Archives de catégorie : Contributions

articles originaux ou prépublications, textes de communication en colloque.

Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse

Je reproduis ci-dessous mon article paru dans le numéro 31 d’Etudes photographiques (printemps 2014), afin de permettre sa discussion.

Fig.1. "LOL", photographie numérique, coll. part.

Les pratiques de présentation de soi des adolescents sur Facebook sont souvent décrites comme narcissiques et impudiques1. Une telle approche repose sur des analyses quantitatives ou sémiotiques des contenus visuels qui négligent les usages et le contexte de réception des images. Si le partage des photographies personnelles contrariait la sociabilité, les membres de Facebook éviteraient cet usage. Or, en 2013, la plate-forme a revendiqué l’hébergement de 250 milliards d’images2.

Pour analyser les pratiques visuelles de manière plus ouverte, on a retenu ici une méthode ethnographique, basée sur l’observation en contexte de comportements réels de jeunes adultes (18-25 ans), lors d’un moment particulier de la vie sociale : celui des préalables à la rencontre amoureuse3.

A la recherche de la cible

Sur les 26 millions d’utilisateurs actifs de Facebook en France, la majorité d’inscrits ont entre 17 et 35 ans4. Les jeunes adultes ont un usage sentimental développé de Facebook5. Ils ont souvent commencé tôt à étendre leur réseau amical grâce à la plate-forme. Certains y sont inscrits depuis au moins quatre ans. Si la pratique du site ne garantit pas une connaissance approfondie de ses fonctionnalités, elle favorise un comportement utilitaire. Les habitués y recourent à chaque nouvelle rencontre ou pour s’insérer dans un nouveau réseau. L’habitude de tisser des liens par connaissances interposées depuis le collège garantit une aisance vis-à-vis du dispositif et un sentiment de confiance dans la sociabilité de la plate-forme.

« Au lycée aussi on a commencé à ajouter tout le monde parce qu’on venait tous de collèges différents. Finalement, il y avait plein de gens qu’on ne connaissait pas, et les premières semaines, (…) tout le monde s’ajoutait sur Facebook et ça permettait de dire : “Ah, tu connais machin, on a les mêmes amis en commun6” » (Lili, 18 ans).

Les soirées universitaires et les fêtes organisées entre amis augmentent les chances d’agrandir son cercle amical. Toutefois, ces activités imposent un format de rencontre souvent fugace, laissant peu de temps pour s’informer sur le nouveau contact. Le nom ou le numéro de téléphone sont des détails couramment omis lors d’une première interaction. Intentionnelle ou involontaire, cette omission ne semble pas déranger les jeunes, car ils se pensent capables de reconstituer ces informations à partir de leur réseau relationnel.

Si, pour certains, remettre la recherche détaillée du target7 (cible) à plus tard rend leur jeu de séduction plus mystérieux, pour d’autres, cette omission évite l’embarras d’un rejet.

« Comme tout le monde est sur Facebook maintenant, c’est peut-être devenu une mode et puis c’est aussi une manière indirecte, sans se dire maintenant je vais t’appeler. C’est passif, sans engagement, vous voyez » (Julia, 17 ans).

Entre la première rencontre et la décision de prolonger l’échange, Facebook se présente comme un terrain de jeu permettant de maintenir ouvertes plusieurs options.

« La première étape c’est de vérifier tout ce qui est abordable sans qu’on soit ajouté à son réseau » (Gaspard, 18 ans).

Pouvoir interroger son propre réseau relationnel sans être vu est un des ressorts de l’interface qui permet de se lancer discrètement dans la collecte d’informations sur sa cible8. Les photographies taguées (celles qui affichent le nom de la personne) constituent un objectif prioritaire. Elles permettent de remonter la piste des amis communs, dont les profils peuvent être exploités comme sources d’informations complémentaires, et servent de porte d’entrée pour accéder à la cible. A ce stade, c’est l’accessibilité du profil qui l’emporte sur son contenu, car sa consultation dépend de son paramétrage de confidentialité.

Fig.2. Photo de profil et photo de couverture sur la page de profil/ journal, Facebook, 2013.

D’une manière générale, les contacts sur Facebook s’accordent un accès complet et une visibilité réciproque de leurs activités – privilège refusé aux inconnus qui n’accèdent qu’à quelques rubriques publiques : le nom, la photographie de profil9 et celle de la couverture10 du compte (voir fig. 2). Cette visibilité en clair-obscur – claire pour les amis, obscure pour les autres – est perçue comme une mesure de la personnalité11.

« L’absence des photos, ça m’est arrivé récemment, et ça m’a fait réfléchir un peu et je me suis dit, “Tiens, j’aimerais bien faire ça aussi !” parce que c’est vrai, au final on étale beaucoup notre vie et je me suis dit ce n’est pas plus mal que ça. Mais au début, c’est vrai je me suis dit, “Ah ! Il n’y a rien !” » (Julia, 17 ans).

Si, pour certains, l’accès limité aux photographies provoque un étonnement qui les interpelle sur leur propre présentation, pour d’autres, un profil vide d’images suscite la méfiance.

« Si je tombe sur un profil sans aucune photo, je pense que j’attendrai que cette personne me parle en premier, qu’elle vienne me parler » (Pénélope, 20 ans).

« Généralement, quand c’est un truc un peu humoristique, souvent on se dit, oui, celui là, il est tellement moche qu’il ne s’assume pas en photo (rires) ; c’est très courant ça, et généralement chez des gens qui n’ont vraiment pas confiance. Moi, j’ai un de mes meilleurs amis qui fait ça de temps en temps. Souvent, les trucs humoristiques, je connais cette personne et je sais qu’elle n’a vraiment pas confiance en elle, et que physiquement elle se sent vraiment moche, alors que c’est un garçon adorable et qu’il n’est pas moche ! » (Nathalie, 19 ans).

Fig.3. Album de photos de profil. Facebook, 2013.

Ces réactions de surprise ou de scepticisme devant un profil sans iconographie accessible ou avec une visibilité limitée peuvent s’expliquer par la logique du don au sein des communautés en réseau. Dans ce contexte, la page du profil fait fonction de lieu de réception, censé accueillir ses visiteurs12. Sur le réseau numérique, partager son image relève du respect des règles tacites auxquelles tous les membres sont soumis. En outre, la réciprocité de l’échange limite les comportements abusifs13. Lors de cette phase préliminaire, une visibilité plus ou moins grande de l’iconographie est lue comme une indication sur la personnalité de la cible. Un corpus représentatif est perçu comme le signe d’une personnalité avenante. L’absence d’images suscite en revanche la suspicion, en suggérant un comportement dissimulateur.

Fig.4. Photographie du groupe d'amis du lycée, choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2012.

« Souvent les profils sont assez fermés maintenant, mais, il y a ce nouveau truc, la photo de couverture, qui n’existait pas à l’époque. Donc tu découvres vachement de choses sur les gens avec ça, parce que les gens ne se rendent pas compte forcément, ils savent que c’est public. Si, par exemple, sur la photo de couverture ou de profil tu vois que la personne est avec pleins d’amis, à une soirée ou un truc comme ça, généralement on se dit que cette personne est populaire, il veut se montrer, par exemple mon ami Jessy (voir fig. 3) » (Nathalie, 19 ans).

« Je pense que c’est ça la plus important, ce sont des amis. Donc, je vois ça via ses photos de profil, et puis je vais aller voir ses autres photos, si je vois qu’elle est toujours avec le même groupe d’amis, ça veut dire qu’elle est avec un groupe d’amis soudé et ils se marrent, j’aime bien cette personne, je me suis dit ça quand j’ai rencontré Mathilde qui a un vrai groupe soudé du lycée (voir fig. 4). Moi, je les ai tous rencontrés et je suis content de les avoir rencontré via Mathilde. Maintenant j’en fais partie ! (voir fig. 5) » (Arthur, 19 ans).

Fig.5. Photo de profil, facebook, 2013.
Fig.5. Photographie choisie en tant que photo de profil, Facebook, 2013.

Lorsque qu’un entourage amical accompagne les portraits de la cible, cette information confirme un haut degré de sociabilité. L’importance accordée au groupe d’amis s’inscrit dans une logique adolescente qui veut que faire partie d’un groupe, c’est aussi montrer qu’on en fait partie14. La visibilité du cercle social est perçue comme le signe d’une personnalité avenante, riche en capital social (voir fig. 4). Le témoignage visuel d’une amitié étendue inspire confiance et séduit le récepteur désireux d’agrandir son propre réseau. L’étape suivante sera alors la demande de contact, qui permet en cas d’acceptation d’accéder à l’ensemble de l’information du profil.

Une herméneutique du profil

Accéder au profil de la cible permet d’abord de s’informer de sa disponibilité sentimentale et son inscription sociale, dans la perspective d’entamer une discussion. Dans ce contexte hyperesthésique, tout élément est susceptible d’être scruté comme un indice que le visiteur croit savoir interpréter grâce à sa propre pratique de Facebook15.

Les informations signalétiques une fois survolées, l’attention s’oriente vers la localisation pour estimer la proximité géographique, puis le lycée pour retrouver des connaissances communes. Même si le statut relationnel figure dans cette rubrique, cette information est plutôt recherchée ailleurs, souvent dans l’iconographie.

« Déjà tu vérifies dans les photos s’il y a la même fille qui apparait, qui like ses photos… » (Agathe, 25 ans).

L’examen des photographies reprend. Toutes les images, celles postées par le titulaire du compte aussi bien que celles rajoutées par son entourage sont passées au crible. Une évaluation de la fréquence de mise en ligne permet de déterminer si la cible se sert régulièrement de Facebook.

La valeur informationnelle l’emporte sur la qualité esthétique des images. Les photographies de voyage ou d’activités loisir sont consultées afin de reconnaître les goûts, les pratiques et les préférences culturelles de la cible. Les échanges qui découlent de ces publications servent à vérifier les informations visuelles et à mesurer le poids social de la cible au sein de son cercle amical.

« On essaie de voir quel genre de personne c’est, et avec les photos, on peut voir s’il fait des voyages par exemple, savoir quel type d’amis il a. Pas voir où il habite, mais s’il a des activités, il doit y avoir des photos avec un petit peu du sport, souvent pour les mecs c’est ça ou de la musique. Dès fois il y a pas mal de personnes qui mettent des bandes de son, des musiques qu’ils écoutent » (Julia, 17 ans).

Fig.6. Album des photos de couverture, Facebook, 2013.

Comment s’effectue cette lecture active des images ? Il n’y a pas une seule réponse à cette question ni aucune grille de lecture fixe, car ce sont les usages qui déterminent cette démarche interprétative. Les visiteurs mobilisent leur culture visuelle et s’appuient sur leurs propres pratiques du site.

« Tu as ceux qui font assez attention à leur vie privée et ils ne mettent aucune photo d’eux ni rien, ils mettent des photos des choses qu’ils aiment. Mon cousin Martin, par exemple, il a l’affiche de Pink Floyd en tant que photo de couverture (voir fig. 2), et puis ma correspondante mexicaine, elle adore Paris (voir fig. 6). Donc ça permet de voir le groupe préféré de la personne, si elle aime la nature, si elle aime plutôt, je sais pas, une bande dessinée, un film quelconque, une photo ancienne, ça peut dire vachement sur la personne, sans qu’elle se rende compte, moi je trouve. Donc, en tant que fille tordue, j’analyse, il y a des interprétations » (Nathalie, 19 ans).

L’information recherchée porte sur le comportement de la personne, sur ce qu’elle aime ou sur le genre de musique qu’elle apprécie, afin d’avoir des sujets de conversation pour la prise de contact. Les interprétations restent très subjectives. En l’absence d’une formation à l’image, ce sont souvent les observations de l’entourage – un cousin, une correspondante, un ami –, qui apprennent à constituer une grille d’interprétation personnelle.

La croyance dans le caractère révélateur de la personnalité de la photographie renvoie à la capacité de l’enregistrement de capter aussi bien le signal que le bruit, l’information volontaire que l’information involontaire, par définition plus sincère, puisque moins contrôlée16.

De même que, au cours d’une conversation en face-à-face, la lecture des comportements se fonde sur l’ensemble des expressions directes et indirectes17, l’interprète du profil Facebook pense que le bruit photographique est susceptible de révéler les intentions véritables des sujets observés.

Mais si les utilisateurs de la plate-forme alimentent leur grille d’interprétation à partir de leur propre pratique, cet auto-apprentissage les sensibilise également aux limites de leur méthode interprétative.

« Si cette personne met seulement des photos qu’elle veut montrer pour nous donner l’impression, par exemple si elle poste 50 photos et qu’il y en a 48 qui sont de la même soirée, je vois 50 photos où je la vois sortir et si je ne fais pas le lien que c’est la même soirée, je dirai qu’elle est une super fêtard. On peut faire des erreurs. Ce n’est pas une science exacte ! » (Marco, 19 ans).

