Archives de catégorie : Comptes rendus

comptes rendus d’ouvrages, colloques, thèses, articles, expositions, sites, etc.

CR:Les liaisons numériques

Antonio A. CASILLI, Liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité? Seuil, Paris, 2010. Site de l’ouvrage

Compte-rendu présenté le 30/01/14 au Cercle de Lecture du CRIalt.

L’ouvrage  Liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité? est issu du blog Body Space Society tenu par Antonio A. Casilli, sociologue et chercheur au centre Edgar Morin (EHESS) et maître de conférence en humanités numériques à Télécom Paris Tech. Dans cet ouvrage, le premier d’une série des travaux que Casilli a consacrés à la culture numérique, il présente une étude détaillée des enjeux culturels de l’interaction en ligne à travers trois thèmes: l’espace numérique, la représentation corporelle et les réseaux sociaux.

L’objet de ce livre, issu de dix ans de recherches qualitatives, est de proposer un large échantillon d’études de cas, des notes de terrain et des expériences propres de l’auteur sur les réseaux sociaux. Ces analyses démontrent comment les internautes négocient et s’adaptent aux nouvelles technologies pour socialiser sur le web.

Construit en trois parties, allant d’une typologie des (cyber)espaces à la force des liens numériques, l’auteur propose une série d’exemples internationaux: le cyberactivisme aux Etats-Unis, des expériences artistiques d’un corps virtuel en Angleterre aux pratiques d’une communauté internationale pro-anorexia à l’usage solidaire du web en Chine. Toutefois, il ne s’agit pas d’une anthologie des cas exotiques, car ces observations montrent la dimension mondiale d’une sociabilité qui s’inscrit dans une continuité des activités préexistantes au réseaux numériques.

La première partie débute par une interrogation sur la manière dont les outils informatiques occupent l’espace de vie des utilisateurs. La miniaturisation de l’ordinateur a rendu son omniprésence possible et l’usage de l’informatique et du web a introduit des espaces virtuels dans le quotidien de leurs utilisateurs. En s’appuyant sur divers exemples, Casilli montre comment ces cyberespaces construisent de nouvelles relations fondées sur la logique du don et de l’hospitalité, deux comportements clés pour faire communauté sur le web. En citant le cas de cyberactivisme, l’auteur souligne davantage l’articulation entre les espaces physique et numérique et le prolongement sur le web des activités débutées en face-à-face:

« ..il y a un nouvel essor de « cyberactivisme », qui n’implique pas un délaissement de la réalité de nos villes et nos Etats pour se consacrer aux enjeux exclusivement techniques de la société de l’information. On constate plutôt un aller-retour entre militance en ligne et action sur le terrain. » p.99.

Cependant, cette nouvelle configuration des relations numériques entraîne un déplacement des éléments personnels dans la sphère publique et la transposition des éléments publiques dans le domaine privé. Est-ce que cette nouvelle configuration annonce la fin de la vie privée, privacy1 sur le web? Non, l’auteur explique les choix disponibles aux internautes pour négocier la visibilité de leurs informations. Si, les internautes peuvent contrôler l’accès à leurs données pendant les interactions, cette maîtrise est difficile à maintenir lorsque l’on s’inscrit sur des services. Néanmoins, en réponse à cette situation asymétrique de publication volontaire, mais aussi obligatoire des informations personnelles, nommé la privacy paradox, Casilli suggère que les internautes pratiquent « la surveillance participative », c’est-à-dire, cette nouvelle configuration responsabilise les internautes et les aide à classer par ordre de priorité et par le contexte de partage leurs informations.

La deuxième partie des Liaisons numériques est la plus complète et riche en observations. Pour répondre à la question: comment habitons-nous ces cyberespaces? l’auteur propose une analyse détaillée du rapport à la représentation corporelle. Mais avant de livrer cette analyse, Casilli s’attaque au mythe du corps virtuel, propagé largement par Hollywood2. Contrairement à ce mythe, les observations de la représentation corporelle (les avatars Second Life ou les échanges textuels sur un site de rencontre) attestent à quel point le corps est devenu porteur d’un désir puissant d’un idéal stéréotypé3.

En plus de la mise en scène du corps à travers ses diverses traces numériques, Casilli montre comment l’usage des espaces numériques permet à se réapproprier son corps. Evoquant les cas des internautes atteints de maladies ou handicaps, l’auteur montre comment leur usage d’internet le transforme dans une technologie « capacitante », c’est-à-dire une technologie qui accorde une certaine autonomie à ce public pour interagir et faire des rencontres. L’étude détaillée des sites pro-ana, favorisant l’anorexie, présente également un exemple pertinent de la construction sociale du corps. En France les sites pro-ana sont interdits de peur d’encourager la mort de ceux qui les fréquentent. L’auteur conteste cette interdiction, car contrairement à encourager des troubles alimentaires, l’observation des pratiques de ces sites dévoilent un espace d’entraide et de régulation du poids. Evoquant une autre étude de cas (Facebook), Casilli insiste sur la dimension intersubjective de la présence numérique qui se transforme d’un projet de soi dans un projet de nous, en réseau.

