Archives par mot-clé : Facebook

Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse

Je reproduis ci-dessous mon article paru dans le numéro 31 d’Etudes photographiques (printemps 2014), afin de permettre sa discussion.

Fig.1. "LOL", photographie numérique, coll. part.

Les pratiques de présentation de soi des adolescents sur Facebook sont souvent décrites comme narcissiques et impudiques1. Une telle approche repose sur des analyses quantitatives ou sémiotiques des contenus visuels qui négligent les usages et le contexte de réception des images. Si le partage des photographies personnelles contrariait la sociabilité, les membres de Facebook éviteraient cet usage. Or, en 2013, la plate-forme a revendiqué l’hébergement de 250 milliards d’images2.

Pour analyser les pratiques visuelles de manière plus ouverte, on a retenu ici une méthode ethnographique, basée sur l’observation en contexte de comportements réels de jeunes adultes (18-25 ans), lors d’un moment particulier de la vie sociale : celui des préalables à la rencontre amoureuse3.

A la recherche de la cible

Sur les 26 millions d’utilisateurs actifs de Facebook en France, la majorité d’inscrits ont entre 17 et 35 ans4. Les jeunes adultes ont un usage sentimental développé de Facebook5. Ils ont souvent commencé tôt à étendre leur réseau amical grâce à la plate-forme. Certains y sont inscrits depuis au moins quatre ans. Si la pratique du site ne garantit pas une connaissance approfondie de ses fonctionnalités, elle favorise un comportement utilitaire. Les habitués y recourent à chaque nouvelle rencontre ou pour s’insérer dans un nouveau réseau. L’habitude de tisser des liens par connaissances interposées depuis le collège garantit une aisance vis-à-vis du dispositif et un sentiment de confiance dans la sociabilité de la plate-forme.

« Au lycée aussi on a commencé à ajouter tout le monde parce qu’on venait tous de collèges différents. Finalement, il y avait plein de gens qu’on ne connaissait pas, et les premières semaines, (…) tout le monde s’ajoutait sur Facebook et ça permettait de dire : “Ah, tu connais machin, on a les mêmes amis en commun6” » (Lili, 18 ans).

Les soirées universitaires et les fêtes organisées entre amis augmentent les chances d’agrandir son cercle amical. Toutefois, ces activités imposent un format de rencontre souvent fugace, laissant peu de temps pour s’informer sur le nouveau contact. Le nom ou le numéro de téléphone sont des détails couramment omis lors d’une première interaction. Intentionnelle ou involontaire, cette omission ne semble pas déranger les jeunes, car ils se pensent capables de reconstituer ces informations à partir de leur réseau relationnel.

Si, pour certains, remettre la recherche détaillée du target7 (cible) à plus tard rend leur jeu de séduction plus mystérieux, pour d’autres, cette omission évite l’embarras d’un rejet.

« Comme tout le monde est sur Facebook maintenant, c’est peut-être devenu une mode et puis c’est aussi une manière indirecte, sans se dire maintenant je vais t’appeler. C’est passif, sans engagement, vous voyez » (Julia, 17 ans).

Entre la première rencontre et la décision de prolonger l’échange, Facebook se présente comme un terrain de jeu permettant de maintenir ouvertes plusieurs options.

« La première étape c’est de vérifier tout ce qui est abordable sans qu’on soit ajouté à son réseau » (Gaspard, 18 ans).

Pouvoir interroger son propre réseau relationnel sans être vu est un des ressorts de l’interface qui permet de se lancer discrètement dans la collecte d’informations sur sa cible8. Les photographies taguées (celles qui affichent le nom de la personne) constituent un objectif prioritaire. Elles permettent de remonter la piste des amis communs, dont les profils peuvent être exploités comme sources d’informations complémentaires, et servent de porte d’entrée pour accéder à la cible. A ce stade, c’est l’accessibilité du profil qui l’emporte sur son contenu, car sa consultation dépend de son paramétrage de confidentialité.

Fig.2. Photo de profil et photo de couverture sur la page de profil/ journal, Facebook, 2013.

D’une manière générale, les contacts sur Facebook s’accordent un accès complet et une visibilité réciproque de leurs activités – privilège refusé aux inconnus qui n’accèdent qu’à quelques rubriques publiques : le nom, la photographie de profil9 et celle de la couverture10 du compte (voir fig. 2). Cette visibilité en clair-obscur – claire pour les amis, obscure pour les autres – est perçue comme une mesure de la personnalité11.

« L’absence des photos, ça m’est arrivé récemment, et ça m’a fait réfléchir un peu et je me suis dit, “Tiens, j’aimerais bien faire ça aussi !” parce que c’est vrai, au final on étale beaucoup notre vie et je me suis dit ce n’est pas plus mal que ça. Mais au début, c’est vrai je me suis dit, “Ah ! Il n’y a rien !” » (Julia, 17 ans).

Si, pour certains, l’accès limité aux photographies provoque un étonnement qui les interpelle sur leur propre présentation, pour d’autres, un profil vide d’images suscite la méfiance.

« Si je tombe sur un profil sans aucune photo, je pense que j’attendrai que cette personne me parle en premier, qu’elle vienne me parler » (Pénélope, 20 ans).