Même si les photographies partagées sur le profil démultiplient les contextes sociaux d’interaction de la cible, leur contenu doit être considéré attentivement ainsi que le nombre et la fréquence des commentaires qui les accompagnent.

« Il est important de voir la personne en interaction, ça peut être un critère de voir si quelqu’un est apprécié. Si c’est avéré qu’il n’a pas un réseau d’amis très développé et que personne ne réagit à ses photos ou qu’elles sont juste de lui et aucune avec d’autres, cela m’aurait un peu refroidie ! » (Agathe, 25 ans).

L’accès au profil complet confronte l’enquêteur à la tâche de vérifier un maximum d’informations. Si les photographies sont préférées pour aller plus vite à l’essentiel, leur interprétation constitue un travail conséquent de vérification et de contre-vérification. Cette lecture détaillée indique également le niveau d’investissement de ces jeunes adultes, dont l’intérêt croissant pour leur cible s’accompagne de l’envie d’écarter les doutes et d’éviter de se laisser tromper par une présentation trompeuse18.

Du décryptage à la conversation

La conscience des limites de leur propre lecture motive ces jeunes adultes à appeler leurs amis en renfort. Pendant cette phase de tâtonnement, seuls les amis les plus proches sont considérés comme dignes de confiance. La discrétion est prioritaire pour éviter les moqueries de son réseau amical.

« On en a parlé, avec mes amis filles, généralement, mes meilleures amis, mais généralement, c’est entre filles » (Nathalie, 19 ans).

Le décryptage se prolonge principalement sur les photographies déjà sélectionnées par l’intéressé qui cherche un deuxième avis. L’intelligence collective enrichit ou corrige l’interprétation. Le partage des avis à un moment où la situation sentimentale est encore évolutive, constitue un moment de détente et d’apprentissage. Elargir l’enquête permet également de dédramatiser les incertitudes.

Fig.7. Album de photos de profil, Facebook, 2013.

« On regardait les photos de cette fille et Margot, ma pote, elle m’a appris à faire toute une synthèse par rapport aux nombres de photos sur lesquelles on voyait où cette nana sortait, le nombre de photos où elle était avec ses potes, où elle était bien habillée ou elle était habillée bof . Avec toutes ces informations, Margot m’a dit qu’elle n’avait pas l’air cool. En fait, oui, elle avait raison ! On peut vraiment connaître quelqu’un, si on a un esprit de synthèse vraiment synthétique (rires) » (Pierre, 17 ans).

Fig.8. Photo de profil, Facebook, 2013.

Plus les recherches se prolongent, plus les affinités apparaissent, et avec elles l’envie d’impressionner la cible ou de se lier avec elle.

« On a rigolé en regardant ses photos, celle du profil en premier (fig. 7) les ensuite, celles sur lesquelles il a été tagué19. On a passé un bon moment ensemble. Sur une photo de profil on dirait qu’il avait l’air d’avoir 12 ans (fig. 8) » (Nathalie, 19 ans).

Même dans le cas où l’analyse en compagnie d’un proche n’ajoute rien aux interprétations existantes, cette solidarité rassure et apaise les jeunes pendant cette période d’incertitude. Celle-ci prend fin avec le premier échange de correspondance, bref et discret, avec la cible. Outre la référence à la soirée ou aux amis communs, le message doit être rédigé sur un ton humoristique, avec des smileys, pour s’assurer d’un ton léger et éviter d’être pris pour un stalker20. Une fois la conversation lancée, celle-ci met fin à l’herméneutique du profil. Ce sont alors le ton et la fréquence des messages échangés qui renseignent sur l’intensité de l’investissement de l’interlocuteur.

« Au début c’était assez rapide, on se parlait beaucoup, beaucoup, beaucoup et puis là, c’est plus espacé dans le temps. On se parle tous les jours, mais avant c’était toutes les demi-heures, toutes les heures. Et là, on se découvre et en même temps on fait le plan de se voir. C’est plus long, je trouve, que par rapport à la découverte, cette période actuelle. » (Pénélope, 20 ans).

Pendant les échanges conversationnels, la lecture utilitaire des photographies se transforme dans un usage de divertissement actif. L’analyse du profil cède la place au jeu de séduction où la photographie personnelle n’est plus lue comme un indice mais utilisée comme une proposition d’interaction ludique, directe et exclusive. Le réseau social sert donc à la fois comme un filtre permettant de tester le niveau de complicité avec une relation potentielle et un terrain de jeu pour la prolonger.

« Il m’a envoyée cette photo (voir fig. 1) par la messagerie lors d’une conversation. Ce n’était pas le soir même de notre rencontre, mais quand il a commencé à m’intéresser. Je la trouvais drôle cette photo, et c’était une des seules où on le voyait en entier ! Je l’ai envoyée à Candice pour lui demander son avis sur la question, ça l’a fait rire aussi et elle m’a répondu qu’il était bien foutu et pas mal ! On fait souvent ça pour rigoler et pour avoir un avis extérieur ! » (Nathalie, 19 ans).

L’enquête préalable des jeunes adultes sur Facebook sert  à mieux se renseigner sur la cible avant de s’engager. Les images publiées sont mobilisées comme source d’informations non seulement du point de vue de leur contenu, mais aussi en vérifiant leur nombre, leur fréquence ou leur sociabilité conversationnelle. La croyance dans le caractère révélateur de la photographie est rapidement remise en question par les limites de l’exercice interprétatif et la nécessité d’un travail d’enquête.

De la valeur informationnelle des images partagées en réseau découle la reconnaissance de leur valeur transactionnelle. L’échange de photographies au sein d’un réseau installe un comportement de réciprocité, transformant chaque publication visuelle en proposition d’interaction, activée ou non selon les motivations des participants. Plutôt que le développement d’un narcissisme collectif21, l’analyse des usages démontre l’existence d’une démarche pragmatique de collecte et de mise en relation d’informations dans un but social, constitutive d’une nouvelle culture de la conversation visuelle – un constat que l’on peut étendre largement au-delà du cadre de l’interaction amoureuse.

NB. Les illustrations 2 à 8 sont des copies d’écran réalisées le 11 septembre 2013, publiées avec l’accord des titulaires des comptes.

Citation: Fatima Aziz, « Transactions visuelles: Facebook, ressource de la rencontre amoureuse », Etudes photographiques, n° 31, printemps 2014, p.72-85.

  1. Voir par exemple : David Houghton et al., « Tagger’s Delight ? Disclosure and liking behaviour in Facebook. The effects of sahring photographs amongst multiple known social circles », University of Birmingham, 2013 (http://epapers.bham.ac.uk/1723/1/2013-03_D_Houghton.pdf) []
  2. « More than 250 billion photos have been uploaded to Facebook, and more than 350 million photos are uploaded every day on average », A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013, p. 6 (en ligne : https://fbcdn-dragon-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn 1/851575_520797877991079_393255490_n.pdf) []
  3. Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’une cinquantaine d’étudiants en médecine et d’autres filières, résidant en Ile-de-France. Une quinzaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des étudiants entre 18 et 25 ans, issus de milieux sociaux contrastés. Les interactions quotidiennes des utilisateurs avec leurs amis, en face-à-face et sur Facebook, ont été observées pendant 3 mois (les prénoms ont été modifiés) []
  4. Marian Moreau, «Facebook compte 26 millions d’utilisateurs en France», FrenchWeb, 5 septembre, 2013 (http://frenchweb.fr/facebook-compte-26-millions-dutilisateurs-en-france/125450) []
  5. Pascal Lardellier, Les réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin, Paris, 2012. []
  6. Les verbatim sont extraits de l’enquête. []
  7. Mot anglais, terme employé par les interviewés pour désigner la cible de leur recherche sur Facebook []
  8. danah boyd et Nicole Ellison, « Social network sites : Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, vol.13, n°1, 2007 []
  9. La photo visible à côté du nom du titulaire d’un compte Facebook. Cette image accompagne le nom d’un utilisateur Facebook à chaque interaction sur le site []
  10. La photo de couverture est l’image de grande taille qui s’affiche uniquement en-tête de la page de profil/ journal Facebook []
  11. Dominique Cardon, « Le design de la visibilité. Un essai sur la cartographie du web 2.0 », Réseaux, 152, p 93-137, Paris, Lavoisier, 2008 []
  12. Sur Facebook, depuis le lancement du site, l’accès à la photographie de profil active est publique par défaut, car elle remplit une fonction de discrimination des patronymes homonymes []
  13. Antonio. A. Casilli, Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ?, Editions du Seuil, Paris, 2010 []
  14. Dominique Pasquier, Culture Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005 []
  15. Carlo Ginzburg, Mythes, Emblèmes, Traces, Morphologie et Histoire, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1989 []
  16. André Gunthert, « Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la lune ?) », Atelier des icônes, Culture Visuelle, 14 novembre, 2009 (http://culturevisuelle.org/icones/124) []
  17. Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne ((traduit de l’américain par Alain Accardo), Les Editions de Minuit, Paris, 1973) []
  18. Judith Donath, « Signals in social supernets », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 1, 2007 (http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html). []
  19. Identifier un utilisateur Facebook sur une image par le biais de son nom []
  20. Dans le contexte des réseaux sociaux, ce terme désigne un internaute qui traque avec insistance toute activité numérique de la personne suivie []
  21. Zizi Papacharissi, « Look at us. Collective Narcissism in College Student Facebook Photo Galleries », The Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, 2010. []

L'Amplification du visuel sur les réseaux

Le visuel, a-t-il une place dans le design de l’interaction des réseaux sociaux?

Cette recherche avance l’hypothèse que les usages du contenu publié et/ou partagé sont la clé pour comprendre les interactions sur les réseaux sociaux (r.s). A travers la publication de divers contenus, les utilisateurs des r.s expriment non seulement leur identité mais aussi leurs tactiques d’interaction, à la fois avec l’environnement numérique et avec les autres internautes1. Par exemple, la présentation de soi écrite, publiée sur les pages de profil, le partage de ses goûts de musique, de cinéma, de lecture ou encore la publication des productions personnelles et médiatiques sur les profils et dans les commentaires etc. Tous ces contenus peuvent être considérés comme des propositions d’interaction qui par la diversité de leurs formats et de leurs contextes d’usages dessinent une écologie numérique.

C’est dans cette perspective, que cet article explore et mesure la contribution de différents contenus, en insistant sur l’apport des productions visuelles aux échanges sociaux.  Dans l’écologie des réseaux sociaux les images ont des usages sociaux significatifs2 et des conséquences culturelles décisives3. En plus de la démultiplication du visuel dans le design graphique des réseaux sociaux, la diversité des images appelle à réexaminer leur rôle par rapport à d’autres contenus.

Notre interrogation porte donc, sur la place des images dans l’écologie des contenus partagés, a fin de tester leur réussite et/ou leur échec à la sociabilité. Puis que ce questionnement nécessite une approche comparative et multi-sites,  nous proposons un panel de différents sites de réseaux sociaux. Ce panel permettra de comparer l’emplacement des outils interactifs et d’observer leur visibilité et leur fréquence. Ainsi, notre réflexion s’appuiera sur nos propres observations des sites et sur une synthèse de multiples travaux de recherche.

L’article est organisé en trois parties:

  • une cartographie des outils d’interaction étudiés sur l’ensemble de 16 sites. Chaque outil dans le schéma a été compté sur l’ensemble des pages du sites. Cette cartographie donne un aperçu des outils dans l’écologie des r.s
  • une étude empirique et comparative de trois types de réseaux sociaux: les sites généraux, les plates-formes visuelles et les sites spécifiques. Nous en présentons 10 sur les 16 sites analysés.
  • quelques conclusions

I. Economie sociale des contenus

Dans son article « L’image partagée », André Gunthert établit une juste critique de la théorie4 de user-generated content (UGC) ou contenu généré par utilisateur. D’après cette théorie de l’UGC les productions des utilisateurs, notamment sur les plates-formes de multimédia, pourraient faire concurrence, étant donné leur forte audience, aux œuvres des industries culturelles. Sur l’idée de la concurrence, cette théorie de l’UGC proposait des pistes pour monétiser les contenus des utilisaeturs. Mais comme le signale André Gunthert, la valeur d’un contenu amateur ou professionnel, publié dans l’écologie des réseaux sociaux ne repose pas sur son potentiel monétaire.  Au contraire la valeur d’une production dépend de son caractère d’être partageable.

La thèse de Gunthert se confirme aujourd’hui à travers plusieurs observations de la structure des réseaux sociaux.