La dernière partie présente une analyse des effets socialisants du web. Les réseaux sociaux numériques ont reconfiguré la manière d’être en société, car en plus de prolonger le contact avec les liens proches, ces réseaux permettent d’établir de nouveaux liens avec un grand nombre de connaissances éloignées. Ces liens faibles, en raison de leur diversité et leur superficialité, constituent désormais un capital social important que l’on peut facilement mobiliser en cas de besoin. Ainsi, la force des liens numériques reposerait sur leur réactivité et leur capacité à faire circuler les informations entre différents communautés. C’est par un conte poignant que Casilli clôt son livre et illustre l’ambivalence des liens numériques exigeant un juste équilibre entre cohésion du groupe et l’autonomie de l’individu.

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE:

Anders ALBRECHTSLUND, « Online Social Networking as Participatory Surveillance », First Monday, vol.13, n°3, 2008. (http://www.uic.edu/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2142/1949)

John BANCROFT, « Lust or Identity? », Archives of Sexual Behaviour vol.37, n°3, 2008, p.462-428

Luc BOLTANSKI et Pierre BOURDIEU, « Le Langage autorisé. note sur les conditions sociales de l’efficacité du discours rituel », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°5-6, 1975, p. 183-190; Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Pierre BOURDIEU, « Le Capital Social », Actes de la recherche en sciences sociales, n°31, 1980.(article sur Persée) (archives).

Ronald S. BURT, Brokage and Closure. An Introduction to Social Capital, Oxford University Press, 2005.

Michel FOCAULT, Les technologies de soi in Luther H.Martin, Huck Gutman et Patrick H. Hutton (dir.), Technologies of the Self: A Seminar with Michel Foucault, Amherst, University of Massachusetts press, 1988. (pdf anglais) (archives).

Jean-Claude KAUFMANN, L’invention de soi: une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004. (blog).

Bernard LAHIRE, La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Emmanuel LAZEGA, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 2007.(powerpoint(blog).

Marcel MAUSS, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950. (pdf)

Barry WELLMAN, « Little boxes, Glocalization, and Networked Individualism », in Makoto Tanabe, Peter van den Besselaar et Toru Ishida (dir.), Digital Cities II: Computational and Sociological Approaches, Berlin, Springer, 2002.

  1. L’auteur emploie le terme en anglais qui désigne à la fois la vie privée et le droit à la protection d’un espace propre []
  2. A ce sujet voir ma contribution sur Image Circle Le Mythe d’habiter le cyberespace []
  3. A ce sujet voir mon étude de cas sur Image Circle L’avatar anthropomorphique []

(CR)Tagger's delight?

La photographie personnelle et la divulgation des informations, l’association répétitive de ces deux activités est-elle en train de devenir une norme de la recherche sur l’intimité et le maintien des liens sur internet?

Ce billet propose un compte-rendu commenté (questions en gris que je me suis posées pendant la lecture) de l’article:

Tagger’s delight? Disclosure and liking behaviour in Facebook : the effects of sharing photographs amongst multiple known social circles.

Ensuite, je soumets deux suggestions méthodologiques.

Tagger’s delight ? est un article récent, publié en mars 2013, dans les discussion paper series de Birmingham Business School. L’objectif principal de cette étude est de comprendre comment le partage quotidien des informations banales, à l’intention de tout le réseau, peut interférer avec les différents liens et (comment savoir) quand il faut partager ou retentir les informations. Dans son titre courant, l’article propose une étude sur ‘les effets du partage des informations sur les liens personnels au sein de Facebook’ p.11, mais dans son résumé, p.2 cette analyse se réduit seulement à l’influence des photographies et du like sur la qualité des relations.

Mais : Les mises à jour du statut, les commentaires, les pokes, le téléchargement des vidéos, toutes ces publications sont également des informations divulgées sur Facebook.

Q.1.Pourquoi pour cette étude les photographies font l’exception par rapport aux autres contenus ?

Ce n’est qu’à la fin de la seizième page de l’article que les chercheurs expliquent leur choix des photographies comme type d’information à étudier, ‘Les photographies ont été choisies comme type d’information car elles sont (i) la fonctionnalité la plus utilisée de Facebook, (ii) elles proposent la possibilité aux utilisateurs de changer le contenu des messages (iii) et changer  également la fréquence de partage2.’