« Généralement, quand c’est un truc un peu humoristique, souvent on se dit, oui, celui là, il est tellement moche qu’il ne s’assume pas en photo (rires) ; c’est très courant ça, et généralement chez des gens qui n’ont vraiment pas confiance. Moi, j’ai un de mes meilleurs amis qui fait ça de temps en temps. Souvent, les trucs humoristiques, je connais cette personne et je sais qu’elle n’a vraiment pas confiance en elle, et que physiquement elle se sent vraiment moche, alors que c’est un garçon adorable et qu’il n’est pas moche ! » (Nathalie, 19 ans).

Fig.3. Album de photos de profil. Facebook, 2013.

Ces réactions de surprise ou de scepticisme devant un profil sans iconographie accessible ou avec une visibilité limitée peuvent s’expliquer par la logique du don au sein des communautés en réseau. Dans ce contexte, la page du profil fait fonction de lieu de réception, censé accueillir ses visiteurs12. Sur le réseau numérique, partager son image relève du respect des règles tacites auxquelles tous les membres sont soumis. En outre, la réciprocité de l’échange limite les comportements abusifs13. Lors de cette phase préliminaire, une visibilité plus ou moins grande de l’iconographie est lue comme une indication sur la personnalité de la cible. Un corpus représentatif est perçu comme le signe d’une personnalité avenante. L’absence d’images suscite en revanche la suspicion, en suggérant un comportement dissimulateur.

Fig.4. Photographie du groupe d'amis du lycée, choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2012.

« Souvent les profils sont assez fermés maintenant, mais, il y a ce nouveau truc, la photo de couverture, qui n’existait pas à l’époque. Donc tu découvres vachement de choses sur les gens avec ça, parce que les gens ne se rendent pas compte forcément, ils savent que c’est public. Si, par exemple, sur la photo de couverture ou de profil tu vois que la personne est avec pleins d’amis, à une soirée ou un truc comme ça, généralement on se dit que cette personne est populaire, il veut se montrer, par exemple mon ami Jessy (voir fig. 3) » (Nathalie, 19 ans).

« Je pense que c’est ça la plus important, ce sont des amis. Donc, je vois ça via ses photos de profil, et puis je vais aller voir ses autres photos, si je vois qu’elle est toujours avec le même groupe d’amis, ça veut dire qu’elle est avec un groupe d’amis soudé et ils se marrent, j’aime bien cette personne, je me suis dit ça quand j’ai rencontré Mathilde qui a un vrai groupe soudé du lycée (voir fig. 4). Moi, je les ai tous rencontrés et je suis content de les avoir rencontré via Mathilde. Maintenant j’en fais partie ! (voir fig. 5) » (Arthur, 19 ans).

Fig.5. Photo de profil, facebook, 2013.
Fig.5. Photographie choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2013.

Lorsque qu’un entourage amical accompagne les portraits de la cible, cette information confirme un haut degré de sociabilité. L’importance accordée au groupe d’amis s’inscrit dans une logique adolescente qui veut que faire partie d’un groupe, c’est aussi montrer qu’on en fait partie14. La visibilité du cercle social est perçue comme le signe d’une personnalité avenante, riche en capital social (voir fig. 4). Le témoignage visuel d’une amitié étendue inspire confiance et séduit le récepteur désireux d’agrandir son propre réseau. L’étape suivante sera alors la demande de contact, qui permet en cas d’acceptation d’accéder à l’ensemble de l’information du profil.

Une herméneutique du profil

Accéder au profil de la cible permet d’abord de s’informer de sa disponibilité sentimentale et son inscription sociale, dans la perspective d’entamer une discussion. Dans ce contexte hyperesthésique, tout élément est susceptible d’être scruté comme un indice que le visiteur croit savoir interpréter grâce à sa propre pratique de Facebook15.

Les informations signalétiques une fois survolées, l’attention s’oriente vers la localisation pour estimer la proximité géographique, puis le lycée pour retrouver des connaissances communes. Même si le statut relationnel figure dans cette rubrique, cette information est plutôt recherchée ailleurs, souvent dans l’iconographie.

« Déjà tu vérifies dans les photos s’il y a la même fille qui apparait, qui like ses photos… » (Agathe, 25 ans).

L’examen des photographies reprend. Toutes les images, celles postées par le titulaire du compte aussi bien que celles rajoutées par son entourage sont passées au crible. Une évaluation de la fréquence de mise en ligne permet de déterminer si la cible se sert régulièrement de Facebook.

La valeur informationnelle l’emporte sur la qualité esthétique des images. Les photographies de voyage ou d’activités loisir sont consultées afin de reconnaître les goûts, les pratiques et les préférences culturelles de la cible. Les échanges qui découlent de ces publications servent à vérifier les informations visuelles et à mesurer le poids social de la cible au sein de son cercle amical.

« On essaie de voir quel genre de personne c’est, et avec les photos, on peut voir s’il fait des voyages par exemple, savoir quel type d’amis il a. Pas voir où il habite, mais s’il a des activités, il doit y avoir des photos avec un petit peu du sport, souvent pour les mecs c’est ça ou de la musique. Dès fois il y a pas mal de personnes qui mettent des bandes de son, des musiques qu’ils écoutent » (Julia, 17 ans).

Fig.6. Album des photos de couverture, Facebook, 2013.

