La photo et le capital social, quel lien?

Avec le nombre croissant de photos au sein des réseaux sociaux sur Internet on peut se demander si la photo personnelle influe sur le capital social des utilisateurs de ces sites. A l’inverse du capital culturel et économique, le capital social est fortement lié au développement des liens au sein d’un réseau. Cependant le capital social ne doit pas être confondu avec ses manifestations, par exemple l’engagement civique est une manifestation du capital social, et non le capital en soi. Pour étudier ce phénomène social, je me suis intéressée à Facebook  qui héberge 10 milliards de photos partagées par ses utilisateurs.

Afin de tester mon hypothèse de l’influence de la photo personnelle sur le capital social, j’ai mis en place deux corpus d’images. Le premier,  le corpus principal  constitue de photos d’utilisateurs de Facebook France que j’ai interviewé entre 2009 – 2010. Il s’agit d’utilisateurs entre 14 et 26 ans qui ont des profils en accès fermé. Le deuxième  est le corpus test. Il s’agit d’un échantillon pris au hasard sur le site. Donc ce dernier est constitué de photos qui proviennent des profils en accès libre.

Pourquoi mettre en place deux corpus avec des profils différents?

Dans mon étude de cas sur Facebook, le corpus principal permet à la fois l’accès à la photo et au contexte social de son usage grâce à l’entretien ( le discours des utilisateurs). Alors que, le deuxième corpus aide à vérifier, selon l’invariable du sexe, les points communs et récurrents dans  des cultures différentes. De plus, le recoupement culturel et la comparaison entre les profils en accès fermé avec ceux en accès libre permettent d’aborder la question de l’influence du contenu visuel sur le capital social dans son contexte culturel. La comparaison de  profils fermés et de profils en accès libre peut aussi éclairer la problématique de l’exhibition de soi au sein de Facebook, un thème qui est en cours d’étude par le projet ‘SocioGeek’ mis en place par l’équipe de Dominique Cardon.

L’organisation du corpus principal

Comme dans cette étude de cas ce sont les entretiens qui m’amènent vers mon objet visuel,  l’organisation du corpus principal se fait autour de logiques sociales. Ainsi, au lieu de créer une catégorie d’images à partir d’une grille spécifique basée sur le comptage des personnes et des objets je laisse les interviewés m’indiquer les images préférées ou gênantes.

J’ai réalisé 14 entretiens semi-directifs: 7 filles / femmes et 7 / hommes entre 14 et 26 ans. Les principales questions posées étaient au sujet de la découverte du dispositif, la mise et le retrait de la photo de profil et la présentation de soi et de son entourage par la photo. Les principaux thèmes lié à la présentation de soi à travers les photos évoqués par les interviewés étaient :

1). La connaissance des centres d’intérêt de l’autre

2). Le jugement moral

3). La peur du jugement physique et

4). Le flicage affectif.

Je développerai  seulement le thème « la peur du jugement physique » évoqué par les interviewés.

L’intérêt de parler de ce thème en particulier est que les photos jugées inappropriées pour  être affichées sont vite supprimées soit lors de l’entretien soit après, ce qui rend la tâche du chercheur encore plus difficile au niveau de la restitution du contenu visuel.

Analyse du corpus principal – la peur du jugement physique

Le discours d’utilisateurs Facebook

Au sujet de la photo personnelle sur Facebook j’ai posé deux séries de questions aux interviewés. La première était quelles sont les raisons de la mise, du retrait et de la suppression du tag d’une photo. La deuxième série de question était quelles sont les inquiétudes que les photos de soi peuvent susciter et quelles mesures pouvaient-ils prendre ?

Voici un extrait du corpus principal lié au thème de la peur du jugement physique. Les photos qui constituent cette sélection ont été montrées par les interviewés. D’après les enquêtés ces photos pouvaient provoquer des jugements physique par  le réseau d’amis.