En s’appuyant sur ces trois raisons l’interrogation initiale se déplace de l’influence des informations à l’influence des photographies et leur impact sur la qualité des liens et la relation avec différents contacts du réseau.

Mais: Mettre à jour son statut, commenter, publier une video sont aussi des fonctionnalités de Facebook dont la fréquence peut être mesurer et qui permettent d’éditer le contenu.

Q.2.En quoi, la divulgation des photographies en particulier éclairera plus qu’une autre publication sur la qualité des relations ?

Q.3.Est-ce qu’un grand usage des photographies suffit comme problématique de recherche ?

Cette enquête a été menée en deux étapes sur un échantillon de 508 utilisateurs Facebook.

Dans un premier temps, 34 participants ont répondu à un questionnaire en rappelant de leur(s) dernier(s) téléchargement(s) photos sur Facebook et leur contenu. Ensuite, une analyse de contenu a été effectuée sur les réponses des enquêtés pour établir sept catégories3 de photographies partagées quotidiennement sur le réseau.

Mais : Q.4.L’enquête par questionnaire ne limite-t-elle pas les réponses des enquêtés surtout quand il s’agit de faire une reconstruction, même d’une action précise ? L’analyse de contenu sur les réponses des enquêtés suggèrerait que les chercheurs n’ont pas vu les photographies décrites.

Q.5.Peut-on faire des catégories des photographies sans les avoir vues ?

Toutes les photographies sont des images, mais toutes les images ne sont pas des photographies.

Q.6.Si les chercheurs n’ont pas vu ce que les enquêtés ont décrit comme photographie, comment peuvent-ils être sûrs qu’il s’agissait d’une image ou d’une photographie ?

Dans un deuxième temps, les effets des ces sept types de photographies sur la qualité de relation entre émetteurs et récepteurs ont été mesuré. Les partcipants (récepteurs) ont été divisé en cinq types de liens4. L’échelle de Network of Relationship Inventory (NRI) a été appliquée pour mesurer la qualité des liens. Deux variables ont été choisies de cette échelle : le soutien (soutien et conseil émotionnel) et l’intimité. Ensuite, les septs catégories du contenu photographique ont été évalué par les récepteurs pour mesurer le niveau de soutien au sein d’un réseau social. Alors que la fréquence de partage de ces photos a été évalué pour indiquer le degré d’intimité des relations.

Mais :Facebook permet de publier des photographies à des emplacements spécifiques et  l’affichage de ces photographies dépend de plusieurs facteurs, les commentaires, leur accessibilité parametrée par l’émetteur, le tag et le like. Tous ces facteurs influent aussi sur la fréquence des photos.

Q.7.Le contenu photographique standardisée et la fréquence de sa publication, ces deux varibales suffisent-elles à justifier la qualité des liens ?

Q.8.Même s’il y a un effondrement de contexte de publication des photographies, le contexte de réception ne peut-il pas être pris en compte comme une variable ?


Les résultats de cette étude révèlent que les utilisateurs âgé de plus de soixante ans dévoilent moins d’informations à travers les photos par rapport aux jeunes inscrits de Facebook. Parmi ces jeunes, les femmes partagent plus de photos que les hommes. Une haute fréquence des photos de soi, partagées même avec l’approche du plus pétit dénominateur en commun, c’est-à-dire un nivellement des informations en connaissance de l’effondrement du contexte et une audience élargie sur Facebook, risque d’être évaluée comme une baisse d’intimité et apporte moins de soutien par son réseau social.

Selon l’article de tels résultats impliquent finalement, un paramétrage encore plus rigoureux des configurations de la vie privée sur Facebook. Les pratiques des campagnes publicitaires sur Facebook sont aussi jugées nuisibles au maintien des relations, car elles demandent aux utilsateurs de se photographier avec leur produit et de partager ces photos avec leur réseau.

Enfin, comme pistes de recherches l’article suggère d’enquêter l’ensemble des effets d’un profil Facebook à différents niveuax d’une relation et de se concentrer sur le dispositif de visonnage des photos. Par exemple, les dispositifs mobiles sont plus envahissants de l’espace-temps des utilisateurs Facebook par rapport à l’ordinateur.

La conception et la méthodologie employée dans cet article posent des questions importantes sur le traitement des informations crées par les utilisateurs et l’étude des pratiques visuelles. Le manque de problématisation des usages visuels dans Facebook et la schématisation des photographies réduisent la richesse des pratiques et sabotent la compréhension de la sociabilité des internautes.

Je propose ici deux petites suggestions méthodologiques pour un meilleur traitement des comportements associés aux pratiques visuelles.