Comment s’effectue cette lecture active des images ? Il n’y a pas une seule réponse à cette question ni aucune grille de lecture fixe, car ce sont les usages qui déterminent cette démarche interprétative. Les visiteurs mobilisent leur culture visuelle et s’appuient sur leurs propres pratiques du site.

« Tu as ceux qui font assez attention à leur vie privée et ils ne mettent aucune photo d’eux ni rien, ils mettent des photos des choses qu’ils aiment. Mon cousin Martin, par exemple, il a l’affiche de Pink Floyd en tant que photo de couverture (voir fig. 2), et puis ma correspondante mexicaine, elle adore Paris (voir fig. 6). Donc ça permet de voir le groupe préféré de la personne, si elle aime la nature, si elle aime plutôt, je sais pas, une bande dessinée, un film quelconque, une photo ancienne, ça peut dire vachement sur la personne, sans qu’elle se rende compte, moi je trouve. Donc, en tant que fille tordue, j’analyse, il y a des interprétations » (Nathalie, 19 ans).

L’information recherchée porte sur le comportement de la personne, sur ce qu’elle aime ou sur le genre de musique qu’elle apprécie, afin d’avoir des sujets de conversation pour la prise de contact. Les interprétations restent très subjectives. En l’absence d’une formation à l’image, ce sont souvent les observations de l’entourage – un cousin, une correspondante, un ami –, qui apprennent à constituer une grille d’interprétation personnelle.

La croyance dans le caractère révélateur de la personnalité de la photographie renvoie à la capacité de l’enregistrement de capter aussi bien le signal que le bruit, l’information volontaire que l’information involontaire, par définition plus sincère, puisque moins contrôlée16.

De même que, au cours d’une conversation en face-à-face, la lecture des comportements se fonde sur l’ensemble des expressions directes et indirectes17, l’interprète du profil Facebook pense que le bruit photographique est susceptible de révéler les intentions véritables des sujets observés.

Mais si les utilisateurs de la plate-forme alimentent leur grille d’interprétation à partir de leur propre pratique, cet auto-apprentissage les sensibilise également aux limites de leur méthode interprétative.

« Si cette personne met seulement des photos qu’elle veut montrer pour nous donner l’impression, par exemple si elle poste 50 photos et qu’il y en a 48 qui sont de la même soirée, je vois 50 photos où je la vois sortir et si je ne fais pas le lien que c’est la même soirée, je dirai qu’elle est une super fêtard. On peut faire des erreurs. Ce n’est pas une science exacte ! » (Marco, 19 ans).

Même si les photographies partagées sur le profil démultiplient les contextes sociaux d’interaction de la cible, leur contenu doit être considéré attentivement ainsi que le nombre et la fréquence des commentaires qui les accompagnent.

« Il est important de voir la personne en interaction, ça peut être un critère de voir si quelqu’un est apprécié. Si c’est avéré qu’il n’a pas un réseau d’amis très développé et que personne ne réagit à ses photos ou qu’elles sont juste de lui et aucune avec d’autres, cela m’aurait un peu refroidie ! » (Agathe, 25 ans).

L’accès au profil complet confronte l’enquêteur à la tâche de vérifier un maximum d’informations. Si les photographies sont préférées pour aller plus vite à l’essentiel, leur interprétation constitue un travail conséquent de vérification et de contre-vérification. Cette lecture détaillée indique également le niveau d’investissement de ces jeunes adultes, dont l’intérêt croissant pour leur cible s’accompagne de l’envie d’écarter les doutes et d’éviter de se laisser tromper par une présentation trompeuse18.

Du décryptage à la conversation

La conscience des limites de leur propre lecture motive ces jeunes adultes à appeler leurs amis en renfort. Pendant cette phase de tâtonnement, seuls les amis les plus proches sont considérés comme dignes de confiance. La discrétion est prioritaire pour éviter les moqueries de son réseau amical.

« On en a parlé, avec mes amis filles, généralement, mes meilleures amis, mais généralement, c’est entre filles » (Nathalie, 19 ans).

Le décryptage se prolonge principalement sur les photographies déjà sélectionnées par l’intéressé qui cherche un deuxième avis. L’intelligence collective enrichit ou corrige l’interprétation. Le partage des avis à un moment où la situation sentimentale est encore évolutive, constitue un moment de détente et d’apprentissage. Elargir l’enquête permet également de dédramatiser les incertitudes.

Fig.7. Album de photos de profil, Facebook, 2013.

« On regardait les photos de cette fille et Margot, ma pote, elle m’a appris à faire toute une synthèse par rapport aux nombres de photos sur lesquelles on voyait où cette nana sortait, le nombre de photos où elle était avec ses potes, où elle était bien habillée ou elle était habillée bof . Avec toutes ces informations, Margot m’a dit qu’elle n’avait pas l’air cool. En fait, oui, elle avait raison ! On peut vraiment connaître quelqu’un, si on a un esprit de synthèse vraiment synthétique (rires) » (Pierre, 17 ans).

Fig.8. Photo de profil, Facebook, 2013.

Plus les recherches se prolongent, plus les affinités apparaissent, et avec elles l’envie d’impressionner la cible ou de se lier avec elle.

