Notes: le lynchage en réseau

Notes d’observation sur le lynchage en réseau (1): le soutien au bijoutier de Nice

Des disputes venimeuses publiées sur le journal Facebook d’un ami, ou d’un collègue aux mobilisations massives de lynchage virtuel, dans certains contextes l’espace numérique semble encourager un discours colérique voire haineux.

Dans le contexte (semi) privé, il est non seulement difficile à déterminer la source du conflit entre internautes mais aussi impossible d’accéder aux échanges. Car, si certains effacent immédiatement leurs traces, d’autres les suppriment mais en conservent une copie d’écran pour se venger plus tard (expérience personnelle). Puis, il y a aussi les sensibles qui se retirent complètement de l’espace en supprimant leur compte (témoignage de Jean-Louis Fabiani).

Malgré quelques contraintes techniques, les espaces collectifs de discussion sur le web: forums, blogs, fils de discussion, pages et groupes communautaires, restent un terrain riche et accessible pour comprendre la dynamique conversationnelle et ses dérives.

Le soutien manifesté pour Stéphane Turk, a.k.a bijoutier de Nice, semble un bon cas d’étude pour comprendre les pratiques et les usages conversationnels dans un contexte tendu.

La spontanéité et la visibilité du soutien apporté au bijoutier soulignent l’aspect inédit de cette mobilisation initiée le 11 septembre, 2013. Le jour du cambriolage, une page Facebook ‘Soutien au Bijoutier de Nice’ et le hashtag #SoutienBijoutierNice ont été lancé pour soutenir la légitime défense face au sentiment croissant d’insécurité dans un régime défaillant1. Au fait, la page et le hashtag ont été lancé selon la logique habituelle du web, celle d’agréger et de diffuser auprès de son réseau les liens d’articles de presse intéressants. C’est seulement au fur et à mesure de la manifestation de l’opinion publique, exprimée sous forme des ‘J’aime’, des commentaires, des tweets et des images, que cette mobilisation est devenue révolutionnaire.

Certes, l’amplification médiatique du nombre extraordinaire et polémique des ‘J’aime’ attribués à la page FB2, a non seulement intensifié l’aspect quantitatif du mouvement mais aussi ombragé sa dimension conversationnelle. Une fois l’hypothèse de faux ‘J’aime’ a été propagée, démentie et écartée, cette mobilisation a été en fin reconnue pour sa valeur conversationnelle (plus de 250 000 commentaires sur la page FB), mais plutôt pour avoir généré un discours haineux, manipulé par l’extrême droite (fig.1.)

Fig.1. La Une de Libération "Bijoutier de Nice: La haine en réseau", 16 septembre, 2013.

….et si on changeait de regard?

Mais, si on change de regard sur la représentation médiatique de cette mobilisation et si l’on regarde au-delà des clivages politiques, des affiliations politiques évidentes des internautes à travers les pseudos choisis ou même à travers leur identité civile (fig.2.), si on ne se fixe pas uniquement sur le lexique employé pour désigner son opposant (fig.3.).

Fig.2. Relevé des profils Twitter des participants plus actifs dans le débat #SoutienBijoutierNice

Fig.3. Relevé des mots employés fréquemment dans les tweets sous le fil #SoutienBijoutierNice

Et si on prend en compte les images publiées, bien que leur nombre3  soit inférieur à l’ensemble des commentaires publiées, effacés et modifiés sur la page FB, on pourrait se rendre compte de l’importance de ce contexte militant pour comprendre les comportements et les pratiques transactionnelles des internautes en réseau.

Dans le cadre de ce mouvement, la formation d’une communauté et le prolongement de ses interactions, ces deux éléments constituent un intérêt important de cette  observation.

Si, le compteur des ‘J’aime’ s’est arrêté après une semaine aux 1,6 millions ‘J’aime’ sur la page FB et si, le hashtag #SoutienBijoutierNice n’est plus d’actualité sur Twitter depuis le 29 septembre, 2013, l’activité conversationnelle et le partage des images continuent sur la timeline de la page FB depuis plus de 6 mois.

Une comparaison entre les commentaires laissés sur un des premiers statuts et un des derniers statuts de l’administrateur de la page FB, indiquent non seulement un nombre plus élevé d’images partagées dans les conversations récentes, mais aussi l’émergence d’un groupe de membres identifiable qui interagissent avec une fréquence régulière. En plus des images publiées dans les commentaires, les fans/membres de la page FB ont posté régulièrement des images, constituant une iconographie  de 4,148 images partagées sur 6 mois (figs. 4 & 5.).

Fig.4. Fréquence trimestrielle de partage d'images sur la page FB 'Soutien au bijoutier de Nice',
Fig.5. Fréquence trimestrielle de partage d'images sur la page FB 'Soutien au Bijoutier de Nice'

Suite à ces constats l’on peut s’interroger sur le rôle et l’utilité de ces visuels dans le mouvement du soutien au bijoutier, aussi bien que dans la formation de petits groupes/clans et leurs rituels.

A suivre..

  1. Arguments publiés par les internautes au début du mouvement []
  2. Un total de 1, 6 millions de ‘J’aime’ accordés dans un temps record de 4 jours []
  3. 4,148 images partagées sur la page FB ‘Soutien au bijoutier de Nice’ []

2 réflexions au sujet de « Notes: le lynchage en réseau »

Les commentaires sont fermés.