Archives par mot-clé : conversation

Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse

Je reproduis ci-dessous mon article paru dans le numéro 31 d’Etudes photographiques (printemps 2014), afin de permettre sa discussion.

Fig.1. "LOL", photographie numérique, coll. part.

Les pratiques de présentation de soi des adolescents sur Facebook sont souvent décrites comme narcissiques et impudiques1. Une telle approche repose sur des analyses quantitatives ou sémiotiques des contenus visuels qui négligent les usages et le contexte de réception des images. Si le partage des photographies personnelles contrariait la sociabilité, les membres de Facebook éviteraient cet usage. Or, en 2013, la plate-forme a revendiqué l’hébergement de 250 milliards d’images2.

Pour analyser les pratiques visuelles de manière plus ouverte, on a retenu ici une méthode ethnographique, basée sur l’observation en contexte de comportements réels de jeunes adultes (18-25 ans), lors d’un moment particulier de la vie sociale : celui des préalables à la rencontre amoureuse3.

A la recherche de la cible

Sur les 26 millions d’utilisateurs actifs de Facebook en France, la majorité d’inscrits ont entre 17 et 35 ans4. Les jeunes adultes ont un usage sentimental développé de Facebook5. Ils ont souvent commencé tôt à étendre leur réseau amical grâce à la plate-forme. Certains y sont inscrits depuis au moins quatre ans. Si la pratique du site ne garantit pas une connaissance approfondie de ses fonctionnalités, elle favorise un comportement utilitaire. Les habitués y recourent à chaque nouvelle rencontre ou pour s’insérer dans un nouveau réseau. L’habitude de tisser des liens par connaissances interposées depuis le collège garantit une aisance vis-à-vis du dispositif et un sentiment de confiance dans la sociabilité de la plate-forme.

« Au lycée aussi on a commencé à ajouter tout le monde parce qu’on venait tous de collèges différents. Finalement, il y avait plein de gens qu’on ne connaissait pas, et les premières semaines, (…) tout le monde s’ajoutait sur Facebook et ça permettait de dire : “Ah, tu connais machin, on a les mêmes amis en commun6” » (Lili, 18 ans).

Les soirées universitaires et les fêtes organisées entre amis augmentent les chances d’agrandir son cercle amical. Toutefois, ces activités imposent un format de rencontre souvent fugace, laissant peu de temps pour s’informer sur le nouveau contact. Le nom ou le numéro de téléphone sont des détails couramment omis lors d’une première interaction. Intentionnelle ou involontaire, cette omission ne semble pas déranger les jeunes, car ils se pensent capables de reconstituer ces informations à partir de leur réseau relationnel.

Si, pour certains, remettre la recherche détaillée du target7 (cible) à plus tard rend leur jeu de séduction plus mystérieux, pour d’autres, cette omission évite l’embarras d’un rejet.

« Comme tout le monde est sur Facebook maintenant, c’est peut-être devenu une mode et puis c’est aussi une manière indirecte, sans se dire maintenant je vais t’appeler. C’est passif, sans engagement, vous voyez » (Julia, 17 ans).

Entre la première rencontre et la décision de prolonger l’échange, Facebook se présente comme un terrain de jeu permettant de maintenir ouvertes plusieurs options.

« La première étape c’est de vérifier tout ce qui est abordable sans qu’on soit ajouté à son réseau » (Gaspard, 18 ans).

Pouvoir interroger son propre réseau relationnel sans être vu est un des ressorts de l’interface qui permet de se lancer discrètement dans la collecte d’informations sur sa cible8. Les photographies taguées (celles qui affichent le nom de la personne) constituent un objectif prioritaire. Elles permettent de remonter la piste des amis communs, dont les profils peuvent être exploités comme sources d’informations complémentaires, et servent de porte d’entrée pour accéder à la cible. A ce stade, c’est l’accessibilité du profil qui l’emporte sur son contenu, car sa consultation dépend de son paramétrage de confidentialité.

Fig.2. Photo de profil et photo de couverture sur la page de profil/ journal, Facebook, 2013.

D’une manière générale, les contacts sur Facebook s’accordent un accès complet et une visibilité réciproque de leurs activités – privilège refusé aux inconnus qui n’accèdent qu’à quelques rubriques publiques : le nom, la photographie de profil9 et celle de la couverture10 du compte (voir fig. 2). Cette visibilité en clair-obscur – claire pour les amis, obscure pour les autres – est perçue comme une mesure de la personnalité11.