« On a rigolé en regardant ses photos, celle du profil en premier (fig. 7) les ensuite, celles sur lesquelles il a été tagué19. On a passé un bon moment ensemble. Sur une photo de profil on dirait qu’il avait l’air d’avoir 12 ans (fig. 8) » (Nathalie, 19 ans).

Même dans le cas où l’analyse en compagnie d’un proche n’ajoute rien aux interprétations existantes, cette solidarité rassure et apaise les jeunes pendant cette période d’incertitude. Celle-ci prend fin avec le premier échange de correspondance, bref et discret, avec la cible. Outre la référence à la soirée ou aux amis communs, le message doit être rédigé sur un ton humoristique, avec des smileys, pour s’assurer d’un ton léger et éviter d’être pris pour un stalker20. Une fois la conversation lancée, celle-ci met fin à l’herméneutique du profil. Ce sont alors le ton et la fréquence des messages échangés qui renseignent sur l’intensité de l’investissement de l’interlocuteur.

« Au début c’était assez rapide, on se parlait beaucoup, beaucoup, beaucoup et puis là, c’est plus espacé dans le temps. On se parle tous les jours, mais avant c’était toutes les demi-heures, toutes les heures. Et là, on se découvre et en même temps on fait le plan de se voir. C’est plus long, je trouve, que par rapport à la découverte, cette période actuelle. » (Pénélope, 20 ans).

Pendant les échanges conversationnels, la lecture utilitaire des photographies se transforme dans un usage de divertissement actif. L’analyse du profil cède la place au jeu de séduction où la photographie personnelle n’est plus lue comme un indice mais utilisée comme une proposition d’interaction ludique, directe et exclusive. Le réseau social sert donc à la fois comme un filtre permettant de tester le niveau de complicité avec une relation potentielle et un terrain de jeu pour la prolonger.

« Il m’a envoyée cette photo (voir fig. 1) par la messagerie lors d’une conversation. Ce n’était pas le soir même de notre rencontre, mais quand il a commencé à m’intéresser. Je la trouvais drôle cette photo, et c’était une des seules où on le voyait en entier ! Je l’ai envoyée à Candice pour lui demander son avis sur la question, ça l’a fait rire aussi et elle m’a répondu qu’il était bien foutu et pas mal ! On fait souvent ça pour rigoler et pour avoir un avis extérieur ! » (Nathalie, 19 ans).

L’enquête préalable des jeunes adultes sur Facebook sert  à mieux se renseigner sur la cible avant de s’engager. Les images publiées sont mobilisées comme source d’informations non seulement du point de vue de leur contenu, mais aussi en vérifiant leur nombre, leur fréquence ou leur sociabilité conversationnelle. La croyance dans le caractère révélateur de la photographie est rapidement remise en question par les limites de l’exercice interprétatif et la nécessité d’un travail d’enquête.

De la valeur informationnelle des images partagées en réseau découle la reconnaissance de leur valeur transactionnelle. L’échange de photographies au sein d’un réseau installe un comportement de réciprocité, transformant chaque publication visuelle en proposition d’interaction, activée ou non selon les motivations des participants. Plutôt que le développement d’un narcissisme collectif21, l’analyse des usages démontre l’existence d’une démarche pragmatique de collecte et de mise en relation d’informations dans un but social, constitutive d’une nouvelle culture de la conversation visuelle – un constat que l’on peut étendre largement au-delà du cadre de l’interaction amoureuse.

NB. Les illustrations 2 à 8 sont des copies d’écran réalisées le 11 septembre 2013, publiées avec l’accord des titulaires des comptes.

Citation: Fatima Aziz, « Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse », Etudes photographiques, n° 31, printemps 2014, p.72-85.

  1. Voir par exemple : David Houghton et al., « Tagger’s Delight ? Disclosure and liking behaviour in Facebook. The effects of sahring photographs amongst multiple known social circles », University of Birmingham, 2013 (http://epapers.bham.ac.uk/1723/1/2013-03_D_Houghton.pdf) []
  2. « More than 250 billion photos have been uploaded to Facebook, and more than 350 million photos are uploaded every day on average », A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013, p. 6 (en ligne : https://fbcdn-dragon-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn 1/851575_520797877991079_393255490_n.pdf) []
  3. Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’une cinquantaine d’étudiants en médecine et d’autres filières, résidant en Ile-de-France. Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des étudiants entre 18 et 25 ans, issus de milieux sociaux contrastés. Les interactions quotidiennes des utilisateurs avec leurs amis, en face-à-face et sur Facebook, ont été observées pendant 3 mois (les prénoms ont été modifiés) []
  4. Marian Moreau, «Facebook compte 26 millions d’utilisateurs en France», FrenchWeb, 5 septembre, 2013 (http://frenchweb.fr/facebook-compte-26-millions-dutilisateurs-en-france/125450) []
  5. Pascal Lardellier, Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin, Paris, 2012. []
  6. Les verbatim sont extraits de l’enquête. []
  7. Mot anglais, terme employé par les interviewés pour désigner la cible de leur recherche sur Facebook []
  8. danah boyd et Nicole Ellison, « Social network sites : Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, vol.13, n°1, 2007 []
  9. La photo visible à côté du nom du titulaire d’un compte Facebook. Cette image accompagne le nom d’un utilisateur Facebook à chaque interaction sur le site []
  10. La photo de couverture est l’image de grande taille qui s’affiche uniquement en-tête de la page de profil/ journal Facebook []
  11. Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai sur la cartographie du web 2.0 », Réseaux, 152, p 93-137, Paris, Lavoisier, 2008 []
  12. Sur Facebook, depuis le lancement du site, l’accès à la photographie de profil active est publique par défaut, car elle remplit une fonction de discrimination des patronymes homonymes []
  13. Antonio. A. Casilli, Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ?, Editions du Seuil, Paris, 2010 []
  14. Dominique Pasquier, Culture Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005 []
  15. Carlo Ginzburg, Mythes, Emblèmes, Traces, Morphologie et Histoire, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1989 []
  16. André Gunthert, « Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la lune ?) », Atelier des icônes, Culture Visuelle, 14 novembre, 2009 (http://culturevisuelle.org/icones/124) []
  17. Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne ((traduit de l’américain par Alain Accardo), Les Editions de Minuit, Paris, 1973) []
  18. Judith Donath, « Signals in social supernets », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 1, 2007 (http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html). []
  19. Identifier un utilisateur Facebook sur une image par le biais de son nom []
  20. Dans le contexte des réseaux sociaux, ce terme désigne un internaute qui traque avec insistance toute activité numérique de la personne suivie []
  21. Zizi Papacharissi, « Look at us. Collective Narcissism in College Student Facebook Photo Galleries », The Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, 2010. []