1.Entretien vs questionnaire

La standardisation des photographies/images tue leur richesse et diversité

La richesse informationnelle du contenu visuel peut être une des raisons qui peut expliquer sa préférence aux informations textuelles quand il s’agit d’étudier les sujets comme le dévoilement de soi, la gestion des son image ou bien le narcissime sur Facebook. Mais si l’analyse se focalise uniquement sur le contenu visuel, cette richesse et diversité des photos deviennent vite difficile à apprivoiser, surtout en absence des logiciels de traitement semblables à text mining.

Face au surcharge d’informations visuelles la première réaction est celle de catégoriser ce contenu, de réduire le bruit dans les photos, d’atténuer l’excès de renseignments inutiles au chercheur qui ne veut voir qu’un ordre dans le contenu qu’il a collectionné.

Cette standardisation des photographies consiste le plus souvent à les dégarnir de leur légende, leur nombre de like et de leurs commentaires. Cette uniformisation du contenu visuel resulte dans sa décontextualisation et sa transformation en stock photography, un contenu plus facile à traiter par des questionnaires et des échelles.

L’enquête par entretien sur les comportements liés aux pratiques visuelles ou autres, s’avère être un outil plus adapté car il n’impose pas une grille rigide éliminatoire à priori5. De plus, selon une approche psychosociale l’entretien permet d’interagir avec les utilisateurs et d’évaluer leurs intentions in situ, un plus pour comprendre le comportement et les usages sur internet.

2.Context is King ! Not content.

Le contexte de réception est la clé de la compréhension des comportements

Un des défis principaux de l’interaction en réseau numérique c’est l’effondrement du contexte des échanges et le risque de leur interprétation hors leur contexte d’origine. Mais si le contexte de départ est difficile à observer, la recherche peut, néanmoins se concentrer sur le contexte de réception des contenus.

L’article Tagger’s delight présente les résultats de leur enquête de point de vue des récepteurs de photographies, mais leur contexte de réception, c’est-à-dire pourquoi et comment ils ont regarder les photographies pour évaluer le soutien et l’intimité des liens, est omit de leur étude.

La compréhension des usages des photographies ne réside pas dans son contenu mais dans son contexte6 et ni l’observation des usages, ni le questionnaire sont des méthodes adaptées  pour  tester cette information.

C’est donc encore l’enquête par entretien qui peut servir à reconstituer le contexte de réception des publications, une approche longue mais nécessaire à comprendre la dynamique relationnelle des réseaux sociaux.

  1. Je traduis []
  2. Je traduis []
  3. soi, ami(e), évenement, famille, scène, objet et animal []
  4. lien de parenté, conjoint (e), ami (e) proche, collègue et connaissance []
  5. William D.Crano et Marilynn B.Brewer, Principles and Methods of Social Research, Lawrence Erlbaum Associates, London, 2002 []
  6. André Gunthert, ‘Notes sur la décontextualisation’, L’Atelier des Icônes, Culture Visuelle, 28 avril, 2013 http://culturevisuelle.org/icones/2720 []

(CR) Mutation des industries culturelles à l'ère numérique

Séminaire : Mutation des industries culturelles à l’ère du numérique

Objectif : « Si le web g énère une émulsion et une innovation dasn la création, celles-ci passent-elles l’étape du marché, ou bien la consommation de masse reste-t-ell hiérarchisée comme dans l’ère pré-numérique ?

Il s’agit d’un compte-rendu très bref. Tout commentaire et notes supplémentaires sont bienvenues!


Le monde de la critique amateur sur le site AlloCiné

par  Dominique PASQUIER et Valérie BEAUDOUIN

Période de terrain : 1 ans, 2011

Interrogation principale porte sur l’hiérarchie des pratiques
>L’analyse du back office du site par Dominique Pasquier</A>

Méthode : entretien avec les distributeurs, le community manager du site AlloCiné

Constat 1.

Les critiques d’amateurs recherchées par les entreprise d’opining mining, sentiment analysis[1] et marketing. Il y a une prédominance des travaux marketing  et sentiment analysis qui s’intéressent aux effets sur le box office et les enjeux commerciaux.

L’étude du buzz ( de la bouche à l’oreille numérique) se fait en amont pour mesurer l’effet prédictif, le succès du produit. Ils partent du constat que plus il y aura de bruit, le film rencontrera plus de succès.

La période pré-sortie du film est cruciale, il faut avoir une masse critique, car le volume de critique est indicatif de la valeur et de la valence (puissance atractive).

Mais, les travaux marketing ne prennent en compte que l’opinion formelle, les clics et les notations. Ils calculent la moyenne de l’opinion libre.

Il y a donc une simplification du succès du produit.

De plus, il n’y a aucune prise en compte de l’amplitude des divergences notés par les amateurs et les professionnels.

Il est effectivement très difficile d’isoler la part de critique amateur, il y a le discours médiatique du film, les blogs et puis la critique des amateurs, mais tout cela est très imbriqué.