"Photo de soi nulle" - extrait du corpus principal

Cependant, au premier regard, ces photos ne troublent pas l’observateur. Si un chercheur les regarde en absence de la personne concernée, il peut être facilement amené à projeter les stéréotypes sans chercher à comprendre la logique derrière le retrait ou la suppression de la photo. En fait, c’est dans le contexte du réseau de liens forts et faibles, popularisé par Facebook que l’on peut comprendre cette logique.

(i) Soirée avec amis

(i) Pour la première photo, la fille à gauche est l’enquêtée. Il s’agit d’une photo de soirée mise en ligne par son amie qui l’a identifiée. L’interviewée a supprimé le tag pour réduire la visibilité de cette photo au sein de son réseau Facebook, elle m’a expliqué qu’elle se trouvait moche. Pour elle c’est une habitude de supprimer le tag quand la photo mise par quelqu’un d’autre ne lui convient pas. Je lui demande si c’était par rapport aux autres sur la photo, elle hésite, répond non mais se contredit. Je la cite, « Non même si j’étais seule je l’aurais supprimé, par contre si tout le monde sur la photo se montre moche et c’est fait exprès je laisse le tag, quand on fait tous des grimaces ou si on est tous bourrés sur une photo je laisse ».

(ii) Sortie avec des amis du lycée

(ii) L’interviewée de la deuxième photo par contre n’a pas supprimé le tag. Elle ne s’apprécie pas non plus, car il s’agit d’une photo prise sur le fait. Pour elle, les photos prises à l’imprévue sont souvent les plus gênantes, mais elle ne supprime pas le tag en préférant  assumer ses photos.

(iii) Fin des cours, sortie et déguisement avec des copains de classe

(iii) La troisième photo est considérée comme je cite : « débile » par l’interviewé que l’on voit  au centre de la photo avec un chapeau cloche rouge. Je le cite, « Je suis  moche avec un gros nez et ridicule mais puisque tous mes amis sont aussi déguisés je ne supprime pas le tag ».

(iv) Essai portait dans le photomaton avec un ami

(iv) La dernière photo provient d’ une série de portraits photomaton. L’interviewé a décidé de retirer de la série ses deux premiers portraits car il trouvait l’image pas du tout à son avantage et la pose loin d’être « cool ».

Donc on peut dire que la principale raison de retrait de photos pour les garçons et les filles est liée au souci de ne pas présenter une image de soi qui est parfaite à leurs yeux. Alors on peut se demander quelle image peut plaire aux utilisateurs Facebook. Certes, faire parler les interviewés à propos de leurs photos préférée aide à replacer dans son contexte la prise de vue, mais cela ne suffit pas. C’est en regardant les photos préférées et en les comparant avec celles qui ont étaient retirées qu’on peut comprendre le non-dit.

Voici un échantillon de photos préférées des interviewés.

Sur le plan esthétique ces photos n’affichent pas des décors fabuleux, elles n’ont pas une qualité supérieure aux photos retirées. Il y a même des photos avec des poses qualifiées jusque la par les interviewés de débile et des effets de retouche visible. Ainsi, la comparaison des photos préférées avec celles jugées nulles encourage à se demander si la peur du jugement physique est vraiment liée a la question du corps ? Comme cet échantillon des photos préférées  le montre, je crois qu’il s’agit plus d’une question d’appartenance à un groupe d’amis, à un certain look, à une activité de loisir ou profession qu’à une peur d’être jugé.

Comparaison entre le corpus principal et le corpus test (échantillon aléatoire)

Pour vérifier cette hypothèse, la comparaison d’ un extrait d’images préférées avec les éléments du corpus test. s’impose.  Ce deuxième corpus sert à tester aléatoirement la notion de la photo de soi préférée au sein d’un réseau d’ami, une notion facile à montrer, mais  difficile à exprimer à l’oral par les utilisateurs Facebook.  Le  corpus  test constitue  de photos aspirées des comptes Facebook américains en accès libre.