Look back, un cadeau visuel inutile

Batman slaps Robin, Facebook

Après le partage du calcul de son temps perdu sur Facebook1, les clips Look back emplissent ma timeline depuis hier matin. Lancée pour marquer les 10 ans de Facebook, Look back2est une application qui génère automatiquement un clip de 62 secondes, créé à partir des contenus les mieux préférés sur le compte des utilisateurs. Ce montage constitué des statuts et des photos partagés est accompagné d’une musique sympathique et se déroule en trois parties. La reconstitution chronologique débute par vos premiers pas, la date d’inscription (approximative) et les premières photos qui s’enchaînent sur vos publications préférées et se termine par les photos que vous avez partagées. Chaque montage publié par un ami de son réseau invite à ses récepteurs à consulter leur propre clip (fig.1).

Fig.1. 'Find your movie here', Facebook, timeline, cope d'écran du 6/2/2014

Autant impressionnée par les premiers clips de mes contacts, j’étais vite déçue par le mien. L’absence des statuts, des commentaires et des photos que j’aurais voulu voir défilées a rendu cette expérience passive et fade, au point qu’au bout de 4 consultations des clips leur itération était devenue pénible. D’ailleurs, une réception mitigée de ces montages s’est manifestée rapidement sous forme de mèmes, commentaires et parodies.

Fig.2.Mèmes, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Si certains de mes amis Facebook apprécient la mélodie du clip, les autres (la majorité) trouvent le montage puéril (fig.3) et critiquent sa viralité intrusive.

Fig.4. 'Ennuyée' Statut, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14
Fig.3 'ennuyé', Statut publié en réaction aux publications de Look back Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Certain contacts ont même renoncé à l’idée de consulter et de partager leur clip de peur d’être déçu du contenu (fig.4). De manière générale, la déception des utilisateurs semble provenir moins du contenu de la proposition visuelle déjà vue, que d’un manque de contrôle sur leur contenu et sa visibilité.

Fig.4. 'Animal Planet', statut publié en réaction à la consultation de Look back, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

De toute façon,  24 heures après le lancement du service l’équipe technique Facebook rassure ceux qui se sont plaints d’avoir revu trop de photos de leur ex, d’un éventuel rajout de l’option « éditer ».

Mais que pouvons-nous retenir de cette réception mitigée du service Look back? Et encore, qu’est-ce qu’elle peut nous renseigner sur les usages des images sur le réseau?

De point de vue technologique, le projet Look back mérite d’être apprécié aussi bien pour la qualité et la rapidité des clips que pour l’envergure du service disponible sur un clique aux 1,23 milliards utilisateurs. Par rapport à la rétrospective statique (voir fig.5) offerte en 2013, à l’occasion de 9 ans de Facebook, ce montage visuel est dynamique. Il faut rappeler qu’il s’agit bien d’un diaporama et non pas d’une vidéo, ce qui laisse se demander pourquoi les vidéos ne font pas parties de Look back?

Fig.5. Review, 2013, Facebook, Fatima Aziz, copie d'écran du 6/2/14

Même si le nombre de vidéos personnelles publiées sur Facebook reste faible par rapport aux photos (250 milliards de photos en 20133 ), la vidéo devient une forme signifiante de voeux4 surtout avec des applications comme Flipagram5.

Néanmoins, de point de vue des usages, la conception de Look back pose certains problèmes.

L’absence de l’option éditer le clip révèle encore le non-respect de la privacy des utilisateurs. Certes, au nom de la standardisation, l’algorithme derrière le service ne peut pas prendre en compte les aléas de la vie personnelle. La mort, la rupture, la divorce, ce sont bien des événements qui se concrétisent sous forme des publications qui bousculent ponctuellement la timeline des utilisateurs Facebook. L’entassement du contenu partagé et l’éventuel enterrement des contextes sensibles peut procurer un sentiment de quasi invisibilité et une maîtrise de ces informations. Or,  Look back s’avère être un rappel amer de l’étendue de la visibilité qui peut être conférée à ces contextes douleurs.

