé ensemble. Et là on se découvre et en même temps on fait le plan de se voir. C’est plus long, je trouve que par rapport à la découverte cette période actuelle. Là on se parle tous les jours mais c’est assez espacé et est plus long, quatre, cinq, six heures.

Les propos de Pénélope résument finalement assez bien la seconde phase de la drague. Le ton de la conversation reste léger, humoristique et très oral. Les phrases longues sont évitées et l’usage des émoticônes est préféré pour éviter tout malentendu à ce stade. Mais même cette discussion instantanée passe par des filtres interprétatifs. Dans ce cas, c’est la fréquence des messages qui sert à mesurer l’intérêt de la cible.

Conclusion

Ces quelques témoignages de jeunes recueillis dans le cadre de la rencontre amoureuse sur Facebook renseignent sur leurs pratiques de décryptage des profils. Si les jeunes prolongent la séduction sur Facebook au lieu d’interagir en face-à-face, c’est parce qu’ils se croient capables, en tant qu’utilisateurs de la même plate-forme, de mieux se renseigner sur leur cible avant de se lancer dans l’interaction. Facebook sert donc à la fois comme un filtre permettant de tester le niveau de complicité avec une relation potentielle avant de se lancer dans une poursuite sérieuse et comme un deuxième terrain pour la prolonger.

Dans ce contexte, toute information découverte sur le profil est passée au crible, mais les images jouent un rôle important dans la reconstruction du puzzle identitaire des personnes. A la différence du texte, le corpus d’images partagé sur le profil Facebook fournit une quantité importante d’informations qui sont interprétées pour déterminer le comportement, l’inscription sociale et les goûts.

Enfin, les images livrent à ceux qui savent les lire des éléments indicatifs sur la sociabilité du target. Mais cette lecture d’images se fait toujours dans le contexte de la réception de leurs destinataires. Les amis en commun, les commentaires autour des photos, leur fréquence, leur nombre, leurs émetteurs, tous ces éléments extérieurs à l’image sont utilisés pour valider l’interprétation. Autrement dit, même si les photographies personnelles sur Facebook fournissent des bribes d’information, ce sont les éléments extérieurs comme le contexte d’interprétation des images, la croyance dans les images comme révélatrices des messages cachés et finalement l’expérience propre des jeunes, tous des facteurs qui se situent en dehors des images qui leur confèrent une valeur informationnelle pour poursuivre la drague sur Facebook.

  1. Jonathan Good, « How many photos have ever been taken ? », 1000memories blog. Disponible sur http://blog.1000memories.com/94-number-of-photos-ever-taken-digital-and-analog-in-shoebox []
  2. Fatima Aziz, « Le visuel a-t-il une place dans le design de l’interaction des réseaux sociaux ? », Image Circle, Culture Visuelle, 9 juillet 2012. Disponible sur http://culturevisuelle.org/imagecircle/2012/07/09/visueldesigninteraction/ []
  3. Sherry Turkle, Life on the Screen. Identity in the age of the Internet, Simon & Schuster, New York, 1995. []
  4. Paul Ricoeur, Soi-même, comme un autre, Paris, Editions du Seuil, 1990, p.140. []
  5. Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai sur la cartographie du web 2.0 », Réseaux, 152, p 93-137, Lavoisier, 2008 []
  6. Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, t1 La Présentation de soi, Editions Minuit, Collection Le Sens Commun, 1973. []
  7. Michel Laxenaire,  « Séduction masculine, séduction féminine », Le journal des psychologues, 2008/6 n° 259, p.37-42 []
  8. Pascal Lardellier, Le cœur NET, Célibat et @mours sur le web, BELIN, 2004. []
  9. Marie Bergström, « La toile des sites de rencontres en France », Topographie d’un nouvel espace social en ligne, Réseaux, 2011/2n°166, p.225-260. Pascal Lardellier, Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin Editeur, Paris, 2012 []
  10. Pascal Lardellier 2011, p.35 []
  11. Eva Illouz, Cold Intamicies, the making of emotional capitalism, Polity Press, 2007, p.75 []
  12. Par défaut tout profil utilisateur sur Facebook est accessible dans les recherches internes au site et dans les navigateurs externes. Les utilisateurs doivent choisir les paramètres de visibilité pour contrôler l’accès à leur profil. []
  13. Voir les travaux de danah boyd et Nicole Ellison.Boyd, D., « Friends , Friendsters , and MySpace Top 8 : Writing Community Into Being on Social Network Sites », First Monday, 11., 2006.  Ellison, Nicole B; Boyd, D.. « Social Network Sites: definition, history and scholarship ». Journal of Computer-Mediated Communication, 1,13, 2007. []
  14. L’action dans son ancienne version permettait d’envoyer un signalement à n’importe quel membre du site, en lui suggérant que son profil avait retenu l’attention d’un autre inscrit Facebook. []
  15. Vincent Glad, ‘Poke : ce message s’auto-détuira dans 3 secondes’, Slate, 24 décembre, 2012. Disponible sur http://www.slate.fr/story/66481/poke-ce-message-auto-detruira-dans-3-secondes []
  16. Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Editions Minuit, Collection Le Sens Commun, 1991 []
  17. Pour cette approche qui provient de l’anthropologie culturelle et de l’ethnographie, je m’inspire notamment des travaux de Danah Boyd, apophenia   (http://www.zephoria.org/thoughts/) http://www.danah.org/papers/ []
  18. André Gunthert, L’Atelier des icônes, Culture Visuelle (http://culturevisuelle.org/icones/a-propos []
  19. Alexandre Coutant & Thomas Stenger,  « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques. » GRESEC Les Enjeux de l’information et de la communication, 2010(1), 45- 64 []
  20. André Gunthert, « Pourquoi la télé diabolise Facebook », Actualités de la Recherche en Histoire Visuelle, 15 décembre 2008. Disponible sur http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/12/15/894-pourquoi-la-tele-diabolise-Facebook []
  21. « Facebook en France :26 millions d’utilisateurs actifs, plus de 5 heures par mois », ZDNet, 13 juillet, 2012. Disponible sur http://www.zdnet.fr/actualites/facebook-en-france-26-millions-d-utilisateurs-actifs-plus-de-5-heures-par-mois-39774160.htm []
  22. Voir l’ouvrage récemment publié sur les pratiques sentimentales des adultes sur Facebook par Pascal Couderc et Cathérine Siguret, L’amour au coin de l’écran : du fantasme à la réalité, Albin Michel, Paris, 2012. []
  23. Dominique Pasquier, Cultures Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Editions Autrement, Collection Mutation n°235, Paris, 2005. []
  24. Carlo Ginzburg, Mythes,Emblèmes,Traces, Morphologie et Histoire, Nouvelle Bibliothèque Scientifique,Flammarion,1989, p.178. []
  25. André Gunthert, « Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la lune?) », L’Atelier des icônes, Culture Visuelle, 14 novembre, 2009. Disponible sur http://culturevisuelle.org/icones/124 []
  26. Dans le contexte des réseaux sociaux, ce terme désigne un internaute qui traque avec insistance toute activité numérique de la personne suivie. []