Prenons d’abord les sites dédiés à la diffusion des productions, comme YouTube, Flickr et Last FM. Ces plates-formes de diffusion n’étaient pas conçues comme des sites de réseaux sociaux à leur lancement et les fonctionnalités de partage et d’interaction ont été ajoutées au fur et à mesure des demandes de leurs utilisateurs5. Ensuite, si la théorie de la UGC n’a pas encore fournit un modèle fiable pour monétiser les productions des utilisateurs, cette hypothèse a néanmoins, encouragé le rachat de ces plates-formes par les médias traditionnels et par les entreprises d’internet6. Ces rachats ont entrainé d’autres partenariats qui marque l’emprise des industries culturelles sur ces sites. En fin, la promotion des marques sur ces sites, souligne que l’avantage de cette écologie c’est qu’elle présente un terrain riche des réseaux relationnels où les contenus numériques circulent d’amis en amis.

Ainsi, la nouvelle configuration des réseaux sociaux amène à repenser la concurrence entre les contenus non pas en termes de producteurs (professionnel et amateur), mais plutôt en termes de format.

Quel format de contenu, images, texte, musique etc, contribue plus à l’interaction et dans quel contexte d’échange social ? Afin de comparer la contribution des différents contenus à la sociabilité sur les r.s, nous proposons de construire un panel de sites sélectionnés selon deux critères. Nous qualifions les r.s selon la définition établit par boyd et Ellison7. Le deuxième critère de notre sélection s’appuie sur le classement des réseaux sociaux à partir de leur trafic rank, réalisé par Alexa8.

Le croisement de ces deux critères a permis d’établir un panel de seize sites qui sont listés dans tableau 1, en ordre décroissant et selon leur classement mondial indiqué entre parenthèses9:

Tableau 1.

Par rapport à la variété de thématiques que proposent un r.s, trois catégories se dégagent de ce panel : les r.s généraux qui offrent une pluralité de thématiques, les plates-formes visuelles dédiées à l’image fixe et/ou animée et les sites spécifiques qui se limitent à une seule thématique.


Mais avant de développer en détail les différentes propositions d’interactions observables sur ces r.s, leur classement mérite deux remarques.

D’abord, la présence quasi égalitaire des  plates-formes visuelles dans ce classement (6/16) indiquent qu’elles génèrent un trafic aussi important que les r.s généraux (8/16) et même plus que les sites spécifiques (2/16). Ce constat amène à l’hypothèse que dans le paysage général des r.s, les images contribueraient autant à l’interaction sociale que d’autres thématiques, voire plus que certaines, par exemple la musique.

La deuxième remarque porte sur l’accès au contenu d’un r.s. A l’inverse d’autres sites,  les plates-formes visuelles permettent une consultation libre des contenus10. De ce fait, l’on pourrait se demander si l’accessibilité au contenu puisse contribuer à la popularité de ces plates-formes. Probablement oui, la politique de vitrine de ces sites pourrait encourager leur consultation.

Mais qu’entendons nous par le terme interaction au sein des sites de réseaux sociaux ?

II. Le design des outils interactifs sur les réseaux sociaux

Toute proposition de partage ou de publication de contenu peut être considérée comme un échange social. De plus, les r.s mettent en place une palette d’outils d’interaction pour apprivoiser les contenus.

Pour mieux saisir cette écologie de partage nous proposons une cartographie des outils sur l’ensemble de seize sites selon leur visibilité et l’effort qu’ils exigent (cf. Carte1).  Pour chaque outil d’interaction nous avons compté le nombre de fois qu’il apparaissait sur l’ensemble des pages d’un site. En plus de la visibilité des outils nous l’avons situé sur une échelle d’effort. Autrement dit, nous distinguons entre les outils qui incitent à produire des autres qui incitent uniquement à signaler.

Cartographie des outils d'interaction sur les réseaux sociaux

L’interaction sur les r.s : entre production et signalement

Toutes les activités d’interaction sur les r.s ne requièrent pas le même effort. Par exemple la mise à jour d’un statut (expression rédigée par un inscrit) prend plus de temps, si celui-ci n’est pas généré automatiquement, que de cliquer sur le bouton poke, un signalement envoyé par des inscrits à leurs amis sur Facebook. Dans cette perspective, selon l’effort que les activités sollicitent, on caractérisera cette dynamique d’interaction en opposant sur un premier axe les activités qui demandent à produire du contenu à celles qui sont plutôt de l’ordre d’un signalement.

Dans la partie nord de notre cartographie on trouve les activités qui incitent à la production élaborée comme la publication d’un contenu (en rouge). Il s’agit des productions écrites courtes ou élaborées, par exemple la mise à jour d’un statut, un message direct. Ou bien la publication des contenus multimédia personnels, des images, des clips vidéo et de la musique. Certes, il peut y avoir des textes copié collé, ou des contenus générés par des sites. Quelques outils d’évaluation (en vert) comme le témoignage qui valide les compétences d’un inscrit par ses paires et les commentaires adressés se trouvent également dans cette zone.

Les activités telles l’identification (en bleu clair) du contenu ou des contacts par tag et l’ouverture d’un groupe de discussion (en orange) se situent entre les productions, qu’on peut appeler élaborées et les signalements. Alors que dans la partie sud de notre carte se situent les outils qui servent à signaler une évaluation d’un contenu intéressant ou inintéressant. La majorité d’outils d’évaluation qui fonctionnent sur des algorithmes et chiffrent la réussite ou l’échec d’un contenu se trouvent plutôt du côté du signalement.

On peut situer également dans cette zone sud, les outils qui servent à relayer et à repartager (en bleu foncé) du contenu. La fonctionnalité qui permet à s’abonner à des activités d’un utilisateur et de les suivre se trouve également du côté des signalements. Ces fonctionnalités signalent le nombre d’abonnés, une mesure quantitative de l’influence et elles affichent aussi la validation d’un utilisateur par sa communauté en ligne.

La visibilité d’un outil : un indicateur non négligeable de son importance

La deuxième dynamique de l’interaction au sein des r.s est marquée par la visibilité d’un outil. Une fonctionnalité qui n’apparaît que sur une seule page du site possède moins de visibilité et donc elle a moins d’importance qu’un outil qui est réitéré sur plusieurs pages du site, voire même sur des sites externes. On caractérisera cette dynamique en opposant sur un deuxième axe une visibilité unique pour les outils qui n’apparaissant qu’une seule fois sur un site à une visibilité ubique, c’est-à-dire que l’outil ne se limite pas à un seul r.s mais il s’affiche sur d’autres r.s et même les sites externes. Par exemple les boutons de signalement like, tweet et g+. Mais il existe des degrés de visibilité faible et forte. On peut caractériser ces degrés par une répétition faible des outils qui sont accessibles depuis moins de trois pages et une visibilité forte des outils réitérés sur le r.s.

Cette cartographie montre que les outils d’évaluation comme le commentaire, le like et le dislike réjouissent d’une visibilité ubique. Si les commentaires participent à une appréciation qualitative des productions, les boutons like/dislike donne un aperçu quantitatif de l’interaction autour du contenu partagé et signalent ainsi, son échec ou sa réussite.

Les outils de repartage et de relais possèdent également une visibilité plus forte que la publication du contenu. De plus, l’ajout récent de ces fonctionnalités de rediffusion indique qu’il est plus facile de partager que de produire du contenu au sein des r.s. Ainsi, l’interaction autour des productions est en quelque sorte éditorialisée, structurée en amont par les r.s.

Ce schéma nous livre seulement un aperçu des outils par rapport à leur fréquence et visibilité. Avec cet aperçu du design de l’interaction, nous pouvons maintenant étudier en détail leur emplacement sur chaque site à fin de les comparer er tester comment leur positionnement influe sur le partage du contenu.

III. Etude comparative des réseaux sociaux

III.I. Les réseaux sociaux  généraux

Facebook, Twitter, Tumblr & MySpace

Les r.s de cette catégorie offrent une pluralité de thématiques. Ces sites se distinguent  les uns des autres par le type de visibilité11 qu’ils proposent aux utilisateurs et leurs contenus.  Par exemple les commentaires laissés sur les sujets d’actualités par des inscrits de Google Plus sont indexés par le moteur de recherche Google et donc apparaissent dans les requêtes critérielles. Alors que les commentaires laissés sur le réseau social Badoo ne sont accessibles que à travers une navigation relationnelle. Dans cet article nous présentons une analyse des quatre premiers r.s de notre panel.

1. Facebook

Facebook  promeut un échange cordial, sans critique négative entre ses inscrits. Observons en premier l’emplacement des outils de la page d’accueil d’un compte. Cette page rassemble des informations qui se déroulent dans un flux d’activités. Chaque publication, qu’elle soit une mise à jour d’un statut ou d’un contenu multimédia, toute activité est encadrées par une petite palette d’outils interactifs (fig.1.A & fig.1.B).

Fig.1.A. L'emplacement des outils de comptage sur la page d'accueil de Facebook, 2012. Capture d'écran recardée.
Fig.1.B. L'ordre des outils d'interaction sur la page d'accueil Facebook, 2012. Capture d'écran recardée.

i. L’hégémonie du bouton Like

Dans cette palette le Like vient en premier, suivi de commenter et rediffuser. Bien que la fonctionnalité de commenter soit la plus ancienne du site, celle-ci est précédée chaque fois par le bouton: like, j’aime en français. Chacune de ces fonctionnalités fournit une mesure qualitative et quantitative. Trois compteurs s’affichent juste en-dessous de la publication, le pouce levé pour le like, un phylactère pour compter les commentaires et un post-it pour révéler le nombre de fois une publication a été rediffusée.  En-dessous de ce chiffrage de la réception, se déroule un autre onglet où s’affichent les noms d’utilisateurs qui ont liké le contenu. Ensuite se succèdent les commentaires en ordre chronologique. Le like se répète encore une quatrième fois à côté des commentaires pour que les utilisateurs puissent répondre en remerciant ses interlocuteurs. La répétition du bouton like indique que l’interaction sur Facebook doit respecter les règles d’amicalité.

Cet ordre des outils se répète sur d’autres pages aussi. Par exemple les pages : Notes, Musique, Vidéo et Photo dans tous ces cas d’affichage, il s’agit de la même palette d’outils et dans le même ordre (fig.2.A, fig.2.B, fig.2.C & fig.2.D)

Fig.2.A. L'emplacement de la palette d'outil sur la page 'Notes' sur Facebook, 2012. Capture d'écran recardée..

Fig.2.B. L'ordre des outils sur la page 'Musique' de Facebook, 2012.
Fig.2.C. Page lecteur de vidéo sur Facebook, 2012.

Fig.2.D. Cadre de photo sur Facebook, 2012. Capture d'écran.

Contrairement, à YouTube, sur Facebook, le bouton dislike n’existe pas. Les échanges restent amiables sur la plate-forme et le like Facebook sert plutôt à remercier et renforcer les liens, Par contre, l’appréciation qualitative et quantitative des acteurs commerciaux n’est pas complètement absente de la page d’accueil. Le like apparaît souvent dans la colonne publicitaire des pages.

Par rapport au like, les commentaires n’ont pas autant de visibilité dans le flux d’activités. Seul les compteurs d’interaction s’affichent quand il s’agit des publicitaires ou des membres ayant une page. Dans le cas des échanges entre particuliers les deux premiers commentaires du fil conversationnel s’affichent. Pour suivre le restant de la communication, il faut cliquer sur ‘view other comments’.

Cette architecture du site révèle une économie d’espace surtout pour la discussion. Mais tout de même, devant un afflux de divers contenus, Facebook  est obligé à hiérarchiser l’information partagée. De sorte que sur Facebook l’effet d’échelle devient visible. Autrement dit, à part la fréquence des outils, la taille d’un contenu est un aussi indicateur de sa valeur. Il est intéressant à notre que cet effet d’échelle s’applique plutôt aux contenus visuels qu’aux publications textuelles. De plus cet effet d’hiérarchisation devient plus visible avec le nouveau design du site.

Regardons comment cette échelle se déploie dans le flux d’activités de la page d’accueil (le principal lieu de consultation des contenus).

ii. Un effet d’échelle visible dans le traitement des visuels

Si on compare l’affichage des contenus sur la page d’accueil de Facebook de 2009 (fig.3.A)  et de 2012 (fig.3.B), nous observons que les photos publiées par les utilisateurs s’affichent plus petites que les autres contenus (fig.3.A). En 2012, la situation s’inverse et les productions des utilisateurs s’affichent en plus grand format par rapport aux contenus médiatiques partagés (fig.3.B). Par exemple, la vignette qui illustre les morceaux écoutés sur le site de musique en ligne de Spotify, s’affichent en plus petites dimensions de 75 x 75 px, que la vignette d’un clip relié depuis Dailymotion (110 x 80 px).

Page d’accueil de Facebook en 2009

Fig. 3.A. Page d'accueil de Facebook en 2009. Les productions des utilisateurs et le clip relié depuis YouTube s'affichent presque aux même dimensions. L'effet d'échelle est légèrement visible. Capture d'écran.