Ensuite, la réalisation de ce montage est un parfait exemple de décontextualisation des photos. L’effacement des commentaires et du contexte de partage, deux facteurs essentiels à la réception des images, l’absence de ces facteurs participe d’une part à l’énervement. D’autre part, la réinsertion des photographies personnelles dans un nouveau contexte général, dans ce cas anniversaire de Facebook, contribue à l’indifférence à ces clips. Ce désintérêt renforce l’hypothèse d’une pratique utilitaire des images par les utilisateurs Facebook.

De plus, la conception du clip, musique sentimentale ajoutée au défilé chronologique des photos relève bien des occasions de grandes transitions dans la vie, par exemple ce type de diaporama est susceptible d’être visionné au pot d’adieu du lycée, aux réunions des classes ou bien aux services commémoratifs (voir l’appel d’un père adressé à Facebook pour accéder au clip de son fils décédé).

Avec l’effacement du contexte d’interprétation et la dépersonnalisation du contenu visuel, comment peut-on réagir au Look back, de soi ou celui de ses amis, si ce n’est qu’avec insensibilité.

  1. Application lancée par le magazine TIME []
  2. L’application s’intitule ‘Retour en arrière’ dans sa version française []
  3. A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013 []
  4. André GUNTHERT, « Facebook, nouveaux rituels de voeux », Atelier des icônes, 21 décembre, 2013. http://culturevisuelle.org/icones/2892 []
  5. application mobile, permet de créer des diaporama à partir des photos en y associant un morceau de musique disponible dans le répertoire []

La photo et le capital social, quel lien?

Avec le nombre croissant de photos au sein des réseaux sociaux sur Internet on peut se demander si la photo personnelle influe sur le capital social des utilisateurs de ces sites. A l’inverse du capital culturel et économique, le capital social est fortement lié au développement des liens au sein d’un réseau. Cependant le capital social ne doit pas être confondu avec ses manifestations, par exemple l’engagement civique est une manifestation du capital social, et non le capital en soi. Pour étudier ce phénomène social, je me suis intéressée à Facebook  qui héberge 10 milliards de photos partagées par ses utilisateurs.

Afin de tester mon hypothèse de l’influence de la photo personnelle sur le capital social, j’ai mis en place deux corpus d’images. Le premier,  le corpus principal  constitue de photos d’utilisateurs de Facebook France que j’ai interviewé entre 2009 – 2010. Il s’agit d’utilisateurs entre 14 et 26 ans qui ont des profils en accès fermé. Le deuxième  est le corpus test. Il s’agit d’un échantillon pris au hasard sur le site. Donc ce dernier est constitué de photos qui proviennent des profils en accès libre.

Pourquoi mettre en place deux corpus avec des profils différents?

Dans mon étude de cas sur Facebook, le corpus principal permet à la fois l’accès à la photo et au contexte social de son usage grâce à l’entretien ( le discours des utilisateurs). Alors que, le deuxième corpus aide à vérifier, selon l’invariable du sexe, les points communs et récurrents dans  des cultures différentes. De plus, le recoupement culturel et la comparaison entre les profils en accès fermé avec ceux en accès libre permettent d’aborder la question de l’influence du contenu visuel sur le capital social dans son contexte culturel. La comparaison de  profils fermés et de profils en accès libre peut aussi éclairer la problématique de l’exhibition de soi au sein de Facebook, un thème qui est en cours d’étude par le projet ‘SocioGeek’ mis en place par l’équipe de Dominique Cardon.

L’organisation du corpus principal

Comme dans cette étude de cas ce sont les entretiens qui m’amènent vers mon objet visuel,  l’organisation du corpus principal se fait autour de logiques sociales. Ainsi, au lieu de créer une catégorie d’images à partir d’une grille spécifique basée sur le comptage des personnes et des objets je laisse les interviewés m’indiquer les images préférées ou gênantes.

J’ai réalisé 14 entretiens semi-directifs: 7 filles / femmes et 7 / hommes entre 14 et 26 ans. Les principales questions posées étaient au sujet de la découverte du dispositif, la mise et le retrait de la photo de profil et la présentation de soi et de son entourage par la photo. Les principaux thèmes lié à la présentation de soi à travers les photos évoqués par les interviewés étaient :

1). La connaissance des centres d’intérêt de l’autre

2). Le jugement moral

3). La peur du jugement physique et

4). Le flicage affectif.

Je développerai  seulement le thème « la peur du jugement physique » évoqué par les interviewés.

L’intérêt de parler de ce thème en particulier est que les photos jugées inappropriées pour  être affichées sont vite supprimées soit lors de l’entretien soit après, ce qui rend la tâche du chercheur encore plus difficile au niveau de la restitution du contenu visuel.

Analyse du corpus principal – la peur du jugement physique

Le discours d’utilisateurs Facebook

Au sujet de la photo personnelle sur Facebook j’ai posé deux séries de questions aux interviewés. La première était quelles sont les raisons de la mise, du retrait et de la suppression du tag d’une photo. La deuxième série de question était quelles sont les inquiétudes que les photos de soi peuvent susciter et quelles mesures pouvaient-ils prendre ?