« L’absence des photos, ça m’est arrivé récemment, et ça m’a fait réfléchir un peu et je me suis dit, “Tiens, j’aimerais bien faire ça aussi !” parce que c’est vrai, au final on étale beaucoup notre vie et je me suis dit ce n’est pas plus mal que ça. Mais au début, c’est vrai je me suis dit, “Ah ! Il n’y a rien !” » (Julia, 17 ans).

Si, pour certains, l’accès limité aux photographies provoque un étonnement qui les interpelle sur leur propre présentation, pour d’autres, un profil vide d’images suscite la méfiance.

« Si je tombe sur un profil sans aucune photo, je pense que j’attendrai que cette personne me parle en premier, qu’elle vienne me parler » (Pénélope, 20 ans).

« Généralement, quand c’est un truc un peu humoristique, souvent on se dit, oui, celui là, il est tellement moche qu’il ne s’assume pas en photo (rires) ; c’est très courant ça, et généralement chez des gens qui n’ont vraiment pas confiance. Moi, j’ai un de mes meilleurs amis qui fait ça de temps en temps. Souvent, les trucs humoristiques, je connais cette personne et je sais qu’elle n’a vraiment pas confiance en elle, et que physiquement elle se sent vraiment moche, alors que c’est un garçon adorable et qu’il n’est pas moche ! » (Nathalie, 19 ans).

Fig.3. Album de photos de profil. Facebook, 2013.

Ces réactions de surprise ou de scepticisme devant un profil sans iconographie accessible ou avec une visibilité limitée peuvent s’expliquer par la logique du don au sein des communautés en réseau. Dans ce contexte, la page du profil fait fonction de lieu de réception, censé accueillir ses visiteurs12. Sur le réseau numérique, partager son image relève du respect des règles tacites auxquelles tous les membres sont soumis. En outre, la réciprocité de l’échange limite les comportements abusifs13. Lors de cette phase préliminaire, une visibilité plus ou moins grande de l’iconographie est lue comme une indication sur la personnalité de la cible. Un corpus représentatif est perçu comme le signe d’une personnalité avenante. L’absence d’images suscite en revanche la suspicion, en suggérant un comportement dissimulateur.

Fig.4. Photographie du groupe d'amis du lycée, choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2012.

« Souvent les profils sont assez fermés maintenant, mais, il y a ce nouveau truc, la photo de couverture, qui n’existait pas à l’époque. Donc tu découvres vachement de choses sur les gens avec ça, parce que les gens ne se rendent pas compte forcément, ils savent que c’est public. Si, par exemple, sur la photo de couverture ou de profil tu vois que la personne est avec pleins d’amis, à une soirée ou un truc comme ça, généralement on se dit que cette personne est populaire, il veut se montrer, par exemple mon ami Jessy (voir fig. 3) » (Nathalie, 19 ans).

« Je pense que c’est ça la plus important, ce sont des amis. Donc, je vois ça via ses photos de profil, et puis je vais aller voir ses autres photos, si je vois qu’elle est toujours avec le même groupe d’amis, ça veut dire qu’elle est avec un groupe d’amis soudé et ils se marrent, j’aime bien cette personne, je me suis dit ça quand j’ai rencontré Mathilde qui a un vrai groupe soudé du lycée (voir fig. 4). Moi, je les ai tous rencontrés et je suis content de les avoir rencontré via Mathilde. Maintenant j’en fais partie ! (voir fig. 5) » (Arthur, 19 ans).

Fig.5. Photo de profil, facebook, 2013.
Fig.5. Photographie choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2013.

Lorsque qu’un entourage amical accompagne les portraits de la cible, cette information confirme un haut degré de sociabilité. L’importance accordée au groupe d’amis s’inscrit dans une logique adolescente qui veut que faire partie d’un groupe, c’est aussi montrer qu’on en fait partie14. La visibilité du cercle social est perçue comme le signe d’une personnalité avenante, riche en capital social (voir fig. 4). Le témoignage visuel d’une amitié étendue inspire confiance et séduit le récepteur désireux d’agrandir son propre réseau. L’étape suivante sera alors la demande de contact, qui permet en cas d’acceptation d’accéder à l’ensemble de l’information du profil.

