L’humour, une ressource contre la propagande sur le web

Depuis deux mois, journalistes, blogueurs, écrivains et internautes livrent une campagne satirique contre l’État Islamique (EI) sur le web, l’endroit où le groupe jihadiste mène sa propagande et recrute. Le détournement d’ISIS (Islamic State of Iraq and Syria) en hashtag #ISISmovies #ISISTv a généré des tweets parodiant les titres de blockbusters hollywoodiens, dont la plupart sont illustrés des montages du contenu publié par l’EI.

‘Horrible Bosses’ capture d’écran du flux Twitter #ISISmovies.

En plus du détournement des formats publicitaire et éditorial, certains médias officiels mènent aussi cette campagne, tel le site web libanais Now News qui a choisi d’illustrer son article avec un montage s’inscrivant dans le format visuel des mèmes.

‘WTF’, capture d’écran du site Now News.

Même si cette campagne peut s’avérer excessive pour ceux qui porte la profession de foi musulmane, les protagonistes de cette satire l’estiment un moyen indispensable pour combattre l’e-jihad.

Ce recours à la dérision et à l’usage explicitement caricatural des photos de propagande ou/et de presse, surtout par la presse en ligne, indique sa préférence pour les mèmes que le dessin satirique traditionnel. Ce changement éditorial ne se limite pas à la presse en ligne occidentale et/ou celle du moyen orient. Suite à l’instabilité politique dans la République Islamique de Pakistan, le journaliste/blogueur Nadeem F.Piracha a publié une série de montages sur son blog officiel hébergé sur le site web anglais du quotidien Dawn.

Conflit entre les manifestants et la police à Islamabad. Même crée par N.F. Piracha. Capture d’écran, Dawn.

Si l’EI et le gouvernement Pakistanais mobilisent la photo pour sa valeur documentaire, le détournement de ce format visuel par les activistes et les journalistes sur les blogs et Twitter affirme la puissance ludique des mèmes, un moyen décalé pour prendre du recul et mettre à distance la triste actualité.


Une réflexion au sujet de « L’humour, une ressource contre la propagande sur le web »

Les commentaires sont fermés.