Archives par mot-clé : biblio

CR:Les liaisons numériques

Antonio A. CASILLI, Liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité? Seuil, Paris, 2010. Site de l’ouvrage

Compte-rendu présenté le 30/01/14 au Cercle de Lecture du CRIalt.

L’ouvrage  Liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité? est issu du blog Body Space Society tenu par Antonio A. Casilli, sociologue et chercheur au centre Edgar Morin (EHESS) et maître de conférence en humanités numériques à Télécom Paris Tech. Dans cet ouvrage, le premier d’une série des travaux que Casilli a consacrés à la culture numérique, il présente une étude détaillée des enjeux culturels de l’interaction en ligne à travers trois thèmes: l’espace numérique, la représentation corporelle et les réseaux sociaux.

L’objet de ce livre, issu de dix ans de recherches qualitatives, est de proposer un large échantillon d’études de cas, des notes de terrain et des expériences propres de l’auteur sur les réseaux sociaux. Ces analyses démontrent comment les internautes négocient et s’adaptent aux nouvelles technologies pour socialiser sur le web.

Construit en trois parties, allant d’une typologie des (cyber)espaces à la force des liens numériques, l’auteur propose une série d’exemples internationaux: le cyberactivisme aux Etats-Unis, des expériences artistiques d’un corps virtuel en Angleterre aux pratiques d’une communauté internationale pro-anorexia à l’usage solidaire du web en Chine. Toutefois, il ne s’agit pas d’une anthologie des cas exotiques, car ces observations montrent la dimension mondiale d’une sociabilité qui s’inscrit dans une continuité des activités préexistantes au réseaux numériques.

La première partie débute par une interrogation sur la manière dont les outils informatiques occupent l’espace de vie des utilisateurs. La miniaturisation de l’ordinateur a rendu son omniprésence possible et l’usage de l’informatique et du web a introduit des espaces virtuels dans le quotidien de leurs utilisateurs. En s’appuyant sur divers exemples, Casilli montre comment ces cyberespaces construisent de nouvelles relations fondées sur la logique du don et de l’hospitalité, deux comportements clés pour faire communauté sur le web. En citant le cas de cyberactivisme, l’auteur souligne davantage l’articulation entre les espaces physique et numérique et le prolongement sur le web des activités débutées en face-à-face:

« ..il y a un nouvel essor de « cyberactivisme », qui n’implique pas un délaissement de la réalité de nos villes et nos Etats pour se consacrer aux enjeux exclusivement techniques de la société de l’information. On constate plutôt un aller-retour entre militance en ligne et action sur le terrain. » p.99.

Cependant, cette nouvelle configuration des relations numériques entraîne un déplacement des éléments personnels dans la sphère publique et la transposition des éléments publiques dans le domaine privé. Est-ce que cette nouvelle configuration annonce la fin de la vie privée, privacy1 sur le web? Non, l’auteur explique les choix disponibles aux internautes pour négocier la visibilité de leurs informations. Si, les internautes peuvent contrôler l’accès à leurs données pendant les interactions, cette maîtrise est difficile à maintenir lorsque l’on s’inscrit sur des services. Néanmoins, en réponse à cette situation asymétrique de publication volontaire, mais aussi obligatoire des informations personnelles, nommé la privacy paradox, Casilli suggère que les internautes pratiquent « la surveillance participative », c’est-à-dire, cette nouvelle configuration responsabilise les internautes et les aide à classer par ordre de priorité et par le contexte de partage leurs informations.

La deuxième partie des Liaisons numériques est la plus complète et riche en observations. Pour répondre à la question: comment habitons-nous ces cyberespaces? l’auteur propose une analyse détaillée du rapport à la représentation corporelle. Mais avant de livrer cette analyse, Casilli s’attaque au mythe du corps virtuel, propagé largement par Hollywood2. Contrairement à ce mythe, les observations de la représentation corporelle (les avatars Second Life ou les échanges textuels sur un site de rencontre) attestent à quel point le corps est devenu porteur d’un désir puissant d’un idéal stéréotypé3.