Une herméneutique du profil

Accéder au profil de la cible permet d’abord de s’informer de sa disponibilité sentimentale et son inscription sociale, dans la perspective d’entamer une discussion. Dans ce contexte hyperesthésique, tout élément est susceptible d’être scruté comme un indice que le visiteur croit savoir interpréter grâce à sa propre pratique de Facebook15.

Les informations signalétiques une fois survolées, l’attention s’oriente vers la localisation pour estimer la proximité géographique, puis le lycée pour retrouver des connaissances communes. Même si le statut relationnel figure dans cette rubrique, cette information est plutôt recherchée ailleurs, souvent dans l’iconographie.

« Déjà tu vérifies dans les photos s’il y a la même fille qui apparait, qui like ses photos… » (Agathe, 25 ans).

L’examen des photographies reprend. Toutes les images, celles postées par le titulaire du compte aussi bien que celles rajoutées par son entourage sont passées au crible. Une évaluation de la fréquence de mise en ligne permet de déterminer si la cible se sert régulièrement de Facebook.

La valeur informationnelle l’emporte sur la qualité esthétique des images. Les photographies de voyage ou d’activités loisir sont consultées afin de reconnaître les goûts, les pratiques et les préférences culturelles de la cible. Les échanges qui découlent de ces publications servent à vérifier les informations visuelles et à mesurer le poids social de la cible au sein de son cercle amical.

« On essaie de voir quel genre de personne c’est, et avec les photos, on peut voir s’il fait des voyages par exemple, savoir quel type d’amis il a. Pas voir où il habite, mais s’il a des activités, il doit y avoir des photos avec un petit peu du sport, souvent pour les mecs c’est ça ou de la musique. Dès fois il y a pas mal de personnes qui mettent des bandes de son, des musiques qu’ils écoutent » (Julia, 17 ans).

Fig.6. Album des photos de couverture, Facebook, 2013.

Comment s’effectue cette lecture active des images ? Il n’y a pas une seule réponse à cette question ni aucune grille de lecture fixe, car ce sont les usages qui déterminent cette démarche interprétative. Les visiteurs mobilisent leur culture visuelle et s’appuient sur leurs propres pratiques du site.

« Tu as ceux qui font assez attention à leur vie privée et ils ne mettent aucune photo d’eux ni rien, ils mettent des photos des choses qu’ils aiment. Mon cousin Martin, par exemple, il a l’affiche de Pink Floyd en tant que photo de couverture (voir fig. 2), et puis ma correspondante mexicaine, elle adore Paris (voir fig. 6). Donc ça permet de voir le groupe préféré de la personne, si elle aime la nature, si elle aime plutôt, je sais pas, une bande dessinée, un film quelconque, une photo ancienne, ça peut dire vachement sur la personne, sans qu’elle se rende compte, moi je trouve. Donc, en tant que fille tordue, j’analyse, il y a des interprétations » (Nathalie, 19 ans).

L’information recherchée porte sur le comportement de la personne, sur ce qu’elle aime ou sur le genre de musique qu’elle apprécie, afin d’avoir des sujets de conversation pour la prise de contact. Les interprétations restent très subjectives. En l’absence d’une formation à l’image, ce sont souvent les observations de l’entourage – un cousin, une correspondante, un ami –, qui apprennent à constituer une grille d’interprétation personnelle.

La croyance dans le caractère révélateur de la personnalité de la photographie renvoie à la capacité de l’enregistrement de capter aussi bien le signal que le bruit, l’information volontaire que l’information involontaire, par définition plus sincère, puisque moins contrôlée16.

De même que, au cours d’une conversation en face-à-face, la lecture des comportements se fonde sur l’ensemble des expressions directes et indirectes17, l’interprète du profil Facebook pense que le bruit photographique est susceptible de révéler les intentions véritables des sujets observés.

Mais si les utilisateurs de la plate-forme alimentent leur grille d’interprétation à partir de leur propre pratique, cet auto-apprentissage les sensibilise également aux limites de leur méthode interprétative.

« Si cette personne met seulement des photos qu’elle veut montrer pour nous donner l’impression, par exemple si elle poste 50 photos et qu’il y en a 48 qui sont de la même soirée, je vois 50 photos où je la vois sortir et si je ne fais pas le lien que c’est la même soirée, je dirai qu’elle est une super fêtard. On peut faire des erreurs. Ce n’est pas une science exacte ! » (Marco, 19 ans).