Page d’accueil de Facebook en 2012

Fig.3.B. L'effet d'échelle devient fort visible à partir d'une différence signifiante dans les dimensions des contenus d'utilisateur et ceux reliés depuis Dailymotion. Page d'accueil Facebook 2012, capture d'écran.

Est-ce que l’illustration de la musique n’est pas aussi importante, ou bien le site veut promouvoir plutôt les contenus multimédias ? De toute façon, cet effet d’échelle saute aux yeux encore plus sur la page de profil utilisateur.

Prenons le cas d’abord des vidéos publiées sur la page de profil/ timeline (journal) lancé en 2012. La vignette des clips reliés depuis les plates-formes visuelles, telles YouTube et Dailymotion, s’affiche en plus petites dimensions de 152x 114 px, que les vidéos téléchargées par les utilisateurs, celles-ci s’affichent en 320 x 240 px (fig.4).

Timeline, (nouvelle page de profil) de Facebook en 2012

Fig.4. Comparaison entre la vignette d'un clip téléchargé par un utilisateur et celui relié depuis YouTube sur le Timeline, nouvelle page de profil de Facebook, lancée en 2012.

Cette comparaison est valable aussi pour les photographies. Celles qui sont téléchargées par les utilisateurs s’affichent en taille plus signifiante (404 x 404 px) que d’autres visuels, publiés depuis les sites externes. En plus de la taille dominante des images d’utilisateurs, celles-ci sont aussi redimensionnées au format carré (fig.5).

Timeline, (nouvelle page de profil) de Facebook en 2012

Fig.5. Comparaison de la taille et des dimensions des images publiées par les utilisateurs et celles reliées depuis des sites externes. Affichage sur le Timeline de Facebook, 2012.

L’agrandissement progressif du format des images est aussi observable sur les pages du contenu. En 2008, une photographié publiée s’affichait en 465 px (fig.6). En 2012, le cadre réservé à l’affichage des photos (fig.7) et des vidéos (fig.8) mesure 720 px, peu importe les dimensions originales du fichier (fig.9).

Cadre photo sur sa page individuelle. Facebook, 2008

Fig.6. Format photo réservé à 465 px (en largeur) sur Facebook, en 2008.

Cadres photo et vidéo sur Facebook au format de 720 px en 2012.

Fig.7. Cadre de la photo sur sa page individuelle en 720 px. Facebook, 2012.
Fig.8. Le lecteur vidéo s'affichage en 720 px. Facebook, 2012.
Fig.9. Cadre réservé à l'affichage des images au format de 720 px, peu importe les dimensions du fichier original. Facebook, 2012

iii. Une amplification et une standardisation progressives des visuels

En parallèle d’un agrandissement des formats du contenu visuel, une forte standardisation des images peut aussi être observée sur Facebook. Prenons l’exemple de l’avatar de profil. En 2008, cet avatar s’affichait en haut de la page, à gauche du statut et l’éditeur des activités (fig.10). Une comparaison de cette page avec sa version suivante de  2010 (fig.10) montre que l’emplacement de l’avatar s’agrandit et le statut qui s’affichait en-tête de la page fut remplacé par les détailles personnelles et une photostream, une série d’images où le titulaire de la page a été taguée par ses amis.

(Cliquez l’image pour agrandir)

Fig.10. Comparaison de l'emplacement de l'avatar et les modification de la page de profil entre 2008 et 2010.

L’ajout de la photostream en-tête de la page de profil a donné l’occasion à des détournements créatifs12  sous nom de ‘profile hacks‘ (fig.12).

Fig.12. Détournement de la photostream par Alexandre Oudin. Son style a été repris par plusieurs utilisateurs Facebook suite à une médiatisation par la presse en ligne. Capture d'écran depuis le site World Cast.

Cette amplification des visuels, en-tête de la page et le détournement de la photostream pour afficher un portrait de soi  ont donné lieu à un  nouveau design visuel: la couverture,  introduit avec le  Timeline en 2012. Sur cette nouvelle présentation de la page de profil, l’avatar s’affiche sous un format standardisé de 170 px x 170 px, ce qui élimine tout détournement. Par contre, la photostream est remplacé par un seul bandeau visuel appelé la couverture. Cette couverture sert comme une en-tête visuelle normalisée à 870 px en largeur et dont la forme en bloc est difficile à détourner (fig.13).

Fig.13. La standardisation de l'avatar et le remplacement de la photostream par la couverture. Timeline Facebook, 2012.

Ainsi, la forte répétition du bouton like et la visibilité étendue des compteurs d’interaction indiquent que les échanges sur Facebook  sont de plus en plus rapides et courts. A part cette distribution inégalitaire des outils, un effet d’échelle apparaît sur l’ensemble du site. Cette échelle s’applique seulement aux images pour mettre en valeur les téléchargements des utilisateurs.  Un tel choix éditorial peut se comprendre par le fait que Facebook veut se promouvoir comme la plate-forme possédant plus d’images partagées sur le web13.

2. Twitter

Twitter souligne l’instantanéité des échanges dans un environnement où la plupart de la communication est asynchrone. Comme Facebook, sur Twitter, une petite palette d’outils s’affiche juste en-dessous d’un tweet. Dans cette palette, le bouton dérouler, vient en premier, suivi de trois autres fonctionnalités répondre, retweeter et ajout au favori.

Compte tenu d’une économie de l’espace, ces boutons apparaissent seulement quand le curseur glisse sur le tweet si non, seuls les tweets s’affichent dans le flux des actualités.

i. Déséquilibre dans l’affichage de l’échange et  son retour

Observons chacun de ces outils d’abord sur la page d’accueil, le lieu principal d’échange. Le premier bouton, dérouler permet de suivre soit les réponses adressées au tweet, soit une mesure quantitative de sa réception. Au nom du microblogging en temps réel, Twitter économise l’éspace de l’éditeur des tweets. Ainsi, le bouton dérouler peut être remplacé, par d’autres modalités : afficher la conversation, si des réponses sont adressées au tweet, voir la photo si une image accompagne le tweet, voir la vidéo si  un contenu multimédia est ajouté et le bouton afficher le média si un extrait d’un article est joint (fig.14).

Fig.14. L'emplacement des outils sur la page d'accueil de Twitter, 2012.

Dans tous ces cas, c’est le tweet qui introduit les média, car sur Twitter ils ne peuvent pas être publié tout seul.

En-dessous de cette palette d’outil affiche le média qui est précédé par deux compteurs. En premier se trouve le compteur des retweets, c’est-à-dire le nombre de fois un tweet a été rediffusé. En deuxième, s’affiche le compteur de favoris. Ces deux compteurs se succèdent des avatars des membres Twitter, ceux qui ont retweeté et/ou  apprécié la publication.

ii. Hiérarchisation des échanges à travers la taille de l’avatar

De première vue, il est difficile de connaître l’identité des participants juste à partir de leur avatar et cela pour deux raisons (fig.15). D’une part cet avatar ne mesure que 25 x 25 px, une taille plus petite que l’avatar principal affiché en haut de la page d’accueil et de la page de profil qui s’affiche en 46 x 46 px. D’autre part, ces petits avatars consistent rarement des portraits. Ainsi, il faut glisser le curseur sur le visuel pour que le nom d’utilisateur apparaisse dans une case pop-up. Dans ce sens, comme Facebook, Twitter applique également une échelle aux visuels et dans ce cas à l’avatar. Sa petite dimension qui se trouve en troisième position par rapport aux compteurs, indique que ce visuel sert comme une décoration, un repère, au service du nom d’utilisateur.

Fig.15.A. Echelle d'avatar pour hiérarchiser les échanges. Page d'accueil Twitter, 2012.
Fig.15.B. Hiérarchisation des échanges à travers la taille des avatars. Page d'accueil de Twitter 2012.

iii. L’intrusion des contenus multimédias dans le flux des tweets

Il faut aussi se rappeler que Twitter n’était pas conçu avec les ces fonctionnalités de partage de médias. Jusqu’en 2011 les images s’affichaient en tant qu’un hyperlien consultable sur des sites externes comme Twitpic, Yfrog, PhotoBucket et YouTube. C’est grâce à Twitpic, une plate-forme conçue pour fonctionner avec Twitter, que les images pouvaient être consultée sur Twitter. Pour les autres contenus, ce n’est qu’en 2010 que le site permet l’affichage du  multimédia à côté du flux des tweets (fig.16).

L’affichage du média sur Twitter en 2010

Fig.16. Page d'acceuil de Twitter en 2010. Les médias s'affichent à côté du flux principal.

Ce sont les pratiques d’illustrer les tweets avec des images d’actualité et des mèmes internet, que Twitter a lancé en 2011, son propre service d’hébergement d’image, fixe et animée. Une autre conséquence de l’amplification du partage du multimédia sur Twitter c’était l’affichage des contenus pas côté de mais dans le flux des tweets. Cependant, peu importe le média, la palette d’outils reste la même.

Regardons de plus près l’affichage des contenus dans le flux des tweets (fig.17). L’avatar introduit le nom d’utilisateur à gauche et le temps écoulé depuis le partage s’affiche à droite du tweet. En-dessous se succèdent les outils, suivi du contenu qui occupe une place centrale dans le flux des tweets. Rappelons ici, que c’est seulement à partir de 2010 que Twitter  Juste en-dessous des publications, s’affichent sa source à gauche et la fonctionnalité de le signaler au cas où il s’agit d’un contenu inapproprié. Les compteurs s’en suivent et en-dessous sont marqués l’heure, la date et un bouton détails. Ce dernier  permet de consulter le tweet sur une page indépendante. S’il ya des commentaires adressés, ils s’affichent en tout  dernier.

L’intégration du contenu multimédia dans le flux principal des tweets, Twitter, 2012

Fig.17. L'emplacement des outils, la publication du contenu et sa réception. Twitter, 2012.

Cette architecture du site démontre que, contrairement à Facebook, sur Twitter la réception quantitative et qualitative ne s’affiche même pas en petit résumé. Il faut cliquer pour suivre les échanges.

De plus, Twitter réduit l’interaction à trois actions, celle de répondre directement et publiquement autour d’un tweet. La deuxième consiste à rediffuser un tweet et ainsi accroître sa visibilité. La troisième, celle d’ajouter aux favoris permet de collectionner des tweets intéressants qui peuvent être consultés ultérieurement sur la page de profil.

Une telle conception de l’échange par Twitter démontre que le r.s privilégie l’instantanéité aux discussions allongées. Les tweets profitent de plus de visibilité que leur réception. Mais il faut aussi se rappeler que Twitter, à l’inverse de Facebook,  permet l’échange entre les groupes très étendus et hétérogènes.

3. Tumblr

Contrairement à Facebook et à Twitter, sur Tumblr, il n’y a pas de page de profil d’utilisateur. Les inscrits ouvrent leur blog où ils peuvent publier une variété de contenus. Tumblr propose plusieurs thèmes pour le blog et les utilisateurs peuvent agencer leur contenu et les outils d’interaction selon leur gré. Néanmoins, chaque billet suit un format de présentation où le contenu occupe plus de place que ses descripteurs. Texte, image ou multimédia, le contenu se succèdent d’une légende, si associée, des tags et l’heure de publication (fig.18). En dernier s’affiche un compteur de notes (un cumul chiffré de toutes les interactions)

Fig.18. Aperçu d'un blog ouvert sur Tumblr, 2012

Comme dans notre exemple, les utilisateurs peuvent choisir de ne pas afficher un outil d’interaction n’est pas affiché sur la page d’accueil du blog. Il faut cliquer sur la page de la publication, où une petite palette de trois outils apparaît, en haut à droite de la page (fig.19).  Ces derniers sont représentés par des icônes: le cœur pour apprécier, les deux flèches en boucle désigne la fonctionnalité de rediffuser et le signe de l’addition pour suivre le blog.

Fig.19. L'emplacement de la palette des outils sur la page 'image'. Blog Tumblr, 2012

Cependant, l’emplacement et l’ordre de ces outils n’est pas pareil sur la plate-forme Tumblr.

Le bouton« tableau de bord » permet d’accéder à la page d’accueil sur Tumblr, où sont enregistrées toutes les interactions de l’utilisateur (fig.20).

Fig.20. tableau de bord sur Tumblr, 2012

Observons la structure de cette page (fig.20). En haut s’affiche la partie « tableau de bord ». D’ici, l’utilisateur peut publier en sept différents formats sur son blog. En-dessous de cette barre se déroule le flux d’activités. Il s’agit de toutes les publications que le titulaire du compte a rediffusées et commentées. Comme le flux d’activité sur Facebook, sur Tumblr il est possible d’éditer ce flux, dont un grand avantage c’est qu’il permet de rééditer les interactions.

Puisque Tumblr fonctionne comme une ferme de blogs, les catégories thématiques et les tags jouent un rôle important dans le classement et le regroupement des publications. La page Explorer Tumblr recense les blogs par les tags populaires (47). Le retour des utilisateurs contribue au ranking des tags.