Voici un extrait du corpus principal lié au thème de la peur du jugement physique. Les photos qui constituent cette sélection ont été montrées par les interviewés. D’après les enquêtés ces photos pouvaient provoquer des jugements physique par  le réseau d’amis.

"Photo de soi nulle" - extrait du corpus principal

Cependant, au premier regard, ces photos ne troublent pas l’observateur. Si un chercheur les regarde en absence de la personne concernée, il peut être facilement amené à projeter les stéréotypes sans chercher à comprendre la logique derrière le retrait ou la suppression de la photo. En fait, c’est dans le contexte du réseau de liens forts et faibles, popularisé par Facebook que l’on peut comprendre cette logique.

(i) Soirée avec amis

(i) Pour la première photo, la fille à gauche est l’enquêtée. Il s’agit d’une photo de soirée mise en ligne par son amie qui l’a identifiée. L’interviewée a supprimé le tag pour réduire la visibilité de cette photo au sein de son réseau Facebook, elle m’a expliqué qu’elle se trouvait moche. Pour elle c’est une habitude de supprimer le tag quand la photo mise par quelqu’un d’autre ne lui convient pas. Je lui demande si c’était par rapport aux autres sur la photo, elle hésite, répond non mais se contredit. Je la cite, « Non même si j’étais seule je l’aurais supprimé, par contre si tout le monde sur la photo se montre moche et c’est fait exprès je laisse le tag, quand on fait tous des grimaces ou si on est tous bourrés sur une photo je laisse ».

(ii) Sortie avec des amis du lycée

(ii) L’interviewée de la deuxième photo par contre n’a pas supprimé le tag. Elle ne s’apprécie pas non plus, car il s’agit d’une photo prise sur le fait. Pour elle, les photos prises à l’imprévue sont souvent les plus gênantes, mais elle ne supprime pas le tag en préférant  assumer ses photos.

(iii) Fin des cours, sortie et déguisement avec des copains de classe

(iii) La troisième photo est considérée comme je cite : « débile » par l’interviewé que l’on voit  au centre de la photo avec un chapeau cloche rouge. Je le cite, « Je suis  moche avec un gros nez et ridicule mais puisque tous mes amis sont aussi déguisés je ne supprime pas le tag ».

(iv) Essai portait dans le photomaton avec un ami

(iv) La dernière photo provient d’ une série de portraits photomaton. L’interviewé a décidé de retirer de la série ses deux premiers portraits car il trouvait l’image pas du tout à son avantage et la pose loin d’être « cool ».

Donc on peut dire que la principale raison de retrait de photos pour les garçons et les filles est liée au souci de ne pas présenter une image de soi qui est parfaite à leurs yeux. Alors on peut se demander quelle image peut plaire aux utilisateurs Facebook. Certes, faire parler les interviewés à propos de leurs photos préférée aide à replacer dans son contexte la prise de vue, mais cela ne suffit pas. C’est en regardant les photos préférées et en les comparant avec celles qui ont étaient retirées qu’on peut comprendre le non-dit.

Voici un échantillon de photos préférées des interviewés.

Sur le plan esthétique ces photos n’affichent pas des décors fabuleux, elles n’ont pas une qualité supérieure aux photos retirées. Il y a même des photos avec des poses qualifiées jusque la par les interviewés de débile et des effets de retouche visible. Ainsi, la comparaison des photos préférées avec celles jugées nulles encourage à se demander si la peur du jugement physique est vraiment liée a la question du corps ? Comme cet échantillon des photos préférées  le montre, je crois qu’il s’agit plus d’une question d’appartenance à un groupe d’amis, à un certain look, à une activité de loisir ou profession qu’à une peur d’être jugé.

Comparaison entre le corpus principal et le corpus test (échantillon aléatoire)

Pour vérifier cette hypothèse, la comparaison d’ un extrait d’images préférées avec les éléments du corpus test. s’impose.  Ce deuxième corpus sert à tester aléatoirement la notion de la photo de soi préférée au sein d’un réseau d’ami, une notion facile à montrer, mais  difficile à exprimer à l’oral par les utilisateurs Facebook.  Le  corpus  test constitue  de photos aspirées des comptes Facebook américains en accès libre.

En conclusion, la comparaison de ces photos avec celles du corpus principal montre que les images préférées pour les hommes et les femmes ne sont pas forcément celles qui les rendre plus beau ou belles selon leur jugement, mais celles qui les montrent dans un contexte de sociabilité mis en scène. Les photos préférées des enquêtés et  celles du corpus test  servent à projeter une image de soi souriante, drôle, entourée d’amis, active et mise en scène. Bref,  il n’est plus question d’une  mise en scène de soi axée sur le physique, mais sur la sociabilité. Donc, un manque de drôlerie s’avèrerait moins bénéfique pour la construction du capital social, que une photo de soi moins flatteuse.

Présentation dans le cadre de « L’atelier de « Méthodes et Terrains en Sociologie de la Culture » MeSoCult

Le sens de l'url du profil public sur Facebook

Le  lancement de l’adresse url personnalisée pour afficher le profil public des utilisateurs Facebook vient de prendre sens.  La compagnie affiche désormais l’url du profil public  dans l’onglet > Info, juste sous l’adresse mail d’utilisateur.

Pourquoi ce changement? Y a-t-il un risque en termes de confidentialité?