Constat 2.

Beaucoup de travaux sur la consommation et la concentration de l’attention. L’idée principale c’est que plus il y aura des participants, plus il y aura envie de participer, de faire partie des choses. Cet un unviers où les fils se rejoignent.

Mais concentration de l’attention est une vieille notion et elle n’est pas introduite par internet.

Référence aux travaux de Michel Gensollen

Michel Gensollen et Jérôme Perani, 2002,« Les économies d’échelle dans l’industrie des médias », Revue d’Economie Industrielle, n°100, pp. 119-135.

On peut aussi se référer à l’article de Micheal H. Goldhaber, « The Attention Economy  and the Net », FirstMonday

Constat 3. Le biais postif, ce qui aide à maintenir une position dans le classement.

La critique amateur se voit adresser les mêmes reproches que la critique professionnelle. Plus la critique est sévère, plus elle reconnue par les autres.

La critique faite par les amateurs  substitue à la critique traditionnelle, mais elle reste assez proche de l’ancien système: promotion des biens culturels.

L’analyse du site AlloCiné par Valérie Beaudouin

Aspiration du site: différents espaces

Recherches sur les profils et les motivations des contributeurs

Au cours de leur aspiration, AlloCiné a supprimé la fonctionnalité du profil, il existe uniquement des fiches des inscrits, donc l’accès aux critiques d’amateurs a été encore plus difficile.

Le public peut être divisé en novices et les habitués

Référence à l’article de Laurence Allard, 2002,“Cinéphiles à vos clviers! Réception, public et cinéma” Persée.

AlloCiné favorise un point de vue individuel, argumenté. 50 % des critiques portent sur une analyse formelle, esthétique et technique du film.

L’interdiscussion entre les amateurs n’est pas encouragé par le site; Il y a même une mise en invisibilité progressive des amateurs.

La critique experte vs émotion et la recommendation.

Il y a une compétition pour la visibilité par les membres du club 300 pour avoir des avantages (Club 300, comité des blogueurs qui font la promotion, sous forme de critique.

Les Allocinéens vs les amateurs collectifs qui sont peu visble sur le site.

La critique ni des Allocinéens et ni des amateurs ne porte pas sur la réception.

Les amateurs se lisent entre eux. Il y a un entre soi qui se construit autour des films.

Les critiques des amateurs se situent par rapport aux autres amateurs et la critique presse.

La motivation des amateurs à participer c’est d’apprendre les codes d’écriture. Il y a une vrai diversité des pratiques de rédaction.

Pour résumer le public des amateurs :

Habitués vs novices

Gnere noble vs les dominé

Argumentations vs recommendation, émotion

Conclusion:

Il est important pour les études des pratiques numérique de voir ce qui se passe dans le back office afin de saisir la réalité des faits.

La rentabilisation, la professionnalistaion des critiques d’amateurs (le club 300) contredit la thèse de la participation sur internet, surtout les travaux dans la lignée d’Henry Jenkins. La réalité commerciale façonne la participation. Ce sont les données utilisable comme les clics, les notations qui sont plus exploités que les critiques.

La masse critique est importante pour vendre. Dans ce cas de figure, AlloCiné est un vivier de travailleurs gratuits.


[1] Opinion mining ou sentiment analysis sont deux termes équivalents pour désigner des technlogies d’analyse automatique des discours, écrits ou parlés, afin d’en extraire des informations subjectives comme des jugements, des évaluations ou des émotions. Il s’agit d’une branche du Natural Language Processing (NLP) et plus précisément du « text mining »

Bernard Normier, « Opininon mining ou ‘sentiment analysis’, Où en est-on ? ».Disponible sur https://www.slideshare.net/bnc77510/normier-prezreputation-day2012-ssh

Les créatures artificielles – Robots & Avatars

« A chaque grande évolution technologique, les créatures artificielles ont participé à la mise en scène de la modernité en ayant recourt aux images mythiques »

Jean-Claude Heudin,

La vie artificielle- des automates aux mondes virtuels, Odile Jacob, Paris, 2008. p 115

Jean-Claude Heudin est spécialiste de l’Intelligence Artificielle (I.A) et directeur du laboratoire de recherche de l‘Institut International du Multimédia, mais il croit aux mythes.

Plus précisément Heudin croit au pouvoir des mythes et leur importance  dans les domaines de l’informatique, d’ I.A et de la biocybernetics.  Cependant, comme ces  technologies  sont souvent considérées trop complexes et nouvelles, il devient difficile d’y voir le rôle des mythes. Ainsi, grâce à l’approche pluridisciplinaire d’Heudin  il devient possible de comprendre la vie artificielle  dans son contexte historique et ses multiples facettes, celles de l’histoire de l’art, de la technologie et de la science.