Regardons maintenant les outils d’interaction sur la page des publications (fig.21).

Fig.21. L'emplacement des outils autour d'une publication sur Tumblr, 2012.

Les boutons s’affichent en haut à droite du contenu. Les notes s’affichent en première, suivies des icônes rediffuser et aimer. A ces trois outils les utilisateurs peuvent ajouter les boutons bloquer et télécharger une image. Comme sur les autres r.s, c’est le couple  d’avatar et du nom d’utilisateur qui introduit la publication et sa légende.

i. L’absence d’un retour qualitatif autour des publications

Au nom du microblogging facile et rapide, comme sur Twitter, Tumblr souligne encore moins la discussion et sa réception. Il faut cliquer sur le bouton notes pour consulter les commentaires (fig.22).   De plus, contrairement à Twitter, qui propose le bouton répondre indépendamment du bouton ‘retweeter’, sur Tumblr, le bouton ‘reblogger’ sert à la fois à rediffuser le contenu et à y associer un commentaire. Dans cette optique, Tumblr promeut plus la rediffuison des contenus que un espace de discussion.

Fig.22. L'absence du retour qualitatif sur Tumblr, 2012.

Un autre élément qui démontre le peu d’importance accordée à une présentation qualitative de l’interaction est la taille de l’avatar. Sur Tumblr comme sur Twitter, l’échelle appliquée aux contenus visuels n’est pas aussi apparente que sur Facebook. Cette échelle s’applique uniquement au couple d’avatar et du nom. Pour signaler le retour des utilisateurs, ce couple  s’affiche en tout petit. Une telle réduction de ce couple, surtout de l’avatar qui s’affiche en 16 x 16 px, indique encore une fois que sa fonction n’est pas de révéler l’identité des participants, mais plutôt de meubler l’espace, le décorer ou bien servir comme un repère pour les noms des utilisateurs.

Le design d’interaction sur Tumblr  est encore plus minimal que sur Twitter. Bien que sur Tumblr l’effet d’échelle ne s’applique pas aux images téléchargées, comme sur Facebook, la réduction de l’avatar est frappante et souligne davantage le rôle décoratif de ce visuel.

4. MySpace

MySpace est aussi connu comme site de réseau social qu’un portail de musique.

i.Une amplification des visuels pour représenter les artistes et la musique

Une comparaison des pages d’accueil de MySpace depuis son lancement en 2004 montre une nette augmentation de visuels dans la représentation des contenus médiatiques. En 2004, le site se présente comme le lieu idéal pour rencontrer les gens sur internet (fig.23). En 2006, le lecteur vidéo de MySpace est mis en avant (fig.23).

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Fig.23. Une comparaison entre les pages d'accueil de MySpace entre 2004 et 2006.

Mais en 2010, avec la refonte du site, une nette croissance des visuels apparait. Les services du site démultiplient de la musique aux  vidéos, aux jeux sur internet, à la diffusion télévisuelle (américaine) et aux  films (fig.24).

Page d’accueil de MySpace en 2010, une augmentation signifiante des visuels pour représenter les contenus médiatiques

Fig.24. Page d'accueil MySpace en 2010.

En 2011, la publicité des artistes professionnelles et de leurs clips occupe une place centrale en-tête de la page d’accueil (fig.25). En 2012, on voit que cette en-tête est remplacée par un bandeau publicitaire. Trois service principaux sont mis en avant, le lecteur de musique, les playlists et le service télé, prochainement disponible au niveau mondial (fig.25). Depuis cette nouvelle page, seul deux accès sont réservés pour accéder au compte utilisateur.

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fig.25. Augmentation du visuel sur la page d'accueil MySpace entre 2011 et 2012

ii.L’hégémonie du compteur des consultations

Comme sur Facebook, sur MySpace, la page d’accueil rassemble toutes les activités des utilisateurs d’un réseau.  La palette d’outils interactifs s’affiche en-dessous de chaque publication. L’ordre des fonctionnalités est pareil que sur Facebook. En premier s’affuche le bouton Like, suivi de commenter et partager (fig.26).

Fig.26. L'emplacement de la palette d'outils sur la page MySpace, 2012.
Fig.26. L'emplacement de la palette des outils. MySpace page de profil, 2012.

Par contre, le bouton Like de MySpace ne possède pas d’autant de visibilité que celui de Facebook. MySpace insiste plutôt sur le nombre de consultation d’un contenu. Cette logique du site s’explique de sa politique de diffusion des contenus médiatiques.

Bien que la plate-forme accorde une place importante aux échanges, seulement les deux premiers commentaires s’affichent sur l’ensemble du fil. Par contre, les compteurs de commentaires, de consultation de photographies et de lecture des clips vidéo s’affichent plus régulièrement que les échanges écrits (fig.27, 28, 29).

Fig.27. Le compteur de consultation s'affiche en haut d'une photo. MySpace 2012.
Fig.28. Le compteur de commentaire s'affiche sur chaque aperçu d'une photo.MySpace, 2012.
Fig.29. Les compteurs de commentaires et de consultations s'affichent en premier pour les vidéo sur MySpace, 2012.

iii. Hiérarchisation des échanges à travers la taille de l’avatar

Contrairement à Facebook, sur MySpace il n’y a pas d’échelle pour distinguer entre les publications des utilisateurs et celles partagées depuis d’autres sites. Même les dimensions des images ne sont pas normalisées. Par contre un effet d’échelle devient visible pendant les échanges. Sur Facebook, pour distinguer entre les commentaires principaux et les réponses, l’effets de mise en page et d’échelle s’applique à l’alignement des échanges, la taille de la police et celle de l’avatar (fig.30). Les commentaires  un statut publié sur Facebook, s’affichent avec un double retrait à droite, en plus petite taille de police et avec un avatar réduit à 35 px.

Fig.30. Effet d'échelle pour distinguer entre statut et ses commentaires. Facebook, 2012.

Sur MySpace, la taille de police pour les commentaires et leurs réponses reste la même. Le site emploie aussi des effets de mise en page pour signaler une hiérarchie des échanges. Par exemple les réponses aux commentaires s’affichent aligné en retrait à droite. Mais pour accentuer cette différence, la taille de l’avatar est encore plus réduite à 25 px x 25 px (fig.31).

Fig.31. Hiérarchisation des échanges. Un retrait à droite des réponses adressées aux commentaires et une réduction de l'avatar à 25 px. MySpace, 2012.

Les r.s généraux: une amplification progressive du visuel et des compteurs

L’analyse et la comparaison du design d’interaction sur ces quatre sites de réseaux sociaux révèlent que la palette d’outils se ressemble dans leur offre des fonctionnalités sur l’ensemble des sites.

Les r.s généraux accordent plus de visibilité aux outils de signalement tels les boutons like, apprécier et rediffuser. Dans cette écologie où le chiffrage des activités est obligé pour économiser l’espace, le visuel ne devrait pas, logiquement, avoir un rôle ou bien une place importante. Pourtant, le visuel sert à mettre en place une politique d’échelle pour hiérarchiser les informations, surtout dans le cas de Facebook où les contenus visuels sont fortement standardisés pour signaler leur valeur par rapport à leur taille.  Cet effet d’échelle se produit régulièrement dans le cas de l’avatar sur les quatre r.s de notre panel. Ces observations nous permettent de déterminer que le rôle ‘non officiel’ ou ‘non reconnu par les sites’ est selon le contexte, de décorer l’espace et de signaler le nom d’utilisateur dans les échanges prolongés.

III.II. Les plates-formes visuelles

Flickr, YouTube & Dailymotion, Imgur et Pinterest

L’étude des cinq plate-formes visuelles de notre panel permettra de faire un zoom sur l’éditorialisation des échanges en particulier autour des images. L’analyse de l’emplacement des outils interactifs, l’observation de leur fréquence et de leur visibilité sera utile pour établir une comparaison avec notre étude précédente sur les r.s généraux.

5. Flickr

Flickr souligne le partage des images réalisées par ses inscrits. Cette politique du site peut être retracée depuis son lancement en 2004.

i. Un accroissement progressif des formats pour valoriser les productions des inscrits

Page d’acceuil

Une comparaison des pages d’accueil Flickr montre l’évolution technologique concernant le partage d’image. En 2004, Ludicorp lance Flickr comme un réseau de messagerie instantané (fig.32) qui s’appuyait sur un partage d’image sur le web (Flickr et blogs personnels). En absence d’une sélection algorithmique, c’est l’éditeur qui sélectionnait jusqu’en 2006, les clichés intéressants envoyés sur Flickr (fig.32). A partir de 2005, le site change sa politique de partage à travers sa messagerie et vend ses services de stockage, de recherche par mots-clés, d’organisation en album et de partage sur les blogs (fig.33).

La page d’accueil Flickr, 2004

Fig.32. Deux versions de page d'accueil de Flickr en 2004. Source: Wayback Machine.

Flickr: changement de politique de partage en messagerie vers une pluralité des services de stockage, de recherche et de partage en 2005

Fig.33. Page d'accueil de Flickr en 2005. L'affichage des clichés des inscrits en premier, suivis des services.

A partir de 2005, Flickr se sert des clichés d’utilisateurs pour les mettre en valeur sur sa page d’accueil. Le cliché s’affiche en grand, en haut de la page, succédé par sa légende avec des mots-clés en hyper-lien et du nom du titulaire de compte. En 2006, la fonctionnalité de ‘Explore’ est introduite, permettant la découverte de nouveaux clichés toutes les semaines, sélectionné à partir d’un algorithme (fig.34).

Flickr, 2006

Fig.34. Page d’accueil de Flickr en 2006. Le site affiche en grand format les clichés de ses utilisateurs.

En 2008, la vidéo, moins de 1 minute, a été introduite par Flickr, mais le site continue à mettre en avant les photographies d’utilisateurs. Pour conquérir avec d’autres plates-formes les compteurs de téléchargements et de tags remplace la légende de la photo mise en vitrine (fig.35).

Flickr, 2008

Fig.35. Page d'accueil Flickr avec une photo d'un inscrits en vitrine, Flickr, 2008. Source: Wayback Machine.

Fin 2011, pour conquérir avec d’autres portails, Flickr introduit une nouvelle version de sa page d’accueil (fig.36) où les cliches d’utilisateurs s’affichent en-tête, en boucle et en 980 px (largeur).

Flickr, 2012

Fig.36. Nouvelle page d'accueil de Flickr, 2012. Les photographies intéressantes s'affichent en boucle.

Page individuelle du contenu

La croissance de formats des photographies a été lente sur Flickr. De 2005 jusqu’en 2011, l’image sur sa page principale s’affichait en 500 pixels en largeur (fig.37). Depuis 2011, les image s’affichent en 640 pixels sur leur page individuelle (fig.38). Néanmoins, ce format reste inférieur au format d’affichage sur Facebook qui est de 720 pixels (fig.7).

Evolution des formats de 500 pixels en 2005 à 640 pixels en 2011 sur la page d’affichage

Fig.37.L'affichage en 500 pixels sur la page individuelle, Flickr, 2005.
Fig.38. Affichage en 640 pixels sur la page individuelle sur Flickr, 2012.

Mais contrairement à Facebook, Flickr sauvegarde le format original du fichier image et propose plusieurs formats pour son téléchargement ou son affichage sur un blog ou un autre site. Six formats sont proposé pour les images en-dessous de 1024 pixels (fig.39) et 10 formats pour les images supérieures à 1024 pixels (fig.40).

Fig.39. Sept formats pour un fichier image à 1024 pixels. Flickr, 2012.
Fig.40. Dix formats pour le téléchargement d'un fichier supérieur à 1024 px. Flickr, 2012

ii. Une visibilité importante accordée aux commentaires

Regardons la structure de la page des publications sur Flickr. Tout en haut, à gauche de l’image, s‘affichent les boutons de signalement et de partage: ajout aux favoris, partager sur un blog ou sur Facebook. La fonctionnalité ajout aux favoris se répète une deuxième fois dans l’espace réservé aux commentaires, juste en-dessous de la légende, où  les noms des membres ayant déclaré comme favoris le cliché, s’affichent au-dessus des commentaires.
L’ajout aux favoris apparaît une troisième fois sur la même page, à droite de l’image, dans un encart affichant la réception en chiffre du cliché. En premier paraît le nombre de vues, suivis du nombre de commentaires et en dernier le nombre de favoris reçus (fig.41).

Fig.41. L'emplacement des outils interactifs sur une page individuelle de l'image, Flickr, 2012.

Le signalement par le bouton favori, l’étoile rose, sur Flickr est semblable au Like du Facebook. Mais contrairement au pouce levé du Like Facebook, le favori Flickr ne s’affiche que sur la page individuelle des publications. Comme Facebook, Flickr n’a pas de bouton dislike. Cette logique uniquement basée sur l’appréciation positive de la plate-forme peut s’expliquer par deux facteurs.