En plus de la mise en scène du corps à travers ses diverses traces numériques, Casilli montre comment l’usage des espaces numériques permet à se réapproprier son corps. Evoquant les cas des internautes atteints de maladies ou handicaps, l’auteur montre comment leur usage d’internet le transforme dans une technologie « capacitante », c’est-à-dire une technologie qui accorde une certaine autonomie à ce public pour interagir et faire des rencontres. L’étude détaillée des sites pro-ana, favorisant l’anorexie, présente également un exemple pertinent de la construction sociale du corps. En France les sites pro-ana sont interdits de peur d’encourager la mort de ceux qui les fréquentent. L’auteur conteste cette interdiction, car contrairement à encourager des troubles alimentaires, l’observation des pratiques de ces sites dévoilent un espace d’entraide et de régulation du poids. Evoquant une autre étude de cas (Facebook), Casilli insiste sur la dimension intersubjective de la présence numérique qui se transforme d’un projet de soi dans un projet de nous, en réseau.

La dernière partie présente une analyse des effets socialisants du web. Les réseaux sociaux numériques ont reconfiguré la manière d’être en société, car en plus de prolonger le contact avec les liens proches, ces réseaux permettent d’établir de nouveaux liens avec un grand nombre de connaissances éloignées. Ces liens faibles, en raison de leur diversité et leur superficialité, constituent désormais un capital social important que l’on peut facilement mobiliser en cas de besoin. Ainsi, la force des liens numériques reposerait sur leur réactivité et leur capacité à faire circuler les informations entre différents communautés. C’est par un conte poignant que Casilli clôt son livre et illustre l’ambivalence des liens numériques exigeant un juste équilibre entre cohésion du groupe et l’autonomie de l’individu.

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE:

Anders ALBRECHTSLUND, « Online Social Networking as Participatory Surveillance », First Monday, vol.13, n°3, 2008. (http://www.uic.edu/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2142/1949)

John BANCROFT, « Lust or Identity? », Archives of Sexual Behaviour vol.37, n°3, 2008, p.462-428

Luc BOLTANSKI et Pierre BOURDIEU, « Le Langage autorisé. note sur les conditions sociales de l’efficacité du discours rituel », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°5-6, 1975, p. 183-190; Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Pierre BOURDIEU, « Le Capital Social », Actes de la recherche en sciences sociales, n°31, 1980.(article sur Persée) (archives).

Ronald S. BURT, Brokage and Closure. An Introduction to Social Capital, Oxford University Press, 2005.

Michel FOCAULT, Les technologies de soi in Luther H.Martin, Huck Gutman et Patrick H. Hutton (dir.), Technologies of the Self: A Seminar with Michel Foucault, Amherst, University of Massachusetts press, 1988. (pdf anglais) (archives).

Jean-Claude KAUFMANN, L’invention de soi: une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004. (blog).

Bernard LAHIRE, La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Emmanuel LAZEGA, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 2007.(powerpoint(blog).

Marcel MAUSS, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950. (pdf)

Barry WELLMAN, « Little boxes, Glocalization, and Networked Individualism », in Makoto Tanabe, Peter van den Besselaar et Toru Ishida (dir.), Digital Cities II: Computational and Sociological Approaches, Berlin, Springer, 2002.

  1. L’auteur emploie le terme en anglais qui désigne à la fois la vie privée et le droit à la protection d’un espace propre []
  2. A ce sujet voir ma contribution sur Image Circle Le Mythe d’habiter le cyberespace []
  3. A ce sujet voir mon étude de cas sur Image Circle L’avatar anthropomorphique []

(CR)Tagger's delight?

La photographie personnelle et la divulgation des informations, l’association répétitive de ces deux activités est-elle en train de devenir une norme de la recherche sur l’intimité et le maintien des liens sur internet?

Ce billet propose un compte-rendu commenté (questions en gris que je me suis posées pendant la lecture) de l’article:

Tagger’s delight? Disclosure and liking behaviour in Facebook : the effects of sharing photographs amongst multiple known social circles.

Ensuite, je soumets deux suggestions méthodologiques.

Tagger’s delight ? est un article récent, publié en mars 2013, dans les discussion paper series de Birmingham Business School. L’objectif principal de cette étude est de comprendre comment le partage quotidien des informations banales, à l’intention de tout le réseau, peut interférer avec les différents liens et (comment savoir) quand il faut partager ou retentir les informations. Dans son titre courant, l’article propose une étude sur ‘les effets du partage des informations sur les liens personnels au sein de Facebook’ p.11, mais dans son résumé, p.2 cette analyse se réduit seulement à l’influence des photographies et du like sur la qualité des relations.