Dans les deux derniers ouvrages sur les créatures artificielles, Heudin s’interroge sur  le désir humain de  créer la  vie artificielle, malgré les interdits religieux et la possibilité de se reproduire naturellement. Le chercheur se demande également si la création d’une altérité artificielle par l’homme était pour défier les dieux ou bien s’ériger au statut de divinité? Ou  tout simplement pour trouver des réponses?  Néanmoins, pour répondre à ces questions, l’auteur préfère refaire le chemin capricieux entre la science et la fiction  et cherche la réponse ni dans la science, ni dans la religion, mais dans un des plus beaux et plus iconique des mythes:  Pygmalion et Galatée d’Ovide.

La genèse d’un style

Mais quelle importance de mythe ovidien du 1er millénaire  pour un domaine scientifique du 21è siècle?

Pour Heudin, Pygmalion signifie à la fois un des mythes fondateurs de l’histoire occidentale  des créatures artificielles et aussi une métaphore du mystère de la création artistique, exaltant le pouvoir de l’art1. Au cours des siècles ce mythe a connu un développement important en littérature, et dans les arts plastiques. Cependant, malgré les reprises successives en peinture2 ,en littérature et au cinéma, la structure de base du récit ovidien perdure.

D’après le chercheur le mythe de Pygmalion a surtout posé définitivement le style du récit sur la genèse  des créatures artificielles. Ce style se construit sur  une double structure ternaire, la première définit les protagonistes:

Les protagonistes

  1. le créateur, un artiste ou un savant
  2. la créature artificielle
  3. une entité divine ou surnaturelle qui possède le pouvoir de donner la vie

La deuxième triade met en place le scénario des événements qui se dérouleront:

Le scénario

  1. un matériau inerte: le créateur utilise un matériel courant souvent naturel, de l’argile (Golem), de l’ivoire (Galatée)
  2. une expertise humaine: les êtres artificiels sont toujours fabriqué grâce à une maîtrise d’un art ou d’une technologie.
  3. une intervention surnaturelle: la vie ou l’intelligence doit être transmise par le biais d’une entité supérieure à l’homme et qui échappe son contrôle.

De plus, Heudin ne voit pas de différence entre le sculpteur Pygmalion et un scientifique qui élabore un robot ou une créature virtuelle. Malgré la différence des techniques tous les deux sont en quête de la vie comme idéale et ont les mêmes interrogations sur le rapport entre la réalité biologique et une reproduction cybernétique.

La figure de Pygmalion

Dès lors cette structure principale se répète dans les récits sur les créatures artificielles, sauf la fin heureuse de Pygmalion qui se remplace par un châtiment sous forme d’une révolte de la créature et une culpabilité du créateur dans les récits successifs3.

Robots & Avatars – lecture

Dans son tout dernier ouvrage Robots & Avatars, c’est à partir du mythe de Pygmalion que Heudin élabore une typologie des créatures artificielles. Comme le titre l’indique les créatures artificielles forment deux grande catégories les robots, toute créature ayant une incarnation matérielle et les avatars, toute créature virtuelle ayant une intelligence artificielles. L’ouvrage propose alors un parcours thématique et donne une grande place aux images non seulement scientifiques mais aussi aux celles provenant de la culture de loisirs. La mise en contexte historique, culturel et scientifique des créatures rapproche cet essai des Etudes Visuelles. De plus l’ouverture sur les aspects historique et culturel permet d’établir un dialogue avec des chercheurs  en Visual Studies et Histoire comme W.J.T. Mitchell4  D.Haraway5 et A. Gunthert 6.

Quant à la recherche sur la représentation des internautes à travers les avatars et les photos personnelles, comme dans mon cas, la typologie proposée par Heudin permet à s’interroger sur le statut de l’avatar comme une figure d’un mythe contemporain. Certes le rapprochement entre les  masques articulés comme l’ancêtre de l’avatar, le masque électronique, s’avère un argument assez convaincant contre les études psychologiques de cette créature virtuelle7. Cependant, Heudin ne précise pas si la figure de l’avatar entre en concurrence avec les robots, surtout les androïdes et à quel moment?  En outre ,  malgré le déplacement du web virtuel au web social, l’avatar continue à résister, comme une figure virtuelle à l’effet de ‘sociabilité’ . Comment expliquer cette résistance?

Néanmoins, même si l’ouvrage n’apporte pas de réponses ponctuelles à mes questions, il a indéniablement réussit à valider une démarche pluridisciplinaire  articulant  la science et sa fiction. Il y a des pistes à creuser!