Même si les photographies partagées sur le profil démultiplient les contextes sociaux d’interaction de la cible, leur contenu doit être considéré attentivement ainsi que le nombre et la fréquence des commentaires qui les accompagnent.

« Il est important de voir la personne en interaction, ça peut être un critère de voir si quelqu’un est apprécié. Si c’est avéré qu’il n’a pas un réseau d’amis très développé et que personne ne réagit à ses photos ou qu’elles sont juste de lui et aucune avec d’autres, cela m’aurait un peu refroidie ! » (Agathe, 25 ans).

L’accès au profil complet confronte l’enquêteur à la tâche de vérifier un maximum d’informations. Si les photographies sont préférées pour aller plus vite à l’essentiel, leur interprétation constitue un travail conséquent de vérification et de contre-vérification. Cette lecture détaillée indique également le niveau d’investissement de ces jeunes adultes, dont l’intérêt croissant pour leur cible s’accompagne de l’envie d’écarter les doutes et d’éviter de se laisser tromper par une présentation trompeuse18.

Du décryptage à la conversation

La conscience des limites de leur propre lecture motive ces jeunes adultes à appeler leurs amis en renfort. Pendant cette phase de tâtonnement, seuls les amis les plus proches sont considérés comme dignes de confiance. La discrétion est prioritaire pour éviter les moqueries de son réseau amical.

« On en a parlé, avec mes amis filles, généralement, mes meilleures amis, mais généralement, c’est entre filles » (Nathalie, 19 ans).

Le décryptage se prolonge principalement sur les photographies déjà sélectionnées par l’intéressé qui cherche un deuxième avis. L’intelligence collective enrichit ou corrige l’interprétation. Le partage des avis à un moment où la situation sentimentale est encore évolutive, constitue un moment de détente et d’apprentissage. Elargir l’enquête permet également de dédramatiser les incertitudes.

Fig.7. Album de photos de profil, Facebook, 2013.

« On regardait les photos de cette fille et Margot, ma pote, elle m’a appris à faire toute une synthèse par rapport aux nombres de photos sur lesquelles on voyait où cette nana sortait, le nombre de photos où elle était avec ses potes, où elle était bien habillée ou elle était habillée bof . Avec toutes ces informations, Margot m’a dit qu’elle n’avait pas l’air cool. En fait, oui, elle avait raison ! On peut vraiment connaître quelqu’un, si on a un esprit de synthèse vraiment synthétique (rires) » (Pierre, 17 ans).

Fig.8. Photo de profil, Facebook, 2013.

Plus les recherches se prolongent, plus les affinités apparaissent, et avec elles l’envie d’impressionner la cible ou de se lier avec elle.

« On a rigolé en regardant ses photos, celle du profil en premier (fig. 7) les ensuite, celles sur lesquelles il a été tagué19. On a passé un bon moment ensemble. Sur une photo de profil on dirait qu’il avait l’air d’avoir 12 ans (fig. 8) » (Nathalie, 19 ans).

Même dans le cas où l’analyse en compagnie d’un proche n’ajoute rien aux interprétations existantes, cette solidarité rassure et apaise les jeunes pendant cette période d’incertitude. Celle-ci prend fin avec le premier échange de correspondance, bref et discret, avec la cible. Outre la référence à la soirée ou aux amis communs, le message doit être rédigé sur un ton humoristique, avec des smileys, pour s’assurer d’un ton léger et éviter d’être pris pour un stalker20. Une fois la conversation lancée, celle-ci met fin à l’herméneutique du profil. Ce sont alors le ton et la fréquence des messages échangés qui renseignent sur l’intensité de l’investissement de l’interlocuteur.

« Au début c’était assez rapide, on se parlait beaucoup, beaucoup, beaucoup et puis là, c’est plus espacé dans le temps. On se parle tous les jours, mais avant c’était toutes les demi-heures, toutes les heures. Et là, on se découvre et en même temps on fait le plan de se voir. C’est plus long, je trouve, que par rapport à la découverte, cette période actuelle. » (Pénélope, 20 ans).

