I "heart" Japan

Suite au séisme nippon du 11 mars 2011, les réactions du soutien communautaires se multiplient sur Facebook et Twitter. Au cours d’une journée, plusieurs pages de soutien aux sinistrés ont été crée sur Facebook aussi bien que les événements web, public events, dont un est particulièrement consacré au changement d’avatar: « Changer sa photo de profil pour le japon :/ ».

Les créateurs de l’événement précisent bien l’objectif de cet acte:

« Pensant aux japonnais qui ont subi ce malheur, mettant cette photo en profil pour avoir une forte penser, et se rendre compte qu’on aurait pu être a leur place :/ TOUS POUR LE JAPON……. ♥ »

Changer sa photo de profil pour le japon :/. Evénement web créé le 11 mars à 13h sur Facebook. Capture d'écran le 13/3/11

Suite à la création de cet événement plusieurs changent leur avatar pour adhérer à la cause.

Changement d'avatar comme soutien aux sinistrés du séisme japonais

Que montre  ces avatars Facebook?

L’effort du détournement de l’avatar en image est bien au cœur dans ce changement de photo de profil. Mais en absence de consensus sur le choix d’une image d’actualité, les membres du groupe choisissent des logos qu’on voit souvent imprimés sur les objets souvenirs.

Souvenirs I "heart" Japan. Capture d'écran de recherche Google Images. 13/3/11

Dans ce cas précis,  la demande du changement de photo de profil lancé sur Facebook est une preuve  des usages différents  de l’avatar. De plus, cette demande affirme que dans les conditions dites « normales »  l’avatar a plutôt un rôle visuel  et dialogique, il introduit et annonce l’inscrit, sert comme un repère cartographique sur  le réseau.

Même s’il est difficile de résumer une catastrophe à une image emblématique d’actualité, le logo peut répondre temporairement au besoin iconographique que remplit  l’avatar. Et c’est dans ces cas particuliers, que  la fonction itérative de l’avatar l’emporte sur sa petite taille. La réactivité des internautes sur les réseaux sociaux est remarquable  et louable. Certes les images construisent l’événement, mais sur les réseaux sociaux l’appropriation des images médiatisées est devenue cruciale pour participer à l’actualité.


7 réflexions au sujet de « I "heart" Japan »

  1. Le 11 septembre (ou les attentats de Londres) était un acte politique. La réaction des pays occidentaux était également un acte politique. C’était au-delà de la solidarité, l’expression de l’idée qu’au travers des américains, c’était tous les occidentaux qui étaient visés. Là on est devant un phénomène naturel. Les choses sont en train de changer avec la dimension nucléaire de la catastrophe qui n’a plus rien d’un phénomène naturel. Et je suppose que l’on va voir surgir de nouveaux avatars genre « Nein Danke » http://netzheimer.de/wp/wp-content/uploads/2008/04/atomkraft-nein-danke.jpg
    L’expression rituelle dans le cas de la catastrophe naturelle est-elle si nécessaire? N’est-ce pas plutôt un phénomène collectif qui n’a d’autre origine et finalité que de manifester le sentiment que lorsque l’on partage les mêmes informations, on ressent les mêmes émotions, comme pour se rassurer?

    1. @Thierry: Dans le cas des réseaux sociaux, le soutien universel, sa diffusion et ses différentes formes d’expressions (voir le groupe « Pray for japan Tsunami ») des chansons, des T-shirts pour la collecte des fonds, toutes ces expressions vont au-delà du simple partage mimétique et se trouvent plus ancrées dans l’action participative! De plus, ces usages n’étaient pas prévues par le site au départ et apparaissent souvent dans des cas d’urgence!

  2. @Thierry: L’expression de la compassion lors des grandes catastrophes est heureusement un trait assez répandu parmi l’espèce humaine. On peut par exemple observer aujourd’hui encore les traces laissées en ligne par des anonymes désireux de marquer leur solidarité avec les Londoniens frappés par les attentats de 2005 sur le groupe Flickr « London Bomb Blasts Community« .

    Bien des épisodes dramatiques ont été suivis de manifestations publiques de soutien dans des pays éloignés. Le 11 septembre a par exemple été suivi par l’organisation d’une minute de silence dans de nombreux pays occidentaux. Comment imaginer que cette expression rituelle, si nécessaire, ne trouve aujourd’hui sa place sur les lieux de partage en ligne? (voir notamment: « L’image parasite s’invite sur Facebook« ).

  3. Il me semble qu’on avait déjà décrit ce genre de comportement il y a quelques siècles :
    Panurge sait et entend tout faire, notamment des farces ; par exemple il fait plonger les moutons de Dindenault dans la mer en y jetant le premier, que les autres suivent bêtement. »
    — Extrait du Quart Livre, chapitre VIII Rabelais

  4. Quelle est la motivation profonde de ces avatars « I love Japan »?
    Dans le cas du groupe musical, c’est à la fois une façon d’assurer la promo de ses potes et de se distinguer des autres en affichant ses goûts artistiques.
    Mais là, il ne s’agit pas de trouver des fonds pour les victimes. Point n’est besoin d’assurer plus de publicité à ces évènements. Il n’y a ni affichage de ses opinions politiques (le Pin’s du drapeau américain), ni affichages de ses goûts culturels (les albums de rap), ni besoin de témoigner ou de se compter (la main de touche pas à mon pote). Peut-on même parler de soutiens communautaires? Tout le monde éprouve de la compassion pour les victimes d’une catastrophe naturelle. Ce n’est pas comme le soutien à un groupe d’individus qui seraient minoritaires ou menacés par le pouvoir politique de leur pays.
    Quelqu’un a-t-il une explication sur les motivations de cet engouement communautaire?

  5. @Matthieu: Tout à fait, donc on est bien d’accord que ce sont des événements bien spécifiques qui encouragent un changement et que ces changements sont observables, ce qui veut dire on a pas besoin d’aller demander aux usagers pourquoi ils changent d’avatar!Ceci dit je ne crois pas que sur MySpace on changeait son avatar suite à une catastrophe! Merci je vais aussi observer les changements suite aux sorties d’albums ou même des jeux vidéos!

  6. Ça me rappelle un usage déjà bien codé dans les réseaux sociaux. Quand un artiste sort un projet musical (surtout dans le milieu du rap), tous les membres du groupe et tous leurs amis vont mettre en avatar l’image de l’album ou de la mixtape. C’était déjà très présent sur myspace où on pouvait avoir un « top friends » entier avec la même image de profil répétée.

Les commentaires sont fermés.