  1. il n’était plus question de l’imitation mais de transcendance. Introduction, Robots & Avatars,  2008). []
  2. Heudin propose 3 catégories de représentataion figuratives de Pygmalion et de Galatée selon la période de la réalisation de l’oeuvre. La période pre-romantique donne  une figure de Galatée adorée par Pygmalion. La toile de Bronzino en est un exemple. La deuxième catégorie de la période moderne met en scène  le geste ambivalent du créateur amant, qui tombe amoureux de sa statue.Le tableau de Léon Gérôme  donne une représentation érotique, fidèle au style ovidien. La troisième catégorie est une réinvention complète  du mythe.  Le détournement se passe soit au niveau des personnage, soit au niveau des technologies et le miracle disparaît peu à peu ). []
  3. LITTERATURE: Le Golem, 1513/1610; Frankenstein ou le Promethée moderne, 1818; L’homme au sable, 1816; L’Eve future. CINEMA: Métropolis, 1927; L’odysées de l’espace 2001, 1967). []
  4. D’après Mitchell, la figure la plus puissante de la biocybernetics est l’image du dinosaure digital. Ce monstre , ravive le plus ancien mythe concernant la création de la vie qui commence par le verbe. Dans cette référence biblique c’est le mot qui donne vie à la chair. Ainsi, pour Mitchell la biocybernetics veut aussi contrôler l’image par le code informatique (In the Age of Biocybernetic Reproduction in « What do Pictures Want », University of Chicago Press, 2005). []
  5. Pour l’historienne des Sciences la figure du Cyborg, une  des créatures artificielles est un outil  puissant pour dénoncer la politique technologique qui est en train de bousculer l’économie et l’écologie planétaire []
  6. Pour l’historien de la photographie et fondateur de Culture Visuelle France, il existe une économie  de récits, au sein de laquelle s’opère leur sélection naturelle. L’articulation entre le récit et l’image est primordiale pour comprendre leur contexte de production, reprise et diffusion. Comme Mitchell, les figures du dinosaure et les soucoupe volantes sont des figures puissantes  pour Gunthert, car elles montrent la création de nouvelles figures pour raconter de nouveaux récits, mais affirmer des anciens mythes). []
  7. voir Nicolas AURAY,  “Sosie et avatars dans les jeux électroniques.” L’image sosie: L’original et son double, Actes du 1er Colloque International Icône-Image, 2004). []

La figure du Cyborg – Donna Haraway (part1)

Du Cyborg à l’espèce de l’accompagnment

Donna Haraway, biologiste, philosophe/historienne des sciences et féministe américaine, a intervenue mercredi dernier à Paris dans le cycle de conférences : « Selon Bruno Latour ». Latour a proposé ce cycle de rencontres avec ses homologues sur la question de l’articulation et de la composition de deux éléments du débat publique : l’éloquence et la composition. Ces débats, organisés dans le but d’avancer le projet de l’enseignement des « arts politiques » à Sciences-Po Paris, ont permis de redécouvrir l’actualité des travaux d’Haraway et leur application à l’engagement politique.

L’usage des figures est un des éléments essentiel du style d’ Haraway qu’elle estime avoir hérité en grande partie de sa conscience sacramentale. Selon l’historienne ‘la figure’ est une logique polyvalente, puisqu’elle véhicule les aspirations collectives, rassemble, reflète les espoirs d’un peuple et elle peut également offrir les possibilités d’exaucement, de damnation et d’inclusion sociale. De plus, la scientifique s’inspire du changement dans la pensée littéraire et  philosophique occidentale confondant la figure avec son référent, contrairement à la réflexion classique. Ainsi, la figure employée dans son contexte historique chez Haraway devient un outil puissant pour démonter les mythes collectifs et se mobiliser contre la politique de violence.

Cependant, la confusion figure/référent, ce qui fait la puissance de cet outil en est également son point faible. L’article culte d’ Haraway, le Manifeste Cyborg (1985) est indéniablement la raison de sa renommée mondiale, mais comme elle nous a expliqué lors de la conférence à Beaubourg, le sens historique et politique de son cyborg est souvent oublié au profit des récits de la Science Fiction (SF).

Ainsi, il me semble important de replacer les figures Harawayiennes dans leur contexte et leur spécificité historique afin de mieux comprendre la puissance de cet outil, son rôle politique mais aussi son détournement par l’industrie des loisirs.

Pourquoi le Manifeste Cyborg en 1985 ?

Le terme ‘Cyborg’ date de 1960 et il s’agit d’une contraction de l’anglais cybernetic organism (organisme cybernétique). Le premier mot cyb fait explicitement référence à la théorie des systèmes artificiels et naturels de Norbert Weiner, établie en 1948. Le deuxième, quant à lui, laisse penser qu’il s’agit d’une créature organique, constituée en partie de chair et d’organes vivants1.  Le terme « cyborg » a été proposé au départ lors d’une conférence d’ U.S.A.F aviation et médicine,  par l’ingénieur M, E. Clynes et le psychiatre N, S. Kline à propos d’un humain « amélioré ».  La proposition avançait l’amélioration de l’humain grâce aux machines afin de survivre aux conditions périlleuses de la conquête spatiale et de l’adaptation aux environnements  extraterrestres. Ainsi, avant l’envoi des astronautes les tous premiers cyborgs étaient les rats de labo et ensuite les chimpanzés.