Pendant les échanges conversationnels, la lecture utilitaire des photographies se transforme dans un usage de divertissement actif. L’analyse du profil cède la place au jeu de séduction où la photographie personnelle n’est plus lue comme un indice mais utilisée comme une proposition d’interaction ludique, directe et exclusive. Le réseau social sert donc à la fois comme un filtre permettant de tester le niveau de complicité avec une relation potentielle et un terrain de jeu pour la prolonger.

« Il m’a envoyée cette photo (voir fig. 1) par la messagerie lors d’une conversation. Ce n’était pas le soir même de notre rencontre, mais quand il a commencé à m’intéresser. Je la trouvais drôle cette photo, et c’était une des seules où on le voyait en entier ! Je l’ai envoyée à Candice pour lui demander son avis sur la question, ça l’a fait rire aussi et elle m’a répondu qu’il était bien foutu et pas mal ! On fait souvent ça pour rigoler et pour avoir un avis extérieur ! » (Nathalie, 19 ans).

L’enquête préalable des jeunes adultes sur Facebook sert  à mieux se renseigner sur la cible avant de s’engager. Les images publiées sont mobilisées comme source d’informations non seulement du point de vue de leur contenu, mais aussi en vérifiant leur nombre, leur fréquence ou leur sociabilité conversationnelle. La croyance dans le caractère révélateur de la photographie est rapidement remise en question par les limites de l’exercice interprétatif et la nécessité d’un travail d’enquête.

De la valeur informationnelle des images partagées en réseau découle la reconnaissance de leur valeur transactionnelle. L’échange de photographies au sein d’un réseau installe un comportement de réciprocité, transformant chaque publication visuelle en proposition d’interaction, activée ou non selon les motivations des participants. Plutôt que le développement d’un narcissisme collectif21, l’analyse des usages démontre l’existence d’une démarche pragmatique de collecte et de mise en relation d’informations dans un but social, constitutive d’une nouvelle culture de la conversation visuelle – un constat que l’on peut étendre largement au-delà du cadre de l’interaction amoureuse.

NB. Les illustrations 2 à 8 sont des copies d’écran réalisées le 11 septembre 2013, publiées avec l’accord des titulaires des comptes.

Citation: Fatima Aziz, « Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse », Etudes photographiques, n° 31, printemps 2014, p.72-85.

  1. Voir par exemple : David Houghton et al., « Tagger’s Delight ? Disclosure and liking behaviour in Facebook. The effects of sahring photographs amongst multiple known social circles », University of Birmingham, 2013 (http://epapers.bham.ac.uk/1723/1/2013-03_D_Houghton.pdf) []
  2. « More than 250 billion photos have been uploaded to Facebook, and more than 350 million photos are uploaded every day on average », A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013, p. 6 (en ligne : https://fbcdn-dragon-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn 1/851575_520797877991079_393255490_n.pdf) []
  3. Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’une cinquantaine d’étudiants en médecine et d’autres filières, résidant en Ile-de-France. Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des étudiants entre 18 et 25 ans, issus de milieux sociaux contrastés. Les interactions quotidiennes des utilisateurs avec leurs amis, en face-à-face et sur Facebook, ont été observées pendant 3 mois (les prénoms ont été modifiés) []
  4. Marian Moreau, «Facebook compte 26 millions d’utilisateurs en France», FrenchWeb, 5 septembre, 2013 (http://frenchweb.fr/facebook-compte-26-millions-dutilisateurs-en-france/125450) []
  5. Pascal Lardellier, Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin, Paris, 2012. []
  6. Les verbatim sont extraits de l’enquête. []
  7. Mot anglais, terme employé par les interviewés pour désigner la cible de leur recherche sur Facebook []
  8. danah boyd et Nicole Ellison, « Social network sites : Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, vol.13, n°1, 2007 []
  9. La photo visible à côté du nom du titulaire d’un compte Facebook. Cette image accompagne le nom d’un utilisateur Facebook à chaque interaction sur le site []
  10. La photo de couverture est l’image de grande taille qui s’affiche uniquement en-tête de la page de profil/ journal Facebook []
  11. Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai sur la cartographie du web 2.0 », Réseaux, 152, p 93-137, Paris, Lavoisier, 2008 []
  12. Sur Facebook, depuis le lancement du site, l’accès à la photographie de profil active est publique par défaut, car elle remplit une fonction de discrimination des patronymes homonymes []
  13. Antonio. A. Casilli, Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ?, Editions du Seuil, Paris, 2010 []
  14. Dominique Pasquier, Culture Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005 []
  15. Carlo Ginzburg, Mythes, Emblèmes, Traces, Morphologie et Histoire, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1989 []
  16. André Gunthert, « Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la lune ?) », Atelier des icônes, Culture Visuelle, 14 novembre, 2009 (http://culturevisuelle.org/icones/124) []
  17. Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne ((traduit de l’américain par Alain Accardo), Les Editions de Minuit, Paris, 1973) []
  18. Judith Donath, « Signals in social supernets », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 1, 2007 (http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html). []
  19. Identifier un utilisateur Facebook sur une image par le biais de son nom []
  20. Dans le contexte des réseaux sociaux, ce terme désigne un internaute qui traque avec insistance toute activité numérique de la personne suivie []
  21. Zizi Papacharissi, « Look at us. Collective Narcissism in College Student Facebook Photo Galleries », The Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, 2010. []