En conclusion, la comparaison de ces photos avec celles du corpus principal montre que les images préférées pour les hommes et les femmes ne sont pas forcément celles qui les rendre plus beau ou belles selon leur jugement, mais celles qui les montrent dans un contexte de sociabilité mis en scène. Les photos préférées des enquêtés et  celles du corpus test  servent à projeter une image de soi souriante, drôle, entourée d’amis, active et mise en scène. Bref,  il n’est plus question d’une  mise en scène de soi axée sur le physique, mais sur la sociabilité. Donc, un manque de drôlerie s’avèrerait moins bénéfique pour la construction du capital social, que une photo de soi moins flatteuse.

Présentation dans le cadre de « L’atelier de « Méthodes et Terrains en Sociologie de la Culture » MeSoCult


9 réflexions au sujet de « La photo et le capital social, quel lien? »

  1. Notre malentendu vient de ce que j’entendais « capital social » comme l’a défini Pierre Bourdieu. Et ça ne cadrait pas vraiment avec ce que vous présentiez.

  2. @Davidikus: Oui effectivement,le réseau en ligne impose certaines règles, exemple populaire Facebook.

    @Maresca: J’emploie « Capital Social » plutôt dans le sens de Robert Putnam (Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community (2000, ISBN 0-7432-0304-6)et donc dans le sens de la valeur aux actions attribuée par la collectivité, le groupe. Cette mise en valeur par le groupe encourage ensuite la confiance et la réciprocité. Cette étude s’inspire du questionnement : Est-ce que la photo influe sur le capital social? Dans le cas d’étude sur Facebook, la photo déclenche des réactions comme le jugement de soi par « les autres », ces derniers étant les liens faibles.
    En ce qui concerne le corpus test, il permet à vérifier le contenu du corpus principal : les discours des utilisateurs. Ils ne formeront jamais un échantillon représentatif du site mais, c’est par le biais de mes utilisateurs que j’accède aux photos pour comprendre leur influence sur le réseau social.
    Je suis toute à fait d’accord avec la piste que vous relevez dans la conclusion.