En 1961, le premier chimpanzé cyborg, substitut de l’homme dans la course spatiale, est envoyé dans l’espace. Ce  cyborg, sous contrôle télémétrique s’appelle HAM (Holoman Aeromedical Facility). D’après Haraway HAM, né du programme spatial ‘man-for-space-project’, devient  la première figure de la guerre froide et de la conquête spatiale. Ainsi, c’est dans ce contexte historico-politique de la guerre froide et de la course spatiale que l’historienne s’appuie sur la figure du  cyborg  pour dénoncer la politique gouvernementale de Regan et de prédire l’avenir du féminisme social dans le Manifeste Cyborg (1985).

Lors de sa présentation à Paris Haraway nous a repassé l’image d’HAM pour bien situer l’importance et la spécificité historique du cyborg, un aspect important régissant  toute la généalogie de ses figures.

HAM, le premier chimpanzé Cyborg.

La remise en contexte historique du cyborg n’est pas sans cause. Suite à l’usage de cette figure dans les récits SF  elle est vite devenue synonyme de robot dans l’esprit du grand public. Ainsi, dans la notion de cyborg actuelle, il n’est plus question d’un simple échange entre l’homme et la machine mais plutôt d’une hybridation, de mélange intime entre humain et robot. Cette hybridation se manifeste dans deux types de cyborgs cinématographiques : le « cyborg  machine » –  Terminator (James Cameron, 1984)- un robot androïde et le « cyborg humain »  RoboCop (Paul Verhoeven, 1987) un organisme humain réparé et augmenté.

Terminator T800,archétype du cyborg machine et RoboCop, archétype du cyborg humain

De plus les trames narratives de ces deux se sont développés de manière très différente. Prenons l’exemple du  cyborg machine  Il s’agit d’un descendant des robots extraterrestres pacifiques et obéissants comme Gort l’accompagnant de Klaatu, dans le film culte de Robert Wise, « Le jour où la terre s’arrêta » 1951. Voir également la séance d’André Gunthert ‘La Mutation des soucoupes volontes’, 10 juin 2010.

Gort et Klaatu déscendent de la soucoupe volante.''Le jour où la terre s'arrêta", Robert Wise 1951.

Cependant, la notion du cyborg machine  actuelle n’est plus celle d’un compagnon mais d’un messager de la punition, venu soit du futur ou de l’espace pour châtier l’humanité. Ainsi,  cette figure  est présentée comme une machine indépendante, capable de redresser l’humanité. Donc, le cyborg machine détourne complètement la notion du cyborg Harawyien. Ce dernier, à l’inverse du  robot cinématographique,  incarne  le projet d’armement et  le système d’armes augmenté faisant parti du projet de la guerre froide.

Mais la photo d’HAM ne figure pas sur la couverture d’ouvrage « Simians, Cyborgs and Women» d’Haraway.

La deuxième figure de la généalogie du Cyborg Harawayien est une peinture intitulée tout simplement « Cyborg » de Lynn Randolph.  Randolph, une jeune étudiante chinoise à MIT à cette époque , s’est inspirée du Manifeste Cyborg. De plus, son tableau représente également son engagement politique et son soutien aux émeutes  à Tiananmen Square, Beijing.Voir l’article « Living Images: Conversations with Lynn Randolph ».

"Cyborg" Lynn Randolph 1989
"Cyborg" Lynn Randolph 1989

Le Cyborg de Randolph représente une jeune femme métisse, couronnée par l’esprit d’un tigre. Le corps de cette femme est relié au clavier d’ordinateur qui produit des équations cosmologiques et astronomiques affichées au troisième plan. Selon Haraway la peinture démontre la conjoncture spécifique de l’animal, l’humain et l’ordinateur, des éléments constituant le cœur de cette figure.

Dans le cadre de la science fiction, la représentation de Randolph est plus proche du « Cyborg Humain » cinématographique. Mais à l’inverse de son détournement hollywoodien, le Cyborg d’Haraway et d’Randolph est une figure puissante concrétisant les enjeux de la convergence de l’humain, de la nature et de la technologie.

A suivre avec la transition du cyborg vers l’espèce de l’accompagnement !

  1. HEUDIN, J-C, Robots & Avatars. Le rêve de Pygmalion,Odile Jacob, Paris, 2009). []