Notes: le lynchage en réseau (2)

Notes d’observation sur le lynchage en réseau: Le soutien au bijoutier de Nice

Il s’agit d’une prise de notes, un travail en cours…

Quels sujets de conversation peuvent inspirer les 4,148 images partagées sur la page Facebook ‘Soutien au bijoutier de Nice’?

L’observation de quelques relevés1 de l’iconographie et de ses commentaires publiés par les internautes pendant 6 mois2 sur cette page indique 2 principales activités. La première constitue le soutien porté au bijoutier, mobilisé par ceux qui croient à l’argument de la défense légitime. La deuxième activité s’organise en réponse à la première et se manifeste par une dénonciation virulente de la page par ses opposants.

En plus de ces deux forces antagonistes qui continuent à s’affronter sur cette page, d’autres activités se sont apparues et disparues au fur et à mesure des influences extérieures, par exemple: l’actualité politique, les fêtes etc. Mais au fil des 6 mois (du 11 septembre 2013 au 28 février 2014), malgré la différence d’opinions, certains supporters se sont habitués aux autres, tissant des liens avec les autres commentateurs et avec qui ils ont commencé à échanger régulièrement  sur un ton taquin et familier.

Quelques extraits des échanges entre une commentatrice MFS (aussi désigné comme MF dans les échanges sur Facebook) et ses interlocuteurs de la page peuvent servir d’exemple pour mieux saisir l’apport des images à la dynamique conversationnelle de cette page.

La girouette de MFS ou la transparence de l’image conversationnelle3.

A partir du mois de novembre, 2013, les commentateurs réguliers commencent à identifier les trolls et les détracteurs de la page et ils les évitent en ne s’adressant qu’à leur petit cercle d’interlocuteurs. Parmi les rituels que les supporters instaurent pour se distinguer des opposants, il s’agit de publier des salutations accompagnées d’une image une pratique qui est devenue progressivement une norme sur cette page.

Depuis le lancement de la page, MFS s’y est exprimée en faveur du bijoutier et à partir du mois de novembre elle commence à faire parti d’un petit groupe de supporters. Le 13 novembre, 2013, elle publie son message de soutien, souhaitant une bonne journée à tous, illustrée d’une image de girouette chantant à travers un haut-parleur (fig.1). En terme de réception, la publication a un succès relativement faible, mais elle réussit à générer une conversation en images. J.F publie la même image avec un message appréciatif.

Fig.1. Girouette au haut-parleur, image partagée sur la page FB, 'Soutien au bijoutier de Nice', 13/11/13. Copie d'écran.

Au mois de décembre, MFS publie à nouveau la même image, cette fois pour souhaiter un bon début de semaine. La publication reçoit une réponse en image adaptée à la saison, affichant deux poules appareillées d’un bonnet de Noël et des foulards (fig.2).

Fig.2. 'Poules de Noël', image commentaire, 9/12/13. Copie d'écran.

Le 11 décembre, DM, une autre commentatrice et militante de la page, connue de MFS, signale son mécontentement suite à la publication des propos insatisfaisants  par celle-ci, en lui faisant référence comme ‘un COQ au compte Frauduleux’ (fig.3). A cette plainte MFS réagit tout de suite en se justifiant (à noter l’heure de publication du commentaire: 06:19).