Mais : Les mises à jour du statut, les commentaires, les pokes, le téléchargement des vidéos, toutes ces publications sont également des informations divulgées sur Facebook.

Q.1.Pourquoi pour cette étude les photographies font l’exception par rapport aux autres contenus ?

Ce n’est qu’à la fin de la seizième page de l’article que les chercheurs expliquent leur choix des photographies comme type d’information à étudier, ‘Les photographies ont été choisies comme type d’information car elles sont (i) la fonctionnalité la plus utilisée de Facebook, (ii) elles proposent la possibilité aux utilisateurs de changer le contenu des messages (iii) et changer  également la fréquence de partage2.’

En s’appuyant sur ces trois raisons l’interrogation initiale se déplace de l’influence des informations à l’influence des photographies et leur impact sur la qualité des liens et la relation avec différents contacts du réseau.

Mais: Mettre à jour son statut, commenter, publier une video sont aussi des fonctionnalités de Facebook dont la fréquence peut être mesurer et qui permettent d’éditer le contenu.

Q.2.En quoi, la divulgation des photographies en particulier éclairera plus qu’une autre publication sur la qualité des relations ?

Q.3.Est-ce qu’un grand usage des photographies suffit comme problématique de recherche ?

Cette enquête a été menée en deux étapes sur un échantillon de 508 utilisateurs Facebook.

Dans un premier temps, 34 participants ont répondu à un questionnaire en rappelant de leur(s) dernier(s) téléchargement(s) photos sur Facebook et leur contenu. Ensuite, une analyse de contenu a été effectuée sur les réponses des enquêtés pour établir sept catégories3 de photographies partagées quotidiennement sur le réseau.

Mais : Q.4.L’enquête par questionnaire ne limite-t-elle pas les réponses des enquêtés surtout quand il s’agit de faire une reconstruction, même d’une action précise ? L’analyse de contenu sur les réponses des enquêtés suggèrerait que les chercheurs n’ont pas vu les photographies décrites.

Q.5.Peut-on faire des catégories des photographies sans les avoir vues ?

Toutes les photographies sont des images, mais toutes les images ne sont pas des photographies.

Q.6.Si les chercheurs n’ont pas vu ce que les enquêtés ont décrit comme photographie, comment peuvent-ils être sûrs qu’il s’agissait d’une image ou d’une photographie ?

Dans un deuxième temps, les effets des ces sept types de photographies sur la qualité de relation entre émetteurs et récepteurs ont été mesuré. Les partcipants (récepteurs) ont été divisé en cinq types de liens4. L’échelle de Network of Relationship Inventory (NRI) a été appliquée pour mesurer la qualité des liens. Deux variables ont été choisies de cette échelle : le soutien (soutien et conseil émotionnel) et l’intimité. Ensuite, les septs catégories du contenu photographique ont été évalué par les récepteurs pour mesurer le niveau de soutien au sein d’un réseau social. Alors que la fréquence de partage de ces photos a été évalué pour indiquer le degré d’intimité des relations.

Mais :Facebook permet de publier des photographies à des emplacements spécifiques et  l’affichage de ces photographies dépend de plusieurs facteurs, les commentaires, leur accessibilité parametrée par l’émetteur, le tag et le like. Tous ces facteurs influent aussi sur la fréquence des photos.

Q.7.Le contenu photographique standardisée et la fréquence de sa publication, ces deux varibales suffisent-elles à justifier la qualité des liens ?

Q.8.Même s’il y a un effondrement de contexte de publication des photographies, le contexte de réception ne peut-il pas être pris en compte comme une variable ?


Les résultats de cette étude révèlent que les utilisateurs âgé de plus de soixante ans dévoilent moins d’informations à travers les photos par rapport aux jeunes inscrits de Facebook. Parmi ces jeunes, les femmes partagent plus de photos que les hommes. Une haute fréquence des photos de soi, partagées même avec l’approche du plus pétit dénominateur en commun, c’est-à-dire un nivellement des informations en connaissance de l’effondrement du contexte et une audience élargie sur Facebook, risque d’être évaluée comme une baisse d’intimité et apporte moins de soutien par son réseau social.

