La salle de soutenance ou l'opacité de la photo

Ce billet est une note, un exercice réflexif sur mes usages visuels sur Facebook.

Le 30 septembre, j’ai assisté à la soutenance de thèse d’un ami de Télécom ParisTech. Avant de prendre le métro, j’ai hâtivement publié comme statut Facebook: ‘cet apresmidi soutenance de thèse sur les fanfictions! #viedethesard’ (fig.1). A ce moment, il ne m’a pas semblé  important de signaler mon ami dans le statut, car dans la foulée des actions il était évident pour moi de qui je parlais.

Fig.1. Statut Facebook 30/9/13 (copie d'écran)

Une fois arrivée et installée dans la salle de soutenance, la consultation involontaire de ma timeline Facebook m’a révélé qu’en l’espace d’une demie heure ce statut avait déjà reçu 4 likes. Le retard imprévu du jury m’a permis de poursuivre mes activités sur Facebook. Ainsi, pour garder une trace de la journée, j’ai pris la salle de soutenance en photo avec mon téléphone portable. Sans signaler mon ami dans la photo  je l’ai publiée immédiatement sur ma timeline, accompagnée de la légende: ‘la salle de soutenance avant la bataille :-)Télécom ParisTech'(fig.2).

Fig.2 Photo de la salle publiée sur la timeline 30/9/13 (copie d'écran)

Une dernière consultation de mon compte avant le commencement de la défense m’a révélé que cette photo avait reçue 3 likes et deux commentaires qui me souhaitaient bon courage. A la lecture de ces commentaires ma première réaction  était celle d’étonnement. Je me suis demandée comment mes contacts N.R: « Best of luck, comrade! Go get ’em!’ et M.S : « good luck Fatima 🙂 », elles ont pu comprendre que c’était le jour de ma soutenance! N’avaient-elles pas vu la photo que je venais de publier?

En attribuant l’incompréhension de ces deux commentatrices à leur manque de suivi régulier de ma timeline et non pas à l’ambiguïté de ma légende et de ma photo qui me semblait assez représentative de ce que je vivais à ce moment là, j’ai voulu aussitôt rectifier ce malentendu. J’ai répondu donc en précisant qu’il s’agissait bien de la soutenance d’un collègue et non pas de la mienne. Ensuite, S.M, aussi une thésarde, a suivi l’échange en publiant à la minute: ‘good luck to him, then! ;)’. Le commentateur suivant, George SaintPeter, lui s’est trompé en me souhaitant bonne chance, alors que la dernière amie, D.C.M a pris le soin de souhaiter bon courage à nous deux (fig.3).

Fig.3. Commentaires de la photo de la salle, 30/9/13 (copie d'écran)

A la suite de cette courte expérience que comprenons-nous des usages d’images sur Facebook et de ses utilisateurs?

L’utilisateur d’un réseau social est aussi éditeur

L’acte de publier sur Facebook transformerait ses utilisateurs en éditeur. André Gunthert a récemment proposé cette idée lors de l’émission de France Culture sur ‘La photo à l’ère numérique’. Je tente ici de prolonger cette réflexion à partir de mon expérience.

En quoi un utilisateur Facebook devient-il éditeur des publications de sa timeline?

Dans mon cas j’ai pris et publié la photo de la salle de soutenance comme document qui attesterait ma présence à tel endroit et à telle heure. En tant que productrice de la photo, présente sur scène, la signification de ce que je voyais et de ce que je voulais montrer à mon réseau Facebook était évidente pour moi. Alors que je pensais montrer la salle, les commentaires de mes contacts indiquent que eux, ils voyaient plutôt l’événement: la soutenance. Puisque la légende ne précisait pas qui soutenait, les commentateurs ont pensé que c’était bien évidemment moi.

Un tel usage documentaire de la photo dans ce cas montre d’abord la croyance dans la notion du « ça-a-été » de la Photographie1 et dans l’instantanéité de Facebook. Puisque j’étais sur place, puisque j’allais assister à une soutenance dans cette salle pour moi il était évident que quand je publierai cette photo sa signification serait transparente de suite car elle montrerait ma réalité telle que je la voyais. Je pensais pouvoir transmettre l’information telle que je voulais par l’image sans préciser ni par tag, ni par la légende le protagoniste du jour.

Certes à l’ère du numérique la photo devient fluide et facile à intégrer dans nos échanges quotidiens mais cette intégration ne garantie pas une compréhension instantanée de nos échanges. Au contraire, l’assimilation de l’image au texte et son articulation dans nos conversations en réseau nécessite un apprentissage et des ajustements, qui sont des opérations importantes à construire la signification de nos interactions publiques.

  1. Roland Barthes, La chambre claire. Notes sur la photographie, Cahiers du Cinéma, Gallimard Seuil, 1980,p.120 []

2 réflexions au sujet de « La salle de soutenance ou l'opacité de la photo »

  1. Fernand Percival: Avez-vous lu ce billet avec suffisamment d’attention? « Ce billet est une note, un exercice réflexif sur mes usages visuels sur Facebook », précise son auteur, dont le travail de recherche est consacré à l’examen des nouveaux usages visuels en ligne.

    Ce que remarque Fatima ci-dessus est qu’il y a une lecture différente d’un même référent par son éditeur et par ses lecteurs, car ceux-ci ne disposent pas des mêmes informations à son sujet. Ce qui est particulièrement intéressant ici n’est pas de se dire que l’un a raison et l’autre tort (Fatima explique qu’il y a une part d’erreur précisément due à sa position d’éditeur), mais que la conversation offre un espace de correction et de mise au point de la signification, qui apparaît comme le résultat d’une construction collective et simultanément comme un jeu social.

    Pour aller un peu plus loin que les poncifs sur le narcissicisme qu’on lit dans Le Point, il est nécessaire de passer par un exercice d’observation ponctuel et précis. J’encourage mes étudiants à faire l’expérience des processus. On ne comprend jamais aussi bien quelque chose que lorsqu’on l’a soi-même expérimenté et décrit. On peut alors revenir aux théories avec un bagage de savoir réellement approprié, plutôt que de balancer une citation pour épater son lecteur…

  2. Etonnant étonnement!

    Quand on aura compris que les technologies, quelles qu’elles soient, ne dispenseront jamais de la précision du langage, du respect de ses règles et qu’une coquille peut faire des ravages, qu’une ponctuation mal placée change le sens du message ou qu’une image ne va jamais de soi, on réfléchira à deux fois avant de lancer quelques signes et espaces sur le réseau.

    Comme on peut se poser la question de l’intérêt pour les autres d’un balisage permanent de nos vies, parcours et émotions minuscules.

    Cela dit, je ferme mon Mac et descends à l’instant me faire un thé, un Samarcande. Acheté chez Mariage Frères. Dans le Marais, à Paris. A moins que ce ne soit chez Tekoe, à Lausanne…

    On n’est jamais assez précis quand on parle de l’essentiel.

Les commentaires sont fermés.