En juin 2009, Facebook a introduit l’url personnalisé pour remplacer l’identité aléatoire chiffrée « id=592952074 »  par le nom de l’utilisateur: « http//www.facebook.com/fatima.aziz ». Cette personnalisation de l’adresse url a été proposé par la compagnie pour facilter la recherche des ses utilisateurs dans les navigateurs de recherche comme Google et Bing.

Aujourd’hui avec le lancement des Pages communautaires et connexions affichées sur le profil, la page de profil Facebook affiche l’url du profil public de ses utilisateurs. L’url du profil public sert à rendre accessible et visible tous les éléments reglés comme publics par l’utilisateur. D’après le blog du site les paramètres de confidentialité ne changent pas avec le  profil public. Voici un extrait sur le sujet:

Les paramètres de confidentialité changent-ils à cause des nouvelles connexions ? Les modifications que vous avez apportées précédemment aux paramètres pour votre famille, vos relations et les photos/vidéos dans lesquelles vous êtes identifié(e) ne changent pas. Ces paramètres apparaissent dans la nouvelle section Amis, identifications et connexions des paramètres de confidentialité. Les paramètres des éléments qui se trouvent dans la section Publications et informations personnelles, comme votre date de naissance, vos opinions politiques et religieuses, et les personnes qui peuvent publier sur votre mur, restent également inchangés.

Un autre changement enchaîné par les pages communautaires est le remplacement du bouton « Devenir Fan » (considéré comme « has been ») par: « J’aime ».  La réussite des  affinités  pour créer des liens forts entre les liens faibles a été déjà prouvée dans le cas de Flickr1

Donc, une facette du profil devient visible lors des recherches publiques. Facebook explique que cette visibilité accordée par le profil public permettra les utilisateurs de devenir amis avec d’autres membres partageant les mêmes centres d’intérêts.

Les médias critiquent ce changement en le  signalant comme une astuce pour profiter de ces communautés et  livrer leurs préférences aux annonceurs publicitaires2

A suivre en attendant  d’autres débats dans la blogosphère française!

  1. Cardon. D et al, La force des liens faibles.“The Strength of Weak Cooperation : An attempt to Understand the Meaning of Web2.0”, Communications & Strategies, n°65, 1st quarter 2007, p. 51-65.). []
  2. AFP,Facebook pages group people based on likes). []

Facebook Profile Pictures, the Ultimate Public Profile Database?

Die falsche Tote, SUDDEUTSCHE ZEITUNG
Die falsche Tote, SUDDEUTSCHE ZEITUNG

In his week’s issue of  The Courrier International N°1007 , French edition, I finally came across the actual portrait of Neda SOLTANI, a 32 year old English Literature teacher, who got accidently mediatised as Neda Agha-SOLTAN.

According to the article « La femme de la photo » by David Schraven in the Courrier, originally published as Das zweite Leben der Neda Soltani (The Second Life of Neda Soltani) in the Suddeutsche Zeitung on 5th February 2010, the visual identity mix up started from Facebook.

Following the massive diffusion of Neda Agha-Soltan’s murder video on YouTube, Web users, bloggers and visual platform users wanted to see what « Iran’s Angel » really looked like. Between the night of 20 and 21st June, an anonymous Facebook user (most probably Amy L.Beam) searched for Neda’s profile  on Facebook and accidently diffused SOLTANI’s profile picture on the Web as Agha-Soltan’s visual identity.

Soon after groups and public pages were created on Facebook, bloggers, European and American T.V channels also started diffusing portraits of Neda found on the web, among which was Soltani’s headscarf Facebook profile picture.

SOLTANI's Facebook Fan Page
SOLTANI's Facebook Fan Page

Although most blogs that I had consulted in 2009  illustrated their posts with the original Twitpic screen capture of a blood smeared face of Neda, protestors paraded preferably with her portrait « en vie », unknowingly mourning Soltani!

Neda Soltani's Facebook Profile Picture held by protestors in Maubourg. Source Flickr
Neda Soltani's Facebook Profile Picture held by protestors in Maubourg. Source Flickr

Following this unexpected publicity, Soltani’s Facebook account received hundreds of friend requests and her friends in Teheran believed her to be deceased. Even after the official release of Neda’Agha- Soltan’s photographs by her parents (23 June, 2009), Soltani’s photos continued circultaing the web.

In an attempt to stop the mistaken identity, Soltani deleted her Facebook profile picture but by then it was too late.  In her interview with Schraven, Soltani currently in Germany as a political asylum seeker, expressed her sorrow for having lost her identity. Although her friends and official Media like the BBC mentioned the identity mix up in the portraits associated to Neda Agha-Soltan, accroding to Schavren other media sources (Speigel Online, The New York Times) continue to diffuse the living Neda’s Facebook profile picture.

Neda Soltani’s case is a solid example of how people continue to believe in the power of profile pictures posted online to be true or socially validated visual representation of themselves. Although this practice was instored since the use of the portrait on Personal Home Pages as a visual element of self-presentation (1994), the blurring between the personal and the public visual representation on Internet has been made visible especially on Social Network Sites. A right click, a screen cature and the Facebook or any other digitized photograph on the Internet is in the public domain.

In Soltani’s case neither Facebook, nor the Internet as a public domain are at fault, but the way people and communities make use of them!