Selon l’article de tels résultats impliquent finalement, un paramétrage encore plus rigoureux des configurations de la vie privée sur Facebook. Les pratiques des campagnes publicitaires sur Facebook sont aussi jugées nuisibles au maintien des relations, car elles demandent aux utilsateurs de se photographier avec leur produit et de partager ces photos avec leur réseau.

Enfin, comme pistes de recherches l’article suggère d’enquêter l’ensemble des effets d’un profil Facebook à différents niveuax d’une relation et de se concentrer sur le dispositif de visonnage des photos. Par exemple, les dispositifs mobiles sont plus envahissants de l’espace-temps des utilisateurs Facebook par rapport à l’ordinateur.

La conception et la méthodologie employée dans cet article posent des questions importantes sur le traitement des informations crées par les utilisateurs et l’étude des pratiques visuelles. Le manque de problématisation des usages visuels dans Facebook et la schématisation des photographies réduisent la richesse des pratiques et sabotent la compréhension de la sociabilité des internautes.

Je propose ici deux petites suggestions méthodologiques pour un meilleur traitement des comportements associés aux pratiques visuelles.

1.Entretien vs questionnaire

La standardisation des photographies/images tue leur richesse et diversité

La richesse informationnelle du contenu visuel peut être une des raisons qui peut expliquer sa préférence aux informations textuelles quand il s’agit d’étudier les sujets comme le dévoilement de soi, la gestion des son image ou bien le narcissime sur Facebook. Mais si l’analyse se focalise uniquement sur le contenu visuel, cette richesse et diversité des photos deviennent vite difficile à apprivoiser, surtout en absence des logiciels de traitement semblables à text mining.

Face au surcharge d’informations visuelles la première réaction est celle de catégoriser ce contenu, de réduire le bruit dans les photos, d’atténuer l’excès de renseignments inutiles au chercheur qui ne veut voir qu’un ordre dans le contenu qu’il a collectionné.

Cette standardisation des photographies consiste le plus souvent à les dégarnir de leur légende, leur nombre de like et de leurs commentaires. Cette uniformisation du contenu visuel resulte dans sa décontextualisation et sa transformation en stock photography, un contenu plus facile à traiter par des questionnaires et des échelles.

L’enquête par entretien sur les comportements liés aux pratiques visuelles ou autres, s’avère être un outil plus adapté car il n’impose pas une grille rigide éliminatoire à priori5. De plus, selon une approche psychosociale l’entretien permet d’interagir avec les utilisateurs et d’évaluer leurs intentions in situ, un plus pour comprendre le comportement et les usages sur internet.

2.Context is King ! Not content.

Le contexte de réception est la clé de la compréhension des comportements

Un des défis principaux de l’interaction en réseau numérique c’est l’effondrement du contexte des échanges et le risque de leur interprétation hors leur contexte d’origine. Mais si le contexte de départ est difficile à observer, la recherche peut, néanmoins se concentrer sur le contexte de réception des contenus.

L’article Tagger’s delight présente les résultats de leur enquête de point de vue des récepteurs de photographies, mais leur contexte de réception, c’est-à-dire pourquoi et comment ils ont regarder les photographies pour évaluer le soutien et l’intimité des liens, est omit de leur étude.

La compréhension des usages des photographies ne réside pas dans son contenu mais dans son contexte6 et ni l’observation des usages, ni le questionnaire sont des méthodes adaptées  pour  tester cette information.

C’est donc encore l’enquête par entretien qui peut servir à reconstituer le contexte de réception des publications, une approche longue mais nécessaire à comprendre la dynamique relationnelle des réseaux sociaux.

  1. Je traduis []
  2. Je traduis []
  3. soi, ami(e), évenement, famille, scène, objet et animal []
  4. lien de parenté, conjoint (e), ami (e) proche, collègue et connaissance []
  5. William D.Crano et Marilynn B.Brewer, Principles and Methods of Social Research, Lawrence Erlbaum Associates, London, 2002 []
  6. André Gunthert, ‘Notes sur la décontextualisation’, L’Atelier des Icônes, Culture Visuelle, 28 avril, 2013 http://culturevisuelle.org/icones/2720 []