D’abord, Flickr se sert du favori comme mesure de succès pour son algorithme d’interestingness, qui calcule la somme d’une combinaison d’activités autour de chaque cliché. Grâce à cet algorithme, le site promeut, toutes les semaine, le contenu signalé intéressant par la communauté Flickr. Ensuite, cette fonctionnalité  sert de briser la glace entre les membres. Tout ajout aux favoris d’un cliché, est signalé à son  titulaire.  Cependant, la corrélation entre les favoris donnés et reçus est basse, selon une étude détaillée des comportements d’usages sur Flickr14. D’après cette étude les commentaires sont la principale activité qualitative du site. Et pour cause, car Flickr, contrairement aux r.s généraux, accorde trois-quarts de la page à l’affichage des commentaires, textuelles et/ ou visuelles (fig.42).

Fig.42. L'affichage des commentaires autour d'une image. Flickr, 2012

L’importance accordée à la discussion comme principal outil d’interaction, s’explique par l’historique de Flickr. L’entreprise Ludicorp avait conçu la plate-forme en 2004 comme un service de chatroom FlickrLive. L’idée était de fournir un espace ludique d’échange pour adultes autour du partage de contenu, surtout les images trouvées sur le web. Mais la popularité de Flickr aux Etats-Unis a favorisé aussi le partage des photographies personnelles15.  Au fur et à mesure de son usage, le chat FlickrLive s’est transformé en service d’hébergement d’images.

La conversation sur la plate-forme ne se limite pas à des formules banales mais consistent des appréciations esthétiques et plus approfondies, faites souvent pour comprendre la pratique photographique16.  Plusieurs entrées dans la discussion sont possibles. Le tag permet de suivre les productions thématiques et les groupes sur Flickr ouvrent un espace d’interaction par intérêt.

La participation aux groupes par l’envoi des photos contribue également à leur visibilité. En plus d’outils de mesure quantitatifs, le nombre de groupes dans lequel le visuel a été envoyé, s’affiche en plus grand à droite de l’image et peut aider à retrouver des clichés similaires. Ainsi, le signalement par le favori, les commentaires et l’envoi aux différents groupes, ces outils encouragent un partage basé sur la réciprocité sur Flickr.

6. YouTube & 7. Dailymotion

Une comparaison de ces deux plates-formes vidéos semble plus intéressante pour analyser les développements apporté par ces sites aux réseaux autour des images animées.

i. Un agrandissement des formats et une croissance des contenus médiatiques

Lancé en 2005 et 2006, YouTube et Dailymotion ont introduits plusieurs outils d’interaction et différents formats pour les vidéos. Commençons par les formats.

Les pages d’accueil

Le contenu médiatique occupe une place importante sur les deux plates-formes depuis leur lancement. Les vidéos crées par les partenaires professionnels s’affichent en premier sur les deux sites. Depuis 2009, les spots publicitaires pour les grandes marques ou les bandes-annonces occupent l’en-tête ou tout l’arrière plan des deux plates-formes (fig. 43, 44, 45 et 46).

Les spots publicitaires revêtent la page d’accueil de Dailymotion, 2009/ 2010

(cliquer l’image pour l’agrandir)

Fig.43. Les spots publicitaires occupent une place centrale sur les pages d'accueil de Dailymotion 2009/2010.

La page d’accueil Dailymotion, 2012

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fig.44. Les contenus médiatiques et la publicité s'affichent en premier et en grand format sur la page d'accueil. Dailymotion 2012.

La page d’accueil de YouTube, 2009

Fig.45. L'affichage de 'Director's videos' en premier sur la page d'accueil de YouTube 2009.

L’en-tête publicitaire de YouTube, 2012

Fig.46. Le spot publicitaire occupe l'en-tête de la page d'accueil sur YouTube, 2012.

La page du lecteur vidéo

Une croissance des formats est aussi observable sur la page du lecteur de vidéo sur ces plates-formes. En 2005 les lecteurs vidéos de Dailymotion s’affichait en 360 pixels et celui de YouTube en 450 pixels. Après quatre ans les lecteurs s’agrandit à 605 pixels et 640 pixels17. En 2012, Dailymotion agrandit son lecteur à 620 pixels (fig. 47. Et YouTube propose actuellement un affichage en 853 pixels (fig.48). Ces formats d’affichage sur la page de lecture restent supérieurs à ceux des photographies sur Facebook et Flickr.

Fig.47. Le lecteur vidéo s'affiche en 620 pixels sur la page individuelle de lecture. Dailymotion, 2012.
Fig.48. Lecteur vidéo s'affiche en 853 pixels sur la page de lecture. YouTube, 2012.

Néanmoins, ces deux plates-formes ne proposent pas autant de possibilités de formats que Flickr pour l’exploitabilité des vidéos. Les grands formats proposés sont de 1280 pixels pour YouTube et de 560 pixels pour Dailymotion. Mais les utilisateurs peuvent toujours personnaliser ces formats d’affichage.

ii. L’hégémonie des compteurs de vues et de l’actualité du contenu

A l’inverse de Dailymotion, YouTube accorde plus d’importance aux compteurs de vues qui s’affichent en-dessous de chaque vidéo, dès la page d’accueil du site (fig.49).

Fig.49. Le compteur de vues accompagnant chaque vignette de vidéo depuis 2005 sur YouTube. capture d'écran 2012.

L’importance accordée au comptage de chaque consultation s’explique par la conception de YouTube, crée pour la diffusion des contenus multimédia. Avec son compteur de vue, YouTube reproduit la logique d’une métrique d’audience, semblable aux indicateurs traditionnels d’audience. Par exemple, le nombre d’entrée en salle ou l’audience Médiamétrie qui contribue à la visibilité des contenus sur la plate-forme18 . De plus, une telle conception d’audience par la plate-forme confirme son fonctionnement actuel.

Au jour d’aujourd’hui You Tube détient plus de 30, 000 partenariats avec des acteurs médiatiques dans 27 pays19. Même si YouTube a été saluée à sa création par le monde académique comme emblème de la culture participative et créative20, les pratiques, à part quelques exceptions, ont montré que le contenu médiatique a toujours dépassé les productions personnelles sur le site. En 2010, seul 17 % des contenus YouTube étaient crées par les utilisateurs21. Depuis 2011, la plate-forme propose un nouveau classement du contenu qui met en avant les productions médiatiques telles la musique, le cinéma et les actualités, avec des services de streaming payants pour les films récents ou gratuit pour la diffusion en direct de grands événements politiques et spectaculaires, tels le débat présidentiel américain du 2008 et le mariage royal de Kate et William en 2011.

Sur Dailymotion, l’heure du téléchargement s’affiche juste en-dessous du descriptif pour présenter des vidéos. Contrairement à YouTube, le site ne se sert pas de compteur de vues pour sélectionner et hiérarchiser les clips  sur la page d’accueil. L’importance de l’heure du téléchargement peut être expliqué par le parcours de la plate-forme. Depuis 200722 le site rediffuse des contenus télé et depuis peu aussi s’occupe de la diffusion en direct.

iii. La quantification de la réception

Tout un appareil quantitatif s’agence autour du lecteur de clip vidéo. Juste en dessous du lecteur, à gauche s’affiche les boutons Like, un pouce levé et Dislike, un pouce baissé. A droite s’affiche le compteur de vue, suivi d’un rating de pousses levés et baissé. En-dessous de ces informations quantitatives se succèdent les commentaires.

Comme Flickr, YouTube réserve une place importante aux commentaires qui se défilent sur plus que la moitié de la page.  D’abord s’affichent les commentaires les mieux classés par la communauté signalés par un pouce levé.  Ensuite se trouvent tous les commentaires en images et en texte.

Comparons maintenant avec la plate-forme Dailymotion (fig.50)

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fig.50. Comparaison de la palette d'outils sur les lecteurs Dailymotion & YouTube, 2012.

Le lecteur vidéo de Dailymotion se ressemble à celui de YouTube, sauf quelques petites  différences. Par exemple, le compteur de vue s’affiche en-dessous du titre en haut à droite de l’écran. Contrairement à YouTube, le site français utilise le système de notation de cinq étoiles. Cette notation s’applique aussi bien au contenu qu’aux commentaires. Mais cette notation ne sert pas à donner une visibilité aux remarques intéressantes comme sur la plate-forme américaine.

Comme sur YouTube, Dailymotion accorde un grand espace à la discussion. Cette architecture peut s’expliquer par les tous premiers usages de la plate-forme. Pendant les présidentielles françaises de 2007, la plate-forme a été utilisé aussi bien qu’une source d’information alternative aux médias traditionnels qu’un espace de débat participatif et créatif23. Les candidats à l’élection française se sont investis dans le r.s pour faire campagne sur internet. Quant aux électeurs, ils se sont servis aussi de Dailymotion pour promouvoir leur candidat préféré en posant des extraits des débats télévisés ou bien des vidéos satiriques pour limoger les prétendants.

Actuellement, comme YouTube, les productions les plus consultées et commentées de Dailymotion ne sont plus les débats citoyens mais plutôt les spots publicitaires ou les clips musicaux24.

L’architecture de ces deux plate-formes visuelles montre que la visibilité de discussion des utilisateurs est plus importante quand il s’agit d’interagir autour des contenus culturels.

8. Imgur

Comme Twitpic a été lancé pour illustrer l’échange sur Twitter, de la même manière Imgur a été crée, en 2009, pour stocker temporairement les images citées pendant les échanges sur  Reddit.

Pour comprendre le fonctionnement d’Imgur, il semble important de comprendre la structure de Reddit. Lancé en 2005, Reddit est un réseau social d’actualité avec une communauté hétérogène très active sur les sujets d’actualité. La communauté Reddit s’organise en groupes et sous groupes dont les plus actifs sont : Funny (drôle) et Pics (images). Mais malgré un échange riche en visuel sur Reddit, aucune image n’y est hébergée (fig.51).

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fig.51. Capture d'écran du groupe 'Pics' sur Reddit, 2012.

Jusqu’à l’ouverture d’Imgur, toute image citée sur Reddit provenait des sites externes où elle a été souvent supprimée à cause d’un flux inattendu de trafic sur une bande passante inadaptée25. Ainsi, Imgur a été lancé par un des inscrits Reddit en réponse à la demande croissante de la communauté pour un téléchargement facile et anonyme des images26.

i. L’anonymat : condition sine qua non pour approprier des contenus médiatiques

Contrairement aux autres plates-formes visuelles, Imgur ne fonctionne pas sur le principe d’archive. L’anonymat est une condition de partage d’images, provenant en majorité des productions culturelles médiatiques. Ainsi, pour éviter toute plainte de copyright, les images sont dépouillées de toute métadonnée pour assurer l’anonymat (fig.52).

Fig.52. Page d'accueil du site. Le tagline est: Le site "simple" pour le partage d'images sur internet. capture d'écran, 2012.

Observons la page individuelle de publication. Une fois l’image publiée, celle-ci est mise à l’évaluation par vote des internautes. Les compteurs de notes et de vues s’affichent juste en-dessous de l’image pour indiquer son succès auprès de la communauté (fig.53).

Fig.53. L'emplacement des outils sur la page individuelle des images. Imgur, 2012.

Contrairement à d’autres r.s, la visibilité du contenu sur Imgur dépend fortement de son partage sur d’autres r.s. Ainsi, les boutons de partage s’affichent juste à côté des évaluations, au-dessus des légendes. Au lieu de commenter, Imgur incite aux usagers de rédiger une légende qui à son tour est soumise au vote des utilisateurs.

Malgré un minimum de services fournis à ses inscrits, Imgur reçoit entre 13 et 16 millions d’images par mois27. Même si le site insiste sur le partage d’images drôles, le contenu visuel d’Imgur est d’une grande diversité. Il s’agit de captures d’écrans de séries télé, des filmes, des affiches, des clichés des célébrités, des politiques détournées par l’ajout des légendes moqueuses, ou des mèmes internet, tels les lolcats. Ces images sont souvent inscrites avec des légendes ou font parties d’une bande dessinée28.

Puisque le site ne soutient pas de vidéos,  beaucoup d’images sont téléchargées au format GIF (Graphics Interchange Format).  Le contenu visuel sur Imgur recycle des productions médiatiques. Ces images ne sont pas imposées à la communauté mais choisies pour répondre, comme des clins d’œil, à des besoins conversationnels très ponctuels. A l’inverse de Flickr, sur Imgur, l’anonymat est une condition non seulement pour éviter les plaintes du copyright mais aussi pour rendre les images plus approprirables et donc plus partageables.