  3. Qu’elle soit destinée à être diffusée dans un cercle restreint ou dans un cercle plus large, la photographie est toujours une image de soi que l’on montre à d’autres. L’image de soi participe toujours du capital social réel ou espéré.
    Facebook est un réseau social. Est-ce que cela va changer pour autant la relation de chacun à son image photographique? J’ai photographié des milliers de gens que ce soit pour des portraits posés, commandés et destinés à un usage bien précis ou que ce soit dans le cadre de reportages, commandés ou non. Sur les commandes, j’ai souvent un retour direct de la personne photographiée, soit qu’elle s’exprime verbalement, soit au travers de sa sélection des « bonnes images ».
    Le premier filtre, c’est le détail que l’on aime pas dans son corps. Le complexe physique. Double menton, implantation des dents etc. Là où les proches ou les inconnus seront sensibles à une expression, une attitude, une ambiance qui va leur faire apprécier l’image de la personne, celle-ci ne verra que l’imperfection réelle ou supposée qui la gêne.
    Le deuxième filtre, c’est l’idée que l’on a ou que l’on veut donner de soi. C’est plus compliqué à cerner, parce que cela diffère selon le cadre dans lequel s’inscrit la prise de vue et sa destination. Un cadre ou un chef d’entreprise pourra souhaiter une photo en majesté, donnant une impression d’intelligence et de sérieux pour un dossier de presse, et à l’inverse une photo très détendue et souriante, dans le cadre d’un reportage sur un évènement festif de l’entreprise, pour donner l’image de quelqu’un qui sait s’amuser et rester proche de ses collaborateurs.
    On retrouve la même dialectique avec les photographies de mariage. Les photographes autrefois prenaient les commandes à l’issue de la soirée, parce que les participants commandaient des images dans l’euphorie de la fête et alors qu’ils étaient largement alcoolisés. Ces images étaient souvent déchirées le jour où les invités les recevaient. Que la photographie soit destinée au cadre familial, à ses collaborateurs ou accessible à tous, on se soucie toujours du capital social, de l’idée que les autres vont avoir de soi.
    Lorsque l’on est plus dans un cadre institutionnel, où la légitimité de la présence du photographe va de soi pour toutes les personnes photographiées, se pose, en plus des deux filtres précédents, la légitimité même d’une photographie à cet instant. A Shanghai, j’ai photographié des femmes qui pratiquaient une dance avec des éventails dans un parc publique. Une des femmes est venue me parler énergiquement. J’ai supposé qu’elle m’engueulait et arrêté de prendre des photographies. Elle a apostrophé ses copines, changé la musique, et elles se sont toutes mises à danser la lambada. La femme est revenue vers moi et m’a fait comprendre que c’était maintenant que je devais prendre des photographies. Parfois, c’est la photographie elle-même qui va donner sa légitimité à la prise de vue. J’ai réalisé des photographies de joueurs de carte dans des cafés pour une expo. A mon premier passage, c’était toujours un peu compliqué, parce que les joueurs ne voyaient pas l’intérêt de photographier leur activité. Ce n’était pas un sujet pour la photographie. Lorsque je revenais leur donner des tirages noir & blanc A4 des photos de la première séance (et en réaliser de nouvelles), tout se passait très bien, parce que mes photos s’inscrivaient dans un référent « il fait du Doisneau » qui justifiaient ma volonté de les photographier. Le formalisme des images et leur destination étaient perçus comme valorisant.
    Lorsque l’on se regarde sur une photographie, on pense toujours au regard que les autres vont porter sur son image. Que la photographie soit destinée à rester dans le cadre familial ou qu’elle ait vocation à être diffusée plus largement, on est toujours dans le capital social, même si c’est inconscient.
    Facebook a changé les règles du jeu. Tout un pan de la photographie qui relevait avant du privé et donc du cercle familial est devenu public et en plus c’est un autre qui décide de rendre public votre image. Et parce que facebook est un réseau social, on est confronté à un choix difficile entre la volonté de sembler s’intégrer au réseau, et donc de jouer le jeu imposé par ses amis, et la « honte » que l’on peut ressentir devant certaines représentations de soi-même.
    Cette étude montre à quel point cette situation amène a des stratégies compliquées. Faut-il demander que la photographie soit supprimée, au risque de sembler un mauvais joueur, de s’exclure de la règle implicite de facebook, ou supprimer le tag et vivre avec sa honte?

  4. Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris l’usage qui est fait ici du concept de « capital social ». Il faudrait davantage de précisions sur la nature des entretiens et donc sur les données d’enquête recueillies auprès des 14 personnes rencontrées. Quant à la comparaison avec l’échantillon-test, je ne comprends pas comment elle fonctionne.
    C’est certainement ma culture professionnelle de sociologue qui me rend pointilleux sur ces questions de méthode.
    Dans la conclusion, j’entrevois une piste qui pourrait effectivement se révéler intéressante : les photos préférées seraient celles qui montrent l’individu dans sa sociabilité active (ce qui révèle donc qu’il compte des amis, ou du moins des copains, ou du moins des relations…), donc qu’il est socialement intégré. Même si les clichés tendent plutôt à tourner ces portraits de groupe en dérision. C’est bien cela ?

  5. Pardon mais je reste sur ma faim…
    Facebook est un réseau social. Il est écrit sur le site au moment de l’inscription et a chaque connexion : « Facebook vous permet de rester en contact et d’échanger avec les personnes qui vous entourent ».
    La page d’accueil de facebook nous en dit plus en une phrase que toute cette « étude ».
    A moins que quelque chose m’ait échappé, où voulez-vous en venir ?

Les commentaires sont fermés.