Fi.3. 'Epuisé', image partagée par MD sur la page FB, 'Soutien au bijoutier de Nice'. 11/12/13. Copie d'écran.

Suite aux explications, l’amitié entre DM et MFS est rétablie et l’on peut observer que 4 jours plus tard, DM s’inquiète de manque d’activité de MSF et à qui elle fait référence, cette fois à travers une image d’un coq chantant au micro (voir le premier commentaire fig.4). MFS y répond en jouant le jeu.

Fig.4. 'Où est passé MFS?' Commentaire publié le 15/12/13. Copie d'écran recadrée

Pour ce petit cercle de supporters, MFS est désormais représentée par un coq chantant et quand elle change d’illustration de la girouette au gorille, ses interlocuteurs la taquinent (voir les trois premiers commentaires de la fig.5).

Fig.5. "C'est vendredi! Youpi!" 27/12/13. Copie d'écran.

Cette série d’échanges plutôt amicaux pour une page dénoncée par la presse française pour des propos haineux, démontre que les commentateurs de cet espace publique ne s’échangent pas que des insultes, même si elles marquent une grande proportion des échanges publiés sur cette page.

Une fois que la frénésie médiatique montée autour du succès quantitatif de la page est retombée, le quotidien commence à se manifester dans les sujets conversationnels. Ce que cet échange nous démontre c’est aussi la difficulté d’animer une conversation dans l’espace publique avec des commentateurs que l’on a pas encore accepté en tant que contact sur Facebook.

Après deux mois, la couverture médiatique de ce fait divers stagne. Pour combler le manque d’informations pertinentes au sujet du bijoutier à partager au sein de la communauté, les commentateurs se mettent en jeu, prenant le soin de ne pas trop se dévoiler. Il s’agit bien d’une iconographie issue de banques d’images en accès facile sur Internet et non pas de la photographie privée. Mais, que ces images soient privées ou pas, ce n’est ni leur nature, ni leur format qui intéresse les interlocuteurs, tant que le contenu visuel sert à faire avancer la discussion sous la mode du private joke. Il s’agit donc d’un usage tacite et ludique du visuel, constituant ce que l’on appellerait en ethnométhodologie ‘le savoir du membre’- un savoir qu’un observateur extérieur à la communauté ne possède pas pour décrypter leur signification pour en comprendre les usages4.

Dans ce contexte d’échanges, le besoin de répondre dans un ton humoristique pour montrer un lien proche, ce besoin rend les interlocuteurs aveugles au format  des images. Ils ne voient plus qu’il s’agit d’une image de basse qualité, apposée d’un filigrane, mais un visuel qui sert à faire avancer le jeu social conversationnel en petit comité.

A suivre…

  1. un corpus de 400 images et leurs commentaires []
  2. du 11/09/13 à 28/02/14 []
  3. André Gunthert, « L’image conversationnelle. Les nouveaux usages de la photographie numérique » Etudes Photographiques, n° 31, printemps, 2014 []
  4. Dans mon cas d’analyse de ce corpus, j’ignorais complètement la signification de ce visuel au début de mes observations. Ce n’est qu’après avoir identifié les interlocuteurs, leurs habitudes conversationnelles que j’ai pu établir le fils des échanges dans leur contexte et le rôle  de la girouette  au sein des échanges! []

Notes: le lynchage en réseau

Notes d’observation sur le lynchage en réseau (1): le soutien au bijoutier de Nice

Des disputes venimeuses publiées sur le journal Facebook d’un ami, ou d’un collègue aux mobilisations massives de lynchage virtuel, dans certains contextes l’espace numérique semble encourager un discours colérique voire haineux.

Dans le contexte (semi) privé, il est non seulement difficile à déterminer la source du conflit entre internautes mais aussi impossible d’accéder aux échanges. Car, si certains effacent immédiatement leurs traces, d’autres les suppriment mais en conservent une copie d’écran pour se venger plus tard (expérience personnelle). Puis, il y a aussi les sensibles qui se retirent complètement de l’espace en supprimant leur compte (témoignage de Jean-Louis Fabiani).

Malgré quelques contraintes techniques, les espaces collectifs de discussion sur le web: forums, blogs, fils de discussion, pages et groupes communautaires, restent un terrain riche et accessible pour comprendre la dynamique conversationnelle et ses dérives.