9. Pinterest

Lancé en 2010, Pinterest  permet de créer un r.s autour du partage et de la collection des images trouvées sur le web. Le site fonctionne sur le principe d’archive et contrairement à Imgur et Twitpic, Pinterest permet une organisation très formatée du contenu. Toute image, fixe et animée s’affiche au format rectangulaire allongé. Cette uniformisation du contenu confère une apparence de petites annonces illustrées au site, où un maximum d’information très hétérogène est harmonisé au niveau de sa présentation. Ce choix éditorial, motivé par une économie d’espace sur la page d’accueil du site, est pourtant salué pour son ergonomie épurée (fig.54).

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Fig.54. La normalisation des images collectionnées sur Pinterest. Page d'accueil de Pinterest, 2012.

La page d’accueil présente un panorama d’images, toutes accompagnées comme sur Facebook de leurs compteurs de Like, de rediffusion et de commentaires.

Observons la page individuelle de contenu.

Au nom d’une présentation très uniforme, le contenu s’affiche sous format rectangulaire ce qui attribue une visibilité équilibrée à l’image et à son itinéraire de partage.

Contrairement à Imgur où l’anonymat est une condition de partage, de rediffusion et du détournement, sur Pinterest toute l’itinéraire du partage est retracé depuis son site d’origine fig.55,1), son premier utilisateur (fig.55,2) et tous les pinboards (équivalent d’un album sur Flickr) auxquels l’image appartient (fig.56). Pinterest respecte le format d’affichage du fichier sur son site d’origine. Par exemple, une image reliée depuis Flickr s’afficherait soit en 500 pixels ou 640 pixels sur Pinterest.

Fig.55. Capture d'écran d'une page individuelle d'une image. Pinterest, 2012.
Fig.56. La réception dun fichier sur Pinterest, page individuelle d'affichage, 2012.

Contrairement à Flickr où la découverte de nouvelles images se fait par leur ajout aux favoris, Pinterest insiste plutôt sur son bouton “Follow”, suivre un utilisateur ou sa collection. Cette fonctionnalité se répète trois fois sur la page principale et se succèdent de l’onglet “Repin” qui montre à nouveau tous les autres membres et leur collection où l’image a été partagée.  Ainsi, le compteur de like s’affiche en tout dernier.

La mise en valeur de l’origine d’une image peut s’expliquer par l’objectif principal de Pinterest ce qui est de proposer un service de marque page du contenu intéressant trouvé sur le web. Mais comme le démontrent les plaintes de copyright déposées contre la plate-forme par des sites et des particuliers le partage d’image pose problème, surtout dans le content de son exploitation commerciale. Ainsi, toute image trouvée sur le web ne peut pas être collectionnée sur la plate-forme, surtout après l’op-out code.

Les plates-fomes visuelle, une question de visibilité de contenu et une variétés de formats d’exportation

L’étude des trois premières plates-formes visuelles de notre panel, Flickr, YouTube et Dailymotion, démontre qu’une visibilité équilibrée est accordée aux compteurs quantitatives et les commentaires, contrairement aux r.s généraux. Cependant, l’architecture technique pour le partage des images est plus complexe que les activités générales des r.s généraux. La présence de la License créative commons sur Flickr encourage une démarche d’archivage, alors que dans le cas d’Imgur, le non respect du copyright est une des conditions de l’appropriation culturelle.  Ainsi, deux structures et deux pratiques différentes s’installent. Une sociabilité à travers une discussion prolongée s’installe sur Flickr, alors que sur Imgur la notation des visuels devient un critère de leur visibilité et par la suite de leur rediffusion dans des échanges rapides et temporaires.

Ainsi, dans le cas des plates-formes visuelles la valeur d’une publication ne se mesure pas par sa  taille, mais plutôt par rapport à la visibilité qui lui est attribuée.

Par contre, l’effet de échelle devient visible encore dans le cas de l’avatar du profil pendant les interactions, où ce dernier sert à meubler les échanges et les compteurs de rediffusion, surtout sur Pinterest.

III.III. Les réseaux sociaux spécifiques

10. Last.fm

Last.fm souligne la lecture de musique en ligne.  Le compteur de lectures est la première information qui s’affiche sur la page de profil des inscrits. Cette page rassemble toutes les informations concernant les goûts musicaux de l’utilisateur et ses activités sur le site (fig.57). Contrairement aux r.s généraux et les plates-formes visuelles, les activités sur Last.fm ne sont pas introduites par le couple avatar et nom d’utilisateur. Ce sont des icônes qui accompagnent le nom.  Une liste de morceaux écoutés récemment s’affiche au centre de cette page et indique l’historique de la lecture de musique en ligne.

fig.57. L'emplacement des outils sur la page de profil sur Last.fm, 2012.

i. L’illustration décorative de la musique en streaming

En plus qu’une chaine radio sur le web, Last.fm fonctionne aussi comme un site de recommendation sociale. Chaque écoute en streaming des morceaux est chiffrée et affichée dans le compteur, mais l’audioscrobbler29 archive toute écoute dans une bibliothèque qui peut être partagée avec d’autres membres du site.  Les morceaux écoutés s’affichent en tant que vignettes dans la bibliothèque (fig.58). Il ne s’agit pas des pochettes de disques des artistes, mais leurs images téléchargées par les utilisateurs. Encore, seul le compteur de lectures s’affiche en-dessous de ces visuels. En cliquant sur ces vignettes l’accès à la page des artistes est accordé.

Fig.58. La bibliothèque de musique d'un inscrits de Last.fm, 2012.

Contrairement à la page d’artiste sur Myspace, celle de Last.fm présente de l’information générale sur le musicien (fig.59). Le nombre de lectures et d’écouteurs s’affiche en haut à gauche de la page, juste en-dessous du nom de l’artiste, mais ce chiffrage n’est pas aussi précise que sur le site de MySpace (fig. 60).

Fig.59. L'emplacement des outils et du lecteur radio sur la page 'Artiste' de Last.fm, 2012.

Lecteur radio sur MySpace, 2012

Un compteur de commentaires s’affiche sous les vidéos et les événements. Curieusement, le lecteur radio n’occupe pas une place centrale sur la page. Entre le descriptif de l’artiste et ses clips s’affiche un diaporama d’images téléchargées par les fans. Le lecteur radio s’affiche juste en-dessous de ce diaporama.

Observons le lecteur radio de Last.fm. Une palette d’outils interactifs s’affiche, en fin, sur cette page. Les outils affiché consistent seulement de deux boutons : apprécier représenté par un cœur et bloquer. De nouveau le lecteur radio s’affiche en-dessous d’un diaporama où toutes les images de l’artiste s’affichent en boucle (fig.61).

Fig.61. Lecteur radio sur Last.fm, 2012.

Même si le diaporama est désactivé, son cadre assombri, continue à s’afficher car le lecteur radio est intégré au diaporama.

Quelques conclusions

Le rôle des visuels dans le design de l’interaction a été observé dans trois types de sites de réseaux sociaux.  Les sites généraux, les plates-formes visuelles et les sites spécifiques. Cette étude exhaustive a pris en compte l’évolution de l’environnement numérique où certains outils et contenus ont démultiplié et agrandit, alors que d’autres sont devenus invisibles. Chaque type de réseau social a évolué différemment et selon ses caractéristiques. Mais cette étude multi-site et comparative permet d’émettre quelques conclusions, valables sur l’ensemble de l’écologie des réseaux sociaux.

1. L’amplification des visuels entraine une visibilité des compteurs d’interaction

Dans le cas des réseaux sociaux généraux une amplification progressive des visuels est observable sur l’ensemble de quatre sites étudiés. Cet accroissement d’images entraine des aménagements au niveau du design de l’interaction. Bien que l’augmentation des visuels sur les sites de réseaux sociaux a été une démarche progressive, ils occupent une place centrale sur ces sites et cela  sous plusieurs formats. L’avatar de profil apparaît en tant que image sur la page de profil, mais aussi sous forme de vignette de plusieurs tailles pour introduire chaque interaction. Les contenus multimédia partagés depuis des sites externes sont signalés sous forme de vignette dans les flux d’activité, aussi bien que sur leur page individuelle. Les albums et les vidéos publiée et/ou partagés sont accessibles sur leur page distinctive, mais ces contenus apparaissent sous formes de petite ou grande vignette aussi dans le flux d’activités qui renseigne le réseau d’amis.

En conséquence de cette prolifération des visuels, la quantification de l’interaction est accordée plus de visibilité. Les détails des échanges sont souvent à dérouler pour être consulté sur la majorité  des sites de réseaux sociaux.

2. La normalisation des images sert à établir une échelle visuelle

Les sites observés, surtout Facebook, servent du visuel pour mettre en place une échelle pour indiquer les utilisateurs dans leur publications et leurs échanges.

    Distinguer et valoriser les productions des utilisateurs

Le premier effet de cette échelle visuelle apparaît à travers la standardisation des images partagées, de sorte que, la taille du visuel signale  son producteur. Les images, les photographies et les vidéos publiées par les utilisateurs sur Facebook s’affichent dans un format plus grand dans le time line et la page d’accueil que le contenu visuel et multimédia relié depuis les sites externes. Il faut se rappeler que Facebook promeut un réseau des liens proches. Dans ce sens, le grand format réservé pour les publications personnelles donne l’impression aux utilisateurs que leur contenu est plus valorisé que les productions médiatiques qu’ils retransmettent.

Au fait, une telle uniformisation et compression s’applique plus aux visuels car sans ces deux procédés le format original des images peut déranger l’hiérarchie graphique du site.

    Hiérarchiser les échanges à travers un repère visuel : l’avatar du profil

Le deuxième effet de cette échelle visuelle se manifeste à travers la taille de l’avatar. Dans tous les r.s de notre panel, sauf le site Last.fm, la taille de l’avatar des utilisateurs s’affiche en différentes dimensions selon le contexte d’échange.

Sur la page de profil, l’avatar s’affiche en plus grand, jamais en-dessous de 45 x 45 px. Pour la mise à jour des statuts, l’avatar et le nom d’utilisateur s’affichent en moins grand que sur la page de profil. Ensuite, pour commenter, les dimensions de l’avatar sont encore réduites. Dans le cas des commentaires, certains sites comme Tumblr réduisent l’avatar à moins de 20 x 20 px.  Sauf sur Twitter, l’avatar est encore réduit pour signaler les réponses adressées à des commentaires. Puisque le fil conversationnel s’affiche rarement en entier sur les r.s, la taille de l’avatar sert à la fois d’un repère visuel et d’un indicateur de la signifiance de l’échange. Dans ce sens, avec autant de tailles différentes selon le contexte d’interaction sur les r.s, l’avatar ne sert pas à révéler l’identité des utilisateurs, mais plutôt à guider le regard dans le flux des contenus. Ainsi dans cette hiérarchie des échanges le statut publié sur MySpace ou Facebook et le tweet tiennent plus de signifiance que les commentaires et les réponses qui y sont adressées.

3. La fluidité des images  dans l’écologie des réseaux

L’étude des plates-formes visuelles indique un accroissement général dans les formats des fichiers images. La diversité des formats d’exportation, les modalités d’affichage et la remixamibilité des images dans cette écologie confirment une fluidité visuelle30. Cependant, seule l’avancement technique des plates-formes visuelles ne contribue pas à la fluidité de l’image fixe et animée. Une combinaison des facteurs économiques, juridiques et sociaux est à l’œuvre de ce phénomène. Deux facteurs que cette étude indique sont : les partenariats avec les médias traditionnels et l’anonymisation du contenu.

    Le partenariat avec les médias traditionnels contribue à une pluralité des formats d’exportation, au prix de l’appropriation culturelle

Sauf Imgur, tous les sites de notre panel détiennent des partenariats avec des médias traditionnels et des entreprises. L’enjeu pour ces industries c’est de faire circuler leurs produits à travers des réseaux sociaux. Un agrandissement des fichiers images et une diversité de formats de leur exportation, par exemple sur YouTube, Dailymotion et Flickr, ces changements sont observables suite aux partenariats de ces plates-formes avec des diffuseurs et des producteurs des contenus professionnels. Cependant, ces alliances commerciales peuvent et dans certains cas ont déjà entravé la rexmiabilté  des contenus culturels, un caractéristique fondamental de la fluidité de l’image numérique. C’est en réponse à ces mesures que les utilisateurs cherchent d’autres moyens pour s’approprier les contenus.

    L’anonymat pour s’approprier vs bookmarking pour collectionner

Suite aux plaintes de copyrights déposées par les producteurs de contenus culturels contre l’usage de leurs productions par les particuliers, les internautes en dernier recours adoptent des tactiques d’anonymat. Dépouiller un fichier image de toutes ces métadonnées, de son auteur devient de plus en plus une condition d’appropriation pour les contenus culturelles. A part les contextes quotidiens d’appropriation, cette pratique est  fortement liée aux événements et aux sujets tendances. Imgur est un exemple de cette pratique ou les images circulent de groupes en groupes sans trace de leur propriétaire. Le schéma inverse peut être observé chez Pinterest, où le bookmarking des contenus culturels est permis à condition que leurs auteurs et sites d’origine soit mentionnés.

