Look back, un cadeau visuel inutile

Batman slaps Robin, Facebook

Après le partage du calcul de son temps perdu sur Facebook1, les clips Look back emplissent ma timeline depuis hier matin. Lancée pour marquer les 10 ans de Facebook, Look back2est une application qui génère automatiquement un clip de 62 secondes, créé à partir des contenus les mieux préférés sur le compte des utilisateurs. Ce montage constitué des statuts et des photos partagés est accompagné d’une musique sympathique et se déroule en trois parties. La reconstitution chronologique débute par vos premiers pas, la date d’inscription (approximative) et les premières photos qui s’enchaînent sur vos publications préférées et se termine par les photos que vous avez partagées. Chaque montage publié par un ami de son réseau invite à ses récepteurs à consulter leur propre clip (fig.1).

Fig.1. 'Find your movie here', Facebook, timeline, cope d'écran du 6/2/2014

Autant impressionnée par les premiers clips de mes contacts, j’étais vite déçue par le mien. L’absence des statuts, des commentaires et des photos que j’aurais voulu voir défilées a rendu cette expérience passive et fade, au point qu’au bout de 4 consultations des clips leur itération était devenue pénible. D’ailleurs, une réception mitigée de ces montages s’est manifestée rapidement sous forme de mèmes, commentaires et parodies.

Fig.2.Mèmes, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Si certains de mes amis Facebook apprécient la mélodie du clip, les autres (la majorité) trouvent le montage puéril (fig.3) et critiquent sa viralité intrusive.

Fig.4. 'Ennuyée' Statut, timeline, Facebook, copie d'écran du 6/2/14
Fig.3 'ennuyé', Statut publié en réaction aux publications de Look back Facebook, copie d'écran du 6/2/14

Certain contacts ont même renoncé à l’idée de consulter et de partager leur clip de peur d’être déçu du contenu (fig.4). De manière générale, la déception des utilisateurs semble provenir moins du contenu de la proposition visuelle déjà vue, que d’un manque de contrôle sur leur contenu et sa visibilité.

Fig.4. 'Animal Planet', statut publié en réaction à la consultation de Look back, Facebook, copie d'écran du 6/2/14

De toute façon,  24 heures après le lancement du service l’équipe technique Facebook rassure ceux qui se sont plaints d’avoir revu trop de photos de leur ex, d’un éventuel rajout de l’option « éditer ».

Mais que pouvons-nous retenir de cette réception mitigée du service Look back? Et encore, qu’est-ce qu’elle peut nous renseigner sur les usages des images sur le réseau?

De point de vue technologique, le projet Look back mérite d’être apprécié aussi bien pour la qualité et la rapidité des clips que pour l’envergure du service disponible sur un clique aux 1,23 milliards utilisateurs. Par rapport à la rétrospective statique (voir fig.5) offerte en 2013, à l’occasion de 9 ans de Facebook, ce montage visuel est dynamique. Il faut rappeler qu’il s’agit bien d’un diaporama et non pas d’une vidéo, ce qui laisse se demander pourquoi les vidéos ne font pas parties de Look back?

Fig.5. Review, 2013, Facebook, Fatima Aziz, copie d'écran du 6/2/14

Même si le nombre de vidéos personnelles publiées sur Facebook reste faible par rapport aux photos (250 milliards de photos en 20133 ), la vidéo devient une forme signifiante de voeux4 surtout avec des applications comme Flipagram5.

Néanmoins, de point de vue des usages, la conception de Look back pose certains problèmes.

L’absence de l’option éditer le clip révèle encore le non-respect de la privacy des utilisateurs. Certes, au nom de la standardisation, l’algorithme derrière le service ne peut pas prendre en compte les aléas de la vie personnelle. La mort, la rupture, la divorce, ce sont bien des événements qui se concrétisent sous forme des publications qui bousculent ponctuellement la timeline des utilisateurs Facebook. L’entassement du contenu partagé et l’éventuel enterrement des contextes sensibles peut procurer un sentiment de quasi invisibilité et une maîtrise de ces informations. Or,  Look back s’avère être un rappel amer de l’étendue de la visibilité qui peut être conférée à ces contextes douleurs.

Ensuite, la réalisation de ce montage est un parfait exemple de décontextualisation des photos. L’effacement des commentaires et du contexte de partage, deux facteurs essentiels à la réception des images, l’absence de ces facteurs participe d’une part à l’énervement. D’autre part, la réinsertion des photographies personnelles dans un nouveau contexte général, dans ce cas anniversaire de Facebook, contribue à l’indifférence à ces clips. Ce désintérêt renforce l’hypothèse d’une pratique utilitaire des images par les utilisateurs Facebook.

De plus, la conception du clip, musique sentimentale ajoutée au défilé chronologique des photos relève bien des occasions de grandes transitions dans la vie, par exemple ce type de diaporama est susceptible d’être visionné au pot d’adieu du lycée, aux réunions des classes ou bien aux services commémoratifs (voir l’appel d’un père adressé à Facebook pour accéder au clip de son fils décédé).

Avec l’effacement du contexte d’interprétation et la dépersonnalisation du contenu visuel, comment peut-on réagir au Look back, de soi ou celui de ses amis, si ce n’est qu’avec insensibilité.

  1. Application lancée par le magazine TIME []
  2. L’application s’intitule ‘Retour en arrière’ dans sa version française []
  3. A Focus on Efficiency, Facebook/Ericsson/Qualcomm whitepaper, 16 septembre 2013 []
  4. André GUNTHERT, « Facebook, nouveaux rituels de voeux », Atelier des icônes, 21 décembre, 2013. http://culturevisuelle.org/icones/2892 []
  5. application mobile, permet de créer des diaporama à partir des photos en y associant un morceau de musique disponible dans le répertoire []

5 réflexions au sujet de « Look back, un cadeau visuel inutile »

  1. Merci, encore la preuve de l’influence des usages des acteurs dans le cas de Facebook!

  2. J’ai pris l’habitude d’utiliser régulièrement – une fois la semaine – la fonction de backup, de façon à pouvoir laisser, quand l’heure sera arrivée, une partie de vie en megabit a’ ceux qui auront la curiosité de feuilleter mon journal virtuel. Ils en trouveront trace dans le HD de mon ordinateur.

  3. Il y a dizaines de milliers d’inscrits au Facebook que chaque jour meurent. Qui, à leur place, ira en visionner l’épitaphe virtuelle?

  4. « (…) la déception des utilisateurs semble provenir moins du contenu de la proposition visuelle déjà vue, que d’un manque de contrôle sur leur contenu et sa visibilité (…) » Tout est là, en effet.

Les commentaires sont fermés.