Le soutien manifesté pour Stéphane Turk, a.k.a bijoutier de Nice, semble un bon cas d’étude pour comprendre les pratiques et les usages conversationnels dans un contexte tendu.

La spontanéité et la visibilité du soutien apporté au bijoutier soulignent l’aspect inédit de cette mobilisation initiée le 11 septembre, 2013. Le jour du cambriolage, une page Facebook ‘Soutien au Bijoutier de Nice’ et le hashtag #SoutienBijoutierNice ont été lancé pour soutenir la légitime défense face au sentiment croissant d’insécurité dans un régime défaillant1. Au fait, la page et le hashtag ont été lancé selon la logique habituelle du web, celle d’agréger et de diffuser auprès de son réseau les liens d’articles de presse intéressants. C’est seulement au fur et à mesure de la manifestation de l’opinion publique, exprimée sous forme des ‘J’aime’, des commentaires, des tweets et des images, que cette mobilisation est devenue révolutionnaire.

Certes, l’amplification médiatique du nombre extraordinaire et polémique des ‘J’aime’ attribués à la page FB2, a non seulement intensifié l’aspect quantitatif du mouvement mais aussi ombragé sa dimension conversationnelle. Une fois l’hypothèse de faux ‘J’aime’ a été propagée, démentie et écartée, cette mobilisation a été en fin reconnue pour sa valeur conversationnelle (plus de 250 000 commentaires sur la page FB), mais plutôt pour avoir généré un discours haineux, manipulé par l’extrême droite (fig.1.)

Fig.1. La Une de Libération "Bijoutier de Nice: La haine en réseau", 16 septembre, 2013.

….et si on changeait de regard?

Mais, si on change de regard sur la représentation médiatique de cette mobilisation et si l’on regarde au-delà des clivages politiques, des affiliations politiques évidentes des internautes à travers les pseudos choisis ou même à travers leur identité civile (fig.2.), si on ne se fixe pas uniquement sur le lexique employé pour désigner son opposant (fig.3.).

Fig.2. Relevé des profils Twitter des participants plus actifs dans le débat #SoutienBijoutierNice

Fig.3. Relevé des mots employés fréquemment dans les tweets sous le fil #SoutienBijoutierNice

Et si on prend en compte les images publiées, bien que leur nombre3  soit inférieur à l’ensemble des commentaires publiées, effacés et modifiés sur la page FB, on pourrait se rendre compte de l’importance de ce contexte militant pour comprendre les comportements et les pratiques transactionnelles des internautes en réseau.

Dans le cadre de ce mouvement, la formation d’une communauté et le prolongement de ses interactions, ces deux éléments constituent un intérêt important de cette  observation.

Si, le compteur des ‘J’aime’ s’est arrêté après une semaine aux 1,6 millions ‘J’aime’ sur la page FB et si, le hashtag #SoutienBijoutierNice n’est plus d’actualité sur Twitter depuis le 29 septembre, 2013, l’activité conversationnelle et le partage des images continuent sur la timeline de la page FB depuis plus de 6 mois.

Une comparaison entre les commentaires laissés sur un des premiers statuts et un des derniers statuts de l’administrateur de la page FB, indiquent non seulement un nombre plus élevé d’images partagées dans les conversations récentes, mais aussi l’émergence d’un groupe de membres identifiable qui interagissent avec une fréquence régulière. En plus des images publiées dans les commentaires, les fans/membres de la page FB ont posté régulièrement des images, constituant une iconographie  de 4,148 images partagées sur 6 mois (figs. 4 & 5.).

Fig.4. Fréquence trimestrielle de partage d'images sur la page FB 'Soutien au bijoutier de Nice',
Fig.5. Fréquence trimestrielle de partage d'images sur la page FB 'Soutien au Bijoutier de Nice'

Suite à ces constats l’on peut s’interroger sur le rôle et l’utilité de ces visuels dans le mouvement du soutien au bijoutier, aussi bien que dans la formation de petits groupes/clans et leurs rituels.

A suivre..

  1. Arguments publiés par les internautes au début du mouvement []
  2. Un total de 1, 6 millions de ‘J’aime’ accordés dans un temps record de 4 jours []
  3. 4,148 images partagées sur la page FB ‘Soutien au bijoutier de Nice’ []