4. L’aspect décoratif du visuel

Dans le cas des sites spécifique, l’image est intégrée dans l’espace pour le meubler, le revêtir et même pour simuler la présence des objets. La représentation de la musique dans les réseaux sociaux numériques est un exemple poignant, car il renforce le couple : image et musique même dans cette écologie. Les photos des artistes et les pochettes des disques sont toujours incorporées aux bibliothèques et aux lecteurs de radio pour  décorer ces  espaces, difficile à meubler uniquement avec du son.

5. Le visuel est une proposition adéquate aux échanges conversationnels éphémères

L’architecture des r.s privilégie des échanges courts et rapides. Dans cette configuration où les bribes de conversations, publiés en tant que tweet, staut et commentaires sont préférées aux rédactions longues, l’image est potentiellement un bon candidat. Les qualités synthétiques et expressives du format visuel convient aux exigences d’une interaction numérique sous pression de communiquer instantanément, au moment présent, pendant que  l’événement se déroule.

De plus, dans notre panel de seize r.s, la moitié des sites sont des plates-formes visuelles. Et encore parmi ces sites, Imgur et Twitpic ont été crée particulièrement à partir des usages visuelles sur Reddit et Twitter respectivement.  Comme l’analyse de ces sites l’indique, en plus de l’aspect expressif des images, surtout médiatiques, leur appropriation malgré les plaintes de copyright, contribuent à illustrer les échanges autour des sujets ludique, fugace et temporaires.

  1. Cf. Dominique CARDON, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0, Réseaux n°152, 2008 []
  2. Voir les travaux de Nancy Van House, 2005, 2011 ; W.D, McDonald, 2007 ; Andrew Miller et Keith Edwards, 2007 ; Christophe Aguiton et Dominique Cardon, 2007 []
  3. Cf. André GUNTHERT, « L’œuvre d’art à l’ère de son appropriabilité numérique », Les Carnets du Bal n°2, octobre 2011, p.136-149 []
  4.  Cf. Sacha WUNSCH-VINCENT et Graham PICKERY, « Participative Web. User-created Content. (décembre 2006) rapport de l’OCDE, direction de la science, de la technologie et de l’industrie, réf. DSTI/ICCP/IE (2006)7/FINAL, 12 avril 2007. (en ligne : http://www.oecd.org/dataoecd/57/14/38393115.pdf []
  5. Cf. d.m.BOYD et N.B.ELLISON, 2007 []
  6. L’acquisition de MySpace par Rupert Murdoch et de Flickr par Yahoo ! et  celle de YouTube par Google []
  7. ibid., []
  8. Alexa, le site de classement de tous les sites web mondial selon le taux de traffic. Le classement est réalisé en fonction de nombre de visiteurs unique et du nombre de pages vu par chaque visiteur. Le calcul de cette moyenne sur les trois derniers mois donne le trafic rank d’Alexa []
  9. Notre panel des seize r.s provient du classement de 500 meilleurs sites mondiaux proposés par Alexa pour le mois de mars 2012. La liste d’Alexa consiste de tous les sites web confondus, ainsi notre sélection correspond strictement aux critères des r.s définis par boyd et Ellison.  Ainsi, notre panel sont exclues des r.s qui ne sont pas repérés par Alexa, ceux qui sont disponibles uniquement en langues étrangères et ceux qui sont dédiés à la pornographie et au commerce []
  10. La consultation des images, fixe et animées, peut se faire sans inscription sur les plate-formes visuelles []
  11. Cf. Dominique CARDON, 2008 []
  12. Shane RICHMOND, « How to Hack your Facebook profile picture: a step-by-step guide to refacing your profile », The Telegrapgh, 16 décembre, 2010 []
  13.  Selon les estimations du site 1000memories, Facebook possèderait 140 milliards de photographies. Jonathan GOOD, « How many photos have ever been taken ?, 15 septembre 2011, 1000memories blog. Disponible à http://blog.1000memories.com/94-number-of-photos-ever-taken-digital-and-analog-in-shoebox []
  14. Jean-Samuel BEUSCART, Dominique CARDON et al., « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus? Les Usages de Flickr », Réseaux n°154,2009 []
  15. J.TIK, « Why is Flickr so Successful », in Flickr Photosharing, May 2005,http://flickr.com/groups/topics/36512 in « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus »,  Jean-Samuel BEUSCART, Dominique CARDON et al.,  Réseaux n°154, 2009 []
  16. André GUNTHERT, « L’image parasite », Etudes Photographiques, n°, 20 juin, 2007 []
  17. André GUNTHERT, « La croissance des formats visuels: avantage vidéo« , Totem, Culture Visuelle, 32 novembre, 2009 []
  18. Vincent, GLAD, « Internet,quand le murmure de la réception devient audible », Les Internets, Culture Viuelle, 24 octobre, 2011 []
  19. You Tube blog, presse et statistiques. Consulté le 31 mai 2012. Disponible à (https://www.youtube.com/t/press_statistics?hl=fr) []
  20. Consulté notamment l’ouvrage collectivement édité par les chercheurs américains : Jean BURGESS et Joshua GREEN,YouTube : Online Video and Participatory Culture,  Polity Press, 2009. []
  21. TubeMoghul, « Video Adevrtising Built for Branding » research reports,  31st January, 2010. Disponible à (http://www.tubemogul.com/research/report/31) []
  22. En 2007, le site signe un partenariat avec le groupe Canal Plus. Et en 2012, l’opérateur de téléphonie mobile Orange va acheter la totalité des parts de marché de la plate-forme []
  23. André GUNTHERT, «  Petite géographie des vidéos de campagne », ARHV, mardi 10 avril, 2007. Disponible à http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2007/04/10/365-petite-geographie-des-videos-de-campagne []
  24. Classement des vidéos les plus vues sur Dailmotion. Consulté le 2 juin, 2012. Disponible àhttps://www.dailymotion.com/fr/visited/1?af=1 []
  25. Bemmu SEPPONEN, « Why redditors Gave Imgur a Chance », Socialmediatoday, 20 juillet, 2011. Disponible à http://socialmediatoday.com/bemmu/322097/why-redditors-gave-imgur-chance []
  26. Jusqu’en 2010 les inscrits reddit pouvaient partager une image depuis Imgur sans y avoir un compte []
  27. Cf. statistiques fournies par Imgur. Consulté le 2 juin 2012. Disponible à http://imgur.com/stats/month []
  28. Consultez les images les plus partagées depuis Imgur pour les années 2010 et 2011. Disponible à http://imgur.com/bestof2010 et http://imgur.com/bestof2011 []
  29. Le plug-in audioscrobbler crée en 2005 est nécessaire pour accéder à la plate-forme last.fm. Une fois installée, ce plug-in génère un profil utilisateur selon les goûts musicaux des utilisateurs à partir de leurs pratiques de streaming et leur bibliothèque de musique soit sur l’ordinateur ou un appareil amovible []
  30. J’emprunte cette expression à André Gunthert qui emploie le terme de fluidité des images pour invoquer à la fois leur perception magique dû à la technologie numérique et une évolution fondamentale des pratiques culturelles. « La fluidité numérique apparaît comme l’instrument d’une appropriabilité des contenus qui favorise leur remixabilité et remet en cause les principales articulations de l’économie classique des biens symboliques », André GUNTHERT, « La reconfiguration du photographique », L’Atelier des icônes, Culture Visuelle, 24 mars, 2012. []

Les cinq mythes de la photo de profil

L’article  « Montre moi ton avatar, je te dirai qui tu es » publié dans Libération.fr du 14 juin, avance cinq mythes de l’avatar des sites de réseau social.  La journaliste, Marie Piquemal interroge la possibilité de connaître la personnalité et le psyché des utilisateurs Facebook et Twitter seulement à partir de leur choix d’avatar.  Cette approche physionomique de l’avatar me semble poser quelques problèmes.

Examinons d’abord la question et sa démarche. La quête de déduire le psyché d’un individu est une pratique controversée de la Physionomie qui s’est servit du portrait pour étudier les traits physiques1. Le déplacement de cette méthode physionomique du portrait vers l’avatar semble suggérer qu’il n’y aurait aucune différence entre ces deux objets. De plus, le fait d’admettre aveuglement que l’avatar est pareil que le portrait ignore non seulement l’originalité de l’avatar, mais exclut toute  investigation future des caractéristiques et des usages de ce mode de représentation dans son contexte numérique.

Le deuxième mythe développé dans l’article présente l’avatar comme un portrait capable de livrer l’identité des utilisateurs de réseaux sociaux. Cet argument s’appuie sur le fait que la capacité d’un avatar à identifier son utilisateur serait corollaire à la quantité d’éléments fournis sur la page de profil. En comparant les pages de profil Facebook et Twitter, la journaliste avance que les avatars Facebook seraient plus proches de l’identité civique de leurs utilisateurs car ils  fournissent leur nom, prénom et date de naissance. En revanche, sur Twitter le manque d’éléments personnels d’utilisateurs rendrait leurs avatars plus fantaisistes.

Cette comparaison d’éléments de la page de profil reste superficielle car elle ne prend pas en compte les paramètres techniques qui peuvent également influer la représentation des internautes. Prenons le cas du nom d’utilisateur qui en est un bon exemple. Dans l’environnement numérique l’usage du patronyme n’a jamais été une option à cause de son homonymie. De ce fait l’adresse mail, le mot de passe et le nom de compte tous doivent impérativement être composés de caractères alphanumériques. En 2004, Facebook a été le premier site de réseau social à offrir la possibilité (technique) aux utilisateurs de se représenter par leur nom propre2. Cependant, même si l’usage du nom propre est déterminé par l’architecture technique de Facebook, le site ne peut pas vérifier l’authenticité de cet élément. En 2009, Twitter a tenté de mettre en place un système de vérification de l’identité de ses utilisateurs, mais ce service de compte vérifié a été abandonné au bout de 6 mois3. Ainsi, la prise en compte des possibilités techniques aussi bien que leurs usages indiquent que la vérification de l’identité soit par le nom d’usager soit par l’avatar reste toujours un défi.

Le troisième mythe de l’avatar comme signe identitaire se base sur sa comparaison aux vêtements. En s’appuyant sur les propos de Thibaut Thomas, l’article explique que le changement de l’avatar serait semblable au changement d’habits. Comme le code vestimentaire est adapté selon le public dans les interactions face à face, de la même manière le changement de l’avatar indiquerait l’anticipation de l’audience en ligne. Or les recherches en Computer Mediated Communication suggèrent que l’environnement numérique diffère de l’interaction du monde physique surtout par son absence de contexte et un éclatement de public qui peut être aussi bien invisible que inconnu4. Donc, le changement d’avatar ne relèverait pas d’une anticipation de l’audience mais plutôt de sa gestion. Le renouvellement de l’avatar serait alors un signe de gérer au mieux possible l’image de soi que les utilisateurs aimeraient projeter sur leur audience.

Le quatrième mythe lié à l’avatar serait son pouvoir de raconter des histoires. Selon le psychologue Yann Leroux cité dans l’article, les utilisateurs de réseaux sociaux raconteraient leur vie, voire leur identité à travers l’avatar.  Pourtant, la multiplicité d’avatars en réponse à l’éclatement d’audience suggère que les utilisateurs de Facebook et Twitter préfèrent plutôt projeter des facettes de soi au lieu de livrer leur identité idem.

Le cinquième mythe de l’avatar avance que sa valeur iconique dépend de son contenu. Pourtant une simple comparaison entre le nom d’utilisateur qui accompagne toujours l’avatar, indique que ce dernier n’a qu’une fonction signalétique et décorative.  C’est- à-dire que l’avatar marque les interactions et guide le regard des utilisateurs. Donc, le contenu d’avatar n’aurait pas de valeur iconique en soi. Cependant, l’analyse des usages d’avatar dans des événements spécifiques comme la photo polémique de l’ambassadeur tunisien ou le séisme japonais du mars 2011,  montrent que ce sont les différentes utilisations de l’avatar qui lui attribuent une valeur iconographique.

Au fait l’avatar ne serait qu’un point d’entrée pour comprendre les différentes manières de gestion de soi à travers ses rôles culturels dans un site de réseau social.

Merci à Vincent Glad pour le signalement de l’article!

  1. Hélène Samson, « Autour du portrait d’identité », Intermédialités n°8, 2006, p 72 []
  2. André Gunthert, « Usages de l’image sur Facebook » ARHV, 2008 []
  3. Twitter a mis en place le système de compte vérifié suite au vol des comptes d’Obama et des célébrités []
  4. danah boyd, Jeffrey Heer. « Profiles as Conversation: Networked Identity Performance on Friendster » 2006 []